Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

facebookalhaqq-3-2-1

Rechercher

4 août 2009 2 04 /08 /août /2009 01:23



Sa sortie du tombeau avant toute autre créature

D'après Abou Sa'îd al-Khudrî (que ALLah l'agrée), d'après le Prophète (paix et bénédiction d'ALLah sur lui) a dit : "Au jour de la résurrection, je serai le maître des descendants d'Adam et je ne m'en vante point. Je tiendrai dans ma main l'étendard de la louange et je ne m'en vante point. Tous les Prophètes y compris Adam et tous les autres seront sous mon étendard. Je serai le premier pour qui la terre se fendra pour me laisser sortir (lors de la résurrection) et je n'en suis point vaniteux". (At-Tirmidhi)


Sa grande intercession

Le Jour du Jugement, les gens demanderont aux Prophètes et aux Messagers d'intercéder en leur faveur. Mais chaque Prophète et Messager déclinera et les gens arriveront au Messager d'ALLah - paix et bénédiction d'ALLah sur lui - qui dira alors : "Je suis l'homme de cette station". Puis il se prosterne et ALLah lui inspire des louanges qu'il Lui adressera. Puis on lui dira : "Relève ta tête. Demande, ta demande sera exaucée. Intercède, ton intercession sera acceptée". (Ahmad et d'autres)

Le Prophète - paix et bénédictions d'ALLah sur lui - dira alors : "Ma communauté ! Ma communauté !". Par cette intercession, sortiront de l'Enfer ceux qui n'ont rien associé à ALLah".


La demande d'ouverture du Paradis

Selon Houdhayfa et Abou Hourayra (que ALLah l'agrée), le Messager d'ALLah (paix et bénédiction d'ALLah sur lui) a dit : "ALLâh, béni et exalté, rassemblera les gens. Les Croyants resteront debout jusqu'à ce qu'on fasse venir le Paradis tout près d'eux. Ils vont alors trouver Adam (sur lui la paix) et lui disent : "Ô notre père! Prie pour nous ton Seigneur pour qu'Il nous ouvre les portes du Paradis!"
Il leur répond : "Qu'est-ce donc qui vous a sortis du Paradis si ce n'est la faute de votre père? Non, ce n'est pas à moi que revient cet honneur. Allez plutôt à mon fils Ibrahîm, l'ami d'ALLah".
Ils vont donc trouver Ibrahîm qui leur dit : "Ce n'est pas à moi que revient cet honneur. Je n'ai été l'ami intime d'ALLah que de derrière un écran. Allez plutôt trouver Mûssa à qui Dieu a adressé directement la parole".
Ils vont voir Mûssa qui leur dit : "Ce n'est pas à moi que revient cet honneur. Allez plutôt trouver 'Issa, le Verbe d'ALLah et Son Esprit".
'Issa leur dit : "Ce n'est pas à moi que revient cet honneur".
Ils vont alors voir Mouhammad (paix et bénédiction d'ALLah sur lui) qui se lève et voilà qu'on lui permet de faire ouvrir les portes du Paradis".
(Mouslim)


Sa demeure finale

Samoura Ibn Joundoub (que Allah l'agrée) rapporte : "Parmi les questions que posait le plus souvent le Messager d'ALLah (paix et bénédiction d'ALLah sur lui) à ses compagnons est celle-ci : "Est-ce que l'un de vous a vu quelque chose en rêve"
Celui qui avait eu un rêve le lui racontait. Un matin il nous dit : "Les deux anges me dirent : "Ceci est le Paradis-Eden et là-haut se trouve ta demeure".
Je levai les yeux et vis un palais comme un nuage blanc.
Ils me dirent :
"C'est là-bas ta demeure".
Je leur dis : "Que ALLah vous bénisse! Laissez-moi y entrer".
Ils dirent :
"Maintenant, non. Mais tu dois surement y entrer un jour". (Al-Boukhâri)

Dans une autre version ils dirent: "Moi je suis Jibril et celui-ci est Michael, Lève la tête"
Je levai la tête et vis au-dessus de moi comme un nuage blanc.
Ils me dirent : 
"C'est là-bas ta demeure".
Je leur dis : "Laissez-moi entrer chez moi!".
Ils dirent :
"Il te reste encore du temps à vivre et, une fois que tu l'auras accompli, tu viendras à ta maison". (Al-Boukhâri)
Repost 0
28 juillet 2009 2 28 /07 /juillet /2009 03:01
بِسْـــــــــــــــــــــمِ اﷲِارَّحْمَنِ ارَّحِيم

L'Envoyé d'Allah (صلى الله عليه و سلم) a dit: "En vérité, Allah me fit le sceau des Prophètes pendant qu'Adam était entre eau et argile". (Al-hâkim 2/417, 600 et At-tabarânî dans son Kabîr 18/253)


Sa mention dans la Bible


"C'est un prophète comme toi (Moïse) que Je leur susciterai du milieu de leurs frères; Je mettrai mes paroles dans sa bouche et il leur dira tout ce que je lui ordonnerai. Et si quelqu'un n'écoute pas mes paroles, celles que le prophète aura dites en mon nom, alors moi-même Je lui en demanderai compte" (Deutéronome 18/18-19)

"Venue d'un ultime prophète non juif, à qui les peuples devront obéissance". (Genèse 49/10)

« Et moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre consolateur, afin qu'il demeure éternellement avec vous.» Jean (14:16)

"Cependant je vous dis la vérité, il vous est avantageux que je m'en aille, car si je ne m'en vais pas, le consolateur ne viendra pas vers vous; mais, si je m'en vais, je vous l'enverrai. Et quand il sera venu, il convaincra le monde en ce qui concerne le péché, la justice, et le jugement, en ce qui concerne le péché". (Jean 16/7-11)

"J'ai encore beaucoup de choses à vous dire, mais vous ne pouvez pas les porter maintenant. Quant le Consolateur sera venu, l'Esprit de vérité, il vous conduira dans toute la vérité; car il ne parlera pas de lui-même, mais il dira tout ce qu'il aura entendu, et il vous annoncera les choses à venir." (Jean 16/12 et 13)

Le prophète Esaïe parlant de la révélation : "on le donne alors à celui qui ne sait pas lire en disant : Lis donc ceci. Il répond : Je ne sais pas lire.." (Esaïe 29:12)

Dans le Cantique des Cantiques (de Salomon) 5:16. Le terme hébraïque (en ancien hébreu) employé dans le texte original est Mohammedin (ou Mahammuddim). La terminaison en im est une forme de pluriel; mais un pluriel de respect, de majesté et de grandeur. En supprimant "im" le nom serait Mohammedd (ou Mahammudd) traduit par "toute sa personne est désirable" dans la Nouvelle version Segond Révisée de la Bible. Le même mot pourrait encore se traduire par Celui Qui Est Loué, "celui qui est digne de louanges", autrement dit Mohammed.


L'évangile de Barnabé



Mais après moi viendra la splendeur de tous les Prophètes et saints; il éclairera les ténèbres de tout ce qu'ont dit les Prophètes, car il est le Messager de Dieu (barnabas18)

maintenant que tous les Prophètes sont venus, sauf le Messager de Dieu qui viendra après moi, puisque Dieu veut que je prépare sa route 36

Se dressant sur ses pieds, Adam vit, en l'air, une inscription brillante comme le soleil. Elle disait : « Il n'y a qu'un seul Dieu, et Muhammad est le Messager de Dieu » Alors Adam ouvrit la bouche et dit : « Je te rends grâces, Seigneur mon Dieu, d'avoir daigné me créer, mais dis-moi, je t'en prie, que signifient ces paroles : Muhammad Messager de Dieu ? » Y a-t-il eu d'autres hommes avant moi ? » Dieu répondit alors :« Sois le bienvenu, ô mon serviteur Adam! Je te le dis, tu es le premiers homme que j'ai créé. Celui que tu as vu est ton fils qui se tiendra prêt pendant bien des années à venir au monde. Il sera mon Messager 39

« Je suis une voix qui crie par toute la Judée. Elle crie : préparez la voie au Messager de Dieu, comme il est écrit dans Isaïe » 42

"Mais quand le Messager de Dieu viendra, Dieu lui donner une sorte de sceau de sa main, si bien qu'il portera le salut et la miséricorde à toutes les nations du monde qui recevront sa doctrine. Il viendra avec puissance sur les impies et il détruira si bien l'idolâtrie que Satan sera confondu. C'est ce que Dieu promit à Abraham en disant : « Voici que je bénirai dans ta semence toutes les tribus de la terre. Et de même que tu as mis en pièces les idoles, Abraham, ainsi fera ta semence. » 43

Quand je l'ai vu, mon âme fut remplie de consolation et a dit : «Muhammad, que Dieu soit avec toi! Qu'il me rende digne de dénouer les lacets de tes chaussures, parce que, quand je l'aurai obtenu, je serai un grand Prophète et saint de Dieu! » Après ces paroles, Jésus rendit grâces à Dieu. 44

Que votre cœur ne se trouble pas et ne s'effraie pas, car ce n'est pas moi qui vous ai créé. C'est Dieu, notre créateur qui vous a créés. Lui vous gardera. Quant à moi, je suis venu dans ce monde pour préparer la voie au Messager de Dieu qui portera le salut au monde. 72

Il ne viendra pas de votre temps, mais bien des années après vous, quand mon Evangile sera si effacé qu'il ne restera plus qu'à peine trente fidèles. En ce temps-là, Dieu aura pitié du monde.

