Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

facebookalhaqq-3-2-1

Rechercher

21 juillet 2011 4 21 /07 /juillet /2011 23:11

Les règles jurisprudentielles de l’essuyage (Massh)

des chaussures, chaussettes, khoufayns et autres lors des ablutions



Est-il meilleur de se laver les pieds ou bien d’essuyer dessus ? Pour la majorité des savants y compris Abû Hanîfa, Mâlik et ach-Châfi’î, le lavage est meilleur puisqu’il constitue la règle. L’imâm Ahmad soutient que l’essuyage des bottes est meilleur là où il est permis de le faire. L’avis juste, émis par les savants, autorise l’essuyage sur les chaussures classiques ou légères, ou sur des chaussettes perforées. Le Prophète (sallallahu ‘alayhi wa sallam) l’a autorisé et les chaussures utilisées par les Compagnons comportaient toujours des trous car ils n’avaient pas tous les moyens d’avoir des chaussures bien couvertes ou neuves comme l’ont souligné les savants.

SHeikh al-Islâm Ibn Taymiyyah (rahimahullâh) a expliqué que le Messager d’Allâh (sallallahu ‘alayhi wa sallam) a donné un ordre et n’a pas émis la condition de l’absence de défaut, il faut considérer l’ordre de manière absolue et ne pas le restreindre en l’absence d’une preuve légalement légiférée. Les termes employés signifient que toute chaussure portée par les gens pour marcher peut faire l’objet dudit essuyage, même si elle est perforée ou trouée. Aucune mesure ne s’applique à la perforation ou au trou en l’absence d’une preuve légalement légiférée. C’est l’avis de Ishâq, Ibn al-Moubârak, Ibn ‘Ouyaynah et Abû Thawr et d’autres savants.

L’imâm ach-Châfi’î et Ahmad soutiennent qu’il n’est pas permis d’effectuer le massage sur les chaussures comportant des trous qui laissent apparaître des parties du corps dont le lavage est obligatoire. Abû Hanîfa et Mâlik établissent une différence entre la petite et la grande ouverture.

A titre d’indication pour la femme, il est permis, selon l’avis le plus fort sur la question, qu’elle essuie par dessus son voile. Le voile fait référence en terme linguistique à ce qui couvre une chose. Et le voile de la femme est ce qui couvre sa tête. Les savants divergent tout de même sur la permission ou pas pour la femme d’essuyer sur son voile, comme l’a détaillé SHeikh Ibn ‘Uthaymîn (rahimahullâh).

bouton--57-On procède au massage sur des chaussures légères sous quatre conditions :

7star3a 1 - de les porter après avoir acquis la propreté rituelle.
7star3a 2 - la propreté des chaussures ou chaussettes. Si elles sont impropres, il n’est pas permis d’essuyer par-dessus.
7star3a 3 - que l’essuyage ne doit être pratiqué qu’à la suite d’une souillure mineure ; elle n’est pas valable après une souillure majeure ou un acte qui nécessite un bain rituel.
7star3a 4 - le respect de la durée légale de l’essuyage, c’est-à-dire un jour et une nuit pour le résidant et trois jours complets pour le voyageur.

 

Ibn al-Qayyîm (rahimahullâh) dit : « Le Prophète traitait ses pieds sans façon : quand ils se trouvaient enveloppés dans des chaussures, il ne les retirait pas mais effectuait l’essuyage sur elles. Et quand ses pieds étaient nus, il les lavait et n’allait pas porter des bottes pour pouvoir recourir à l’essuyage. C’est l’avis le plus juste sur la question de savoir lequel de l’essuyage ou du lavage des pieds est meilleur. Voilà les propos de notre maître (Ibn Taymiyyah). »



bouton--57-La manière de faire l’essuyage :

67728_157242450975998_123212914378952_332577_2919791_n.jpgIl consiste à mettre les doigts de la main mouillée sur les orteils avant de les faire remonter vers la jambe ; le pied droit doit être essuyé par la main droite et le pied gauche par la main gauche. Ce faisant, les doigts doivent être écartés. Et l’essuyage ne doit pas être répété. SHeikh Ibn ‘Uthaymîn (rahimahullâh) dit que l’on essuie le côté supérieur des chaussettes en faisant passer sa main des extrémités des orteils vers la jambe. L’essuyage se fait avec l’usage des deux mains sur les deux pieds, la main droite réservée au pied droit et la main gauche au pied gauche. Et ce, simultanément, comme on le fait pour les oreilles et conformément à ce qui paraît se dégager de l’enseignement de la Sounnah. A supposer que l’on ne puisse pas se servir de l’une de ses mains, on peut commencer d’abord par le pied droit avant d’essuyer le pied gauche. Beaucoup de gens utilisent les deux mains pour essuyer le pied droit puis le pied gauche, ce qui n’est fondé sur rien. Quelle que soit la manière dont on effectue l’essuyage de la partie supérieure des chaussettes, cela suffit, ce que nous venons de détailler est la meilleure façon d’agir. Rien n’indique que l’on doive effectuer l’essuyage sur les côtés et la partie arrière des chaussettes.
 

bouton--57-Quand on retire ses bottes ou chaussettes, les ablutions s’annulent t-elles ? :
 
Il y a une divergence de vues au sein des savants à propos du cas de celui qui, dans le cadre de ses ablutions, effectue un essuyage sur ses bottes puis les ôte.
 
SHeikh Ibn ‘Uthaymîn (rahimahullâh) dit que si, après avoir effectué l’essuyage par dessus des chaussettes ou des chaussures, on les ôte, l’état de propreté rituelle acquis n’est pas remis en cause. Et l’intéressé pourra prier aussi longtemps qu’il n’aura pas contracté une souillure, selon l’avis juste sur la question. SHeikh Ibn ‘Uthaymîn dit encore : « Nous disons que : si la personne enlève ses chaussures (ou chaussettes) ses ablutions ne sont pas annulées selon le dire le plus authentique sur la question, et elle peut essuyer de nouveau par dessus (tant qu’elle n’a pas perdu ses ablutions entre temps). » En d’autres termes, quand la personne retire ses chaussures ou chaussettes après avoir essuyé par dessus, cela n’annule pas ses ablutions selon le dire le plus authentique des gens de science, et elle peut prier autant qu’elle le souhaite tant qu’elle n’ a pas contracté une impureté [1].

P.-S : Sur le même sujet : L’essuyage sur les chaussures


Notes

[1] Madjmu’ al-Fatâwa de Ibn Taymiyyah, 3/319-329 - Kitâb « Nayl al-Mârib fî tahdhîb Charh ‘Oumdat it-Tâlib » de SHeikh ‘Abdullâh al-Bassâm, 1/91-99 - Kitâb « ach-Charh ul-Moumti’ ’ala Zâd il-Moustaqni’ » du SHeikh Muhammad Ibn Sâlih Al-’Uthaymîn, 1/222-267 - Kitâb « Al-Moulakhas al-Fiqihî » de SHeikh Sâlih al-Fawzân, p.30-32 - Madjmu’ Fatâwa de SHeikh Ibn ’Uthaymîn, 11/178-194 – Kitâb « Al-Fath ur-Rabbânî ‘ala nadhm rissâlat ibn Abî Zayd al-Qirawânî » du SHeikh Muhammad Ahmad ach-Chanqîtî, 1/178-179

 


Copié du site : manhajulhaqq.com




bouton-rond-3-copie-1 Conseil complet sur les règles de l’essuyage bouton-rond-3-copie-1

L’imam Muhammad Nasir-Din Al-Albani (رحمه الله)


7star3a 1. Essuyage sur les chaussures :

Quant à l'essuyage sur les chaussures (na'layn) [1] lors des ablutions, il s’est répandu parmi les savants contemporains de dire qu'il n'est pas permis d'essuyer sur eux. Et nous ne connaissons pas de preuve pour soutenir cet avis, autre que ce qui a été exposé par Al-Bayhaqi (rahimahullah) dans ses Sunan (1/288) :

« Al-asl (le principe premier) est l'obligation de laver les pieds, à moins qu'il y ait un aspect établi de la Sunna qui le spécifie, ou qu’il y ait un consensus (ijma') sur lequel il n'y ait aucune différence. Et l’essuyage sur les chaussures ou les chaussettes n'est inclus dans aucun des deux et Allah est plus savant. »

C'est ce qu'il a exposé. Et il est bien connu, malheureusement, que cela indique une ignorance des ahadith précédemment mentionnés dans ce traité [2] concernant le fondement de l'essuyage sur les chaussettes et les chaussures. Et les chaînes de narration de certains d'entre eux sont authentiques, comme il été clarifié précédemment. C'est pourquoi At-Turkmani Al-Hanafi (rahimahullah) a fait des remarques sur ces mots, en disant:

« Ceci est incorrect, car At-Tirmidhi a authentifié le hadith de l’essuyage sur les chaussettes et les chaussures et l'a déclaré hassan d’après le hadith de Muzayl d’après Al-Mughirah (qu’Allah l’agrée). Il a aussi déclaré hassan le hadith d'Ad- Dahhak d’après Abou Mousa (qu’Allah l’agrée). Aussi, Ibn Hiban a vérifié l'essuyage sur les chaussures en authentifiant le hadith d'Aws (qu’Allah l’agrée). De la même façon Ibn Khuzaimah [2] a authentifié le hadith d'Ibn ' Umar (qu’Allah l’agrée) de l’essuyage sur les chaussures. Et ce que Al-Bayhaqi a mentionné du hadith de Zayd Ibn Al-Hibab d’après At-Thawri (c’est à dire avec la chaîne de narration remontant à Ibn ' Umar (qu’Allah l’agrée) et exposé précédemment) quant à l'essuyage sur les chaussures, est un hadith bon. Ibn Al- Qatan l'a aussi authentifié d’après Ibn ' Umar (qu’Allah l’agrée). » [Al-Jawhar-un-Naqi (1/288)]

Je dis qu'une fois que vous avez su cela, il n'est pas permis d’hésiter dans l'acceptation de cette permission- particulièrement après que le hadith à ce sujet ait été authentifié.

Car, comme l'auteur (Al-Qasimi) l’a exposé dans ce qui a été mentionné précédemment : « le hadith concernant cela est authentique, donc on ne peut qu'entendre et obéir. »

C'est particulièrement le cas après la connaissance que les Sahabas ont agit conformément à cela. Et le premier parmi eux, le calife bien guidé, 'Ali Ibn Abi Talib (qu’Allah l’agrée). En outre, c'est l’avis qui a été tenue par certains des imams des pieux prédécesseurs (Salaf As-Salih), qu’Allah les agrée.

Ainsi, Ibn Hazm (rahimahullah) a dit dans Al-Muhalla (2/103) :

« Question : si la chaussure (khuff) est coupée au-dessous des chevilles, l’essuyage est-il permis. C'est l'avis d'Al-Awza'i et on rapporte qu'il a dit : « le muhrim peut essuyer sur ses chaussures coupées au-dessous des chevilles... » D'autres ont exposé : « il ne peut pas essuyer sur elles à moins qu'elles ne soient au-dessus des chevilles. »


7star3a 2. L'essuyage sur les khufs ou les chaussettes qui ont des trous :

Quant à l'essuyage sur khufs (des chaussettes en cuir) ou les chaussettes trouées, alors les savants ont différé sur cette question, avec beaucoup d'avis. La majorité d'entre eux l'interdit basé sur une longue différence parmi eux, que vous pouvez voir dans les discussions détaillées qu’on trouve dans les livres de Fiqh et Al-Muhalla. D'autres savants ont tenu l'avis que c'était permis et c'est l'avis que nous favorisons. Notre argument est que : le principe de base est la permission pour l'essuyage. Ainsi quiconque l'interdit, ou y place une condition - comme celle qu’ils doivent être dépourvus de trous - ou y place des limites, alors ceci est réfuté par la parole du prophète ‎(صلى الله عليه و سلم) :


« Toute condition qui n'est pas trouvée dans le Livre d'Allah est fausse. »

[Al-Bukhari et Muslim]


Il a aussi été authentiquement rapporté que Sufyan Ath-Thawri (rahimahullah) a dit : « essuyez sur elles (les chaussettes) tant qu'elles sont attachées à vos pieds. Les chaussettes des Muhajirin et des Ansar n’étaient-elles pas du tout trouées, déchirées et en lambeaux ? » [Rapporté par ' Abd-ur-Razzaq dans Al-Musanaf (No 753) et par cette voie de narration, par Al-Bayhaqi (1/283)]

Ibn Hazm (rahimahullah) a dit :

« s’il y a sur les khufs, ou sur ce qui est porté sur les pieds, des trous petits ou grands, longs ou larges, si bien qu’une partie du pied est visible, peu ou beaucoup, ou tous les deux, alors c’est pareil pour tous. Et l’essuyage sur eux est permis, tant qu’une partie continue à s'attacher aux pieds. C'est l'avis de Sufyan Ath-Thawri, Dawoud, Abou Thawr, Ishaq Ibn Rahawaih et Yazid Ibn Haroun. » [Al-Muhalla (2/100)]

Puis, il (rahimahullah) continue à rapprocher les déclarations des savants qui l'interdisent, selon ce qu'ils contiennent de différence et de contradiction. Puis, il continue à les réfuter et à expliquer que c'est un avis qui n'a aucune preuve pour le soutenir sauf l'avis. Puis il conclut par sa parole :

« Cependant la vérité est à cet égard dans ce qui est rapporté dans la Sunna, qui explique le Qur'an, la règle concernant les pieds qui n'ont pas de vêtement sur lesquels on peut essuyer, est qu'ils doivent être lavés. Et la règle, s'il y a un vêtement sur eux, est qu'ils peuvent être essuyés. C'est ce qui est rapporté dans la Sunna « et ton Seigneur n’oublie rien. » [Sourate Maryam : 64] le messager (Prières et bénédictions d’Allah sur lui) savait, quand il a commandé l'essuyage sur les khufs ou sur ce qui est porté sur les pieds - et il a essuyé sur les chaussettes - qu'il y avait de grands et petits trous, ou aucun trou, dans les chaussures, les chaussettes et sur tout ce qui est porté sur les pieds. Et il (Prières et bénédictions d’Allah sur lui) savait aussi qu'il existait la chaussure rouge, noire ou blanche aussi bien que la nouvelle et la vieille. Mais il (Prières et bénédictions d’Allah sur lui) n'a rien spécifié d’autre. Et si la règle pour cela dans la religion a varié, donc Allah aurait oublié de descendre la révélation concernant cela, ou le messager d'Allah (Prières et bénédictions d’Allah sur lui) aurait négligé de l'expliquer, pureté à lui il est éloigné de cela. Ainsi, il est correct que la règle pour cet essuyage s'applique à toutes les conditions. » [Al-Muhalla (2/100)]

Aussi, Shaikh-ul-Islam Ibn Taimiya (rahimahullah) a dit dans ses Ikhtiyarat (page.13) :

« Il est permis d'essuyer sur les vêtements sur un de ses deux côtés - Ibn Tamim et d'autres ont rapporté cela. Il est aussi permis d'essuyer sur les khuf qui ont des trous, tant qu'ils continuent à porter ce nom (khuf) et qu’on soit capable de marcher avec. C'est le plus ancien des deux avis de Ash-Shafi'i et c’est ce que Abul-Barakat et d'autres savants ont préféré. »

Je dis : Ar-Rafi'i a attribué cet avis dans Sharh Al-Wajiz (2/370) à la majorité des savants et l’a utilisé comme preuve, son argument est que l'avis qui interdit l'essuyage, rétrécit la porte de cette permission, donc il faut essuyer. Et il a vu juste, qu’Allah lui fasse miséricorde.


7star3a 3. Enlever la chaussure sur laquelle on a essuyé annule-t-il les ablutions ?

Les savants ont aussi divergé concernant celui qui enlève les khufs et ses (différents) types, après avoir exécuté les ablutions et essuyé sur eux. Leur différence peut être divisée en trois avis.

bouton--13- Le Premier : Son ablution est valable et on n'exige rien de lui.

 
bouton--13- Le Deuxième : Il doit laver ses deux pieds seulement.

 
bouton--13- Le Troisième : Il doit refaire ses ablutions.

Chacun de ces avis a été tenu par des groupes de savants parmi les prédécesseurs (Salaf). ' Abd-ur-Razzaq (rahimahullah) a transmis leurs narrations quant à ces avis dans Al-Musannaf (1/210/809-813), tout comme Ibn Abi Shayba (1/187-188) et Al-Bayhaqi (1/289-290).

