Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

facebookalhaqq-3-2-1

Rechercher

25 novembre 2010 4 25 /11 /novembre /2010 22:57

10832

Les Ahbachs, les acharites ressemblent à pharaon


Ceux qui nient qu'Allah Ta'ala est au dessus des cieux ressemblent à Pharaon :


Parmi les preuves, il y a le verset suivant :


Allah Ta’ala dit :


« Et Pharaon dit: " Hâmân, bâtis-moi une tour: peut-être atteindrai-je les voies » - « les voies des cieux, et apercevrai-je le Dieu de Moïse; mais je pense que celui-ci est menteur". »

S36/37


Cela met en évidence que le Prophète, Moussa, paix sur Lui, a informer Pharaon qu’Allah Ta’ala est au dessus du ciel, ce qui a pousser Pharaon à nier cela dans ce verset, par orgueil et négation …

Certains parmi les égarés disent que la croyance concernant le fait qu’Allah Ta’ala est au dessus des cieux est celle de Pharaon, et s’empressent à comparer les gens de Sounnah avec lui, alors qu’en vérité, ils n’ont rien compris du Verset qui met en évidence que la négation concernant le fait qu’Allah Ta’ala est au dessus des cieux est la croyance du Pharaon, et de surcroît, la même qu’eux, ici, qu’Allah Ta’ala nous protège ...


Abû Layna

 


barretitre.jpg Répliques aux diffamations des ahbaches (habaches APBIF-AICP secte égarée)

Repost 0
Published by Al-Haqq - dans Mise en garde
commenter cet article
25 novembre 2010 4 25 /11 /novembre /2010 17:29

sectaires-ahbaches.png

La chaîne des Ahbâch

les Ahbâsh disent : Allah n'est pas au dessus des cieux ni au dessus de son trône, ils ont pris cela de Bich Al-Mirrîssy le Mû'tazitite (mort en 218) qui a pris cela des élèves de Jahm Ben Safwân (mort en 128) qui a pris cela de Al-Ja'd Ben Darham (mort après l'année 118) qui est le premier à avoir dit qu'Allah n'est pas vraiment au dessus du trône et qui a pris sa science de Bayân Ben Sam3ân qui a pris sa science de Tâlôt fils de la soeur de Labîd Ben Al-A'sam qui a pris de Labîd Ben Al-A'sam Al-yahôdy qui a encorcelé le prophète (صلى الله عليه و سلم). (Voir Al-3aqîdah Al-Hamawiyyah de Cheykh al-islâm Ben Taymiyyah). 



Alors que les Gens de la sounnah disent :

Allah est au dessus des cieux au dessus de son trône

sans se demander comment : 


Allah - تعالى - a dit -ce qui signifie- : " Le Tout Miséricordieux c'est élevé au dessus du trône." (Taha / verset 5).

Le prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit à la servante : "Ou est Allah?" Elle lui répondit : "au dessus des cieux". (Rapporté par Moslim).

Zaynab (رضي الله عنها) disait aux autres femmes du prophète (صلى الله عليه و سلم) : "Vos proches vous ont marié, alors qu'Allah m'a mariée d'au dessus de sept cieux." (Rapporté par Al-Bokhâry dans son sahîh).

Ibn Mas'ûd (رضي الله عنه) a dit : "Allah est au dessus du trône rien ne lui est caché". (Rapporté par Ibn 'abdel Barr dans At-tamhîd 7/ 133).

L'imâm Mâlik (رحمه الله) a dit : "Allah est au dessus des cieux et sa science est en tout lieux." (rapporté par Abdillah le fils de l'imâm Ahmad dans Kitâb as-sonnah).

Al-awzâ'i (رحمه الله) (mort en 157) disait : "Nous disions -alors que les successeurs des compagnons étaient nombreux- : " Certes Allah est au dessus de son trône et nous croyons en ce que la sounnah a mentionné comme faisant parti de ses attributs ". (Rapporté par Abdillah le fils de l'Imâm Ahmad dans Kitâb as-sonnah).