Alors il enverra son Messager, sur la tête duquel se posera une nuée blanche. Aussi sera-t-il reconnu par un élu de Dieu et il sera manifesté par lui au monde 72

Et quand on verra l'idolâtrie tomber à terre et me reconnaître homme comme les autres hommes, je vous le dis en vérité, le Messager de Dieu sera venu. 72

Mais quand Dieu m'enlèvera du monde, Satan suscitera de nouveau cette maudite sédition : il fera croire aux impies que je suis Dieu et fils de Dieu, et mes paroles et ma doctrine seront si contaminées qu'il restera à peine trente fidèles. Alors Dieu aura pitié du monde et il enverra son messager pour lequel il a tout fait. Il viendra du Midi avec puissance et il détruira les idoles avec les idolâtres, car il enlèvera à Satan l'empire qu'il a sur les hommes. Il apportera avec lui la miséricorde de Dieu pour le salut de ceux qui le croiront. Bienheureux qui croira à ses paroles!» 96

Jésus dit alors : «Vos paroles ne me consolent pas, car les ténèbres viendront d'où vous espérez la lumière. Ma consolation se trouve dans la venue du messager de Dieu qui détruira toute idée fausse en ce qui me concerne ". 97

. Le pontife reprit : «D'autres prophètes viendront-ils après le messager de Dieu ?»Jésus répondit : "Après lui, il ne viendra pas de vrais prophètes envoyés par Dieu, mais il viendra une quantité de faux prophètes, et cela me cause de la peine, car c'est Satan qui les suscitera par un juste jugement de Dieu et ils se couvriront du prétexte de mon Evangile" 97

Alors les gens élevèrent la voix et dirent :"O Dieu, envoie-nous ton messager ! O Muhammad, viens vite pour le salut du monde !" 97

Mais quand viendra Muhammad, messager sacré de Dieu, cette infamie sera enlevée112

Je vous le dis en vérité, si la vérité n'avait pas été effacée du livre de Moïse, Dieu n'aurait pas donné le second livre à David, notre père. Et si le livre de David n'avait pas été contaminé, Dieu ne m'aurait pas envoyé l'évangile, car le Seigneur notre Dieu est immuable et il a tenu un seul langage à tous les hommes. C'est pourquoi, quand le messager de Dieu viendra, il purifiera tout ce que les impies auront contaminé dans mon livre. 124

Les disciples répondirent : «Maître, qui sera cet homme dont tu parles et qui viendra dans le monde ?» Jésus répondit dans la joie de son coeur : «C'est Muhammad, messager de Dieu! Sa venue dans le monde porteuse d'abondante miséricorde, comme la pluie qui fait fructifier la terre quand il n'a pas plu depuis longtemps, sera cause de bonnes actions parmis les hommes. Car il est une nuée blanche, remplie de la miséricorde de Dieu, que Dieu répandra sur les fidèles comme la pluie." 163


La réponse aux chrétiens qui disent que cet Evangile a été écrit par des musulmans



Le decrét de galate , un document du 5 ème siecle contenant une liste des livres rejetés par l'eglise , on y trouve le nom de "Evangelium nomine Barnabae".


Sa mention dans les écritures Hindous


Il est mentionné dans le Véda, ainsi que dans plusieurs autres Livres Saints des Hindous, que le"Kalki Autar" se nourrira d'olive et de dates et sera véridique, honnête et digne de confiance. A propos de cette prophécie, le Prof. Parkash écrit:"Cela n'est vrai et établi que dans le cas du Prophète Muhammad {salallahû 'alayhi wa salam}."(note: un des noms du Prophète {salallahû 'alayhi wa salam}.est "Al Amine", ce qui signifie "Le Digne de Confiance").

"Vishnu Bhagat" veut donc dire en Arabe "Abd Allah" {Esclave d'Allah}. Quant a "Somanib", il signifie en Sanskrit "Paix et Tranquilité". En Arabe, cela signifie "Amina". Il se trouve que le Père du Prophète Muhammad {salallahû 'alayhi wa salam}. s'appelle Abd Allah {Esclave d'Allah} et sa sainte mère s'appelle Amina {Paix et Tranquilité}.

Le Livre du Véda précise que Bhagwan ("Allah") enverra Son Message au "Kalki Autar"dans une cave et a travers un Messager. Ceci fut également vrai pour le Prophète Muhammad {salallahû 'alayhi wa salam}. qui fut la seule personne dans toute la Mecque a avoir recu le Message Divin dans la Cave d'Hira et a travers l'Ange Gabriel (Jibril, {as salat wa salam}.) qui est le Messager et l'Emissaire d'Allah {sûbhanahû wa Ta'ala}..

Le Livre Saint du Véda précise que le "Kalki Autar" sera né dans une noble et respectée dynastie de son pays. Le Prof. Parkash souligne que cela fut exactement le cas pour le Prophète Muhammad {salallahû 'alayhi wa salam}. qui est né dans la très respectée tribue des Quraish, laquelle tribu occupait une noble place a la Mecque.

Il est écrit dans le Livre du Véda ainsi que dans les autres Livres Saints de l'Inde que Bhagwan ("Allah") donnera au "Kalki Autar" le plus rapide des chevaux grace auquel il voyagera a travers le monde et a travers les Sept cieux. Le Prophète Muhammad{salallahû 'alayhi wa salam}. recu de la part d'Allah {sûbhanahû wa Ta'ala}. le "Buraq" qui lui permit de voyager de l'Arabie Saoudite a Jerusalem ("a travers le monde") et de traverser les Sept Cieux lors du Miraj ("a travers les Sept Cieux").

Les Livres Saints de l'Inde précisent également que le "Kalki Autar" sera soutenu par Bhagwan ("Allah") Qui lui accordera une Aide Manifeste. Ce fut en effet le cas pour le Prophète Muhammad {salallahû 'alayhi wa salam}. qui fut aidé et soutenu par Allah{sûbhanahû wa Ta'ala}. a travers Ses Anges lors de la célèbre Bataille de Badr.

Le Livre du Véda ainsi que les autres Livres Saints Hindou prédisent également que le"Kalki Autar" sera un expert dans l'art du sabre, de l'arc, et de l'équitation. Le Prof. Pundit Vaid Parkash précise a cet effet que les Hindous devraient reflechir sur cette importante prophétie: il écrit que l'age des chevaux, du sabre, et de la lance est passé depuis longtemps et que l'age actuel est celui des chars d'assaut et des missiles. Par conséquence, ce serait un manque de sagesse d'attendre un nouveau "Kalki Autar"qui combattra avec des fleches et des lances.

wa Allahû A'lâm




islamopédie
Repost 0
28 juillet 2009 2 28 /07 /juillet /2009 03:00

Son nom et sa généalogie



Son nom est Khadîja Bint Khuwaylid Ibn Asad Ibn 'Abd Al-'Uzzâ Ibn Qusayy Ibn Kilâb Ibn Murrah Ibn Ka'b Ibn Lu'ayy Ibn Ghâlib Ibn Fihr.

  • Sa mère

    Sa mère s'appelait Fâtimah Bint Zâ'idah Ibn Al-Asamm Ibn Rawâhah Ibn Hajar Ibn 'Abd Ibn Ma'îs Ibn 'آmir Ibn Lu'ayy Ibn Ghâlib Ibn Fihr.


  • Sa grand-mère

    La mère de cette dernière s'appelait Hâlah Bint 'Abd Manâf Ibn Al-Hârith Ibn 'Amr Ibn Ma'îs Ibn 'آmir Ibn Lu'ayy Ibn Ghâlib Ibn Fihr.


  • Son arrière grand-mère

    La mère de Hâlah s'appelait Qilâbah Bint Su'ayd Ibn Sa'd Ibn Sahm Ibn 'Amr Ibn Husays Ibn Ka'b Ibn Lu'ayy Ibn Ghâlib Ibn Fihr.


Sa naissance (-68 H)


Khadîja (radhi Allahû 'anha) est née en 68 avant l'Hégire.


Ses mariages avant d'épouser le Prophète (salallahû 'alayhi wa salam)


Avant d'épouser le Messager d'Allah (salallahû 'alayhi wa salam), elle fut l'épouse de 'Atîq Ibn 'آ'idh Ibn 'Abdillâh Ibn 'Amr Ibn Makhzûm duquel elle enfanta un garçon qui se prénomme 'Abd Manâf. Az-Zubayr rapporte qu'elle donna à 'Atîq une fille qui se prénommait Hind.