Il n'y a aucun doute que le premier avis est ce qui est le plus correct, car c'est dans la correspondance avec l'essence de l'essuyage, dans lequel il y a une permission et une facilitation d'Allah. Ainsi tout avis, autre que le premier, nierait cette facilitation, comme il a été exposé par Ar-Rafi'i dans la question précédente (*2). En outre, les deux autres avis sont dépassés par deux arguments, basés sur les deux preuves suivantes :

 
bouton--13- Premièrement : Il a observé l'acte du calife bien guidé 'Ali Ibn Abi Talib (qu’Allah l’agrée), car nous avons présenté précédemment avec une chaîne authentique de narration, qu'il (qu’Allah l’agrée) a perdu, une fois, ses ablutions, il les a ensuite exécuté de nouveau et a essuyé sur ses chaussures. Puis il les a enlevés et a prié (sans elles).

 
bouton--13- Deuxièmement : ceci est conforme avec l'analogie correcte, en effet si on devait essuyer sur sa tête et raser ensuite ses cheveux, il ne serait pas obligatoire d’essuyer sur sa tête de nouveau, puisqu'il aurait déjà les ablutions. C'est l'avis que Shaikh-ul-Islam Ibn Taimiya (rahimahullah) a favorisé, comme il expose dans ses Ikhtiyarat ( page 15) :

« Les ablutions de celui qui a essuyé sur ses khufs et sur le turban ne sont pas annulées quand il enlève n'importe lequel de ces deux vêtements. Elles ne sont pas annulées non plus par le terme de son délai fixé (pour l'essuyage). Et il n'est pas obligé d’essuyer sa tête, ni de laver ses pieds. C'est l’avis d'Al-Hasan Al-Basri. Cet avis fait l’analogie avec le rasage des cheveux qui sont essuyés, selon l'avis correct du madhab Hanbali et l'avis de la majorité des savants. »

C'était aussi l’avis d'Ibn Hazm (rahimahullah), référez-vous donc à ses mots dans lesquels il argumente contre ceux qui s'y opposent, car c'est de valeur. [Voir Al-Muhalla (2/105-109)]


Quant à ce qui a été rapporté par Ibn Abi Shayba (1/187) et Al-Bayhaqi (n°1/289) sur l'autorité d'un homme parmi les compagnons du prophète ‎(صلى الله عليه و سلم), à qui on a demandé à propos d'une personne qui a essuyé sur ses khufs, et les a ensuite enlevés, il a dit : « il doit laver ses pieds. » Alors dans la chaîne de narration de ce hadith se trouve Yazid Ibn 'Abd-ir-Rahman Ad-Dalani.

Al-Hafidh Ibn Hajr (rahimahullah) a dit de lui : « il est véridique, cependant il a fait trop d'erreurs dans sa narration. Et il a l'habitude de commettre du tadlis. Al-Bayhaqi (rahimahullah) a rapporté une narration semblable d'Abu Bakrah (qu’Allah l’agrée). Les narrateurs de ce hadith sont tout fiables à part 'Ali Ibn Muhammad Al-Qurshi, car je ne le connais pas. »

Puis il (rahimahullah) a rapporté d'Ibn Mughira Al-Shu'aba qu'il (Prières et bénédictions d’Allah sur lui) a dit : « l’essuyage sur la chaussure est de trois jours pour le voyageur et d’un jour pour le résidant, tant qu'il ne les enlève pas. »


Puis il (rahimahullah) a dit. « 'Umar Ibn Rudaih est seul dans à rapporter cela et il n'est pas un rapporteur fort. »

Je dis que ce complément « tant qu'il ne les enlève pas » est rejeté en raison de l’isolement de ce narrateur faible dans le rapport de cela et en raison du manque de toute preuve pour soutenir cela.


7star3a 4. Quand le délai fixé pour l'essuyage commence-t-il ?

Il y a deux avis bien connus des savants concernant cette question :

 
bouton--13- Le Premier : Il commence quand les ablutions sont rompues (pour la première fois), après avoir mis la chaussure.

 
bouton--13- Le deuxième : Il commence après le premier essuyage, après avoir perdu les ablutions.

Abou Hanifa, Shafi'i, Ahmad et leurs compagnons ont tenu le premier avis. Et nous ne leur connaissons pas de preuve qui mérite mention, en dehors du fait que ce soit simplement un avis. C’est pour cette raison que certains de leurs compagnons (c'est-à-dire du même madhab) les ont contredits, comme nous le mentionnerons. Nous ne connaissons pas non plus de prédécesseur parmi les Sahabas qui se soit opposé au deuxième avis, car leur guide étaient les ahadith authentiques et la fatwa de 'Umar Ibn Al- Khattab (qu’Allah l’agrée).

Quant à la Sunna, alors il y a des ahadith authentiques qui ont été rapportés par beaucoup de compagnons, dans le Sahih Muslim, dans les quatre Sunans , dans les Masanids et d'autres. Dans ces narrations, le prophète (Prières et bénédictions d’Allah sur lui) a commandé l'essuyage. Dans quelques narrations il a permis l'essuyage. Et dans une narration, il (Prières et bénédictions d’Allah sur lui) a fixé l'essuyage à un jour et une nuit pour le résidant et à trois jours et trois nuits pour le voyageur.

Parmi les choses vraiment évidentes, est que ce hadith sert comme facteur de détermination pour le commencement de la période de l'essuyage, qui commence immédiatement après (le premier) essuyage. Il sert aussi de réfutation contre le premier avis, puisque ceci (l'avis) nécessite, comme est prouvé dans les questions subsidiaires (furou'), que la personne qui prie la prière du Fajr avant le lever du soleil, puis perd ses ablutions (pour la première fois) dans le temps du Fajr le deuxième jour. Refait alors ses ablutions et essuie sur sa chaussure pour la première fois pour la prière Fajr, on ne lui permet pas d'essuyer sur eux après cela! Donc est-ce qu'il est véridique de dire que cette personne a exécuté l'essuyage "un jour et une nuit" ?!

Selon le deuxième avis, celui qui est le plus correct, il peut essuyer sur sa chaussure jusqu'un peu avant la prière du Fajr du troisième jour. Au contraire ils ont dit des choses plus étrange que ce que nous avons mentionné : « si on excrète et qu’on n'essuie pas sur sa chaussure, un jour et une nuit, ou trois s'il est voyageur, le délai fixé prend fin et l'essuyage n'est pas permis après cela, avant qu'il n'enlève sa chaussure, renouvelle ses ablutions et mette ensuite sa chaussure dessus. » [An-Nawawi a mentionné cet avis dans son Majmou' (1/476)]

Ainsi, ils empêchent un individu de se servir de cette permission (rukhsa), en se basant sur cet avis, qui est en opposition avec la Sunna ! Pour cette raison, l’imam Nawawi (rahimahullah) n’avait pas d’autre choix que d’être en contradiction avec son madhab, bien qu'il était appliqué à ne pas le contredire (madhab Shafi'i) si cela était possible, cela en raison de la force de la preuve. Ainsi après avoir rapporté le premier avis et ceux qui l’ont tenu, il (rahimahullah) a dit :

« Al-Awza'i et Abu Thawr ont dit : « Le délai fixé commence au premier essuyage (sur la chaussure) après la première rupture des ablutions. » Et c'est une narration d'Ahmad et Dawoud. C'est le plus favorable (l'avis), celui qui a les preuves les plus établies. Ibn Al- Mundhir a favorisé cet avis. Et quelque chose semblable à cela a été rapporté de 'Umar Ibn Al-Khattab (qu’Allah l’agrée). Al-Mawardi et Ash-Shashi ont rapporté de Al-Hasan Al-Basri qu'il (le délai) commence quand la chaussure est mise. Ceux qui disent que le délai fixé commence au premier essuyage avancent comme preuve, le hadith suivant du messager d'Allah (Prières et bénédictions d’Allah sur lui) : « le voyageur peut essuyer (sur sa chaussure) pendant trois jours. » Et ce sont des ahadith authentiques comme il a été exposé précédemment. Ce hadith est la preuve formelle qu'il (Prières et bénédictions d’Allah sur lui) essuyait (sur sa chaussure) pendant trois jours. Et ce ne serait pas possible, à moins que le délai fixé n'ait commencé au premier essuyage. Et c'est aussi parce que Ash-Shafi'i a dit : « s’il excrète tandis qu'il est résidant, (puis voyage) et essuie (sur sa chaussure) en voyageant, il doit accomplir l'essuyage (de la durée) d'un voyageur, car la règle de l'essuyage s'applique. » Nos compagnons (Shafi'i) emploient le hadith de Safwan (qu’Allah l’agrée), qui a été rapporté par Al-Hafidh Al-Qasim Ibn Zakarya Al-Matrazi : « ... de l'excrétion à l'excrétion ... » pour soutenir leur avis. Et c'est un complément (ziyada) étrange (au hadith). Il n'est pas authentifié. Et ils emploient aussi al-qiyas (l'analogie)... » [Al-Majmou ' (1/487)]

Je dis : si le Qiyas qui est mentionné ici, est isolément correct en soi, alors la condition pour qu’il soit accepté et employé comme preuve est qu’il ne doit contredire pas la Sunna. Mais s'il la contredit, comme je le crois, alors il n'est pas permis de pencher vers cela. Pour cette raison il est dit :  


"Quand les narrations sont mentionnées, la déduction est annulée.
Et quand la source d'Allah vient, la source de l'intellect est annulé. "


Comment cette analogie peut-elle être correcte, quand elle contredit aussi l'avis du calife bien guidé 'Umar Ibn Al-Khattab ? Je sais que les disciples aveugles prétendent accepter la Sunna authentique quand elle contredit l'avis de ‘Umar, comme ils l’ont fait quant pour la question du troisième divorce. Ainsi pourquoi n'acceptent-ils pas son avis quand il se conforme à la Sunna ?! 'Abd-ur-Razzaq a rapporté dans Al-Musannaf d’après Abu 'Uthman Nahdi, qui a dit :

« J’étais présent lorsque Sa'd et Ibn 'Umar se disputaient devant ' Umar (qu’Allah l’agrée) concernant la question de l'essuyage sur les khufs. Ainsi 'Umar (qu’Allah l’agrée) a dit : « il peut essuyer sur eux jusqu'à la même heure (du premier essuyage), pour un jour et une nuit. » [Al-Musanaf (1/209/807)]

Je dis que sa chaîne de narration est authentique selon les conditions d'Al-Bukhari et de Muslim. Et c'est une preuve formelle que le délai fixé pour l'essuyage commence quand il est d'abord exécuté sur la chaussure et dure jusqu'à la même heure le jour suivant. C'est ce qui est apparent dans toutes les narrations qui ont rapportées des Sahabas concernant le délai fixé pour l'essuyage, selon ce que nous savons, de ce qui a été rapporté par ' Abd-ur-Razzaq et Ibn Abi Shayba dans Al-Musanaf. Comme exemple, je mentionnerai ce qu'Ibn Abi Shayba (1/180) a rapporté d’après 'Amr Ibn Al-Harith, qui a dit :
 

« J'ai voyagé avec 'Abdullah vers (diverses) villes et il a essuyé sur ses khufs pendant trois jours,

il ne les enlevez pas. »

Sa chaîne de narration est sahih selon les conditions d'Al-Bukhari et de Muslim. Ainsi, les narrations des prédécesseurs sont en accords avec la Sunna de Muhammad (Prières et bénédictions d’Allah sur lui ) que nous avons exposé. Tenez-vous-y donc et par la volonté d'Allah, vous serez guidés.


7star3a5. La fin du délai fixé annule-t-elle l'ablution ?

Concernant cette question, les savants sont divisés en plusieurs avis, les plus célèbres sont les deux avis du madhab Shafi'i. Et ils sont :
 

bouton--13- Premièrement : On est obligé renouveler ses ablutions
 

bouton--13- Deuxièmement : Il lui suffit juste de laver ses pieds

 

bouton--13- Troisièmement : On exige rien de lui. Plutôt ses ablutions sont valables et il peut prier dans son état, tant qu'il n'excrète pas ou ne rompt pas ses ablutions. C'est ce que An-Nawawi (rahimahullah) a exposé.

Je dis : Ce troisième avis est le plus fort. Et il est ce que An-Nawawi a favorisé, aussi en contradiction avec son madhab. Ainsi, il a dit : « cet avis a été rapporté par Ibn Al- Mundhir d’après Al-Hassan Al-Basri, Qatada et Sulayman Ibn Harb. Ibn Al-Mundhir l'a favorisé. Et il est ce qui est le plus préférable et le plus convaincant. Nos compagnons (Shafi'i) l'ont rapporté de Dawoud. » [Al-Majmou ' (1/527)]

Je dis que Ash-Shi'arani l'a rapporté de l'imam Malik dans Al-Mizan (1/150) et Nawawi l'a rapproché d'autres, référez-vous-y donc. Aussi, c'est l'avis que Shaikh-ul-Islam Ibn Taimiya a pris, comme vous avez vu dans ses paroles mentionnés ci-dessus dans la troisième question, conformément à Ibn Hazm. Et ce dernier (Ibn Hazm) mentionna les autres savants qui ont tenu cet avis, Ibraahim Nakha'i et Ibn Abi Laila. Puis il (rahimahullah) a dit :

« C'est l’avis qu’il n'est pas permis de délaisser pour un autre. Car il n'y a aucune mention dans les narrations que les ablutions sont annulées par le lavage du corps ou de certaines parties, ou par le terme du délai fixé pour l'essuyage. En effet, le prophète (Prières et bénédictions d’Allah sur lui) a seulement interdit que l’on essuie sur eux plus de trois jours pour le voyageur et plus d'un jour pour le résidant. Ainsi quiconque tient un avis contraire à cela, alors il a ajouté aux narrations ce qui n'en fait pas partie et à la parole du prophète (Prières et bénédictions d’Allah sur lui) ce qu’il n'a pas dit. Ainsi quiconque fait cela par erreur, alors il n'y a rien sur lui. Et quiconque le fait intentionnellement après que l'argument ait été établi contre lui, alors il a commis un grand péché parmi les grands péchés. Et rien n'annule l'ablution, à part l'excrétion (hadath). Et celui qui a correctement exécuté ses ablutions et n'excrète pas ensuite, alors il est dans un état de pureté. Et quiconque est dans un état de pureté peut prier tant qu'il n'excrète pas ou tant que ne vient pas un texte clair exposant que sa pureté a été annulée, même s'il n'excrète pas. Ainsi cette personne, dont le délai fixé pour l'essuyage est fini, n'a pas rompu ses ablutions et il n’y a aucun texte qui déclare que son état de pureté a été annulé, sur certaines parties de corps ou tout son corps. Donc il est dans un état de pureté et peut prier, jusqu’à ce qu'il excrète, à ce moment, il doit enlever ses khufs et ce qu’il porte sur ses pieds et exécuter ses ablutions. Alors le délai fixé pour l'essuyage est renouvelé de nouveau. Et ainsi, toujours de la même façon. Et à Allah appartient le succès." [Al-Muhalla (2/94)]


Beyrouth 1370 Muhammad Nasir-Din Al-Albani


-----------------------------------

Notes de bas de page :

[1] note du traducteur : le mot employé dans ce traité pour les chaussures est na'layn, qui peut signifier les sandales ou les chaussures qui ne dépassent pas la cheville. A l’époque du messager d'Allah (Prières et bénédictions d’Allah sur lui), les gens avaient l'habitude de porter ces sandales, qui étaient les chaussures considérées. Nous avons décidé de traduire par le mot ‘chaussures’ de peur que si le mot ‘sandales’ était employé, les gens limiteraient la règle trouvée dans ce traité aux seules sandales, tandis que les règles s'appliquent à tout type de chaussure portée sur le pied. Et Allah est plus savant.

[2] note du traducteur : le traité auquel il se réfère est Al-Mas-h 'Ala Al-Jawrabain (l’essuyage sur les chaussettes) du grand savant du Sham Jamal-Din Al-Qasimi (rahimahullah). Ce traité de Shaikh Al-Albani vient directement après sa vérification du livre de Al-Qasimi. Al-Albani inclue cette dernière section au livre pour clarifier des malentendus communs présents aujourd'hui et en complément du livre. Ainsi, il y aura quelques références faites à ce livre, comme "comme il a été exposé précédemment". Cela signifie précédemment dans le livre Al-Mas-h 'Ala Al-Jawrabain.

[3] Voir Sahih Ibn Khuzaimah (page. 100)


Source : Tamam-un-Nas'h fi Ahkam-il-Mas'h, qui est une annexe à sa vérification du livre Al-Mas'h ' alal-Jawrabayn de l'imam Jamal-Din Al-Qasimi

Traduit par les salafis de l’Est

Copié à partir du site : salafs.com

par 'Abd El-Hakim Abû 'Issa 'Abd El-Haqq pour www.islam-al-haqq.com





Le voyage - As-Safar

La purification - At-Tahara

Repost 0
Published by Al-Haqq - dans Purification
commenter cet article
21 juillet 2011 4 21 /07 /juillet /2011 02:21


L’essuyage sur les chaussures
SHeikh ‘Abdullâh Ibn ‘Abder-Rahmân al-Bassâm ‎(رحمه الله)



Hudhayfa Ibn Yamân ‎(رضي الله عنه) a dit : « J’étais avec le Prophète ‎(صلى الله عليه و سلم) en voyage, et il a uriné, fait ses ablutions et il a passé ses mains sur ses chaussures. » Rapporté par al-Bukhârî et Muslim.

7star3a.gif Le sens global [du hadîth] :

Hudhayfa ‎(رضي الله عنه) rappelle qu’une fois, il était avec le Prophète ‎(صلى الله عليه و سلم) en voyage, qui a uriné, fait ses ablutions et passé ses mains sur ses chaussures.

7star3a.gif Ce qu’il y a à prendre du hadîth :

1) Le fait qu’il est légiféré de faire l’essuyage sur les chaussures en voyage. Le temps d’essuyage sur les chaussures et sur ce que l’on porte sur la tête [’Amâmah] en voyage, est valables trois jours et ses nuits. Et pour le résident, cela dure un jour et une nuit, ce qui équivaut à 24 heures. Son temps est compté dès le début de l’heure de l’essuyage, en voyage comme pour le résident, selon le dire le plus authentique [des gens de science].