'Abdûllah Ibn Al-Mûbârak  (رحمه الله)  (mort en 181) fût questionné : "Comment connaîs-tu notre seigneur ?" Il dit : "Au dessus des cieux au dessus de son trône." (Rapporté par Al-Bokhâry dans Khalq af'âl al-'ibâd). 

Conclusion :

Voici les premiers à avoir dit qu'Allah - تعالى - n'est pas au dessus des cieux et voici ceux qui affirment qu'Allah - تعالى - est au dessus des cieux. Comment un croyant peut-il être satisfait de prendre la voie de ceux qui ont subi la colère d'Allah - تعالى - et délaisser ainsi la voie de ceux qu'Allah - تعالى - a comblé de bienfaits parmi les prophètes, les véridiques, les martyres et les pieux ?


al-islam.over-blog.fr

   


barretitre.jpg Répliques aux diffamations des ahbaches (habaches APBIF-AICP secte égarée)

Repost 0
Published by Al-Haqq - dans Mise en garde
commenter cet article
23 novembre 2010 2 23 /11 /novembre /2010 18:10

danger_poster.jpg

Voici une fatwa du grand savant Cheikh Sâlih Ibn Fawzân Al-Fawzân -qu'ALLAH le préserve- sur l'égarement de la secte soufi de ‘Abdoullah El Harari (surnommé ‘Abdoullah El Habachi) à savoir les Ahbâches, qu'Allah les guide.

A propager !

 



barretitre.jpg

L'association - Ash-Shirk

Répliques aux diffamations des ahbaches (habaches APBIF-AICP secte égarée)

Repost 0
Published by Al-Haqq - dans Mise en garde
commenter cet article
22 novembre 2010 1 22 /11 /novembre /2010 19:02

gourou-abdellah-al-habashi-copie-1.jpg

 

Qui est le gourou de cette secte

qui a l’audace de s’identifier à Ahlou Sounna wal Jama’a ? 



Il s’appelle ‘Abdoullah El Harari, surnommé ‘Abdoullah El Habachi : c’est ‘Abdoullah ibn Mouhammad A-Chaïbi Al Harari (de la ville de harar en Ethiopie), il est né dans cette ville d’une tribut arabe se nommant A-chaïbani (de la tribut de Bani Chaïbah). Il y étudia la langue arabe ainsi que la jurisprudence (fiqh) ashfi’i chez le Cheikh Sa’id ibn ‘Abdir-rahman An-nouri le Cheikh Mouhammad Younous. Un peu plus tard, il quitta Harar pour aller à Joumah où il étudia chez Cheikh A-charif et c’est de là que commença son égarement et sa déviation du droit chemin du fait qu’il prêta allégeance à la secte soufi Tijaniya. Il se rendit ensuite à Dawy (région faisant partie d’Armou) où il étudia Sahih Al Boukhari et les science du Coran chez Al Haj Ahmad Al Kabir. Après son temps passé chez Al Haj Ahmad, il alla vers un village près de Dawy où il rencontra le Cheikh Moufti As-siraj (élève de Youssouf An-nabahani auteur du livre « Chwahid al haq fil istighathati bi sayidil Khalq ») qui lui enseigna le hadith. De là, il s’enfonça encore plus dans l’égarement où cette fois-ci c’est autour de la secte soufi Ar-rifa’iya qu’il prêta allégeance.



En 1969, c’est en Syrie puis au Liban qu’il se rendit. Ses adeptes disent qu’il s’y rendit en 1950, ce sans mentionner le fait qu’il fut la cause de grands troubles (FITNA) à l’encontre des associations musulmanes pour l’apprentissage du Coran. Il quitta l’Ethiopie pour se rendre au Liban où il fut bien accueilli. Mais ce, sans savoir qu’en réalité il c’était sauvé de son pays d’origine après avoir été la cause d’une grande discorde (la fitna de bilad Kouloub) à savoir : la fermetures d’écoles coraniques dans la ville de Harar en 1940 où il fit emprisonné vingt trois années durant le directeur de cette école Ibrahim Hassan dans une prison de Joury où il mourut.