Elle épousa ensuite Hind Ibn Zurârah, à qui elle donna un fils qui s'appelait Hind également ; il est mort de la peste - la peste de Bassorah. Elle lui donna deux autres fils : At-Tâhir et Hâlah.

Ses deux maris sont morts dans l'époque pré-islamique.


Elle emploie le Prophète (paix et bénédiction de Dieu sur lui) comme commerçant


Khadîja Bint Khuwaylid était une femme d'affaires noble et fortunée. Elle louait les services d'hommes pour s'occuper de son commerce contre un intéressement aux bénéfices. L'activité principale des Qorayshites était en effet le commerce. Lorsqu'elle entendit parler du Messager d'Allah (salallahû 'alayhi wa salam) notamment de sa véridicité, de sa grande honnêteté et de la noblesse de son caractère, elle le fit venir et lui proposa de prendre la responsabilité de sa caravane de commerce en partance pour le Shâm (dans la grande Syrie, qui engobe la Palestine, la Jordanie, le Liban et la Syrie actuelle) avec son serviteur Maysarah, contre la meilleure rémunération qu'elle accordait jusqu'alors aux autres commerçants. Il accepta cette offre et partit avec Maysarah pour le Shâm. (Ibn Ishâq)

Là il vendit les articles avec lesquels il était parti et acheta ce qu'il désirait acheter pour le compte de Khadîja. Accompagné de Maysara, il embarqua pour Makkah avec une caravane. Les transactions qu'il fit rapporta deux fois plus de profit que le profit habituel et le salaire qu'il reçut de la part de Khadîja fut le double du salaire qu'elle donnait d'habitude.


Son mariage avec le Prophète (-28 H ; 40 ans)


Lorsque Maysara rapporta à Khadîja ce qu'il avait vu du caractère de Mûhammad (salallahû 'alayhi wa salam), elle le fit chercher. Elle lui dit : "Ô cousin, vraiment, je t'apprécie en raison des liens familiaux qui nous unissent, de l'incontestable noblesse de tes origines, de ton honnêteté et de ta sincérité, mais aussi pour l'intégrité de ton caractère et la véracité de tes propos."

Et elle lui proposa le mariage. Le Messager d'Allah (salallahû 'alayhi wa salam) en fit part à ses oncles. Hamza vint avec lui et ils appelèrent Khouwaylid qui dit (en ce sens) : "Il est fort, rien ne peut l'atteindre". (Il exprima de la sorte son approbation pour le mariageâ")


Sa dot


Ibn Hishâm dit : Le Messager d'Allah (salallahû 'alayhi wa salam) lui offrit une dot de vingt jeunes chamelles. Khadîja (radhi Allahû 'anha) fut ainsi la première épouse du Messager d'Allah (salallahû 'alayhi wa salam.

D'après Ibn Habib, ce fut 12 onces d'argent (soit 480 dirhams), et d'après un autre récit du même auteur, 500 dirhams.


Ses enfants avec le Prophète (salallahû 'alayhi wa salam)


Elle lui donna 6 enfants : Al-Qâsim, 'Abdoullah (surnommé Tayyib (le bon) et Tâhir (le pur)), Zaynab, Rouqqayya, Oum Koulthoum, et Fâtima (رضي الله عنهم).

Toutes ses filles ont vécu jusqu'à la révélation de l'Islam et ont émigré avec lui.


C'est la première personne qui a cru en la mission du Prophète (salallahû 'alayhi wa salam), et c'est elle qui l'a épaulé dans les moments difficiles


'Aicha (رضي الله عنها) a dit : La Révélation se présenta d'abord au Prophète (salallahû 'alayhi wa salam) sous forme de visions pieuses qu'il voyait pendant son sommeil. Toutes lui parurent avec une très vive clarté. Puis, il eut de l'inclination à la retraite. Il se retirait alors dans la caverne de Hirâ, où il se livrait à la pratique d'actes d'adoration durant des nuits consécutives, avant qu'il ne rentre chez lui pour se munir de provisions de bouche. Il revenait ensuite vers Khadîja et prenait les provisions nécessaires pour une nouvelle retraite. Cela dura jusqu'à ce que la Vérité lui fut enfin révélée dans la caverne de Hirâ.
L'archange y vint alors lui dire :
 "Lis!".
"Je ne suis point de ceux qui lisent", répondit-il. Le Prophète raconta cet événement en ces termes :
L'archange me saisit aussitôt, me pressa contre lui au point de me faire perdre toute force, puis me lâcha enfin en répétant : "Lis!". 
- "Je ne suis point de ceux qui lisent", répliquai-je encore. Cette scène se répéta à deux autres reprises.
A la troisième fois, l'archange me dit :
 {Lis, au nom de ton Seigneur qui a créé, qui a créé l'homme d'une adhérence. Lis! Ton Seigneur est le Très Noble, qui a enseigné par la plume (le calame), a enseigné à l'homme ce qu'il ne savait pas}.

Après avoir entendu ces versets, le Prophète (salallahû 'alayhi wa salam), tremblant et palpitant, rentra chez son épouse Khadîja et s'écria : "Enveloppez-moi! Enveloppez-moi!".
On s'empressa de le couvrir jusqu'au moment où son effroi fut dissipé. Alors, s'adressant à Khadîja, il la mit au courant de ce qui s'était passé, puis il ajouta : "Ah! J'ai cru que j'en allais mourir!".
- "Au contraire, réjouis-toi!, répondit Khadîja, certes jamais Allah ne te plongera dans l'ignominie; car tu maintiens tes liens de parenté, tu ne dis que la vérité, tu soutiens les faibles, tu donnes aux indigents, tu héberges les hôtes, et tu viens en aide aux éprouvés".
Ensuite Khadîja emmena Muhammad chez Waraqa Ibn Nawfal Ibn 'Asad Ibn `Abd Al-`Uzzâ Cet homme, qui était le cousin paternel de Khadîja, avait embrassé le christianisme aux temps antéislamiques. Il savait l'arabe par écrit, et avait traduit vers l'arabe des passages de l'Evangile autant que Allah avait voulu. A cette époque, il était âgé et était devenu aveugle : "Ô mon cousin, lui dit Khadîja, écoute ce que va te dire le fils de ton frère".
- "Ô fils de mon frère!, répondit Waraqa Ibn Nawfal, de quoi s'agit-il?".
Le Prophète (salallahû 'alayhi wa salam) lui raconta alors ce qu'il avait vu. "C'est l'archange, dit Waraqa Ibn Nawfal, que Allah a envoyé autrefois à Moïse (Mûsa) ('alayhi salam). Plût à Allah que je fusse jeune en ce moment! Ah! Comme je voudrais être encore vivant à l'époque où tes concitoyens te banniront!".
- "Ils m'exileront donc?", s'écria le Prophète (salallahû 'alayhi wa salam).
- "Oui, reprit Waraqa Jamais un homme n'a apporté ce que tu apportes sans être persécuté! Si je vis encore en ce jour-là, je t'aiderai de toutes mes forces".
 (Mouslim n°231)

Dans une version, Waraqa dit : "C'est celui (l'ange Gabriel) qui garde les secrets, qui a été envoyé par Allah à Moïse. Comme j'aurai aimé être encore jeune et pouvoir vivre jusqu'au moment où ton peuple te chassera."
L'Envoyé d'Allah (salallahû 'alayhi wa salam) demanda : "Vont-ils me chasser ?"
Waraqah lui répondit par l'affirmative et dit : "Quiconque est venu avec quelque chose de semblable à ce que tu as rapporté a toujours été traité avec hostilité et si je devais rester en vie jusqu'au jour où tu seras chassé alors je te soutiendrai fortement. "
Mais après quelques jours, Waraqah mourut, et la Révélation Divine s'arrêta également pendant un certain temps". 
(Al-Boukhâri)


Sa mort (-3 H ; 65 ans)


Khadîja (رضي الله عنها), Mère des Croyants, mourut en aidant le Messager d'Allah (salallahû 'alayhi wa salam) à transmettre l'appel de l'islam. Elle quitta ce monde trois années avant l'émigration à Médine, à l'âge de 65 ans. Le Prophète (salallahû 'alayhi wa salam) l'enterra de ses propres mains. Sa mort fut une grande source de tristesse pour le Prophète (salallahû 'alayhi wa salam).