2) Le fait qu’il est légiféré de faire l’essuyage sur les chaussures après avoir uriné et fait ses ablutions, et qu’il est authentifié d’essuyer sur les chaussures et sur la ’Amâmah pour toute impureté mineure, et cela dans beaucoup de hadîth. Pour les grandes impuretés, il faut obligatoirement faire ses grandes ablutions comme [ce qui est fait] pour les rapports intimes. Cela ne suffit pas d’essuyer sur les chaussures et sur la ‘Amâmah, bien au contraire, il faut faire les grandes ablutions. Et pour ce qui est d’essuyer sur un bandage ou une blessure bandée, cela se fait pour les petites et grandes impuretés. Mais si le fait d’essuyer cause du tort ou que la personne craint un mal, elle n’essuiera pas dessus mais fera le Tayamoum [ablution sèche]. Ceci dit, avec le lavage des membres restant pour un acte valable.

Source : Kitâb « Tayssîr al-‘Allâm Charh ‘Oumdat il-Ahkâm » du SHeikh ‘Abdullâh al-Bassâm, 1/77

Copié du site : manhajulhaqq.com

par 'Abd El-Hakim Abû 'Issa 'Abd El-Haqq pour www.islam-al-haqq.com


Voir également l'article ici sur :

- L'institution

- Les conditions pour pouvoir s'essuyer les pieds

- Ce qui ne fait pas partie des conditions pour pouvoir s'essuyer les pieds

- La manière de s'essuyer les pieds

- Ce qu'on pourrait croire qui rompt les ablutions faites avec l'essuyage alors qu'il n'en est rien




Le voyage - As-Safar

La purification - At-Tahara

La prière - As-Salât

Repost 0
Published by Al-Haqq - dans Purification
commenter cet article
12 août 2009 3 12 /08 /août /2009 13:33

1) Institution


Dans une des lectures du Coran, ALLah (le Très-Haut) dit : {passez les mains mouillées sur vos têtes et vos pieds jusqu'aux chevilles.} (5/6)

Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : "Quand l'un de vous a fait ses ablutions et chaussé ses chaussons [Khoufs], il lui est permis d'essuyer par-dessus sans les enlever, à moins qu'il ne soit en état d'impureté majeure". (Ad-Darqoutni, Al-Hâkim)

Sayyid Sâbiq (رحمه الله) a dit : "Les compagnons ayant mentionné la permission de s'essuyer les chaussures avoisinent les 80, et parmi eux il y a les 10 promis au Paradis". (Fiqh As-Sounna)



2) Conditions pour pouvoir s'essuyer les pieds


2-1) Se chausser de chaussures, chaussons (ou chaussettes) qui vont jusqu'aux chevilles

2-2) Se chausser en état de pureté


Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit à Moughira qui voulut lui enlever ses chaussures lors de ses ablutions : "laisse-les car je les ai mises en état de pureté". (Al-Boukhâri, Mouslim, Ahmad)


2-3) Ne pas dépasser le délai réglementaire qui est de 72 heures pour le voyageur et de 24 heures pour le résidant

'Ali (رضي الله عنه) a dit : "le Prophète a accordé trois jours (et trois nuits) pour le voyageur, et un jour (et une nuit) pour le résident".


2-3-1) Le délai commence après le 1er essuyage


Al-Awza'i et Abou Thawr ont dit : "Le délai fixé commence au 1er essuyage qui a lieu après la 1ère rupture des ablutions". (Ahmad, Abou Dâwoud)

Abou 'Othman Nahdi (رضي الله عنه) a dit : "J'étais présent quand Sa'd et Ibn 'Omar se disputaient devant 'Omar concernant la question de l'essuyage sur les khoufs. Ainsi 'Omar a dit : "Il peut essuyer sur eux jusqu'à la même heure (du 1er essuyage) pour un jour et une nuit"". ('Abd Ar-Razzâq. Al-Albâni a dit : authentique selon les conditions de Al-Boukhâri et Mouslim)


3) Ce qui ne fait pas partie des conditions pour pouvoir s'essuyer les pieds


3-1) Avoir des chaussures ou chaussettes sans trou


Soufyan ath-Thawri (رحمه الله) a dit : "Massez ce qui enveloppe votre pied ! Les bottes des Emigrés et des Auxiliaires n'étaient que rapiécées". ('Abd Ar-Razzaq et Al-Bayhaqi)

Ibn Taymiya (رحمه الله) dit : "Le Messager ayant donné un ordre et n'ayant pas émis la condition de l'absence de défaut, il faut considérer l'ordre comme absolu et ne pas le restreindre en l'absence d'un argument légal. Les termes employés signifient que toute botte portée par les gens pour marcher peut faire l'objet du dit massage, même si elle est perforée ou trouée. Aucune mesure ne s'applique à la perforation ou au trou, en l'absence d'un argument. C'est l'avis d'Ishaq, d'Ibn Al-Moubarak, d'Ibn Uyayna et d'Abou Thawr". (Fatawas 21/174)

L'imam ash-Shafii et Ahmad, selon son avis le mieux connu, soutiennent qu'il n'est pas permis d'effectuer le massage sur les bottes comportant des trous qui laissent apparaître des parties du corps dont le lavage est obligatoire.

Abou Hanifa et Malik établissent une différence entre la petite et la grande perforation. Ansi pour les hanafites, Si la carence est équivalente à la surface de 3 fois le petit doigt de pied, il est autorisé d’essuyer; et pour les malikites Si la carence est inférieure à 1/3 du pied il est autorisé d’essuyer.


3-2) Que celles-ci ne soient pas transparentes

An-Nawawi (رحمه الله) a dit : "le porteur d'une botte transparente avec laquelle il lui est possible de marcher peut masser le-dessus, même si la peau est visible sous la botte". (al-Madjmou', 1/502)


4) Manière de s'essuyer les pieds



Il est suffisant de s'essuyer seulement la partie supérieure des pieds, en effet 'Ali (رضي الله عنه) a dit : "si la religion dépendait de notre raisonnement, on aurait essuyé le dessous des chaussons, et non le dessus". (Abou Dâwoud)

Al Moughira (رضي الله عنه) a dit: « Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) essuyait sur ses bottines,il posa sa main droite sur sa bottine droite, et sa main gauche sur sa bottine gauche, et il essuya la partie supérieure d’un geste. »

Les hanafites disent que l’essuyage doit porter sur la partie supérieur équivalente à la largeur de trois doigts sur une longueur équivalente au plus petit doigt des mains.

Les chafi’ites disent que l’obligation consiste à essuyer n’importe quelle partie de la bottine. L’obligation est accomplie même si les doigts ont seulement touché le haut de la bottine, au delà de cela il s’agit d’un acte sunna.


5) Ce qu'on pourrait croire qui rompt les ablutions faites avec l'essuyage alors qu'il n'en est rien


5-1) Enlever ses chaussures après l'essuyage

Selon Al-Albâni (رحمه الله), il est rapporté de manière authentique que 'Ali Ibn Abou Tâlib (رضي الله عنه) a perdu une fois ses ablutions, il les a ensuite refaites en essuyant sur ses chaussures. Puis il les a enlevé et a prié sans elles.

Ibn Taymiya (رحمه الله) a dit : "Les ablutions de celui qui a essuyé sur les khoufs ou le turban ne sont pas annulées quand il enlève n'importe lequel de ces 2 vêtements. Elles ne sont pas non plus annulées par le terme de son délai fixé, et il n'est pas obligé d'essuyer sa tête ni de laver ses pieds. C'est l'avis d'Al-Hasan Al-Basri. Cet avis fait l'analogie avec le rasage des cheveux qui sont essuyés, selon l'avis correct de l'école hanbalite et l'avis de la majorité des savants".
L'analogie avec le rasage des cheveux est que si quelqu'un fait ses ablutions en s'essuyant les cheveux puis il se rase la tête, cet homme n'aura pas à refaire ses ablutions malgré que les cheveux qu'il a essuyé ne sont plus sur sa tête !"



5-1-1) 2 ahâdiths faibles


Pour appuyer l'avis que la personne enlevant ses chaussures après les avoir essuyé doit se laver les pieds, certains se sont basés sur les 2 ahadîths suivans qui ne sont pas à prendre en compte du fait de leurs faiblesses, comme l'a démontré Al-albâni :

Il fut demandé à un compagnon le fait qu'un homme essuie sur ses khoufs, puis les enlève, il a dit : "Il doit laver ses pieds". (Ibn Abi Chayba, Al-Bayhaqi)

Ibn Moughîra ach-Chou'ba a dit : "L'essuyage sur les khoufs est de 3 jours pour le voyageur et 1 jours pour le résidant, tant qu'il ne les enlève pas".


5-2) L'écoulement du délai prescrit


An-Nawawi (رحمه الله) a confirmé ceci en disant : "Cet avis a été rapporté par Ibn Al-Moundhir d'après Al-Hasan Al-Basri, Qatâda, et Soulayman Ibn Harb. Ibn Al-Moundhir l'a favorisé, et c'est ce qui est le plus favorable et le plus convainquant. Nos compagnons (Chafi'ite) l'ont rapporté de Dâwoud".

Voir aussi la parole d'Ibn Taymiya (رحمه الله) ci-dessus : "Elles ne sont pas non plus annulées par le terme de son délai fixé, et il n'est pas obligé d'essuyer sa tête ni de laver ses pieds".

Al-albâni a dit concernant ceci : "Ach-Chi'arani l'a rapporté de l'imam Mâlik dans Al-Mizan (1/150)".

L'écoulement du délai prescrit fixe juste l'arrêt de la possibilité de s'essuyer de nouveau les khoufs passé ce délai.






'Abd El-Hakim Abû 'Issa 'Abd El-Haqq

Repost 0
Published by 會 Al-Haqq 會 - dans Purification
commenter cet article
11 août 2009 2 11 /08 /août /2009 17:39

Il s'agit de remplacer les ablutions traditionnelles ou le lavage à base d'eau par le fait de toucher son visage et ses mains après avoir touché une matière purificatrice.



Institution


ALLAH ‎- تعالى - a dit (dans le sens approximatif du verset) :
{et aussi quand vous êtes en état d'impureté [pollués] - à moins que vous ne soyez en voyage - jusqu'à ce que vous ayez pris un bain rituel. Si vous êtes malades ou en voyage, ou si l'un de vous revient du lieu où il a fait ses besoins, ou si vous avez touché à des femmes et vous ne trouviez pas d'eau, alors recourez à une terre pure, et passez-vous-en sur vos visages et sur vos mains.}
(4/43)


Selon Abou Oumâma (رضي الله عنه), le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : "Toute la terre a été faite mosquée et purificatrice pour moi et ma communauté, que partout où quelqu'un de ma communauté doit faire la prière, il y a un moyen de purification". (Ahmad)


7star3a Quand sont permises les ablutions sèches


Les ablutions sèches sont permises en voyage ou en lieu de séjour, en remplacement des ablutions ou du lavage dans les cas suivants :

En cas d'absence ou de manque d'eau. Cela dit, il faut que la personne soit sure qu'elle ne peut pas trouver d'eau où elle se trouve, ou qu'elle n'en a pas une quantité suffisante. Mais il faut absolument qu'elle recherche de l'eau sincèrement

'Imran Ibn Hossayn (رضي الله عنه) a dit : "nous étions en compagnie du Prophète ‎(صلى الله عليه و سلم) dans un voyage et il a présidait la prière en groupe, il y avait un homme qui s'est mis à l'écart, le Prophète ‎(صلى الله عليه و سلم) lui a dit : "Qu'est ce qui t'a empêché de prier"; il répondit qu'il n'était plus en état de purification majeure et qu'il n'y a pas d'eau. Il lui dit : "Utilise la terre, elle te suffit"". (Al-Boukhâri, Mouslim)

Abou Dharr (رضي الله عنه) a dit que le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : "la terre est un moyen de purification pour celui qui ne trouve pas d'eau, même pendant quarante ans". (Abou Dâwoûd, At-Tirmidhi qui a dit : bon et authentique)


En cas de blessure ou de maladie, si la personne craint que l'eau pourrait aggraver son cas ou retarder sa guérison


Jâbir (رضي الله عنه) raconte : "nous étions en voyage quand l'un de nous s'est bléssé à la tête, après s'être endormi il s'est réveillé en état de pollution majeure; il a demandé à ses compagnons : "est-ce que je peux faire le tayammoum ?", ils ont répondit qu'il n'y avait pas le droit puisqu'il peut utiliser l'eau. Il s'est lavé et mourut de son bain. Quand nous sommes rentrés, nous avons rapporté tout cela au Prophète ‎(صلى الله عليه و سلم), il a dit : "Ils l'ont tué, que ALLAH les tuent ! Pourquoi n'ont-ils pas demandé quand ils ne savent pas ? La guérisson de l'ignorance est la question. Il lui aurait suffit de faire le tayammoum, puis de mettre un bandeau sur la partie blessée et de se laver le reste du corps"". (Abou Dâwoûd, Ibn Mâja, Ad-Darqoutni, authentifié par Ibn Sakan)


Si l'eau est trop froide, et risque de causer du tort à la personne à condition que l'on ne peut pas réchauffer l'eau, même en y payant le prix


'Amr Ibn Al-'Ass (رضي الله عنه) rapporte : "lorsque je fus envoyé à la bataille "des bandages", j'ai fait un rêve dans une nuit de très grand froid, j'ai en peur qu'en me lavant je périsse, j'ai donc fait le tayammoum puis j'ai présidé à la prière du matin [As-Soubh]. Quand nous sommes retournés, ils ont rapporté cela au Prophète ‎(صلى الله عليه و سلم) qui a dit : "'Amr, tu as présidé la prière en état d'impureté majeure ?". J'ai fais cela par rapport au propos du Très-haut (sens approximatif du verset) : {Et ne vous tuez pas vous-mêmes. ALLah, en vérité, est Miséricordieux envers vous.}, j'ai donc fais le tayammoum et prié. Le Prophète (صلى الله عليه و سلم)
a rigolé sans rien me reprocher". (Ahmad, Abou Dâwoûd, Al-Hakim, Ad-Darqoutni, Ibn Hibbân)



Si l'eau est innaccessible


Si on a besoin de l'eau pour faire une chose vitale

'Ali (رضي الله عنه) a dit au sujet d'un homme en voyage qui doit faire le lavage rituel mais qui n'a pas beaucoup d'eau et a peur de s'assoiffer : "Fais le tayammoum et ne te laves pas". (Ad-Darqoutni)


7star3a Ce qu'on utilise pour faire les ablutions pulvérales


ALLAH ‎- تعالى - a dit (dans le sens approximatif du verset) :

{Et si vous êtes pollués (junubâ), alors purifiez-vous (par un bain); mais si vous êtes malades, ou en voyage, ou si l'un de vous revient du lieu ou' il a fait ses besoins ou si vous avez touché aux femmes et que vous ne trouviez pas d'eau, alors recourez à la terre pure, passez-en sur vos visages et vos mains. } (5/6)


On utilise la terre pure et tout ce qui est naturel comme la terre, la roche, le sable, l'argile...
Il n'est pas necessaire que la pierre soit déstinée uniquement aux ablutions pulvérales, il n'y a aucun mal à utiliser n'importe qu'elle pierre qui nous paraît correcte.


7star3a Manière de faire les ablutions pulvérales


Comme pour les ablutions, il faut avoir l'intention de se purifier.
On prononce le nom d'ALLAH, puis on pose ses mains sur de la terre pure. On essuie ensuite avec ses deux mains son visage et ses mains jusqu'aux poignées (jusqu'au coudes pour certains savants).

Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit à un de ses compagnons : "Ceci t'aurais suffit". Le Prophète a donc touché le sol avec ses deux mains puis il souffla dessus, il essuya avec son visage et ses mains. (Al-Boukhâri, Mouslim)

On voit dans ce hadith que le fait de toucher qu'une fois la terre suffit pour le visage et les mains à la fois; on voit également qu'il est préferable de souffler sur ses mains qu'on on utilise de la terre pour ne pas s'enduire le visage de sable (ceci n'est pas necessaire qu'on on utilise de la pierre).


7star3a Ce qu'il est permis de faire avec les ablutions pulvérales


Il est permis de faire avec le tayammoum tout ce qu'il est permis de faire avec les ablutions et le lavage, comme la prière, la circombulation autour de la sainte maison [At-Tawaf]...
Il n'entre pas dans les conditions du tayammoum le fait d'attendre que l'heure de la prière débute, ni le fait de devoir recommencer le tayammoum à chaque prière.


7star3a Ce qui annule le ablutions pulvérales


Tout ce qui annule les ablutions annule le tayammoum, en plus de cela il faut rajouter le fait de la disparition de la cause pour laquelle on a fait le tayammoum (on trouve de l'eau par exemple, alors que l'on en avait pas...).