Avec l’aide qu’il porta au gouvernement de Hilassi lassi, beaucoup de prêcheurs et cheikhs arrêtés et humiliés à tel point que nombre d’entre eux se sauvèrent en Égypte et en Arabie Saoudite. C’est pour cette raison que les gens de Harar le surnommèrent « El Fatane » (le grand semeur de troubles) ou « Cheikh Al fitna ».



Depuis son arrivée au Liban, il œuvre dans la propagation de la haine, de la rancœur et des troubles comme il l’a fait dans son propre pays. Tout ceci en enseignant sa mauvaise croyance (‘aqida) remplie de chirk (polythéisme) et ce en ventant des sectes égarées comme : Al jahmiya dans les attributs d’Allah, Al irja, Al jabr, Al batinita, le soufisme, le chiisme, l’insulte des sahabas (les compagnons qu’Allah les agrés), l’accusation à l’encontre de la mère des croyants (Aïcha qu’Allah l’agrée) comme quoi elle ne se serait pas soumise à l’ordre d’Allah et aussi les fatwas dangereuses et égarées.



Malgré tout cela, Al Habachi a réussit à endoctriner un nombre important de personnes de toutes catégories sociales confondues qui lui sont entièrement dévouées. Pour les Habaches, le musulmans est seulement celui qui embrasse en toute sincérité la croyance de leur cheikh avec tôt ce qui s’y trouve comme égarement. Ils vont même jusqu’à faire du porte à porte et mettent tout en oeuvre pour que les gens apprennent la croyance de leur cheikh Al Habachi en distribuant gratuitement ses livres.



Le deuxième personnage aussi important que leur cheikh mais qui ne l’est plus, car il fut assassiné fin août 1995 (rabi’ At-Thani 1416 H) était Nazzar El Halabi qui devait succéder à Al Habachi était président de l’association des projets de bienfaisance islamique, ils l’appelaient : « son excellence le cheikh » car ils le préparaient au poste de Moufti du Liban, on pouvait lire sur les mûrs des rues : « Non au moufti mécréant Hassan Khalid, oui au moufti Nazzar Al Halabi ».



Les Habaches ont d’autres représentants comme le député ‘Adnane Traboulsi, Taha Naji (qui s’était présenté aux élections et qui eut 1700 voix dont la majorité provenant de la communauté chrétienne à qui il a promis d’en terminer avec le courant islamique, mais en vain puisqu’il perdit), HoussamAd-dinn Qaraqira actuel président de l’association des projets de bienfaisance islamique, Kamal Al Hout, Imadoud-dine Hidar et ‘Abdoullah Al Baroudi, ces trois derniers supervisèrent le matériel des recherches et des manuscrits comme « Al mouas-sassa at-thaqafiya lil khadamat » et « Markaz al abhath wal khadamat ». Ils ont commencer à revoir et à annoter les livres du patrimoine mais d’une manière Jahmiya et Ach’ariya, aussi parfois dans leur travail, ils renvoient à des noms de personnes non connues chez les savants comme par exemple : « Al hafidh Al ‘Abdiri dit dans son livre Ad-dalil », ainsi en faisant cela, ils font croire que Al hafidh fait partit des grands savants connus comme Al hafidh ibn Hajar ou Al hafidh An-nawawi, mais en réalité ce n’est là qu’une façon détournée de créditer leur cheikh et son livre « Ad-dalil al qawim »...  