Ses mérites


'Aïcha (رضي الله عنها) a dit : "Je n'ai jamais éprouvé de jalousie vis-à-vis des épouses du Prophète (salallahû 'alayhi wa salam) comme j'en ai éprouvée vis-à-vis de Khadija (رضي الله عنها) alors que je ne l'avais jamais vue. Il ne cessait en effet de parler d'elle. Quand il égorgeait un agneau, il lui arrivait de le couper en morceaux pour les envoyer aux anciennes amies de Khadija. Il m'est peut-être arrivé de lui dire : "On dirait qu'il n'existe au monde d'autres femmes que Khadija!"
Il disait :
 "Elle était ceci, elle était cela et c'est d'elle que j'ai eu des enfants".(Al-Boukhâri, Mouslim)

D'après Abou Hourayra (radhi Allahû 'anhû) : "Jibril est venu au Prophète (salallahû 'alayhi wa salam) et lui a dit : "ô Messager d'Allah voici Khadija qui arrive et avec elle un récipient contenant de la sauce de la nourriture ou une boisson. Lorsqu'elle te rejoint passe lui le Salam de son Seigneur et de ma part et annonce lui la bonne nouvelle d'une maison au Paradis faite de roseaux où il n'y a ni bruit ni fatigue". (Al-Boukhâri)

Le Prophète (salallahû 'alayhi wa salam) a dit : "Les femmes qui ont atteint la perfection dans ce monde sont au nombre de quatre : la vierge Marie, Asiya la femme de Pharaon, Khadîja la mère des croyants, et Fâtima la fille de Mouhammad".

Une fois, alors que 'Aïcha (رضي الله عنها) s'était plaint et avait demandé à son époux pourquoi il parlait tant d'une "vieille femme Qouraychite" (elle faisait par là allusion à Khadîja), le Prophète (salallahû 'alayhi wa salam) fut blessé et lui dit : "Elle fut l'épouse qui a cru en moi quand d'autres m'ont rejeté. Quand les gens m'accusaient de mentir, elle a affirmé ma sincérité. Quand j'ai été abandonné, elle a dépensé sa richesse pour soulager le poids de ma douleur".

L'Envoyé d’Allah (salallahû 'alayhi wa salam) lui annonça par son Seigneur qu'Elle aurait au Paradis une maison en perle creuse (qasab) dans lequel il y a ni brouhaha (sakhab) et ni fatigue (nasab).

Khadîja (radhi Allahû 'anha) était surnommée "La Pure dans la jâhiliyyah et dans l'islam".

Dans les Siyar d'At-Taymî, on dit qu'elle était qualifiée de "la Dame des femmes de Qoraysh".


source: islamopédie
Repost 0
28 juillet 2009 2 28 /07 /juillet /2009 02:54

Son apparence réélle



Le Messager d'Allah (salallahû 'alayhi wa salam) dit dans la description de Jibrîl : "Je l'ai vu descendre du ciel et bouchant du fait de l'importance de sa corpulence l'espace entre le ciel et la Terre". (Mouslim n°177)

Selon 'Abdoullah Ibn Massoud (radhi Allahû 'anhû) le Messager de Dieu d'Allah (salallahû 'alayhi wa salam) avait vu Jibrîl sous sa vraie image avec 600 ailes dont chacune bouchait l'horizon et de chacune desquelles tombaient des objets de diverses couleurs, des perles et des rubis d'une quantité dont Allah se réserve la connaissance. (Ahmad, Ibn Kathir déclare dans al-Bidaya 1/47 que la chaîne de transmission du hadith est bonne)



Sa visite du Paradis et de l'Enfer



D'après Abou Hourayra (radhi Allahû 'anhû), le Messager d'Allah (salallahû 'alayhi wa salam) a dit : "Quand Allah a fini de créer le Paradis et l'enfer, Il envoya Jibrîl au Paradis et lui a dit : Regarde-le et ce que j'y ai préparé pour ses habitants. Il s'y présenta et le regarda pour voir ce que Allah y avait préparé pour ses occupants. Et puis Jibrîl retourna à Lui et dit : "Par Ta puissance ! Toute personne qui en aura entendu parler voudra y entrer". Il donna alors l'ordre de le faire entourer par des choses pénibles puis dit à Jibrîl : "va regarder de nouveau ce que j'ai préparé à ses occupants". Quand il y retourna il eut la surprise de découvrir qu'il était entouré de choses pénibles. Il retourna encore auprès de Lui et Lui dit : "Par Ta puissance ! Je crains que personne n'y entre"
- Il lui dit : "va voir l'Enfer et ce que j'y ai préparé à ses habitants". Il eut la surprise de découvrir que ses couches se superposaient. Il retourna auprès de Lui et dit : "Par Ta puissance ! Aucune personne qui en aura entendu parler ne voudra y entrer". Il donna alors l'ordre de le faire entourer par des choses convoitées.
Et puis il lui dit : "va le voir de nouveau".
Il y retourna puis dit : "Par ta puissance ! Je crains que personne n'y échappe"". 
(At-Tirmidhi qui dit "beau et authentique", Al-Hafiz dit "sa chaîne de garants est solide")



Son aide lors de l'accouchement de 'Issa - Jésus (sur lui la paix)



Allahû Ta'ala a dit : {Mentionne, dans le Livre (le Coran), Marie, quand elle se retira de sa famille en un lieu vers l'Orient. Elle mit entre elle et eux un voile. Nous lui envoyâmes Notre Esprit (Gabriel), qui se présenta à elle sous la forme d'un homme parfait. Elle dit : "Je me réfugie contre toi auprès du Tout Miséricordieux. Si tu es pieux, [ne m'approche point]. Il dit : "Je suis en fait un Messager de ton Seigneur pour te faire don d'un fils pur". Elle dit : "Comment aurais-je un fils, quand aucun homme ne m'a touchée, et je ne suis pas prostituée ?"Il dit : "Ainsi sera-t-il ! Cela M'est facile, a dit ton Seigneur ! Et Nous ferons de lui un signe pour les gens, et une miséricorde de Notre part. C'est une affaire déjà décidée". Elle devient donc enceinte [de l'enfant], et elle se retira avec lui en un lieu éloigné. Puis les douleurs de l'enfantement l'amenèrent au tronc du palmier, et elle dit : "Malheur à moi ! Que je fusse morte avant cet instant ! Et que je fusse totalement oubliée !"Alors, il l'appela d'au-dessous d'elle, [lui disant : ] "Ne t'afflige pas. Ton Seigneur a placé à tes pieds une source. Secoue vers toi le tronc du palmier : il fera tomber sur toi des dattes fraîches et mûres. Mange donc et bois et que ton oeil se réjouisse ! Si tu vois quelqu'un d'entre les humains, dis [lui : ] "Assurément, j'ai voué un jeûne au Tout Miséricordieux : je ne parlerai donc aujourd'hui à aucun être humain".} (S19/V16-26)



Sa première rencontre avec le Prophète (salallahû 'alayhi wa salam) dans la grotte Hîra



'Aicha (رضي الله عنها) a dit : "La Révélation se présenta d'abord au Prophète (salallahû 'alayhi wa salam) sous forme de visions pieuses qu'il voyait pendant son sommeil. Toutes lui parurent avec une très vive clarté. Puis, il eut de l'inclination à la retraite. Il se retirait alors dans la caverne de Hirâ', où il se livrait à la pratique d'actes d'adoration durant des nuits consécutives, avant qu'il ne rentre chez lui pour se munir de provisions de bouche. Il revenait ensuite vers Khadîja et prenait les provisions nécessaires pour une nouvelle retraite. Cela dura jusqu'à ce que la Vérité lui fut enfin révélée dans la caverne de Hirâ'. L'archange y vint alors lui dire : "Lis!".
- "Je ne suis point de ceux qui lisent",
 répondit-il.
Le Prophète raconta cet événement en ces termes : L'archange me saisit aussitôt, me pressa contre lui au point de me faire perdre toute force, puis me lâcha enfin en répétant : "Lis!".
- "Je ne suis point de ceux qui lisent",
 répliquai-je encore.
Cette scène se répéta à deux autres reprises. A la troisième fois, l'archange me dit :
{Lis, au nom de ton Seigneur qui a créé, qui a créé l'homme d'une adhérence. Lis! Ton Seigneur est le Très Noble, qui a enseigné par la plume (le calame), a enseigné à l'homme ce qu'il ne savait pas} (96/1-5)". (Mouslim n°231)



Son apparition sous forme humaine du temps du Prophète (salallahû 'alayhi wa salam)