7star3a Celui qui a utilisé le tayammoum puis a trouvé de l'eau


Selon Abou Sa'id Al-Khoudri (رضي الله عنه), deux hommes sont sortis en voyage, l'heure de la prière arriva alors qu'ils n'avaient pas d'eau. Ils ont utilisé le tayammoum; quand ils ont fini leur prière ils ont trouvé de l'eau. L'un d'eux a recommencé les ablutions et la prière, l'autre pas. Quand il sont rentrés ils ont rapporté ceci au Prophète (صلى الله عليه و سلم). Il a dit à celui qui n'avait pas refait la prière : "Tu as fais selon ma voie, et ta prière est valide", et à celui qui a refait la prière : "tu as deux récompenses". (Abou Dâwoud, An-Nasâi)




La purification - At-Tahara

Le voyage - As-Safar

Repost 0
Published by 會 Al-Haqq 會 - dans Purification
commenter cet article
8 août 2009 6 08 /08 /août /2009 21:45

Il s'agit de la purification par l'eau, du visage, des deux mains, de la tête et des deux pieds.


1) Institution

 ALLah (le Très-Haut) a dit : {Ô les croyants! Lorsque vous vous levez pour la Salat, lavez vos visages et vos mains jusqu'aux coudes; passez les mains mouillées sur vos têtes; et lavez-vous les pieds jusqu'aux chevilles.} (5/6)

Selon Abou Hourayra (رضي الله عنه), le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : "Aucune prière de la part de celui qui a rompu ses ablutions n'est acceptée jusqu'à ce qu'il refasse ses ablutions". (Al-Boukhâri, Mouslim, Abou Dâwoud, At-Tirmidhi)

Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : "ALLah n'accepte pas de prière sans purification, ni d'aumône volée".
(Mouslim, At-Tirmidhi, Abou Dâwoud)

Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : "La prière de personne n'est complète jusqu'à ce qu'il fasse les ablutions comme il se doit, puis qu'il dise : "ALLah est plus grand"". (At-Tabarâni avec une chaîne authentique)


2) Actes pour lesquels les ablutions sont obligatoires


2-1) La prière

ALLah (le Très-Haut) a dit : {Ô les croyants! Lorsque vous vous levez pour la Salat, lavez vos visages et vos mains jusqu'aux coudes; passez les mains mouillées sur vos têtes; et lavez-vous les pieds jusqu'aux chevilles.} (5/6)

Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : "ALLah n'accepte pas de prière sans purification, ni d'aumône volée".
(Mouslim, At-Tirmidhi, Abou Dâwoud)


2-2) La circombulation autour de la Ka'ba [At-Tawâf]


Selon Ibn 'Abbas (رضي الله عنه), le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : "La circombulation est une prière, sauf que ALLah y a permis la parole, que ceux qui parlent donc ne parlent que du bien". (At-Tirmidhi, Ad-Darqoutni, authentifié par Al-Hâkim et Ibn Sakan et Ibn Khouzayma)


2-3) Porter le Coran ou le toucher


ALLah (le Très-Haut) a dit :{Et c'est certainement un Coran noble, dans un Livre bien gardé que seuls les purifiés touchent } (56/77-79)

Selon Abou Bakr Ibn Mouhammad, selon son père, selon son grand-père (رضي الله عنهم), le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a envoyé un livre pour les habitants du Yémen où il était mentionné : "Que ne touche le Coran que celui qui est purifié". (Mâlik n°1/199, At-Tabarâni, An-NasâI n°8/57, Ad-Dârqoutni, Al-Bayhaqi n°1/87, Al-Athram, Ibn Hibbân n°793. Ya'qoûb Ibn Soufyân (رحمه الله) dit pour sa part : "Je ne connais pas de lettre qui soit plus authentique que celle-ci. En effet, les compagnons et les suivants s'y référaient et délaissaient leur opinion". Al-Hâkim relate : "Zouhri et 'Omar Ibn Abd l-Azîz ont témoigné de l'authenticité de cette lettre". al-Albâni a dit qu'il est authentique)

Selon de nombreux compagnons, dont 'Ali Ibn Tâlib, Abdoullâh Ibn Mas'oûd, Sa'd Ibn Abi Waqqâs, Abdoullâh Ibn 'Omar, Saïd Ibn Zayd, Salmân Al Fârisi (que Dieu les agrée), mais aussi selon la plupart des suivants, parmi lesquels 'Atâ Ibn Abi Rabah (رحمه الله), Ibn Chihâb Az-Zouhri (رحمه الله), Hassan Al Basri (رحمه الله), Tâwoûs (رحمه الله), les sept juristes de Médine [al fouqahâ ous sab'ah], Ibrâhim An-Nakha'i (رحمه الله), les quatres imâms bien connus, ainsi que la grande majorité des savants contemporains, il n'est pas permis non plus à celui qui est en état d'impureté mineure de toucher le Coran avant de faire les ablutions. Cet avis largement majoritaire a été qualifié comme étant celui qui est correct par Ibn Taymiyah (رحمه الله). (Madjmoû oul Fatâwa 21/288)

Ibn 'Abbas (رضي الله عنه), Ach-Cha'bi, Ad-Dahâk, Ibn Hazm et d'autres contemporains (parmi lesquels Al-Albâni) ont dit qu'il est permis de porter le Coran sans avoir les ablutions.

Par contre, il est permis de porter un livre contenant des passages du Coran, car il est rapporté que le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a envoyé une lettre à Héraclius (chef chrétien) un contenant : "Au nom de Dieu Le Tout Miséricordieux, Le Très Miséricordieux. {Dis : "Ô gens du Livre, venez à une parole commune entre nous et vous : que nous n'adorions que Dieu, sans rien Lui associer, et que nous ne prenions point les uns les autres pour seigneurs en dehors de Dieu".} (3/64)". (Al-Boukhâri, Mouslim)



3) Actes pour lesquels il est préférable d'avoir les ablutions


3-1) L'invocation de Dieu

Al-Mouhâjir Ibn Qounfoudh (رضي الله عنه) a dit : "j'ai passé le salam au Prophète pendant qu'il faisait ses ablutions mais il ne m'a pas répondu avant qu'il ait fini ses ablutions, puis il m'a dit : "Ce qui m'a empêché de te répondre est le fait que je déteste invoquer le nom de ALLah sauf quand je suis pur"". (Ahmad, Abou Dâwoud, An-Nasâi, Ibn Mâja)


3-2) Pour se coucher

'Omar (رضي الله عنه) a demandé au Prophète (صلى الله عليه و سلم) : "Peut-on s'endormir en état de Janâba"?
Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) dit : "Oui, si la personne fait ses ablutions"". (Al-Boukhâri, Mouslim, Abou Dâwoud, At-Tirmidhi, An-Nasâi, Ibn Mâja, Mâlik, Ahmad)

Selon Al-Bara Ibn 'Azib (رضي الله عنه), le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : "Quand tu t'apprêtes à te coucher, fais tes ablutions comme pour la prière puis allonge-toi sur ton coté droit". (Al-Boukhâri, At-Tirmidhi, Ahmad)

Ibn 'Abbas (رضي الله عنه) a dit : "Le Prophète s'est réveillé de nuit, il a fait ses besoins puis a lavé son visage et ses mains, puis il s'est rendormi". (Al-Boukhâri, Mouslim, Abou Dâwoud, An-Nasâi, Ibn Mâja)

Selon 'âïcha (رضي الله عنها) : "Lorsque le Prophète voulait se coucher alors qu'il était en état d'impureté majeure, il lavait son sexe puis faisait ses ablutions comme pour la prière". (Al-Boukhâri, Mouslim, At-Tirmidhi, Abou Dâwoud)



3-3) Pour manger, boire ou faire l'acte sexuel si on est en état d'impureté majeure [Janâba]

Selon Ibn Sa'îd (رضي الله عنه), le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : "Si l'un d'entre vous s'est accouplé avec sa femme, puis qu'il désire recommencer, qu'il fasse ses ablutions". (Mouslim, At-Tirmidhi, Abou Dâwoud)

'Amâr Ibn Yâsir (رضي الله عنه) a dit : "Le Prophète a permis a celui qui était en état d'impureté majeure et qu'il voulait manger, boire ou dormir, de faire ses ablutions comme pour la prière". (Ahmad, At-Tirmidhi qui l'a authentifié)



3-4) Avant de faire le lavage rituel (الغسل)

Selon 'Aicha (رضي الله عنها) : "Lorsque le Prophète voulait faire le lavage à la suite d'une grande impureté, il commençait par laver ses mains, puis il versait de l'eau de sa main droite à sa main gauche pour laver son sexe, puis il faisait ses ablutions comme pour la prière". (Al-Boukhâri, Mouslim, At-Tirmidhi, Abou Dâwoud)


3-5) Après avoir mangé un plat qui a été cuit


Selon 'Aicha (رضي الله عنها) et Abou Hourayra (رضي الله عنه), le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : "Faites les ablutions pour ce que le feu a cuit". (Mouslim, Ahmad, An-Nasâi, Ibn Mâja)

'Amr Ibn Oumayya (رضي الله عنه)) a dit : "j'ai vu le Prophète manger de l'épaule d'agneau, puis fût lancé l'appel à la prière. Il se leva alors pour prier sans refaire ses ablutions". (Al-Boukhâri, Mouslim n° 533)

D'après Ibn 'Abbâs (رضي الله عنه), l'Envoyé d'ALLah (صلى الله عليه و سلم) après avoir mangé de l'épaule de mouton, pria sans refaire ses ablutions. (Mouslim n°531)

D'après Maymûna (رضي الله عنها), le Prophète (صلى الله عليه و سلم) mangea chez elle de l'épaule de mouton et pria ensuite sans refaire ses ablutions. (Mouslim n° 535)



3-6) Avant chaque prière obligatoire


Selon Abou Hourayra (رضي الله عنه), le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : "Si je ne craignais pas de surcharger ma communauté, je leur aurais demandé de refaire les ablutions pour chaque prière". (Ahmad avec une bonne chaîne)

Selon Bourayda (رضي الله عنه) : "Le Prophète recommençait ses ablutions pour chaque prière". (Mouslim, Ahmad, et d'autres)



4) La manière de faire les ablutions


4-1) L'obligation de l'intention

Selon 'Omar (رضي الله عنه), le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : "Les actes ne sont récompensés qu'en fonction de leurs intentions, et chacun n'aura que ce qu'il a eu l'intention de faire". (Al-Boukhâri, Mouslim)

Pour Abou Hanîfa (رحمه الله) et Ach-Chaybâni (رحمه الله), l'intention n'est pas une condition pour la valadité des ablutions, en argumentant par le fait que le caractère purificateur de l'eau ne dépend pas de l'intention de celui qui se lave.


4-2) La recommandation de dire "Au nom de Dieu" (بسم الله) avant de commencer

"Pas d'ablutions pour celui qui n'a pas commencé par la mention du nom d'ALLah".
(At-Tirmidhi n°56)

Il n'y a dans le fait de dire "Bismillâh" avant les ablutions pas de ahadîths sûrs, mais les ahadîth à ce sujet se renforce les uns les autres pour confirmer cet acte.


4-3) La recommandation de se brosser les dents


Abou Hourayra (رضي الله عنه) a dit que le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : "Si je ne craignais pas la difficulté pour ma communauté, je leur aurais ordonné d'utiliser le siwâk à chaque ablution". (Al-Boukhâri, Mouslim, Abou Dâwoud, At-Tirmidhi, An-Nasâi, Ibn Mâja, Ahmad, Mâlik, Ach-Châfi'i, Al-Bayhaqi, Al-Hâkim)


4-4) La recommandation de laver ses mains avant de les introduire dans le récipient


Abou Hourayra (رضي الله عنه) a dit avoir entendu le Prophète (صلى الله عليه و سلم) dire : "Quand l'un de vous se réveille qu'il n'introduise pas ses mains dans le récipient avant de les avoir lavé trois fois, car il ne sait pas où elles ont passé la nuit". (Al-Boukhâri en partie, Mouslim, Abou Dâwoud, At-Tirmidhi, An-Nasâi, Ibn Mâja, Mâlik, Ahmad)

Aws Ibn Aws Ath-Thaqafi (رضي الله عنه) a dit : "J'ai vu le Prophète faire ses ablutions, il a lavé ses mains trois fois".
(Ahmad, An-Nasâi)

4-5) La recommandation de rincer sa bouche et son nez


Selon Abou Hourayra (رضي الله عنه), le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : "Quand l'un de vous fait ses ablutions, qu'il inspire de l'eau avec son nez, puis qu'il expire". (Al-Boukhâri, Mouslim, Abou Dâwoud)

Lafizh Ibn Sabira (رضي الله عنه) a entendu le Prophète (صلى الله عليه و سلم) dire : "Quand tu fais tes ablutions, rince-toi la bouche". (Abou Dâwoud, Al-Bayhaqi)


4-5-1) Le rinçage de la bouche et du nez peut se faire avec la même poignée d'eau

Selon 'Abdoullâh Ibn Zayd (رضي الله عنه), le Prophète (صلى الله عليه و سلم) s'est rincé la bouche et le nez avec trois poignées d'eau. (Al-Boukhâri, Mouslim)


4-5-2) Il est recommandé d'aspirer l'eau avec la main droite et l'expirer à l'aide de la main gauche

'Ali (رضي الله عنه) a demandé une fois de l'eau, il a rincé sa bouche, aspiré l'eau par son nez avec sa main droite puis l'a expiré à l'aide de la main gauche trois fois, puis il a dit : "Comme cela se purifiait l'Envoyé d'ALLah". (Ahmad, An-Nasâi)


4-6) L'obligation de laver son visage au minimum une fois, celui-ci se délimite en hauteur du haut du front au bas du menton, et en largeur des deux lobes des oreilles


ALLah (le Très-Haut) a dit : {Ô les croyants! Lorsque vous vous levez pour la Salat, lavez vos visages...} (5/6)


4-7) La recommandation de faire pénétrer l'eau dans sa barbe pendant le lavage du visage

'Othmân (رضي الله عنه) a dit : "le Prophète faisait pénétrer l'eau dans sa barbe". (Ibn-Mâja, At-Tirmidhi qui l'a authentifié)


4-8) L'obligation de laver ses mains et ses avant-bras jusqu'aux coudes au minimum une fois

 ALLah (le Très-Haut) a dit : {...et vos mains jusqu'aux coudes...} (5/6)


4-8-1) La recommandation de commencer par la droite dans le lavage des mains et des pieds

Selon Abou Hourayra (رضي الله عنه), le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : "Quand vous vous habillez et quand vous faites vos ablutions, commencez par le coté droit". (Ahmad, Abou Dâwoud, At-Tirmidhi, An-Nasâi)


4-9) L'obligation d'essuyer ses cheveux avec les mains mouillées

ALLah (le Très-Haut) a dit : {...passez les mains mouillées sur vos têtes...} (5/6)

Selon 'Abdoullâh Ibn Zayd (رضي الله عنه) : "le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a essuyé ses cheveux avec ses mains (pendant les ablutions), il a essuyé de l'avant de sa tête jusqu'à la nuque, puis il a essuyé dans le sens inverse jusqu'à ce qu'il les ramène à l'endroit d'où il a commencé".



4-9-1) Il est également possible de n'essuyer que ce qui couvre la tête

Selon Bilâl (رضي الله عنه), le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : "Essuyer vous par-dessus les chaussures et ce qui vous couvre la tête". (Ahmad)

Oumayya (رضي الله عنه) a dit : "j'ai vu le Prophète essuyer sa 'Amâma et ses chaussures". (Ahmad, Al-Boukhâri, Ibn Mâja)


4-10) La recommandation d'essuyer ses oreilles


Selon Miq'âd Ibn Ma'd Yakrib (رضي الله عنه) : "pendant ses ablutions, le Prophète a essuyé ses cheveux et ses oreilles de l'extérieur et l'intérieur". (Abou Dâwoud, At-Tahâwi)


4-10-1) La permission de ne pas remouiller ses mains entre l'essuiement des cheveux et celui des oreilles


Ibn 'Abbas (رضي الله عنه) a descrit les ablutions du Prophète (صلى الله عليه و سلم) comme suit : "Il a essuyé ses cheveux et ses oreilles en une seule fois". (Ahmad, Abou Dâwoud)


4-11) L'obligation de laver ses pieds jusqu'aux chevilles


ALLah (le Très-Haut) a dit : {...et lavez-vous les pieds jusqu'aux chevilles.} (5/6)

Ibn 'Omar (رضي الله عنه) a dit : "Pendant un voyage le Prophète s'est éloigné de nous; il est revenu à l'heure du 'Asr quand nous faisions nos ablutions et nous essuyions nos pieds. Il a crié du plus haut de sa voix : "Attention au Feu pour vos talons, faites bien les ablutions" deux ou trois fois". (Al-Boukhâri, Mouslim, An-Nasâi, Abou Dâwoud, Ibn Mâja, Ahmad)


4-11-1) Il est également permis de n'essuyer que ce qui couvre les pieds selon certaines conditions

Voir à ce sujet : "L'essuyage des chaussures et des chaussettes".