Nous lançons contre le faux la vérité qui le subjugue, et le voilà qui disparaît ...


habache.online.fr

 



barretitre.jpg

Répliques aux diffamations des ahbaches (habaches APBIF-AICP secte égarée)

Repost 0
Published by Al-Haqq - dans Mise en garde
commenter cet article
21 novembre 2010 7 21 /11 /novembre /2010 21:01

Certains parmi les égarés ont expliqués le mot, Trône (le Trône d’Allah Ta’ala) par la royauté. C'est-à-dire que pour ces égarés, Allah Ta’ala s’est élevé en royauté ! Le fait que cette parole (explication erronée) est fausse, est évident, car le Trône, est un Trône concret qui a une ombre (comme le prouvent les textes). Et de plus, celui-ci est entouré et porté par des anges comme l’indique la parole d’Allah Ta’ala :  


« ….tandis que huit, ce jour-là,

porteront au-dessus d'eux le Trône de ton Seigneur »

S69V17


« Ceux (les Anges) qui portent le Trône et ceux qui l'entourent

célèbrent les louanges de leur Seigneur….»

S40V7


« Et tu verras les Anges faisant cercle autour du Trône,

célébrant les louanges de leur Seigneur et Le glorifiant… »

S39V75


Le Trône est la plus grande des créatures, présente avant la création de la terre et des cieux, comme le dit le Coran :


« Et c'est Lui qui a créé les cieux et la terre en six jours,

- alors que son Trône était sur l'eau…. »

S11V7


Le Trône a des côtés comme dans le Hadith :  

« Et Moussa, paix sur Lui, qui tient un des côtés du Trône… »  Rapporter par Boukhari

 

En réponse aux égarés :

La Royauté d’Allah Ta’ala était-elle sur l’eau ?
Les anges portent-ils, et entourent-ils la Royauté d’Allah Ta’ala ?
Moussa, paix sur Lui, tient-il la Royauté d’Allah Ta’ala (d'un cotès) ?
Quelle horrible explication erronée que celle-ci !!!



D’un texte de Mohammed el-Mansour Ibrahim du livre : L’élévation sur le Trône
Traduction du sens : 'Ali Abû Layna

 


barretitre.jpg

Répliques aux diffamations des ahbaches (habaches APBIF-AICP secte égarée)

Repost 0
Published by Al-Haqq - dans Mise en garde
commenter cet article
20 novembre 2010 6 20 /11 /novembre /2010 16:13

ahbash---danger.jpg

 

La réplique à Abdallah el-Habbachi concernant :
Sa falsification du sens du Hadith de la descente
Ainsi que la bonne compréhension de celui-ci

auprès des gens de la Sounnah, de la vérité


 
Le Messager d'ALLAH (صلى الله عليه و سلم) dit : « Notre Seigneur descend chaque nuit, lorsque le premier tiers de la nuit est passé et dit : « Je suis le Roi (Celui qui détient la royauté), celui qui demande, je lui donne, celui qui invoque, je l’exauce, celui qui demande pardon, je le pardonne. » 

Certains parmi ceux qui parlent sur Allah Taa’la sans science, interprètent la descente évoquée dans le Hadith : « Notre Seigneur descend chaque nuit» par celle d’un ange parmi les anges, afin de nier qu’il s’agit de celle d’Allah Taa’la. Par cette explication, il nient donc la descente d’Allah Taa’la, et prétendent ainsi que c’est un ange qui s’occupe des demandes, des invocations, des serviteurs qui se lèvent dans cette partie de la nuit évoquée dans le Hadith de la descente.  


Le Hadith ne fait pas allusion à cet ange, mais leur refus du sens apparent du Hadith, les a poussés à une telle explication erronée. Cela est bien évidemment illicite, car c’est parler sur Allah Ta’ala sans science. De plus, ce qu’Allah Ta’ala s’attribue dans le Hadith, ne peut être attribué à autrui, comme les anges, car cela lui appartient. Le Prophète Mohammed (صلى الله عليه و سلم) était très assidus concernant le fait de ne pas associer un pronom, disons, de raccourcis :
 
C'est-à-dire :
 
Un homme a fait un sermon aux gens ou il dit ceci : « Celui qui obéit à Allah Ta’ala et à Son Messager (صلى الله عليه و سلم) est certes sur le vrai (est bien guidé), et quand à celui qui leur désobéit, s’est certes égaré…. » Alors le Prophète (صلى الله عليه و سلم), lui dit : « Tu as mal sermonner le peuple, dis : « Celui qui obéit à Allah Ta’ala et à Son Messager, est certes sur le vrai (est bien guidé), et quand à celui qui désobéit à Allah Ta’ala et à Son Messager s’est certes égaré. » » Ici, le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a désapprouver le fait de dire, concernant Allah Ta’ala et Son Messager (صلى الله عليه و سلم) « celui qui leur désobéit » et a insister pour qu’il reprécise cela de nouveau : « quand à celui qui désobéit à Allah Ta’ala et à Son Messager ».