Abou Hourayra (radhi Allahû 'anhû) a dit : Le Prophète (salallahû 'alayhi wa salam) s'étant un jour montré au public, un homme vint lui dire : "Ô Envoyé de Dieu! Qu'est-ce que la foi?".
- "C'est, répondit-il, de croire en Allah, à Ses anges, à Son Livre, à Sa rencontre, à Ses prophètes et à la Résurrection".
- "Ô Envoyé d'Allah! Qu'est-ce que l'Islam?", reprit l'homme.
- "L'Islam, dit le Prophète, consiste à adorer Allah sans jamais Lui donner d'associés, à s'acquitter de la prière prescrite, à verser l'aumône légale (Az-Zakâ), à jeûner le ramadan".
- "Ô Envoyé d'Allah! Qu'est-ce que la perfection (al-ihsân)?", demanda l'homme.
"C'est, répliqua le Prophète, d'adorer Allah comme si vous Le voyiez. Car bien que vous ne le voyiez pas, Lui certes vous voit".
- "Ô Envoyé de Dieu! Quand est-ce qu'aura lieu l'Heure Suprême?", reprit l'homme."L'interrogé, dit-il, n'en sait pas plus que celui qui interroge. Je vous parlerai plutôt de ses prodromes : Quand l'esclave enfantera son maître; que les va-nu-pieds seront à la tête des gens; et que les pâtres des moutons se vautreront dans leurs constructions élevées. Cette Heure fait partie des cinq (événements) que Seul Allah détient le secret". Et le Prophète (salallahû 'alayhi wa salam) de réciter ce verset : 
{La connaissance de l'Heure et auprès d'Allah; et c'est Lui qui fait tomber la pluie salvatrice; et Il sait ce qu'il y a dans les matrices. Et personne ne sait ce qu'il acquerra demain, et personne ne sait dans quelle terre il mourra. Certes Allah est Omniscient et Parfaitement Connaisseur}.L'homme s'éloigna aussitôt et quand le Prophète (salallahû 'alayhi wa salam) ordonna de le faire revenir, personne ne put déceler la moindre trace de l'homme. "Cet homme, dit alors le Prophète (salallahû 'alayhi wa salam), est Jibrîl; il est venu enseigner aux hommes leur religion".


source: islamopédie
Repost 0
28 juillet 2009 2 28 /07 /juillet /2009 02:53

Le nom du prophète de l'islam se dit "Mûhammad" (محمد) en arabe qui veut dire "Le Très loué", alors que "Mahomet" veut dire "le jamais loué" 

La nuance de "jamais loué" vient quand on la prononce en arabe en insistant sur "ma"
ما فعلت --> لم أفعل
donc : mahomet-->ما حمد
qui se comprend par : لم يحمد (أبداً

C'est une piste de comprehension possible et raisonnable donc faut eviter d'appeller notre Prophète Mûhammad (salallahû 'alayhi wa salam) par "Mahomet"

Et Allah est plus savant, wa Allahû A'lâm!

Jazzak Allahû kheyr frère Abdurrahmen Ibrahim ;)
Repost 0
28 juillet 2009 2 28 /07 /juillet /2009 02:50


Au nom d’Allah, l’infiniment Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

Louange à Allah seul, et que son salut et sa bénédiction soient sur le dernier des prophètes.

Croire que le prophète de l’Islam Muhammad صلى الله عليه و سلم a opprimé et soumis la femme, a bafoué ses droits, l’a prise comme un objet de plaisir, s’est comporté envers elle tel un maître avec son domestique, en ne l’écoutant pas, ni l’associant aux affaires publiques, sans la concerter ou lui demander son avis, mais il lui ordonnait et elle, devait obéir, est une idée malheureusement répandue en Occident.

Ceci est l’image de Muhammad صلى الله عليه و سلم dans l’esprit des occidentaux et notamment celle concernant son comportement avec la femme. Cette image est sans le moindre doute, altérée allant à l’encontre de la réalité. Elle fut vulgarisée et ancrée dans les esprits des occidentaux par les religieux, les intellectuels, les médias et même les politiques. Ceci, pour écœurer les gens de l’islam et de son prophète. Cependant, il existe un groupe de personnes dont font partie des gens considérés comme des meneurs dans le domaine intellectuel, médiatique et politique, qui n’accepte pas cette fausse vision des choses et persiste à montrer la réelle conception de l’islam et de son Prophète. Seulement, l’emprise du premier groupe sur les médias a rendu la voix du deuxième groupe presque inaudible voire sans aucune répercussion.

Si nous voulons connaître la conduite que le Prophète (sallallahu alayhi wa sallam) adoptait avec la femme, il convient avant toute chose de lire sa biographie, en étudiant ses paroles et son attitude envers elle, pour pouvoir ensuite juger avec toute neutralité et objectivité.

En premier lieu, nous devons nous poser cette question : la femme jouissait-elle de droits avant l’Islam qui ensuite, lui furent retirés par le prophète صلى الله عليه و سلم après l’Islam ?
La réponse est non ! La femme ne possédait aucun droit avant l’Islam, mais l’Arabe dans sa nature, détestait les filles, qu’il considérait comme un déshonneur. Ceci alla jusqu’à que certains Arabes d’avant l’Islam, étaient connus pour enterrer les petites filles vivantes. Le Coran nous décrit cette situation, lorsqu’Allah dit :

{Et lorsqu’on annonce à l’un d’eux la naissance d’une fille,son visage s’assombrit et une tristesse profonde mais contenue l’envahit. Il se cache des gens, à cause du malheur qu’on lui a annoncé. Doit-il garder cette fille malgré la honte engendrée ou l’enfouir dans la terre ?} (Sourate An-Nahl, verset 58 et 59)


Avant l’Islam, si l’advenait à la femme de perdre son mari, elle était donnée en héritage à ses enfants et ses proches, si du moins, ils le souhaitaient. Ils avaient libre choix de la remarier avec l’un d’entre eux, sinon ils pouvaient lui refuser tout remariage et l’enfermaient jusqu’à ce qu’elle meurt. L’Islam rejeta tout cela, et le prophète r lui fit valoir ses droits, comme nous pourrons le constater.

Avant l’Islam, la situation de la femme n’était point meilleure dans les autres communautés. En Grèce antique, la femme était considérée comme un misérable objet se vendant et s’achetant dans les marchés. Elle ne jouissait d’aucun droit civique, ni financier. Son mari, après son père, détenait un droit total sur elle notamment sur son argent ; en aucun cas, elle ne pouvait l’utiliser sans son accord préalable. En Inde, lorsque la femme perdait son époux, elle n’avait plus de raison de vivre ; sa vie se terminait à la mort de son mari en s’immolant de plein gré sur son bûcher.

De même, si nous étudions la situation de la femme chrétienne au Moyen-Age, nous remarquerons qu’elle vivait une situation pire que celles déjà citées. A tel point que les religieux se demandèrent si sa nature était humaine ou diabolique ? Voilà l’environnement dans lequel vivait la femme avant l’Islam. Qu’a donc apporté l’Islam à la femme ? Et qu’a apporté le prophète (sallallahu alayhi wa sallam) à la femme ?

Le prophète (sallallahu alayhi wa sallam) nous a informé qu’il aimait la femme et en aucun cas, ne la détestait ni la dévalorisait. Il disait :
« De cette vie, j’ai aimé les femmes et le parfum, et la prière a été amenée à être un plaisir pour mes yeux. » Rapporté par Nassaï et authentifié par Albâny.


Aussi, le prophète صلى الله عليه و سلم parla de l’égalité humaine des femmes avec les hommes, en disant :
« Les femmes sont les consœurs des hommes. » Rapporté par Ahmad, Abou Dawoûd et Tirmidhy et authentifié par Albâny.


En effet, tous les hommes proviennent d’une femme et d’un homme et les femmes également, personne donc n’est plus méritant que l’autre si ce n’est par la foi et les bonnes oeuvres.
En France, en 585, lors du Concile de Mâcon on se demandait : est-ce que la femme possède un corps avec ou sans âme ? Ils en conclurent que la femme était dépourvue de l’âme qui sauvait la personne du châtiment de l’enfer si ce n’est l’âme de Marie !

Par contre, le prophète (sallallahu alayhi wa sallam) a été envoyé pour confirmer l’égalité entre l’homme et la femme concernant la foi, la pratique et les récompenses qui lui sont liées. Allah dit :

{Les Musulmans et Musulmanes, croyants et croyantes, obéissants et obéissantes,loyaux et loyales, ceux et celles qui endurent avec patience, se montrent humbles,donnent l’aumône, jeûnent, préservent leurs chasteté et se remémorent souvent Dieu : à tous Dieu a préparé un pardon et une énorme récompense.} (Sourate Al Ahzab, verset 35)


Et Il a aussi dit :

{Celui qui fait une mauvaise action sera rétribué par son équivalent ; et celui, mâle ou femelle, qui fait une bonne action tout en étant croyant, alors ceux-là entreront au Paradis pour y recevoir leur rétribution sans compter.} (Sourate Ghafir, verset 40)


Lorsque Allah proscrivit l’usage concernant le fait de détester d’engendrer des filles, en disant :

{A Dieu appartient la royauté des cieux et de la terre. Il crée ce qu’Il veut.Il fait don de filles à qui Il veut,et octroie des garçons à qui Il veut,Ou bien Il donne à la fois garçons et filles; et Il rend stérile qui Il veut. Il sait et est capable de tout.} (Sourate Ash-Shura verset 49 et 50)


… le prophète (sallallahu alayhi wa sallam) fit de même en proscrivant cet affreux comportement et encouragea l’éducation des filles et le bon comportement envers elles. En effet, il dit :
« Celui qui éduque deux filles jusqu’à ce qu’elles atteignent l’âge de la puberté, lui et moi, ressusciterons le jour de la résurrection de cette façon (et il joignit les doigts de sa main.) » Rapporté par Mouslim.