4-11-2) La recommandation de passer son petit doigt gauche entre ses orteils

Ibn 'Abbas (رضي الله عنه) a dit que le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : "Quand tu fais tes ablutions, fais passer de l'eau entre tes doigts et entre tes orteils". (Ahmad, At-Tirmidhi, Ibn Mâja)

Al-Moustawdid Ibn Chiddad (رضي الله عنه) a dit : "J'ai vu le Prophète passer l'eau entre ses orteils à l'aide de son petit doigt". (Selon les cinq sauf Ahmad)



4-12) L'ordre des obligations et lui même une obligation, de même que la continuité

ALLah (le Très-Haut) a dit : {Ô les croyants! Lorsque vous vous levez pour la Salat, lavez vos visages et vos mains jusqu'aux coudes; passez les mains mouillées sur vos têtes; et lavez-vous les pieds jusqu'aux chevilles.} (5/6)

ALLah a indiqué dans le verset un ordre de lavage qu'il est obligatoire de respecter. Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit dans un sens général : "commencez par ce que ALLah a commencé". De plus, tous les ahadîths qui ont été rapporté sur les ablutions du Prophète n'ont jamais contredit cet ordre précis.


4-13) La recommandation de frotter ses membres

Selon 'Abdoullâh Ibn Zayd (رضي الله عنه), le Prophète (صلى الله عليه و سلم) faisait ses ablutions puis a dit : "C'est comme cela qu'on frotte". (Abou Dâwoud, At-Tayalissi, Ahmad, Ibn Hibbân, Abou Ya'la)


4-14) La recommandation de laver ses membres trois fois

Selon 'Omar Ibn Chou'ban, selon son père, selon son grand-père, un arabe est venu au Prophète (صلى الله عليه و سلم) pour qu'il lui apprenne les ablutions; le Prophète (صلى الله عليه و سلم) lui a montré en faisant par trois fois ses membres puis a dit : "Ceci sont les ablutions, celui qui a rajouté à cela a commis une faute et une injustice". (Ahmad, An-Nasâi, Ibn Mâja)

D'après Abou Anas, un jour que 'Othmân (رضي الله عنه) fut en train de faire ses ablutions à Al-Maqâ'id (lieu situé près de la mosquée), il dit : "Voulez-vous que je vous montre comment le Prophète faisait ses ablutions?". Ceci dit, il commença à faire ses ablutions, en lavant à trois reprises chacun de ses membres. (Mouslim n°337)

Il a été également rapporté par Al-Boukhâri entre autres que le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a fait les ablutions en ne lavant qu'une fois ses membres, et également deux fois : cela est pour nous montrer que cela est permis.



4-15) La recommandation de dépasser les limites prescrites


Abou Hourayra (رضي الله عنه) a dit : "le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : "les gens de ma communauté seront rassemblés le Jour de la Résurrection tandis que leurs visages et leurs membres seront blancs (illuminés) sous l'effet des ablutions". Que celui d'entre vous qui peut étendre la blancheur de son visage, qu'il le fasse". (Al-Boukhâri, Mouslim, Mâlik, Ahmad, An-Nasâi, Ibn Mâja)

Abou Hourayra (رضي الله عنه) a également dit : "J'ai entendu mon ami (le Prophète) dire : "le croyant aura une parure qui atteindra les limites de ses membres où est arrivée l'eau des ablutions". (Mouslim)


4-16) La reprobation du gaspillage de l'eau


Anas (رضي الله عنه) a dit : "le Prophète se lavait avec la quantité de quatre à cinq mouds d'eau, et il faisait ses ablutions avec un seul". (Al-Boukhâri, Mouslim)

1 moud correspond à un peu moins d'1 litre. Al-Boukhâri a dit que les gens du savoir ont trouvé détestable le fait d'utiliser plus d'eau que ce que faisait le Prophète.


4-17) La recommandation d'invoquer Dieu après les ablutions


'Omar (رضي الله عنه) a dit que le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : "toutes les fois que l'un de vous fait ses ablutions avec le plus grand soin, puis dit : "j'atteste qu'il n'y a de divinité que ALLah - Seul et sans associé - et j'atteste que Mouhammad est Son esclave et Son envoyé. [Ô Dieu, inscris-moi parmi ceux qui se repentent et inscris-moi parmi ceux qui se purifient]", les huit portes du Paradis lui son ouvertes et il entre par celle qu'il veut". (Mouslim, [At-Tirmidhi])


4-18) La recommandation de faire deux unités de prière après les ablutions

'Othmân Ibn 'Affân (رضي الله عنه) a dit après avoir fait les ablutions : "J'ai vu le Prophète faire les ablutions comme je viens de les faire, puis il dit : "Celui qui fait les ablutions comme moi, puis fait 2 unités de prière sans être distrait, il lui est pardonné tout ce qui précède comme péché"". (Al-Boukhâri, Mouslim, Abou Dâwoud, An-Nasâi, Mâlik, Ahmad)

'Oqba Ibn 'Amir (رضي الله عنه) a dit : "le Prophète a dit : "Personne ne fait les ablutions comme elles doivent être faites et prie deux unités de prières avec son cœur et son corps sans que le Paradis ne lui soit assuré". (Mouslim, Abou Dâwoud, Ibn Mâja, Ibn Khouzayma)

Selon Abou Hourayra (رضي الله عنه), le Messager d'ALLah (صلى الله عليه و سلم) demanda un jour à Bilâl (رضي الله عنه) : "Ô Bilâl! Parle-moi donc de la bonne action que tu as faite depuis ta conversion à l'Islam et dont tu attends le plus grand salaire. J'ai entendu en effet le bruit de tes sandales devant moi au Paradis".
Il dit : "L'action dont j'attends le plus grand salaire est que je ne fais jamais des ablutions de jour ou de nuit sans les faire suivre de ce que ALLah m'a écrit comme unités de prière". (Al-Boukhâri, Mouslim)




5) Ce qui annule les ablutions


5-1) Toutes évacuations par les voies naturelles : selles, urines, excrétions prostatiques et gaz


ALLah (le Très-Haut) a dit dans le verset parlant des ablutions : {ou si l'un de vous revient du lieu où il a fait ses besoins} (5/6)

Selon Abou Hourayra (رضي الله عنه), le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : "ALLah n'accepte la prière de l'un de vous, après un besoin naturel, que s'il renouvelle son ablution". (Al-Boukhâri, Mouslim)

Ibn 'Abbas (رضي الله عنه) a dit : "le Mani, le Wadhi, le Madhi : le Mani est le liquide dont la sécrétion nécessite le lavage général. Quant au Wadhi et au Madhi, le Prophète a dit : "Lave ton organe et fais tes ablutions comme si tu allais prier"".



5-2) Après un profond sommeil, on parle de sommeil profond quand il est impossible de dormir assis sans tomber à cause de son sommeil

Mu'awiyah (رضي الله عنه) a rapporté que le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : "L'oeil est le cordon de l'anus, alors si les deux yeux dorment, le cordon est ouvert". (Ahmad, Abou Dawoud et Ibn Maja)

Selon Safwan Ibn 'Assal (رضي الله عنه) : "le Prophète nous ordonnait lorsqu l'on était en voyage de ne pas ôter nos chaussures trois jours consécutifs avec leurs nuits sauf en cas de grande impureté [Janâba]; et ce malgré le fait de faire ses besoins et de dormir". (Ahmad, An-Nasâi, At-Tirmidhi qui l'a authentifié)

Anas (رضي الله عنه) a dit : "les compagnons du Prophète attendaient la prière de la nuit jusqu'à ce que leurs têtes se pliaient sous l'effet du sommeil, puis ils priaient sans refaire leurs ablutions". (Ach-Chafi'i, Mouslim, Abou Dâwoud, At-Tirmidhi)



5-3) Après un arrêt de l'activité mentale sous l'effet d'évanouissement, d'alcool ou de folie

Sur ce point se sont réunis les savants, car ces cas sont plus forts que le sommeil profond.


5-4) Caresser ou embrasser avec jouissance

Ibn 'Omar (رضي الله عنه) a dit : "Quiconque embrasse ou caresse sa femme doit renouveler ses ablutions". (Mâlik)


6) Les points à divergence quant à l'annulation des ablutions



6-1) Le fait de saigner


Les savants ont trois avis sur ce point :


6-1-1) Le saignement qu'elle qu'en soit la quantité annule les ablutions

Selon Tamîm Dâri [ou Zayd Ibn Thâbit], le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : "Les ablutions (s'imposent à la suite) de tout écoulement de sang". (Ad-Dârqoutni, [Ibn Adiy])

C'est l'avis de Ibn Mas'oûd et Zayd Ibn Thâbit (رضي الله عنه). (Badrouddin Al-Aïni dans son commentaire du Sahîh Al-Boukhâri)

C'est aussi l'avis de 'Atâ, Moujâhid, Ibrâhim An-Nakhaï, et Hassan Al Basri. (Mousannaf de Ibn Abi Chayba 1/127)

Et celui de Abou Hanîfah (rahimahûLLah)



6-1-2) Le saignement qu'elle qu'en soit la quantité n'annule pas les ablutions

Al-Hasan Al-Basri (رحمه الله) a dit : "les musulmans n'ont cessé de faire la prière dans leurs blessures". (Al-Boukhâri)

Il est rapporté que 'Omar (رضي الله عنه) faisait sa prière alors que sa plaie saignait.
Un compagnon (رضي الله عنه) fut touché par une flèche pendant qu'il priait : Il continua sa prière malgré sa blessure et le sang qui s'en écoulait. Par la suite, lorsque le Prophète (صلى الله عليه و سلم) apprit ce qui s'était passé, il ne lui fit aucune objection par rapport à son attitude.

C'est l'avis des savants mâlikites et des châfi'ites.


6-1-3) Le saignement annule les ablutions seulement s'il est abondant


"Il (Hasan) ne considérait pas les ablutions (nécessaires) en raison du sang, exception faite de ce qui coulait". (Ibn Abi Chayba avec une bonne chaîne de transmission)

C'est l'avis d'Ahmad Ibn Hambal (rahimahûLLah).


6-2) Manger de la viande de chameau

Jâbir (رضي الله عنه) a dit : "On a posé au Prophète la question de savoir si nous avions à procéder à des ablutions pour avoir consommé de la viande de chameau ? "oui", répondit-il.
- "Devons-nous en faire de même pour la viande de mouton" ?
- "Si vous voulez".
(Mouslim n°360)

al-Bara (رضي الله عنه) a dit : "On a posé au Prophète (صلى الله عليه و سلم) la question de savoir su nous avions à procéder à des ablutions pour avoir consommé de la viande de chameau ?
- "Faites des ablutions pour cela" A - t- il répondu.
- "On lui pose la même à propos de la viande de mouton"
- "Non, on ne le fait pas".
(Abou Dawoud n°184, At-Tirmidhi n°81 et authentifié par l'imam Ahmad et Ishaq Ibn Rahouya)

An-Nawawi dit (رحمه الله) : "La rupture des ablutions à cause de la consommation de ladite viande est soutenue par Ahmad Ibn Hanbal, Ishaq Ibn Rahouya, Yahya Ibn Yahya, Abou Bakr Inb al-Moundhir et Ibn Khouzayma. C'est aussi le choix d'al-Hafiz Abou Bakr al-Bayhaqi. En plus, cette position est attribuée à l'ensemble des traditionnistes comme il a été rapporté d'un groupe des compagnons. Tout ce monde tire un argument du hadith de Djabir Ibn Samoura rapporté par Mouslim. Ahmad Ibn Hanbal et Ishaq Ibn Rahouya affirment que deux hadith authentiques ont été rapportés du Prophète (صلى الله عليه و سلم) sur le hadith de Djabir et celui d'al-Bara. Cette opinion est mieux soutenue, même si elle n'a pas été adoptée par la majorité des savants". (Commentaire du Sahih Moslim, 4/45)

Sayyid Sâbiq (رحمه الله) a dit : "Cela dit, les quatre califes bien-guidés, ainsi que beaucoup de compagnons ne refaisaient pas leurs ablutions après avoir mangé de la viande de chameau. Ce hadîth a donc été abrogé par la suite".
(Fiqh As-Sounna)


6-3) Vomir

Selon Abou Darda (رضي الله عنه), le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a vomi et a refait ses ablutions. (Ahmad 4/449, Abou Dâwoud n°2981, et At-Tirmidhi n°87)

An Nawawi (رحمه الله) a dit : "Il n'a jamais été confirmé que le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a recommandé les ablutions dans ce cas".

Ibn Taymiya (رحمه الله) a jugé le fait de refaire ses ablutions après le vomissement comme préferable.


6-4) Toucher ses parties intimes avec la paume de la main ou avec les doigts


Selon Bousra Bint Safwan (رضي الله عنه), le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : "Quiconque a touché ses parties intimes doit renouveler ses ablutions avant de faire sa prière". (Selon les cinq, authentifié par At-Tirmidhi)

Selon Abou Hourayra (رضي الله عنه), le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : "Celui qui a touché de sa main un sexe sans que rien ne s'interpose entre eux, il doit faire ses ablutions". (Ahmad, Ibn Hibbân, Al-Hâkim qui l'a authentifié avec Ibn 'Abd Al-Barr)



6-4-1) Pour l'école Hanafite, le fait de toucher son sexe avec sa main ne rompt pas les ablutions


Cela conformément aux dires de Talq : "un homme demanda au Prophète si l'homme qui touche son sexe doit refaire les ablutions.
Il répondit : "Non, ce n'est qu'une partie de ton corps"".
(Selon les cinq, et Ibn Hibbân l'a authentifié - Ibn Al-madîni a dit : "Il est meilleur que le hadîth de Bousra")




7) Ce qui n'annule pas les ablutions


7-1) Avoir un doute sur le fait d'avoir vraiment rompu ses ablutions


ALLah (le Très-Haut) a dit : {la conjecture ne sert à rien contre la vérité.} (53/28)

'Abdoullâh Ibn Zayd Ibn 'Asim Al-Ansari a dit qu'un homme a demandé : "Que doit faire l'homme pense avoir perdu ses ablutions en pleine prière"? Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) lui a répondu : "Que cela ne le détourne pas sauf s'il a vraiment entendu un bruit ou senti une odeur". (Al-Boukhâri, Mouslim, Abou Dâwoud, An-Nasâi, Ibn Mâja, Ahmad)



7-2) Toucher une femme sans jouissance, ou lui donner un léger baiser


Selon 'Aicha (رضي الله عنها), le Prophète (صلى الله عليه و سلم) l'a embrassé en période de jeûne puis a dit : "le baiser n'annule pas les ablutions, et ne rompt pas le jeûne". (Isaq Ibn rahaway, Al-Bazzâr avec une bonne [Jayyid] chaîne de transmission)

Elle (رضي الله عنها) dit encore : "une nuit je cherchais le Prophète (qui s'était absenté du lit), je mis ma main dans la mosquée qui a atteint ses talons alors qu'il était en prosternation...". (Mouslim, At-Tirmidhi)

Ibn Taymiya (رحمه الله) a dit: "Conditionner l'annulation des ablutions par le simple contact physique est contraire aux principes directeurs de la Législation islamique, au consensus des compagnons et aux traditions authentiques rapportées à cet égard. D'ailleurs, les tenants de cette opinion ne sont en mesure de produire aucun texte ni aucune déduction par analogie pour étayer leurs vues. Ainsi, si l'on dit, comme l'a fait entre autres Ibn 'Umar, que le "toucher" dont il est question dans le verset "ou si vous avez touché les femmes" désigne le contact de la main, le baiser ou tout acte similaire, alors il est de notoriété publique que lorsque le toucher est mentionné dans le Coran et la sounna, cela désigne le contact accompagné de désir, comme dans le verset traitant de la retraite spirituelle : {Et ne les touchez pas [vos épouses], pendant que vous êtes en retraite spirituelle dans les mosquées} (2/187). En effet, il n'est pas interdit à l'homme retiré dans la mosquée pour la dévotion et l'adoration de toucher sa femme, en l'absence de désir. En revanche, il lui est interdit de la toucher si cet acte est accompagné de désir. Il en est de même lorsque ALLah dit : {Ô vous qui croyez ! Quand vous épousez les croyantes et qu'ensuite vous divorcez avec elles avant de les avoir touchées, vous ne pouvez leur imposer un délai de viduité} (33/49); {Nul grief contre vous si vous divorcez avec des femmes que vous n'avez point touchées} (2/236). Ainsi, si un mari touche sa femme sans désir, alors, en cas de divorce, le délai de viduité n'est pas requis, le paiement de la dot n'est pas exigible, et les liens de la belle-alliance ne sont pas consacrés, comme l'affirme le consensus des savants. Ceux qui prétendent que, dans le verset {ou si vous avez touché les femmes}, le toucher désigne le simple contact dépourvu de désir, contreviennent à la sémantique du Coran, et plus généralement, à la sémantique du commun des mortels. En effet, lorsqu'on parle de l'acte de "toucher" entre un homme et une femme, on signifie par-là un contact physique accompagné de désir. De même, lorsqu'on emploie l'expression arabe "fouler une femme", cela signifie qu'on a un rapport sexuel avec elle et non pas qu'on lui marche dessus". (Majmû' Fatâwâ 21/223-224)






Source : Islamopédie
Retouché par 'Abd El-Hakîm عبد الحكيم Noychmuslim
Repost 0
Published by 會 Al-Haqq 會 - dans Purification
commenter cet article
6 août 2009 4 06 /08 /août /2009 02:11

Il s'agit du fait de passer de l'eau sur tout son corps avec l'intention de se purifier de l'impureté majeure.