De la sorte, il n’y a pas le moindre équivoque à propos de l’apparence du texte ! Cela met en avant la fausseté de ceux qui commentent le Hadith de la descente par la descente d’un ange, qui se chargerait des invocations. Le refus du Messager (صلى الله عليه و سلم) concernant le pronom qui revient à Allah, et son insistance pour évoquer de nouveau le Nom d’Allah Ta’ala fait partie de la méthodologie Prophétique que l’on retrouve à plusieurs reprises dans le Coran. Oui, il y a une distinction qui écarte toute ambiguïté, tout équivoque, louanges à Allah Ta’ala. Allah Ta’ala dit :


« S'ils s'étaient contentés de ce que Allah leur avait donné ainsi que Son messager et avaient dit : " Allah nous suffit. Bientôt Allah nous accordera Sa faveur de même que Son messager !...

C'est vers Allah que va tout notre désir. »

S9V59


Ainsi, ces exactitudes sont comprises de tous, et permettent une bonne compréhension, à l’inverse d’un égarement dû à l’ambiguïté qui pourrait se produire auprès du commun si ces précisions n’étaient pas présentes. Comment, après cela, ces exactitudes, serai-t-il permis à un homme de dire que dans le Hadith de la descente, le pronom revient à un ange alors que le texte est très clair ? Comment, serai-t-il permis à un homme de dire que « Notre Seigneur descend chaque nuit » signifie « Un ange descend » alors qu’Allah Ta’ala a rendu les textes clairs ? Allah Ta’ala parle de Lui, qu’Il exauce les demandes, invocations, et ne fait aucune allusion à un ange ! Alors pourquoi l’apparition d’un ange dans les paroles de Abdallah el-Habbachi et d’autres qui nient l’apparence du texte ?
 
De plus, il y a un autre hadith qui vient confirmer celui-ci :

 
« Quand sera le jour du jugement dernier, Allah Ta’ala descendra vers ses serviteurs. »

 
Et comme nous l’avions évoquer, le Hadith de la descente est clair : « Notre Seigneur descend chaque nuit ». Pour certains, le fait de dire cela : « Notre Seigneur descend chaque nuit » est de l’anthropomorphisme (faire ressembler Allah Ta’ala à la créature), qui est une mécréance qui fait sortir de l’Islam. Cette analyse, conception, émane de personnes qui ne comprennent absolument rien ! En effet, il faut dire ceci : Ce n’est pas nous qui disons : « Notre Seigneur descend chaque nuit », mais le Messager d’Allah Ta’ala (صلى الله عليه و سلم), qui ne dit que ce qu’Allah ta’ala lui révèle.
 
Donc, nous disons ce que le Messager (صلى الله عليه و سلم) a dit, toutefois, avec la règle bien connue qui consiste à dire que rien ne lui ressemble. Allah Ta’ala dit : « …Il n'y a rien qui Lui ressemble…. » S42V11. Donc, nous disons ce qu’à dit le Messager (صلى الله عليه و سلم) : Allah Ta’ala descend d’une descente qui est propre à Sa Grandeur, Sa Magnificence, qui évidemment, ne ressemble à rien de la Création. Voilà la croyance, la méthodologie des gens de la vérité, à l’inverse des sectaires qui ne comprennent rien. Cette règle concerne tous les Attributs d’Allah Ta’ala, Le Tout Puissant.
 