Ceci montre combien son degré est élevé et qu’il sera rapproché du prophète pour la seule raison de s’être occupé de ses filles et pour les avoir protégé jusqu’à qu’elles aient atteint l’âge de la puberté et de la responsabilité. Le prophète صلى الله عليه و سلم dit aussi :
« Celui qui détiendra sous sa responsabilité trois filles ou trois sœurs, ou bien deux filles ou deux sœurs, puis se comportera bien avec elles, en craignant Allah, rentrera au paradis. » Rapporté par Tirmidhy et authentifié par Albâny.


Au moyen de cette méthode encourageante, le prophète صلى الله عليه و سلم mit fin à une conduite ancrée dans les esprits des Arabes avant l’Islam, celle qui portait en aversion les filles en les considérant comme le symbole de l’impuissance et du déshonneur.
Le prophète صلى الله عليه و سلم encouragea l’enseignement des femmes, en disant :
« Rechercher la science est une obligation pour tout musulman. »
Rapporté par Ibn Mâjah et authentifié par Albâny.


Cela concerne aussi bien l’homme que la femme. Une femme vint voir le prophète et lui dit :
« O messager d’Allah ! Les hommes se sont emparés de toutes tes paroles, consacre-nous donc un moment pour que l’on puisse te rencontrer et nous enseigner ce qu’Allah t’a appris. » Le prophète صلى الله عليه و سلم dit :
« Réunissez-vous ce jour-là et ce jour-ci. »

Ce qu’elles firent aussitôt ; durant ces jours, le prophète leur enseignait ce qu’Allah lui apprenait. Rapporté par Mouslim.

D’ailleurs, le prophète (sallallahu alayhi wa sallam), durant ses sermons et ses exhortations, s’adressait aux hommes comme aux femmes, puis s’adressait exclusivement aux femmes et leur consacrait quelques-unes de ses paroles. En d’autres termes, les personnes qui bénéficiaient le plus des paroles du prophète (sallallahu alayhi wa sallam), étaient sans le moindre doute, les femmes.


Le prophète صلى الله عليه و سلم n’enfermait pas la femme à la maison, comme ils prétendent ! Au contraire, il lui a permis de sortir lorsqu’elle avait des choses à faire, mais aussi pour rendre visite à ses proches et ses amis, pour rendre visite au malade, etc. Il lui a permis également d’aller à la mosquée, en disant :
« N’empêchez pas les femmes d’aller aux mosquées. » Rapporté par Ahmad et Aboû Dawoûd et authentifié par Albâny.



De plus, le prophète صلى الله عليه و سلم aimait la compagnie de sa femme lors des invitations et les refusait si jamais l’inviteur n’admettait pas sa femme avec lui. Anas(qu’Allah sois satisfait de lui), raconte que le prophète صلى الله عليه و سلم avait un voisin persan connu pour ses mets délicieux. Ce voisin prépara un plat pour le prophète (sallallahu alayhi wa sallam) et le convia à sa table. Le prophète (sallallahu alayhi wa sallam) lui dit :
« Et mon épouse ? (En parlant de son épouse Aïcha, qu’Allah l’agrée) » Il répondit : « Non (je ne l’invite pas). » Le prophète صلى الله عليه و سلم rétorqua : « Je refuse donc. » Le voisin réitéra son invitation et le prophète صلى الله عليه و سلم lui redemanda : « Et mon épouse ? » Il répondit : « Non (je ne l’invite pas). » Le prophète rétorqua de nouveau : « Je refuse donc. » Le voisin réitéra une nouvelle fois son invitation et le prophète lui redemanda : « Et mon épouse ? »L’homme, après trois demandes consécutives, dit : « Je suis d’accord. » Le prophète et Aïcha se levèrent et se suivirent mutuellement jusqu’à atteindre la maison de l’inviteur. » Rapporté par Mouslim.


Remarquez comment le prophète صلى الله عليه و سلم refusa l’invitation de cet homme parce qu’il ne pouvait pas supporter se voir manger sans la compagnie de son épouse. Ce comportement fait partie de la bonne relation à avoir avec sa femme, du respect de ses droits et de la prise en compte de ses sentiments et de ses considérations.
Le prophète صلى الله عليه و سلم connaissait bien la nature féminine, il savait que les sentiments chez la femme exercent une influence plus grande que chez les hommes, sachant qu’elle est plus émotive et plus faible psychologiquement et physiquement. C’est pour cette raison que le prophète صلى الله عليه و سلم conseilla d’être tendre et patient avec elle, de ne pas trop tenir compte de leurs fautes, car être dur avec la femme mène à la rupture entre les époux. Le prophète صلى الله عليه و سلم dit :
« Veuillez du bien aux femmes. Elles ont été créées d’une côte et la côte la plus tordue est celle de la partie supérieure. Si tu cherchais à vouloir la redresser, tu la briserais, mais si tu la laissais ainsi, elle resterait tordue, je vous enjoins donc d’être bons avec les femmes. » Rapporté par Boukhâry et Mouslim.


On trouve dans un autre hadith la version suivante :
« Les femmes ont été créées d’une côte, si tu cherchais à vouloir la redresser, tu la briserais, conduis-toi bien avec elle et vous pourrez vivre ensemble. » Rapporté par Ibn Hibâne et authentifié par Albâny.



Ce hadith montre quelle est la meilleure attitude à adopter pour que la femme puisse s’affermir et s’améliorer. Cette attitude ne passe que par la douceur, la délicatesse, la persuasion et la prise en charge. En effet, l’attitude qui consiste à vouloir changer la femme et l’améliorer par la violence et la rudesse, mènera seulement à la multiplication des problèmes.

Le prophète صلى الله عليه و سلم incita les époux à dépenser pour leurs femmes selon leurs capacités. En Islam, subvenir aux besoins de la femme est une obligation commandée à l’homme. Malgré cela, le prophète صلى الله عليه و سلم informa que l’homme est récompensé pour chaque dépense effectuée pour son épouse. Le prophète صلى الله عليه و سلم dit à Sa’d Ibn Aby Waqâss :
« Tu ne dépenseras point un bien, en voulant par cette dépense le visage d’Allah, sans qu’on te récompense pour cela. Même la nourriture que tu fais goûter à ta femme. » Rapporté par Boukhâry et Mouslim.


Le prophète صلى الله عليه و سلم dit également :
« Le meilleur argent est celui qui est dépensé par l’homme pour sa famille. » Rapporté par Mouslim.

On entend par famille, sa femme et ses enfants. Le prophète صلى الله عليه و سلم dit :
« L’homme qui donne de l’eau à boire à son épouse, est récompensé. »Rapporté par Ahmad et considéré comme bon par Albâny.


Al-‘Irbâd Ibn Sârya , compagnon du prophète صلى الله عليه و سلم, après avoir entendu ce hadith, alla voir sa femme, lui donna à boire et l’informa de ce qu’il avait entendu du messager d’Allah.
Le prophète صلى الله عليه و سلم a rendu l’homme responsable de sa femme et de ses enfants, le jour de la résurrection ; il dit :
« Allah demandera des comptes à tout ceux qui avaient une responsabilité sous leur autorité : a-t-il bien assumé ses responsabilités, ou a-t-il été négligent ? Ceci, jusqu’à qu’il demande à l’homme s’il a bien assumé la responsabilité qu’il détenait sur sa famille. » Rapporté par Ibn Hibbâne et authentifié par Albâny.


Le prophète صلى الله عليه و سلم montra, qu’entretenir de bonnes relations avec les femmes, était un signe révélant la noblesse d’esprit et la vertueuse attitude de l’homme. Le prophète صلى الله عليه و سلم dit :
« Le meilleur d’entre vous est celui qui est le meilleur avec les femmes. »Rapporté par Ahmad et Tirmidhy et authentifié par Albâny.


De plus le Prophète صلى الله عليه و سلم interdit de frapper la femme :
« Ne frappez pas les femmes. » Rapporté par Abou Dawoûd et Nassâï et authentifié par Albâny.


Il ordonna de patienter avec elle et de ne pas avoir de l’aversion contre elle, en disant :
« Le croyant ne doit pas détester sa femme, car si un comportement en elle lui déplaît, un autre lui plaira. » Rapporté par Mouslim.

Comme si le prophète (sallallahu alayhi wa sallam), ordonnait à l’homme de rechercher uniquement les atouts de la femme et ses bons côtés, sans s’attarder sur les bévues et les écarts de conduite, car cela, mène à la rupture et à l’animosité entre les époux.

Le prophète صلى الله عليه و سلم autorisa l’épouse à porter plainte en justice, si son époux se comporte mal envers elle. Des femmes venaient voir les femmes du prophète (sallallahu alayhi wa sallam) pour se plaindre du mauvais comportement de leurs maris ; le prophète صلى الله عليه و سلم dit alors :
« De nombreuses femmes se sont présentées chez la famille de Muhammad pour se plaindre de leurs maris ; sachez donc qu’ils ne sont en aucun cas, les meilleurs d’entre vous. » Rapporté par Aboû Dawoûd et Nassâï et authentifié par Albâny.