1) Institution

ALLah (le Très-Haut) a dit :{Et si vous êtes pollués "junub", alors purifiez-vous (par un bain)} (5/6)


2) Cas où le lavage est obligatoire


2-1) Sortie du liquide spermatique [Al-Mani]

Oum Salama (رضي الله عنها) a dit au Prophète (صلى الله عليه و سلم) : "ô Prophète, ALLah n'a pas honte de la vérité. La femme doit-elle se laver quand elle a fait un rêve". Il répondit : "oui, si le liquide est visible". "Ô Envoyé de Dieu! La femme éjacule-t-elle?". "Oui, répliqua le Prophète, sinon, grâce à quoi son enfant lui ressemblerait-il?". (Al-Boukhâri, Mouslim n°471)

Abou Sa'id (رضي الله عنه) a dit que le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : "l'eau pour l'eau". (Mouslim n°151)

Oum Sulaym (رضي الله عنها), J'interrogeai l'Envoyé d'ALLah (صلى الله عليه و سلم) de ce que la femme doit faire si elle voit un songe érotique, tout comme l'homme.
- "Si elle éjacule, répondit le Prophète, elle devra se laver". Eprouvant un peu de honte, je demandais au Prophète (صلى الله عليه و سلم) : "Est-ce que la femme éjacule?".
- "Oui, répliqua le Prophète, sinon grâce à quoi son enfant lui ressemblerait-il. Le liquide émis par l'homme (le sperme) est épais et blanchâtre, tandis que celui de la femme est fluide et jaunâtre. La ressemblance (de l'enfant à l'un de ses parents) dépend alors de celui des deux liquides qui atteint l'utérus le premier". (Mouslim n°469)

Ibn Hajar (رحمه الله) a dit : "Ce hadith indique la nécessité du bain pour la femme après sécrétion d'un liquide (qui traduit l'excitation du désir sexuel)". (Fath Al-Bâri 1/389)


2-1-1) Ecoulement du liquide spermatique par maladie

Al-Moujâhid a dit: "nous étions nous autre compagnons d'Ibn 'Abass (Tawous, Sa'id ibn Joubayr, 'Ikrima) en train de faire un cercle dans la mosquée quand vient à nous un homme qui a demandé: "y a-t-il un moufti ?"; nous avont dit: "poses ta question",
il dit :"à chaque fois que j'urine, un liquide [dâfiq] sort".
Nous avons demandé: "le liquide avec lequel on fait les enfants" ?
Il dit: "oui";
nous dimes: "alors tu dois faire le grand lavage [Al-Ghousl]".
L'homme rentra en disant: "Nous appartenons à ALLAH, et nous retournerons vers Lui" (expression que l'on dit dans les calamnités).
Ibn 'Abass qui était en train de prier accélerra dans sa prière; il nous rejoint et dis: "ce que vous avez dit à cet homme, vous l'avez trouvé dans le Livre d'ALLAH" ?
Nous répondimes par la négative.
Il dit: "alors dans la parole du Prophète" ?
Nous répondimes par la négative.
Il dit: "alors dans ses compagnons" ?
Nous répondimes par la négative.
Il dit: "où donc alors" ?
Nous dimes: "c'est notre avis".
Il dit: "c'est pour cela que le Prophète a dit: "un seul savant est plus corriace pour Satan que 1000 adorateurs"".
L'homme est revenu à Ibn 'Abass qui lui demanda: "quand cela t'arrive, ressent tu un plaisirs" ?
Il dit: "non".
Il dit: "sent tu une fatigue dans ton corps" ?
Il dit: "non".
Il lui dit donc qu'il que les ablutions lui suffisent.



2-2) Rencontre des deux sexes

Abou Hourayra (رضي الله عنه) rapporte que le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : "Quand il s'est positionné sur elle puis l'a "travaillé" alors le bain devient obligatoire, que le liquide soit sorti ou pas". (Al-Boukhâri, Mouslim, Abou Dâwoud, An-Nasâi, Ibn Mâja, Ahmad)

Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : "Quand les deux sexes se rencontrent et que le gland de la verge disparaît dans l'autre sexe, le bain devient nécessaire, qu'il y ait éjaculation ou pas". (Sahih des Sunan d'Abou Dawoud n°209)

Abou Moûsa (رضي الله عنه) a dit à 'Âicha (رضي الله عنها) : "j'ai une question a te poser mais j'ai honte de toi"; elle dit : "Demandes, car je suis pour toi comme une mère"; il demanda au sujet de l'homme qui s'accouple sans que le liquide ne sorte; elle lui dit : "quand les 2 sexes se rencontrent, le bain devient obligatoire". (Ahmad, Mâlik)


2-2-1) Cette règle abroge les ahâdîths suivants

D'après 'Abû Sa'îd Al-khudrî (رضي الله عنه), l'Envoyé d'ALLah (صلى الله عليه و سلم) ayant envoyé chercher un homme des 'Ansâr; celui-ci arriva la tête dégouttant de l'eau de bain.
- "Peut-être dit alors le Prophète, t'avons-nous hâté (alors que tu couchais avec ta femme)?".
- "Oui", répondit l'homme.
- "Quand tu seras pressé ainsi ou que tu n'auras pas éjaculé, tu n'as pas à te laver, mais fais seulement tes ablutions". (Mouslim n°521)

'Ubayy Ibn Ka'b (رضي الله عنه) a dit : "J'ai posé la question au Prophète (صلى الله عليه و سلم) au sujet du coït interrompu (avant l'éjaculation).
- "Dans ce cas, répliqua le Prophète, que l'homme lave les parties qui ont été en contact avec la femme et fasse ses ablutions pour accomplir la prière". (Mouslim n°522)

'Uthmân Ibn 'Affân (رضي الله عنه) rapporte que Khâlid Ibn Zayd Al-Juhanî lui demanda : "Que penses-tu du cas où l'homme accomplit un coït interrompu?"
- "Il doit, répondit 'Uthmân, faire l'ablution telle qu'il la pratique pour la prière et laver sa verge; voilà ce que j'ai entendu le Prophète (صلى الله عليه و سلم) dire à ce sujet. (Mouslim n°524)



2-3) A la fin des menstrues et des lochies

ALLah (le Très-Haut) a dit :{Et ils t'interrogent sur la menstruation des femmes. - Dis : "C'est un mal. Eloignez-vous donc des femmes pendant les menstrues, et ne les approchez que quand elles sont pures. Quand elles se sont purifiées, alors cohabitez avec elles suivant les prescriptions d'ALLah car ALLah aime ceux qui se repentent, et Il aime ceux qui se purifient".} (2/222)

Oum Salama (رضي الله عنها) s'est renseignée au Prophète (صلى الله عليه و سلم) au sujet d'une femme qui a des écoulements permanents. Il dit : "Qu'elle voit la durée des nuits et des jours pendant lesquels elle avait ses menstrues et son moment dans le mois pour qu'elle laisse la prière; ensuite qu'elle se lave, qu'elle mette un tissu au niveau de son sexe et qu'elle prie". (Selon les cinq sauf At-Tirmidhi). Ceci concerne les menstrues et les lochies de l'avis de tous les compagnons.


2-4) Lors de la mort

Cela ne concerne pas les personnes mortes en martyr. Voir à ce sujet : "La prière sur le mort".


2-5) Quand la personne embrasse l'Islam

Lors de la conversion de Thoumâma Al-Hanafiy, le Prophète (صلى الله عليه و سلم) lui dit ordonna de prendre un bain, ce qu'il fait puis il a fait deux rak'ats. Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : "votre frère a embrassé l'Islam d'une belle façon". (Ahmad)



3) Cas où le lavage est recommandé


3-1) Le vendredi

Selon Abou Sa'îd (رضي الله عنه), le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : "Il est un devoir à tout pubère de se laver pour la prière du vendredi". (Al-Boukhâri et Mouslim)

Selon Abou Hourayra (رضي الله عنه), le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : "Il est un devoir pour tout musulman de se laver tous les 7 jours un jour, il se lavera la tête et le corps". (Al-Boukhâri, Mouslim)

Selon Abou Hourayra (رضي الله عنه), le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : "celui qui a fait ses ablutions comme il faut, puis et parti à la prière du vendredi en écoutant et en se taisant, il lui sera pardonné les péchés entre deux vendredi, avec 3 jours de plus". (Mouslim)


3-1-1) Moment du lavage

Le lavage du jour du vendredi se fait entre la prière de l'aube [As-Soubh] à la prière du vendredi [Al-joumou'a]. Le plus méritoire est de faire ce lavage juste avant d'aller à la prière du vendredi.


3-1-2) Celui qui s'est lavé puis a perdu ses ablutions


Selon 'Abd Rahmân Ibn Abza, selon son père : "il se lavait pour la prière du vendredi puis perdait les ablutions, il recommençait les ablutions sans refaire de bain". (Ibn Abou Chayba, avec une chaîne sûre)


3-2) Les 2 fêtes [Al-'Idayn]



3-3) Après avoir lavé un mort

Abou Hourayra (رضي الله عنه) rapporte du Prophète (صلى الله عليه و سلم) : "celui qui a lavé un mort, qu'il se lave. Et celui qui l'a porté, qu'il fasse ses ablutions". (Ahmad, bon selon At-Tirmidhi, sûr selon Ibn Hibbân)

'Omar (رضي الله عنه) a dit : "après avoir lavé le mort, il y en avait parmi nous qui se lavaient et il y en avaient parmi nous qui ne se lavaient pas". (Al-Khatîb avec une chaîne authentique)


3-4) En entrant en état de sacralisation [Al-Ihrâm]

Zayd Ibn Thâbit (رضي الله عنه) a dit : "j'ai vu le Prophète se mettre en état de sacralisation : il se lavait (avant)".
(Ad-Dârqoutni, Al-Bayhaqi, At-Tirmidhi qui le considère bon)

3-5) En entrant à le Mecque et en allant à 'Arafat (pendant le pèlerinage)

Selon Nâfi' : "'Abdoullâh Ibn 'Omar se lavait avant de se mettre en état de sacralisation, quand il entrait à la Mecque, et quand il se tenait debout l'après-midi à 'Arafat". (Mâlik)



4) La manière de procéder au lavage

L'obligation de l'intention [An-niya]

Selon 'Omar (رضي الله عنه), le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : "Les actes ne sont récompensés qu'en fonction de leurs intentions, et chacun n'aura que ce qu'il a eu l'intention de faire". (Al-Boukhâri, Mouslim)


La recommandation de la basmAllâh

C'est-à-dire : dire "bismillâh".


La recommandation de se laver les parties intimes avant tout autre partie du corps

D'après 'Âicha (رضي الله عنها) et Maymouna (رضي الله عنها) : "Quand le Prophète se lavait pour lever une souillure majeure [Janâba], il commençait par laver ses mains 2 ou 3 fois. Puis, il versait de l'eau avec la main droite sur ses parties intimes et se lavait avec la main gauche...". (Al-Boukhâri, Mouslim)




La recommandation de faire les ablutions

D'après 'Âicha (رضي الله عنها) et Maymouna (رضي الله عنها) : "... Après cela, il faisait ses ablutions...". (Al-Boukhâri et Mouslim)

Al-Hafiz Ibn Hajar dit dans Al-Fath : "Il commençait par le lavage des organes visés dans les ablutions pour les honorer et pour réaliser d'un seul coup les deux purifications majeure et mineure [...] Al-Boukhari en tire un argument pour soutenir que l'obligation dans le cadre du bain rituel consécutif à l'acte sexuel consiste à un seul lavage de chaque organe et que celui qui procède à des ablutions avec l'intention de les situer dans le cadre du bain rituel puis se lave le reste du corps n'aura à effectuer d'autres ablutions tant que les premières n'auront pas été rompues".

Si l'eau couvre ses pieds, on les laisse pour la fin du lavage.



L'obligation de répandre de l'eau sur tout le corps, les cheveux et la peau compris

D'après 'Âicha (رضي الله عنها) et Maymouna (رضي الله عنها) : "... Puis, il mouillait ses mains et frictionnait ses cheveux en faisant pénétrer ses doigts dans sa chevelure jusqu'à la racine. Ensuite, il prenait de l'eau dans ses deux mains et la versait sur sa tête 3 fois. Et puis, il répandait l'eau sur tout le corps et à la fin, il se lavait les pieds". (Al-Boukhâri et Mouslim)


Le lavage de la bouche et du nez

Pour les hanafites et les hanbalites ceci est obligatoire. Pour les malikites et les chafi'ites, cet acte est une sounna, si on ne le fait pas le ghousl n'est pas invalide.


La recommandation de frictionner le corps

Pour aider l'eau à se répandre partout.


La recommandation de commencer par les membres du côté droit


'Âicha (رضي الله عنها) a dit : "Quand le Messager d'ALLah voulait prendre un bain, il demandait qu'on lui apportât une sorte de récipient puis il y puisait de l'eau avec ses mains pour laver le côté droit puis le côté gauche puis il puisait encore avec ses mains et déversait l'eau sur sa tête". (Al-Boukhari et Mouslim)


La recommandation de laver tous ses membres 3 fois


Ce qu'il en est de la serviette


Selon Maymoûna (رضي الله عنها) : "Alors je lui ai apporté une serviette mais il n'en a pas voulu. Et il fit tomber l'eau avec sa main." (Rapporté par le groupe)



5) Actes reprochables


5-1) Le gaspillage


ALLah (le Très-Haut) a dit : {Les gaspilleurs sont les frères des diables} (17/27)

Selon Joubayr Ibn Mout'im (رضي الله عنه) : "Des gens se disputaient en compagnie du Prophète sur ce la façon dont ils se lavaient, le Prophète a dit : "Quant à moi, je verse sur ma tête 3 poignées d'eau"".

(Al-Boukhâri, Mouslim, Abou Dâwoud, An-Nasâi, Ibn Mâja, Ahma)

D'après abi Ja'far Ibn 'Ali Ibn al Housseïn Ibn 'Ali Ibn abi Taleb qui était lui et son père chez Jabir Ibn 'Abdoullah (رضي الله عنهما) alors qu'il y avait chez lui des gens qui l'ont interrogé sur le lavage.
Alors (Jabir) dit : "Il vous suffit d'1 Sa'".
Un des hommes dit : "Cela ne me suffit pas".
Et Jabir (رضي الله عنه) dit : "Elle suffisait à une personne qui avait plus de poils que toi et qui était mieux que toi (dans la religion)", en parlant du Prophète (صلى الله عليه و سلم).

'Âicha (رضي الله عنها) raconte : Abû Salama Ibn 'Abd-Ar-Rahman dit : Un jour, je me suis rendu chez 'Âicha avec son frère de lait. Celui-ci lui demanda comment le Prophète (صلى الله عليه و سلم) se lavait à la suite du coït. Elle ordonna alors un bassin rempli de près d'un sâ' d'eau (environ 4 litres). Dérobée à nos regards par un rideau, elle se mit à faire ses ablutions majeures et répandit trois fois de l'eau sur sa tête. (Mouslim n°481)

D'après Anas (رضي الله عنه), le Prophète (صلى الله عليه و سلم) se lavait avec cinq makûk d'eau (un makûk équivaut à deux poignées) et faisait ses ablutions avec un seul makûk. (Mouslim n°489)



5-2) Se laver dans un endroit impur


5-3) Se laver dans un endroit non soustrait aux regards


Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : "ALLah est pudique, et Il aime la pudeur. Quand l'un de vous se lave, il doit se soustraire aux regards". (Abou Dâwoud)


5-4) Se laver dans l'eau stagnante, comme un lac...

Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : "gardez-vous de vous laver dans l'eau stagnante en état d'impureté majeure [Janâba]". (Mouslim)



6) Particularités du lavage de la femme


6-1) Ne pas défaire ses nattes si on est convaincue que l'eau atteint la racine de ses cheveux

Selon Oum Salama (رضي الله عنها), une femme vient dire au Prophète (صلى الله عليه و سلم) : "ô Messager d'ALLah, je suis une femme qui a beaucoup de nattes, dois-je les défaire pour me laver" ? Il répondit : "il te suffit de verser dessus trois poignées d'eau, puis de te laver le reste du corps, tu seras alors en état de pureté". (Mouslim n°330, Ahmad, At-Tirmidhi qui a dit : bon/authentique)

D'après 'Ubayd Ibn 'Umayr, 'Âicha a entendu dire que 'Abdoullah Ibn 'Amr a ordonné aux femmes de dénatter leurs cheveux en faisant les ablutions majeures. 'Âicha s'exclama alors : "Qu'il est étrange Ibn 'Amr! Il ordonne aux femmes de dénatter leurs cheveux en faisant les ablutions majeures! Pourquoi ne leur ordonne-t-il pas également de se raser les cheveux?! Quant à moi, je faisais mes ablutions majeures avec le Prophète (صلى الله عليه و سلم) en puisant l'eau dans le même vase que lui, et je ne faisais (pour laver mes cheveux) que répandre l'eau à trois reprises sur ma tête".