Donc, indubitablement, les égarés, repoussent à dire ce qu’Allah Ta’ala et son Messager, paix sur Lui, ont dit, pourquoi cela ? Tout simplement, à cause de leur mauvaise pensée envers les Versets, les hadiths, évoquant les Attributs. C'est-à-dire, qu’ils nient ces Versets, et leur donne un autre sens, à cause de ce rejet de l’apparence du texte, voilà leur mauvaise pensée envers le texte. Mais quand il s’agit d’un de leur Cheikh qui parle, alors là, ils prennent l’apparence du texte sans la moindre hésitation, et ne nient rien, et n’interprètent rien.
 
Ce que dit Allah Ta’ala est donc falsifié par l’interprétation intellectuelle illicite de ces gens, alors que la parole de leur cheikh, est prise telle qu’elle est. Ainsi, voilà donc comment ils se comportent avec les textes !
 
Qu’Allah Ta’ala nous protège tous et nous guide tous sur le droit chemin 

   

Voir la réplique à Abdallah el-Ahbbachi de Cheikh Chami (Il semblerait qu’il s’agisse d’un nom d’ emprunt de Cheikh Dimachqui qui avait certainement à l’époque des craintes vis à vis de sa personne vu la violence connue des Ahbachs ?) 

 


Abou-Leyna

   



barretitre.jpg

Répliques aux diffamations des ahbaches (habaches APBIF-AICP secte égarée)

 

Repost 0
Published by Al-Haqq - dans Mise en garde
commenter cet article
19 novembre 2010 5 19 /11 /novembre /2010 23:03

Les ahbachs prétendent que les gens de Sounnah sont des anthropomorphistes, et c'est pour cela qu'ils mettent sur le net des paroles des savants déclarant les anthropomorphistes, mécréants. En effet, ils font croire aux gens que le fait d'affirmer les Noms et les Attributs est de l'anthropomorphisme. J'ai donc décidé d'apporter un complément à l'article suivant, propagé par les sites Ahbachs :
 
"L’Imam as-Souyouti déclare les Moujassimah mécréants"


 
Voilà l'article en question :
 
Dans son recueil de fiqh chafii intitulé al-Achbah wa n-Nadha’ir, page 488 de l’édition qui est à gauche, et page 441 de l’édition qui est à droite, as-Souyouti mentionne que les moujassimah sont déclarés mécréants. Il dit:
 
Ach-Chafii a dit : « On ne déclare pas mécréant quelqu’un qui fait partie des gens de la Qiblah » [As-Souyouti commente et dit :] sauf pour les Moujassimah (…)
 
Points à retenir de cette citation:
 
· L’imam as-Souyouti est mort en 911 de l’Hégire soit il y a plus de 500 ans.
· Il était un très grand connaisseur du fiqh chafiite.
· Ici, il confirme que quelqu’un qui est un Moujassimah , c’est-à-dire un anthropomorphiste, est déclaré mécréant.
 
Fin de citation
 
 
Avant de répondre à cet article, je tiens à rappeler de manière résumée la croyance authentiques concernant les Noms et les Attributs d'Allah Ta'ala. Il faut affirmer ce avec quoi c'est affirmé Allah Ta'ala ainsi que ce avec quoi l'a qualifié le Messager d'Allah (صلى الله عليه و سلم) tout en niant la similitude avec la création car rien ne Lui ressemble. Pour plus de détails, lisez le lien suivant :
 
 Le consensus des Salafs sur la non interprétation des attribut et l'affirmation du sens immédiat
 
Donc, dans l'article des Ahbachs, on voit donc l'Imam Souyouti, qu’Allah Ta’ala lui fasse miséricorde, annoter la parole de l'Imam Chafi'i (رحمه الله) …


 
Nous allons voir avant tout, la croyance de l'Imam Chafi'i (رحمه الله) :
 
Les Ahbachs disent qu'il ne faut pas affirmer, mais qu'il faille interpréter…avec la raison (falsifier en fait)


 
Voilà ce que dit l'Imam Chafi'i (رحمه الله) à ce sujet :

 
أن العلم بالصفة قبولاً وردّاً وتأويلاً مما لا يُدرَكُ بالعقل
 
" La connaissance de l'Attribut en rejetant ou acceptant par le biais de l'interprétation

n'est pas possible pour la raison "  