Cela signifie que ces hommes qui se sont mal comportés envers leurs femmes et les offensèrent, ne sont nullement les meilleurs hommes.
Le prophète صلى الله عليه و سلم saisissant la faiblesse physique de la femme par rapport à l’homme et le fait qu’elle ne peut pas se défendre seule dans la plupart des cas ; il mit en garde contre ceux qui s’en prennent aux faibles, dont fait partie la femme, et les menaça en disant :
« O seigneur ! Je mettrai dans la gêne ceux qui s’en prennent aux droits des deux faibles : l’orphelin et la femme. » Rapporté par Nassâï et Ibn mâjah et considéré comme bon par Albâny.


Cela signifie que ceux qui s’en prennent à ces deux types de personnes, ne seront point pardonnés, mais seront exposés à la gêne et au châtiment dans cette vie et dans l’au-delà.
Le prophète صلى الله عليه و سلم ordonna de garder les secrets des femmes, en disant :
« Le jour de la résurrection, parmi les personnes dont la situation sera des plus mauvaises auprès d’Allah, l’homme qui prend plaisir avec sa femme et la femme prend plaisir avec lui pour ensuite divulguer leur intimité (aux autres). » Rapporté par Mouslim.


Ce hadith montre qu’il est interdit à l’homme de divulguer comment se déroulent ses rapports sexuels, les décrire en détail, comme il est interdit de divulguer tout autre secret confié à l’homme par sa femme.
Le prophète صلى الله عليه و سلم a pris soin des exigences sexuelles de la femme, c’est pour cette raison qu’il encouragea les maris à accomplir l’acte sexuel et assouvir complètement les besoins de la femme pour qu’elle n’ait pas l’envie de voir un autre que son mari. Le prophète صلى الله عليه و سلم dit :
« Chaque fois que vous faites œuvre de chair, ceci est équivalent à une aumône. »
Les compagnons s’écrièrent : « O messager d’Allah ! Comment pouvons-nous assouvir nos besoins sexuels et obtenir par là une récompense ? Il répondit :
« N’as-tu pas vu la personne qui accomplit l’acte sexuel de façon illicite ; cette personne ne récolterait-elle pas un péché ? De la même façon, celui qui accomplit l’acte sexuel de façon licite, obtient une récompense. »
Rapporté par Mouslim.



Parmi les honneurs que le prophète صلى الله عليه و سلم rendit à la femme, le fait qu’il interdit aux hommes d’avoir de mauvaises suspicions à leurs égards et rechercher en elle un faux pas. Jâber dit :
« Le messager d’Allah (sallallahu alayhi wa sallam) interdit au voyageur de rentrer chez son épouse de nuit par surprise, afin de la prendre sur le fait accompli et pour ambitionner de voir un faux pas. » Rapporté par Boukhâry et Mouslim.


Quel honneur plus grand peut être fait aux femmes, que celui d’interdire à l’homme, dont l’absence fut longue, de rentrer chez lui de nuit sans avoir préalablement prévenu sa femme !!! Cela est interdit, s’il fait cela avec l’intention de l’espionner et s’il doute sur son comportement.
Quant au comportement du prophète صلى الله عليه و سلم avec ses femmes, il se distinguait par une intense sensibilité et douceur. Le prophète صلى الله عليه و سلم aidait son épouse dans les tâches ménagères. Al-Aswad demanda à Aïcha, qu’Allah l’agrée : Comment se comportait le prophète (sallallahu alayhi wa sallam) au sein de sa famille ? » Elle répondit : « il m’aidait dans les tâches ménagères et lorsque retentissait l’appel à la prière, il allait à la mosquée pour l’accomplir. » Rapporté par Boukhâry.


Contemplez ce tableau aux couleurs romantiques et écoutez ces merveilleuses paroles entre deux époux, dont l’un est Muhammad صلى الله عليه و سلم et l’autre Aïcha, qu’Allah l’agrée, et vous sentirez le degré de sensibilité et d’amour que l’épouse du prophète صلى الله عليه و سلم éprouvait pour lui. Le prophète صلى الله عليه و سلم dit à Aïcha :
« Je sais lorsque tu es en colère (contre moi) et lorsque tu es satisfaite (de moi). » Elle dit : « Et comment sais-tu cela, ô messager d’Allah ? » Il répondit : « Lorsque tu es satisfaite, tu dis : « bien sûr, je jure par le Seigneur de Muhammad » et lorsque tu es en colère, tu dis : « non, je jure par le Seigneur d’Abraham » » Elle acquiesça et dit : je jure par Allah, ô messager d’Allah, je renonce seulement à prononcer ton nom (en état de colère). » Rapporté par Boukhâry. Cela signifie que mon amour pour toi est ancré à jamais dans mon cœur et ne se transformera jamais.


Contemplez également ce beau tableau représentant le badinage amoureux entre les deux époux. D’après Aïcha qu’Allah l’agrée, qui dit :
« J’accompagnai le prophète dans un de ses voyages alors que j’étais encore une jeune fille mince et svelte, puis le prophète dit aux gens : « Avancez ! » Ils avancèrent, puis il me dit : « Viens faire la course avec moi. » Nous fîmes la course ensemble et je le battis. Il ne m’en parla plus pendant un long moment jusqu’à oublier ce fait. Plus tard, lorsque je pris du poids et je forcis, je l’accompagnai une nouvelle fois dans un de ses voyages, puis il dit aux gens : « Avancez ! » Ils avancèrent, puis il me dit : « Viens faire la course avec moi. » Nous fîmes la course ensemble et cette fois, il me battit. Il ria en disant : « cette fois c’est la revanche (de la première course perdue). » Rapporté par Ahmad et Aboû Dawoûd et authentifié par Albâny.


La fidélité du Prophète (sallallahu alayhi wa sallam) envers son épouse Khadîja, qu’Allah l’agrée, se perpétua jusqu’à sa mort. D’après Anas qui dit :
« Lorsque un cadeau était offert au Prophète, il disait : « Faites-le parvenir à cette femme, car elle était une amie de Khadîja. » Rapporté par Tabarâny et authentifié par Albâny.
On demanda au prophète quelle est la personne que tu aimes le plus, il répondit : « Aïcha. » qui était son épouse. Rapporté par Tirmidhy et authentifié par Albâny.


Enfin, le prophète (sallallahu alayhi wa sallam) n’a point omis d’évoquer l’importance de la mère qui est volontairement oubliée par les organisations internationales qui prétendent défendre les droits de la femme. En effet, ces organisations ne respectent nullement ce qui est relié à la mère et ne donne pas d’importance à l’éducation des enfants. Par contre, le Prophète , lorsqu’un homme lui demanda : « Quelle personne mérite ma bonne compagnie ? Il répondit : « Ta mère. » L’homme dit : « Et qui ensuite ? » Il dit : « Ta mère. » L’homme redit : « Et qui ensuite ? » Le prophète dit : « Ta mère. » L’homme réitéra : « Et qui ensuite ? » Le prophète dit : « Ton père. »Rapporté par Boukhâry et Mouslim. C’est ainsi que nous conclurons la description de l’attitude du prophète envers les femmes…

Et notre dernière invocation est la louange est à Allah, Seigneur de l’univers et que le salut d’Allah et sa bénédiction soit sur celui qui a véritablement respecté la femme, Muhammad, le prophète de la plus belle des religions, l’Islam…

Préparé par le bureau de rechercheDe Madar Al-Watan de riyad
Traduit par L’association Aux Sources de l’Islam
Repost 0
28 juillet 2009 2 28 /07 /juillet /2009 02:48


Par 'Abdourrahmân Ibn sa'd As-sâ'idî (رضي الله عنه)

'Abdourrahmân Ibn sa'd As-sâ'idî (رضي الله عنه) a dit : "Puis il leva ses mains jusqu'à dévoiler la blancheur de ses aisselles et dit : "Seigneur Dieu! Ai-je bien transmis?"".(Al-Bûkhali, Mûslim) ) 



Par Abou Jouhayfa (رضي الله عنه)

Les gens saisissaient les deux mains du Messager de Dieu (salallahû 'alayhi wa salam) quand il était à Bathâ' Makkah et les passaient sur leurs visages. Le narrateur du récit, Abou Jouhayfa (رضي الله عنه) dit :"J'ai pris sa main et je l'ai posée sur mon visage. Elle était plus fraiche que la glace et avait une odeur plus agréable que le musc". (Al-Boukhâri)



Par Abou Yâzid (رضي الله عنه) 