(Mouslim n°498)


6-2) Passer du parfum sur les traces de sang après les menstrues et les lochies


Asma Bint Yazîd (رضي الله عنها) a demandé au Prophète (صلى الله عليه و سلم) comment se laver après les menstrues, il lui répondit : "Que l'une de vous prenne son eau et son [Sidr], puis fasse ses ablutions correctement, puis verse sur sa tête de l'eau et qu'elle frotte énergiquement jusqu'à ce que l'eau atteigne la peau, puis qu'elle prenne un coton et se purifie avec",
elle demanda : "Comment se purifie t-elle avec"?
Il dit : "Gloire à ALLah, elle se purifie" !
A ce moment, le Prophète détourna le visage; Sufyân Ibn 'Uyayna nous montra alors du doigt son visage -grimaçant pour simuler l'attitude du Prophète à ce moment-là-.
'Âicha ajouta : J'attirais cette femme vers moi et, ayant compris ce que l'Envoyé d'ALLah (صلى الله عليه و سلم) voulait dire, je lui dis : "Suivez au moyen de ce chiffon les traces de sang". (Selon le groupe sauf At-Tirmidhi)




7) Ce qui est interdit en état d'impureté rituelle


7-1) Tous les actes pour lesquels les ablutions sont obligatoires

La prière, la circombulation autour de la Ka'ba [At-Tawâf], porter le Coran ou le toucher. Pour plus de détail voir : "Les ablutions".

Cela dit, il existe un avis minoritaire cité par Ibn Hazm et d'autres contemporains (parmi lesquels Al-Albâni) qui dit qu'il est permis de porter le Coran en état de grande impureté.



7-2) Lire ou réciter le Coran


Selon 'Ali (رضي الله عنه), le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a fait ses ablutions puis a récité un peu du Coran, ensuite il a dit : "Comme ça pour celui qui n'est pas en état de grande impureté [Janâba], mais pour l'impur : non !"
(Ahmad, Abou Ya'la)

Ibn 'Omar (رضي الله عنه) rapporte que le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : "Que celui qui est souillé, ou celle qui a vu sa menstruation, ne lise rien du Coran". (At-Tirmidhi n°131, Ibn Mâja n°595, Ad-DarQoutni n°1/817, Al-Bayhaqi n°1/89. C'est un hadith faible parce qu'il fait des hadith qu'Ismaïla Ibn Iyach a rapporté des Hidjazi. Or ces hadith sont réputés faibles. Cheikh al-Islam Ibn Taymiya a dit que le hadith est faible selon l'unanimité des connaisseurs du hadith. Voir Nasb ar-raaya, 1/195 et At-talkhis al- Habir, 1/183)

Il est rapporté dans un hadith d'Ali Ibn Abi Talib (رضي الله عنه) que le Messager d'ALLah (صلى الله عليه و سلم) leur enseignait le Coran et que rien excepté la souillure ne l'en empêchait. (Abou Dawoud n° 1/281 , At-Tirmidhi n°146, An-NasâI n° 1/144, Ibn Mâja n° 1/207, Ahmad n° 1/84, Ibn Khouzayma n°1/104. At-Tirmidhi l'a jugé authentique. Ibn Hajar l'a qualifé de beau)


7-3) Accéder à la mosquée

Le Prophète (paix et bénédiction de Dieu sur lui) a dit : "je ne permet pas l'accès à la mosquée à une femme menstruée, ni à quelqu'un qui est en état d'impureté [Janâba]". (Abou Dâwoud)


7-3-1) Emprunter la mosquée comme passage s'il y en a nécessité


ALLah (le Très-Haut) a dit : {et aussi quand vous êtes en état d'impureté [pollués] - à moins que vous ne soyez en voyage - jusqu'à ce que vous ayez pris un bain rituel. } (4/43)






Source : Islamopédie
Retouché par 'Abd El-Hakîm عبد الحكيم Noychmuslim
Repost 0
Published by 會 Al-Haqq 會 - dans Purification
commenter cet article
5 août 2009 3 05 /08 /août /2009 01:11


Il s'agit de matières qui souillent, il faut donc les éviter et les nettoyer le cas échéant.


1) Les cadavres

C'est ce qui est mort par autre que l'égorgement rituel (الذبح). On considère également comme cadavre le membre coupé du corps.

Abou wâqid Al-Aythi (رضي الله عنه) a dit : "Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : "Tout ce qui est coupé de l'animal vivant est cadavre"". (Abou Dâwoud, At-Tirmidhi qui dit bon et ajoute : "les savants se basent dans leur jugement sur ce hadîth")

1-1) Les cadavres de poissons et de sauterelles sont purs

Selon Ibn 'Omar (رضي الله عنه), le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : "Nous ont été rendus licites deux cadavres et deux sangs. Quant aux deux cadavres, ce sont les poissons et les sauterelles. Pour ce qui est des deux sangs, ce sont le foie et la rate". (Ibn Mâja, authentifié par Al-Albâni)

1-2) Les cadavres de celui dont le sang ne coule pas comme la fourmi ou l'abeille sont purs

D'après Abou Hourayra (رضي الله عنه), le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : "Si une mouche tombe dans le récipient de l'un de vous, qu'il la trempe d'abord totalement, puis qu'il la jette. Car l'une de ses ailes contient un mal, et l'autre un remède". (Al-Boukhâri)

1-3) Les os de cadavres, leurs cornes, leurs ongles, leurs poils, et leurs peaux sont purs

Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : "Si la peau du cadavre est tannée, elle devient pure". (Mouslim)

D'après Ibn 'Abbâs (رضي الله عنه), l'Envoyé d'ALLah (صلى الله عليه و سلم) passa un jour auprès d'un mouton crevé qui avait été offert en aumône à une affranchie de Maymûna. "Pourquoi, dit-il, ne profitez-vous de sa peau; tannez-la et en faites usage?"
- "C'est un animal crevé", répondit-on.
- "Il est interdit seulement d'en manger", reprit le Prophète. (Mouslim n° 542)

Al-Boukhâri a dit : "L'Imam Az-Zouhri a dit à propos des os de cadavres - comme l'éléphant, etc"- : j'ai rencontré des gens parmi les Savants des Salafs qui se peignaient avec, et l'utilisaient pour s'oindre d'huile, sans qu'ils n'y voient d'inconvénient. Et Hammad a dit : "Il n'y a pas de mal à utiliser les plumes des cadavres".


2) Le sang

Qu'il s'agisse du sang sortant d'une blessure ou du sang provenant des menstrues, sauf que la petite quantité est pardonnable.

Il a été rapporté de source sûre que 'Omar (رضي الله عنه) a prié avec sa blessure qui n'arrêtait pas de couler le sang.

Abou Hourayra (رضي الله عنه) ne voyait pas de problème à la goutte ou deux de sang dans la prière. Mais le mieux est de l'éviter dans la mesure du possible.


3) Le vomi, l'urine, et les excréments d'humains

Selon Anas (رضي الله عنه) un bédouin urina dans la mosquée. Certaines personnes se levèrent pour le réprimander. Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) dit alors: "Laissez-le, ne le réprimandez pas". Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) demanda alors qu'on lui apporte un récipient d'eau, qu'il versa sur l'urine. [Boukhari et Mouslim].

Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : "L'urine de l'enfant doit être aspergée".

Qatâda a dit : "Cela concerne uniquement l'enfant qui n'a jamais mangé, s'il avait déjà mangé, il aurait fallut laver le vêtement ". (Ahmad, At-Tirmidhi, Abou Dâwoud)

Abou Samh, serviteur du Prophète, rapporte du Prophète (صلى الله عليه و سلم) qu'il a dit : "Le vêtement doit être lavé s'il s'agit de l'urine d'une fille, rincé si c'est un garçon". (An-Nasâi n°304, authentifié par Al-Albâni)

Selon Oum Qays (رضي الله عنها) : "Elle alla trouver une fois le Prophète avec son bébé qui n'avait pas encore l'âge de manger; cet enfant a uriné sur les cuisses du Prophète. Le Prophète a demandé de l'eau puis a aspergé avec de l'eau l'endroit où se trouvait l'urine sans le laver". (Al-Boukhâri, Mouslim)


4) Le Wadhi

C'est un liquide blanc et épais qui peut sortir après avoir uriné, ce liquide est impur.
Ibn 'Abbas (رضي الله عنه) a dit : "Le Mani, le Wadhi, le Madhi : le Mani est le liquide dont la sécrétion nécessite le lavage général. Quant au Wadhi et au Madhi, le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : "Lave ton organe et fais tes ablutions comme si tu allais prier"". (Abou Dâwoud, authentifié par Al-Albâni)

'Âicha (رضي الله عنها) a dit : "Le Wadhi sort après l'urine, il faut laver le sexe après sa sortie et faire les ablutions, il n'y a pas de bain à prendre pour ça". (Ibn Al-Moundhir)


5) Le Madhi

C'est un liquide blanc, fin et visqueux qui est sécrété lors du désir sexuel ou pendant les préliminaires, sans orgasme, ni jets saccadés, et sans que sa sécrétion ne calme l'ardeur du désir. En règle générale, on ne distingue pas quand il sort.
Cela est valable chez l'homme et la femme, sauf que celui de la femme est plus important.
Ce liquide est impur, lorsqu'il touche le corps il faut laver la partie touchée, mais lorsqu'il touche les vêtements il suffit de l'asperger avec de l'eau.

'Ali (رضي الله عنه) raconte : "J'étais un homme qui sécrétait beaucoup de Madhi, et j'avais honte d'en informer directement le Prophète, car j'étais marié à sa fille. J'ai donc demandé à Al-Miqdâd Ibn Al-Aswad de lui poser la question, à laquelle le Prophète répondit : "Il lave son organe puis fait ses ablutions"". (Al-Boukhâri, Mouslim, Al-Athram, Al-Bayhaqi)

Sahl Ibn Hounayf (رضي الله عنه) a dit : " J'étais très sujet au Madhi, et je faisais le bain rituel à chaque fois. J'ai donc raconté cela au Prophète qui m'a dit : "Il te suffit de faire tes ablutions". J'ai dit : "Ô Prophète, même de ce qui touche mes vêtements ?". Il répondit : " Il te suffit de prendre une poignée d'eau et d'asperger l'endroit dont tu vois qu'il a été touché". (Abou Dâwoud, Ibn Mâja, At-Tirmidhi qui le trouve Hasan-Sahîh)


6) Le liquide spermatique - المني

Selon Ibn 'Abbas (رضي الله عنه), il fut demandé au Prophète (صلى الله عليه و سلم) ce que l'on doit faire quand le liquide spermatique touche le vêtement, il dit : "Cela est du même ordre que la morve et le crachat, il te suffit de l'essuyer avec un tissu". (Ad-Dârqoutni, Al-Bayhaqi avec une divergence sur son authenticité)

Aïcha (رضي الله عنها) grattait du sperme des vêtements du Messager d'Allah (صلى الله عليه و سلم), puis ce dernier y faisait sa prière. (Mouslim)

'Aïcha (رضي الله عنها) a dit : "J'effritais le liquide spermatique du vêtement du Prophète lorsqu'il était sec, et je le lavais lorsqu'il était encore humide". (Ad-Dârqoutni, Abou 'Awana, Al-Bazzâr)

D'après Aïcha (رضي الله عنها): "Le Messager d'Allah (صلى الله عليه و سلم) nettoyait le sperme de son vêtement par la racine de nard indien puis faisait sa prière avec le même vêtement . Il laissait sécher le vêtement avant de faire la prière avec." (Ibn Khouzaïma, vérifié par al- Bani dans al-irwa 1/197)

Ach-Chafi'i (رحمه الله) dit : "et le sperme est pur"

At-tirmidhi (رحمه الله) dit "le fait d'affirmer que le sperme est pur est l'avis de plus d'un compagnon du prophete, des suiveurs et ceux aprés eux parmi les juristes tel que Soufyan at-thwari, Ac-Chafi'i, Ahmad ibn hambal, Ishaq ..."

Ibn hazm (رحمه الله) a dit: " et le sperme est pur que cela sois dans l'eau, sur un vêtement, ou le corps...". (Al-Mouhalla)

An-Nawawi (رحمه الله) dit : "D'aucuns soutiennent la propreté du sperme sur la base de ce qui a été rapporté d'Ali Ibn Abi Talib, de Sa'd Ibn Abi Waqqas, d'Ibn Omar, d'Aïcha, de Dawoud et d'Ahmad (selon la plus sûre des deux versions sur son opinion). C'est aussi conforme à la doctrine de Chafi'i et à l'opinion des traditionalistes". (commentaire du Sahih de Mouslim 3/198)


7) L'urine et les excréments de l'animal

Pour l'animal que l'on ne peut pas manger, ils sont impurs.

Ibn Mas'oud (رضي الله عنه) a dit : "Le Prophète allait faire ses besoins, il m'a demandé de lui apporter trois pierres (pour s'essuyer), j'en ai trouvé que deux, j'ai pris un crottin à la place de la troisième pierre. Il a pris les deux pierres et a jeté le crottin en disant : "Ceci est une impureté" ". (Al-Boukhâri, Ibn Mâja, Ibn Khouzayma)

Quant à l'urine et les excréments des animaux que l'on peut manger, Mâlik et Ahmad ainsi qu'une partie des savants Châfi'ites ont dit qu'elle était pure.
Ibn Taymiya (رحمه الله) a dit : "Aucun des compagnons du Prophète n'a dit qu'ils étaient impurs, le fait de dire le contraire est une chose inventée qui n'existait pas du temps des compagnons".


8) [Al-jalâla]

Il s'agit d'un chameau, d'une vache, d'un mouton, d'une poule ou autre qui mange les crottins. S'il arrête de manger des crottins pendant une période alors il redevient un animal semblable aux autres.

Ibn 'Abbas (رضي الله عنه) a dit : "Le Prophète a interdit de boire le lait de Al-Jalâla". (Selon les cinq sauf Ibn Mâja). Dans une autre version : "Le Prophète a interdit de monter Al-Jalâla". (Abou Dâwoud)


9) L'alcool ou le vin [Al-Khamr]

La majorité des savants le considère comme impureté, d'après la parole du Très haut : {Le vin, le jeu de hasard, les pierres dressées, les flèches de divination ne sont qu'une abomination, œuvre du Diable} (5/90)
Le fait que l'alcool soit impur veut dire par exemple qu'il est interdit d'utiliser du parfum ou du déodorant contenant de l'alcool.
Il faut également savoir qu'un groupe de savant considère le vin comme non impur, et cela du fait que cela n'a pas été expressément défini comme impur. Le verset précédant ne visant que l'interdiction de boire l'alcool, le fait que l'alcool soit interdit ne le classe pas forcément parmi les choses impures.


10) La salive du chien

Abou Hourayra (رضي الله عنه) rapporte que le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : "Si un chien boit dans l'un de vos récipients, regardez-le puis lavez-le sept fois [dont la première avec du sable]". (Al-Boukhâri, [Mouslim n°280], Abou Dâwoud, At-Tirmidhi, An-Nasâi, Ibn Mâja, Mâlik, Ahmad)

Quant à ses poils ils sont purs, car rien n'a stipulé le contraire. Il n'y a donc pas de problème à ce qu'un chien touche un musulman ou son habit avec son corps; ce qui rend impur, c'est son museau et sa langue.

Pour les malikites, la salive du chien est pure

ALLah (le Très-Haut) a dit: {Ils t'interrogent sur ce qui leur permis. Dis : "Vous sont permises les bonnes nourritures, ainsi que ce que capturent les carnassiers que vous avez dressés, en leur apprenant ce que ALLah vous a appris". Mangez donc de ce qu'ils capturent pour vous et prononcez dessus le nom d'ALLah. Et craignez ALLah. Car ALLah est, certes, prompt dans les comptes.} (5/4)

Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit: "lorsque tu envoi ton chien dressé, prononce le nom d'ALLah sur ce qu'il a attrapé".

Ibn 'Abbas (رضي الله عنه) a dit que les carnassiers (dans le verset ci dessus) sont le chien de chasse, le guepard, ou même l'aigle.

Les malikites se sont donc basé sur cela pour dire que la salive du chien n'etait pas impure, car si elle l'etait il n'aurait pas été permis d'envoyer un chien pour la chasse qui touchera de toute evidence sa proie avec sa salive.


11) Pour rendre pur ce qui a été touché par une impureté

11-1) Le corps ou un vêtement


La purification du corps ou du vêtement se fait par le lavage à l'eau de la partie qui a était touchée par l'impureté. Si après le lavage il reste toujours des traces (par exemple du sang qui a du mal à s'enlever), cela est pardonnable.
Asma Bint Abi Bakr (رضي الله عنه) a dit : "une femme vint au Prophète et lui dit : " S'il arrive que le sang des menstrues touche le vêtement de l'une d'entre nous, comment doit-elle se comporter ?". Il dit : "Elle fait disparaître la tache en grattant, lave l'endroit de la tâche avec de l'eau, puis rince tout l'habit, dans lequel elle peut ensuite prier"".(Al-Boukhâri, Mouslim)

Khawla Bint Yassar (رضي الله عنه) a dit : "Ô Prophète d'ALLah, je n'ai qu'un seul habit qui parfois est touché par le sang des menstrues". Il dit : "Dès que tu deviens pure, lave l'endroit touché par le sang puis prie avec cet habit". Elle dit : "Ô Prophète d'ALLah, et s'il reste des traces" ? Il dit : "L'eau te suffit et les traces ne te causeront point de préjudice". (Abou Dâwoud, authentifié par Al-Albâni)

Quant à l'habit de la femme qui touche le sol et qui pourrait toucher une impureté, le sol le rend pur à nouveau.
Une femme demanda à Oum Salama (رضي الله عنها) : "Le bout de mon vêtement touche le sol et il m'arrive de marcher dans des endroits impurs". Elle lui répondit que le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : "Ce qui vient après le rend pur". (Ahmad, Abou Dâwoud, Ibn Mâja qui est authentifié par Al-Albâni)

11-2) Le sol redevient pur si une impureté l'a touché par le fait de verser de l'eau dessus ou quand il devient sec

Abou Hourayra (رضي الله عنه) raconte : "Un arabe entra dans la mosquée et a uriné dedans. Les gens se sont levés pour le corriger; le Prophète a alors dit : "Laissez-le tranquille et versez sur l'urine de l'eau. Vous avez été envoyé pour faciliter les choses, par pour les rendre plus difficiles". (Selon le groupe sauf Mouslim)

Ibn 'Omar (رضي الله عنهما) a dit : "Les chiens urinaient dans la mosquée, y entraient et en sortaient du temps du Prophète, sans que de l'eau soit versée pour autant sur les lieux souillés". (Abou Dâwoud, authentifié par Al-Albâni)

'Âicha (رضي الله عنها) a dit : "La pureté de la terre, c'est quand elle sèche". (Ibn Abou Chayba)

Cela ne concerne bien sûr que l'impureté qui ne nécessite pas d'être préalablement ôtée.

11-3) Les impuretés sur ses chaussures s'enlèvent en les frottant sur le sol

Abou Hourayra (رضي الله عنه) rapporte que le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : "Quand l'un de vous a écrasé une impureté avec ses chaussures, la terre est purificatrice". (Abou Dâwoud)

Abou Sa'id (رضي الله عنه) a dit que le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : "Quand l'un de vous entre dans la mosquée qu'il vérifie ses chaussures, s'il y voit une impureté qu'il l'essuie avec la terre puis qu'il prie avec". (Ahmad, Abou Dâwoud, Ibn Khouzayma, Al-Hâkim qui dit : authentique. Adh-Dhahabi et An-Nawawi le rejoignent sur cet avis)


12) Si quelque chose touche une personne et qu'il ne sait pas s'il s'agit d'eau ou d'une chose impure il n'a pas à demander ce que c'est; s'il a demandé la personne n'a pas à lui répondre même si elle sait que c'est une impureté; et il ne lui est pas nécessaire de le nettoyer

'Omar (رضي الله عنه) marchait une fois avec son compagnon quand quelque chose est tombé sur lui. Son compagnon a demandé au propriétaire est-ce que l'eau est pure; alors 'Omar répondit : "Ne l'informe pas".


13) Si on constate ou se rappelle qu'il y a une impureté sur son vêtement, on l'enleve pendant la prière. Si le fait d'enlever ce vêtement fera apparaître la nudité, alors il faut arrêter la prière

Abou Sa'id Al-Khoudri (رضي الله عنه) a dit : "Le Prophète présidait un jour la prière en groupe quand il enleva ses chaussures en pleine prière et les a posé à sa gauche, quand les gens on vu ça, ils ont enlevé leurs chaussures. Quand il finit sa prière, il dit : "Pourquoi avez-vous enlevé vos chaussures"? Ils dirent : "Nous t'avons vu enlever tes chaussures alors nous avons fait de même". Il dit : "Jibrîl est venu m'informer qu'il y avait dessus une impureté, alors je les ai enlevé"". (Abou Dâwoud, Ibn Khouzayma, Al-Hâkim, qui dit authentique. Adh-Dhahabi et An-Nawawi confirment son jugement)


14) Si quelqu'un est sorti de sa prière puis a aperçu sur lui une impureté qu'il vient de découvrir, ou qu'il avait vu mais qu'il a oublié, sa prière est valable et il n'a pas à la recommencer

C'est l'avis de beaucoup de compagnons ainsi que de la génération d'après; et ce conformément à la parole d'ALLah : {Nul blâme sur vous pour ce que vous faites par erreur, mais (vous serez blâmés pour) ce que vos cœurs font délibérément} (33/5)


15) Si on sait qu'un habit est entré en contact avec une impureté mais qu'on ne peut définir l'endroit, il faut le laver entièrement ou laisser la partie sur lequel on a aucun doute

En effet ce qui est nécessaire à faire pour atteindre une obligation devient obligatoire.






Source : Islamopédie
Retouché par 'Abd El-Hakîm عبد الحكيم Noychmuslim
Repost 0
Published by 會 Al-Haqq 會 - dans Purification
commenter cet article
5 août 2009 3 05 /08 /août /2009 00:17


Les eaux pures et purifiantes


Ces eaux sont pures : c'est-à-dire qu'elles n'ôtent pas l'état de pureté, et purifiantes : c'est-à-dire qu'elles servent à se purifier.


L'eau de pluie, la neige et la grêle

ALLahû Ta'ala a dit : {et du ciel Il fit descendre de l'eau sur vous afin de vous en purifier} (8/11)

Il a dit également : {Nous fîmes descendre du ciel une eau pure et purifiante} (25/48)

Abou Hourayra  (رضي الله عنه) a dit : "Quand le Prophète commençait une prière, il se taisait un court instant avant la lecture de la Fâtiha. Je lui ai dit : "Je sacrifierai pour toi mon père et ma mère! Que dis-tu entre dans ton silence entre le Takbîr et la lecture de la Fâtiha"? Il dit : "Je dis : "Ô ALLah, éloigne-moi de mes péchés comme tu as éloigné l'orient de l'occident. Ô ALLah, lave-moi de mes péchés comme on lave le vêtement blanc de ses saletés. Ô ALLah, lave-moi de mes péchés par l'eau, la pluie et la grêle""". (Al-Boukhâri, Mouslim, les compagnons des sounan sauf At-Tirmidhi)


L'eau de mer

Abou Hourayra (رضي الله عنه) a dit : "Un homme a demandé au Prophète : "Ô Prophète, nous voyageons souvent dans la mer et nous n'emportons avec nous que très peu d'eau; si nous faisons les ablutions avec nous aurons soif. Pouvons nous faire nos ablutions avec l'eau de la mer ?".
Le Prophète a répondu : "Elle est pure et purifiante; les animaux marins trouvés morts sont licites"".
(rapporté par les cinq, authentifié par Al-Albâni)


L'eau de Zamzam

'Ali (رضي الله عنه) rapporte : "Le Prophète a demandé un récipient d'eau de Zamzam, il en a bu et a fait les ablutions avec". (Ahmad)



L'eau ayant déjà servie


L'eau qui a été mélangée à une petite quantité de chose pure comme le savon ou autre

D'après la parole du Prophète (صلى الله عليه و سلم) adressée aux femmes qui lavaient le corps de sa fille décédée : "Lavez-là 3 fois ou 5 fois ou plus si vous le désirez, avec de l'eau et du lotus. Au dernier lavage ajoutez du camphre ou un peu de camphre". (Al-Boukhâri, Mouslim)

Cette eau est pure. Elle reste purifiante si ce qui s'est introduit dans cette eau n'a pas changé sa qualité de sorte qu'on ne puisse l'appeler "eau", mais "eau savonneuse" par exemple. Elle ne sera plus
purifiante dans le cas contraire.


L'eau qui a été touchée par une faible quantité d'impureté

Abou Sa'd (رضي الله عنه) a dit : "On a posé la question suivante au Prophète : "Pouvons-nous faire nos ablutions avec l'eau du puits de Buda'a, dans lequel sont jetés menstrues, cadavres de chiens et autres pourritures"?
Le Prophète répondit :
"L'eau est purificatrice, rien ne la souille"".
(Authentifié par Al-Albâni dans Irwa Al-Ghalil n°14)

Si cette impureté a changé le goût, la couleur, ou l'odeur de l'eau, alors l'eau est devenue ni purifiante, ni pure. Si elle n'a changé aucune de ces trois qualités, elle reste pure et purifiante, et ce quelle qu'en soit la quantité. C'est entre autres l'avis de Ibn 'Abbas, Abou Hourayra (رضي الله عنهما), Hassan Al-Basri, 'Ikrima, et Mâlik.


Ce qui reste dans le récipient après que l'homme ai bu

Aïcha (que ALLah l'agrée) a dit : "je buvais du récipient alors que j'avais mes règles; le Prophète buvait derrière moi et mettait sa bouche à l'endroit où je l'avais mise". (Mouslim)

Elle est pure, qu'elle soit du musulman ou du mécréant, de celui qui est en état d'impureté rituelle (jounoub) ou de la femme en pèriode de menstrues.


Ce qui reste dans le récipient après que la bête que l'on peut manger ait bu

Elle est pure. Abou Bakr Ibn Al-Moundhir a dit : "les savants sont unanimes sur le fait que l'on peut boire et faire ses ablutions dans le récipient où a bu la bête que l'on peut manger".


Ce qui reste dans le récipient après que le chat ait bu

Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit en parlant de la salive du chat : "Il ne s'agit pas d'une impureté". (Rapporté par les cinq)



Les eaux pures mais non purifiantes


Ces eaux sont pures : c'est-à-dire qu'elles n'ôtent pas l'état de pureté, mais non purifiantes : c'est-à-dire qu'elles ne peuvent servir à se purifier.


L'eau qui a été mélangée à une grande quantité de chose pure comme le savon ou autre


Cette eau est pure. Elle reste purifiante si ce qui s'est introduit dans cette eau n'a pas changé sa qualité de sorte qu'on ne peut l'appeler par eau, mais par une eau savonneuse par exemple. Elle ne sera plus purifiante dans le cas contraire.



Les eaux impures


Ces eaux sont des impuretés.


Ce qui reste dans le récipient après que chien ou le porc aient bu

Abou Hourayra (رضي الله عنه) rapporte que le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : "Si un chien boit dans l'un de vos récipients, lavez-le sept fois". (Al-Boukhâri, Mouslim)

Il a dit aussi : "Pour rendre pur le récipient dans lequel a bu un chien, il faut le laver sept fois : la première avec du sable". (Ahmad, Mouslim)

Quant au porc, cela est dû à son caractère immonde et son impureté générale.


L'eau qui a été mélangée à une grande quantité d'impureté


Si cette impureté a changé le goût, la couleur, ou l'odeur de l'eau, alors l'eau est devenue ni purifiante, ni pure. Si elle n'a changé aucune de ces trois qualités, elle reste pure et purifiante, et ce quelle qu'en soit la quantité. C'est entre autres l'avis de Ibn 'Abbas, Abou Hourayra (رضي الله عنهما), Hassan Al-Basri, 'Ikrima, et Mâlik.





Source : Islamopédie
Retouché par 'Abd El-Hakîm عبد الحكيم Noychmuslim
Repost 0
Published by 會 Al-Haqq 會 - dans Purification
commenter cet article
5 août 2009 3 05 /08 /août /2009 00:12
S'empresser de faire ce lavage pour ne pas rester en état de grande impureté

Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : "Les anges ne s'approchent pas de trois : du cadavre du mécréant, de celui qui se parfume abondamment avec un parfum contenant du safran*, et la personne impliquée dans un acte sexuel qui n'a pas encore procédé aux ablutions". (Abou Dawoud n°4180, reconnu beau par al-Albani dans Sahihou Abi Daoud n°3522)
Repost 0
Published by 會 Al-Haqq 會 - dans Purification
commenter cet article
4 août 2009 2 04 /08 /août /2009 17:19


Effacement des péchés

Selon Abou Hourayra (رضي الله عنه), le Messager d'ALLah (صلى الله عليه و سلم) a dit : "Quand le musulman (ou le croyant) fait ses ablutions et qu'il se lave le visage, il sort avec l'eau toutes les fautes qu'il a commises en regardant avec ses yeux (des choses interdites). Quand il se lave les mains, il sort de ses mains avec l'eau toutes les fautes qu'il a commises en frappant (les autres) avec ses mains. Quand il se lave les pieds, il sort avec l'eau toutes les fautes qu'il a commises en marchant avec ses pieds (vers des endroits illicites). Tant et si bien qu'il sort complètement purifié de ses péchés". (Mouslim)

Selon lui encore, le Messager d'ALLah (صلى الله عليه و سلم) a dit : "Voulez-vous que je vous indique l'œuvre par laquelle ALLah efface les péchés et élève les degrés?"
Ils dirent : "Nous voulons bien, ô Messager de ALLah!"
Il dit : "Parfaire ses ablutions malgré les désagréments, multiplier les marches vers les mosquées et y attendre, après chaque prière accomplie, la suivante. Voilà ce qu'on appelle se consacrer entièrement à ALLah". (Mouslim)

Selon 'Othmân Ibn 'Affân (رضي الله عنه), le Messager d'ALLah (صلى الله عليه و سلم) a dit : "Toute personne qui a fait ses ablutions et en a respecté toutes les règles voit ses péchés sortir de son corps jusqu'à ce qu'ils sortent de dessous ses ongles". (Mouslim)

Il a dit encore : "J'ai vu le Messager d'ALLah (صلى الله عليه و سلم) faire ses ablutions comme je suis en train de le faire. Puis il dit : "Celui qui a fait ainsi ses ablutions se voit absoudre de tous ses péchés passés tandis que sa prière et sa marche à la mosquée lui procurent un surplus de salaire"". (Mouslim)

Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : "le serviteur en passant ablutions, quand il rince la bouche, les péchés en sortent, quand il se mouche, les péchés sortent du nez; quant il lave le visage, les péchés en sortent; jusqu'à ce qu'ils sortent d'en dessous des cils de ses yeux, quand il se lave les mains les péchés en sortent des ongles de ses mains, quand il essuie sa tête, les péchés en sortent, jusqu'à ce qu'ils sortent de ses oreilles, quand il lave ses deux pieds, les péchés en sortent jusqu'à ce qu'ils sortent d'en dessous des ongles des pieds. Ainsi son allure pour la mosquée, puis enfin les prières des Sounna, peuvent lui accorder une grâce immense." (Mâlik, An-Nasâi, Ibn Mâja et Al-Hâkim)

Ibn 'Abbas (رضي الله عنه) a dit que le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : "Purifiez ces corps, ALLah vous purifiera. En effet, tout fidèle qui maintient la propreté rituelle toute la nuit aura un ange à ses côtés. Chaque fois qu'il se remue au cours de la nuit, l'ange dit : "Seigneur, pardonne à Ton serviteur, car il a passé la nuit propre"". (At-Tabarâni, Al-Moundhiri a dit que sa chaîne de transmission était bonne)


Ouverture des huit portes du Paradis

Selon 'Omar Ibn Al-Khattâb (رضي الله عنه), le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : "Toutes les fois que l'un de vous fait ses ablutions avec le plus grand soin, puis dit : "J'atteste qu'il n'y a de divinité que ALLah, n'ayant aucun associé et j'atteste que Mouhammad est Son Esclave et Son Messager", aussitôt les huit portes du Paradis lui sont ouvertes et il y entre par celle qu'il veut". (Mouslim, At-Tirmidhi)


Ouverture d'un des noeuds du diable le matin

Selon Abou Hourayra (رضي الله عنه), le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : "Le diable fait 3 noeuds autour de vos nuques quand vous vous endormez, à chaque noeud il dit : "passe une longue nuit". Quand il se lève et évoque ALLah un noeud s'ouvre, quand il fait les ablutions un 2ème s'ouvre, quand il prie le 3ème s'ouvre et il est en pleine forme, sinon il se lève en mauvais état et paresseux".


Les membres touchés par les ablutions seront des parures le Jour du Jugement

Abou Hourayra (رضي الله عنه) a dit : "J'ai entendu le Messager d'ALLah (صلى الله عليه و سلم) dire : "Les gens de ma communauté seront appelés le jour de la résurrection tandis que leur visage et leurs membres seront blancs sous l'effet des ablutions. Celui d'entre vous qui peut étendre la blancheur de son visage, qu'il le fasse". (Al-Boukhâri, Mouslim, Mâlik, Ahmad, an-Nasâi, Ibn Mâja)

Abou Hourayra (رضي الله عنه) a encore dit : "J'ai entendu mon ami (le Prophète) dire : "Le croyant aura une parure qui atteindra les limites de ses membres où est arrivée l'eau de ses ablutions"". (Mouslim)

Selon lui encore, le Messager d'ALLah (صلى الله عليه و سلم) vint au cimetière et dit : "Salut à vous, demeure de gens croyants! Nous devons, si ALLah veut, vous rejoindre. Comme j'aurais bien voulu voir nos frères !"
Les gens dirent : "Ne sommes-nous point tes frères ô Messager d'ALLah ?"
Il dit : "Vous, vous êtes mes compagnons et mes frères sont ceux qui viendront après".
Ils dirent : "A quoi reconnaîtras-tu ceux de ta communauté qui ne sont pas encore venus? Ô Messager d'ALLah!"
Il dit : "Que dites-vous d'un homme qui possède des chevaux marqués de blanc sur le front et sur les jambes au milieu d'autres chevaux complètement noirs, est-il capable de reconnaître ses propres chevaux?"
Ils dirent : "Bien sûr que oui, ô Messager d'ALLah!"
Il dit : "Ils viendront (le jour de la résurrection) la face et les membres tout blancs du fait de leurs ablutions et c'est moi qui leur ouvrirai la route vers le bassin (du Paradis)".
(Mouslim)


Seul le vrai croyant garde toujours les ablutions

Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : "Et personne ne fait attention à avoir toujours ses ablutions, sauf le croyant". (Mâlik)


Source : Islamopédie
Retouché par 'Abd El-Hakîm عبد الحكيم Noychmuslim
Repost 0
Published by 會 Al-Haqq 會 - dans Purification
commenter cet article