Les gens se sont assemblées en foule près du Messager de Dieu (salallahû 'alayhi wa salam), après la prière du sobh, à Hajjat Al-wadâ'; Abou Yazîd, par sa force et sa jeunesse, a pu parvenir jusqu'au Messager de Dieu (صلى الله عليه و سلم). Il saisit sa main et la posa sur son visage et sa poitrine : il trouva que rien n'était plus frais ni ne sentait meilleur que sa main. (Ahmad) 



Par 'Ali (رضي الله عنه) 

'Ali (رضي الله عنه) disait : "Le Messager de Dieu (صلى الله عليه و سلم) n'était ni longiligne ni trop court et avait les paumes et les pieds épais; sa tête était grosse et ses articulations imposantes. Les poils qui descendaient de sa poitrine à son nombril formaient une longue ligne. Quand il marchait, il s'inclinait vers le devant comme s'il descendait d'une pente; je n'ai vu ni avant lui ni après lui un homme comme lui". (At-Tirmidhi n°3570 et qualifié par lui de beau et authentique) 



Par Anas (رضي الله عنه) 

Rabi'a Ibn Abi Abd Rahman a dit : "J'ai entendu Anas Ibn Malik décrire le Prophète (صلى الله عليه و سلم) en ces termes : "Il était un homme d'une taille moyenne : ni longiligne, ni trop court ; sa peau affichait une couleur qui n'était ni d'une blancheur éclatante ni brune; sa chevelure n'était ni crépue ni outrancièrement longue"".(Al-Boukhari n°3354, Moulim n°2338) 

Qatada dit avoir interrogé Anas Ibn Malik (رضي الله عنه) à propos des cheveux du Messager de Dieu (صلى الله عليه و سلم)… Anas lui a dit : "Les cheveux du Messager de Dieu (صلى الله عليه و سلم) n'étaient pas crépus, mais droits et assez longs pour atteindre ses oreilles et son cou". (Al-Boukhari n°5565 et Mouslim n°2337)

Selon une version :
"ses cheveux frappaient ses épaules".(Al-Boukhari n°5563 et Mouslim n°2338)



Par Al-Bara Ibn 'Âzib (رضي الله عنه) 

D'après al-Bara Ibn al-Azib : "Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) était de taille moyenne et avait les épaules larges et une chevelure qui atteignait ses oreilles. Je l'ai vu portant un habit rouge dont je n'avais pas vu de plus beau". (Al-Boukhari n°3358 et Mouslim n°2337)

Al-Bara Ibn Azib (رضي الله عنه) dit : "Le Messager de Dieu (صلى الله عليه و سلم) avait de larges épaules et une abondante chevelure et portait un complet rouge. En fait, je n'ai jamais vu un homme plus beau que lui". (Mouslim n°2338)



Par Hasan Ibn 'Ali (رضي الله عنهما)

Ya'qoub rapporte que Hasan Ibn 'Ali (رضي الله عنهما) a dit : j'ai questionné mon oncle maternel Hind Ibn Abou Hela -qui était un excellent descripteur- sur la parure du Prophète (صلى الله عليه و سلم) en désirant m'attacher à ce qu'il me décrira (Hind se nomme An-nabbech Ibn Hela At-temimi."

Hasan l'appelle oncle maternel par abus de langage pour décrire son lien de parenté avec sa grand-mère Khadija Bint Khouweylid car Fatima n'a pas de frère adulte T).
Il dit : 
"Le Messager de Dieu (صلى الله عليه و سلم) était magnifique et glorieux. Son visage brillait comme l'éclat de la pleine lune. Il était plus grand que la moyenne et plus court que le "grand maigre".

Il avait une grande tête et des cheveux légèrement ondulés. Quand sa tresse se défaisait, ses cheveux tombaient, sinon ils ne dépassaient pas les lobes de ses oreilles. Il avait une chevelure touffue, un teint éclatant de blancheur, un front large et des sourcils longs et courbés, touffus mais ne se rejoignant pas; entre les deux, il y avait une veine qui s'enflait quant il se mettait en colère.

Son nez était long et fin et une lumière était sur lui. Quand on ne le contemplait pas, on croyait son nez pointant vers le haut. Sa barbe était épaisse, ses yeux très noirs, ses joues ni creuses ni grosses, sa bouche robuste, ses dents fines, belles et séparées.

Les poils de sa poitrine étaient fins, son cou était long et gracieux comme celui d'une poupée d'ivoire, et blanc comme de l'argent pur. Il avait le corps équilibré, un peu gras et alerte. Son ventre et sa poitrine étaient égaux. Sa poitrine était large, ses épaules légèrement écartées et ses articulations solides.
Ses parties non poilues étaient illuminées, une ligne de poils courant comme un fil liait sa poitrine à son nombril. Hormis cela, sa poitrine et son ventre étaient nus; ses bras, ses épaules et le haut de sa poitrine étaient poilus. Ses avant-bras étaient longs, ses paumes et ses pieds grands,
Ses phalanges droites, ses membres grands, droits et équilibrés, les plantes de ses pieds bien creuses.
Ses pieds étaient lisses, l'eau en coulait et ne restait pas sur ses pieds [...] En riant, il dévoilait (des dents T) comme des grains de grêle".



Par Ibn 'Abbâs (رضي الله عنهما)

D'après Ibn Abbas (رضي الله عنهما), le Messager de Dieu (صلى الله عليه و سلم) laissait ses cheveux descendre sur son front alors que les polythéistes séparaient les leurs au milieu de la tête. Les gens du livre laissaient leurs cheveux descendre sur leur front et le messager de Dieu (صلى الله عليه و سلم) aimait faire comme eux en l'absence d'un ordre disant le contraire. Et puis il séparait ses cheveux en deux parties. (Al-Boukhari n°3365 et Mouslim n°2336)



Par Jâbir Ibn 'Abdillâh (رضي الله عنه) 

D'après Jâbir (رضي الله عنه), Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) avait une barbe très touffue. (Mouslim)



Par Jâbir Ibn Samrata (رضي الله عنه) 

âbir Ibn Samrata (رضي الله عنه) dit : "Le Messager de Dieu (صلى الله عليه و سلم) avait une large bouche, de vastes yeux et des chevilles plutôt minces". (Mouslim n°2339)



Par Ka'b Ibn Mâlik (رضي الله عنه) 

Ka'b Ibn Malik a dit : "Quand le Messager de Dieu (صلى الله عليه و سلم) était content, son visage rayonnait de lumière au point qu'il ressemblait à un morceau de lune éclatante". (Al-Boukhâri, Mouslim)



Par 'Othman Ibn Abd Dieu Ibn Mawhib (رحمه الله) 

'Othman Ibn Abd Allah Ibn Mawhib a dit : "Je suis entré chez Um Salama et elle nous a sorti l'un des cheveux du Prophète (صلى الله عليه و سلم) et il était teint [de henné et de katm]". (Al-Boukhari n°5558, [Ahmad n°25328])



Par Oum Hani (رضي الله عنها)

Oum Hani a dit : "Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) arriva à La Mecque les cheveux divisés en quatre grosses tresses". (At-Tirmidhi n°1781, Abou Dawoud n°4191, et Ibn Mâja n°3631 qui ajoute : "Elle entend des bandes de cheveux"



Qu'ALLAH fasse que l'on puisse le voir en rêve ou mieux encore, qu'IL fasse que l'on soit à ses cotés au paradis. AMÎN!


source: convertistoislam
Repost 0
28 juillet 2009 2 28 /07 /juillet /2009 02:44

Question:

En quoi consiste la mission que Allah à confié au Prophète Mûhammâd (salallahû 'alayhi wa salam) ?

Réponse :

Elle consiste à ordonner aux gens de vouer un culte exclusif à Allah l'Unique sans lui donner d'associé. Le Prophéte (que la priere et la paix soit sur lui) leur a interdit d'adorer d'autres dieux en même temps que Lui parmi ses créatures, tels les anges, les prophétes, les gens vertueux, les pierres, les arbres, et ce conformément aux versets coraniques :

" Et nous n'avons envoyé avant toi aucun Messager à qui Nous n'ayons révélé : Point de divinité en dehors de Moi. Adorez-Moi donc !" S.21-V.25.

" Nous avons envoyé dans chaque communauté un Messager, (pour leur dire) : "Adorez Allah et écartez-vous du Tâghoût (les fausses divinités)." S.16-V.36.

" Et demande à ceux de Nos Messagers que Nous avons envoyés avant toi, si Nous avons institué, en dehors du Tout Miséricordieux des divinités à adorer ?S.43-V.56.


On peut lire également dans un autre verset :

" Je n'ai créé les djinns et les hommes que pour qu'ils M'adorent" S.51-V.56.

A partir de là on peut conclure que Dieu n'a créé les créatures que dans le but de L’adorer dans Son Unicité. Pour ce faire, Il a envoyé à l'humanité des Messagers qui ont transmis Ses ordres à Ses serviteurs.

__________

écrit par :
Cheikh Mouhammad ibn ‘Abdil Wahhab dans Les preuves de l'unicité.
Repost 0