Source : Siyar a'lam nubala 80/10…

 
On constate ici que l'Imam Chafi'i (رحمه الله) est innocent des Ahbachs concernant l’interprétation par la raison mais il y a bien d'autres paroles :


 
Ibn Hajar (رحمه الله) ramène la parole suivante de l'Imam Chafi'i (رحمه الله) :

 
" Allah a des Noms et des Attributs qui sont parvenus dans Son Livre (le Coran) et qu'a enseigné le Prophète (Prière et Salut d'ALLAH sur lui) à sa Communauté, il n'appartient à personne de les rejetés, celui qui va à l'inverse de cela est certes après lui avoir présenter la preuve, mécréant, mais avant cela, il est excusé par l'ignorance, car cette science ne peut être saisie par les esprits, nous affirmons ces Attributs et nous nions les concernant la ressemblance comme l'a nié (Allah) le concernant dans ce Verset :

"Il n'y a rien qui Lui ressemble" …."

Source : Fath el-Bari 13/407…..

 
Ici, on constate que l’Imam Chafi’i (رحمه الله) en plus de rejeter l’interprétation par la raison, donc, affirmait les Noms et Attributs comme tout Sunnite.


 
Voilà ce que dit l'Imam Chafi'i, qu'Allah Ta'ala lui donne le plus haut degré du Paradis :

 
" Le Chemin sur lequel je suis, ainsi que mes compagnons parmi les gens du Hadith, et je le jure les concernant, comme Soufiyan (E-Thawri), (l'Imam) Malik, et les autres, qu'ils attestaient qu'il n'y a pas de Divinité hormis Allah Ta'ala, et que Mohammed est Son Messager, et qu'Allah est au dessus de Son Trône au dessus des Cieux, Il est proche de Sa création comme Il le veut, et Il descend comme Il le veut…."   

Source : Aw'nou Ma'boud

 
Les Ahbachs veulent faire croire à ceux qui les écoute que l'Imam Chafi'i (رحمه الله) n'affirmait pas les Noms et les Attributs et les interprétés avec son esprit ! Ces paroles ci-dessus écrasent leurs théories mensongères … Ils disent aussi que l'Imam Nawawi (رحمه الله), par exemple, interprétait les Noms et les Attributs, dans l'une de leurs nombreuses théories mensongères.


 
Voilà une parole de l'Imam Nawawi (رحمه الله) qui vient taire cette ignominie :

 
وقول النووي أن مذهب السلف عدم تأويلها وأن مذهب الخلف تأويلها على ما يليق بالله
 
«  La Voie des pieux prédécesseurs consiste à ne pas interprété (les Noms et Attributs) et quand à la voie des Khalafs (ceux qui viennent après) elle consiste à interprété avec ce qui ne convient pas à Allah Ta’ala »  

Source : Son explication de Mouslim 36/6...

 
La croyance des pieux prédécesseurs est d'affirmer les Noms et les Attributs et de nier la ressemblance comme dans cette parole ci dessus. La ressemblance n'est que dans le nom comme vous le constatez....


 
La parole d’Ibn Abbas suivante est pleine d’enseignements à ce sujet (qu'ALLAH l'agrée lui et son père) :

 
ليس في الجنة شيء يشبه ما في الدنيا إلا الأسماء

 
« Il n’y a pas au paradis ce qui ressemble à ce qui est dans ce bas monde hormis les Noms »

Rapporter par Moundhiri avec une bonne chaîne....

 
Bref, l’affirmation des Noms et des Attributs comme l’ont fait nos pieux Prédécesseurs, et comme cela est obligatoire, car il s’agit de la bonne croyance, n’est nullement comme le prétendent les Ahbachs de l'anthropomorphisme. Selon eux, l’affirmation des Noms, des Attributs, exige l’anthropomorphisme ce qui est faux comme nous venons de le voir. Les Attributs d’Allah Ta’ala ne ressemblent en rien à la création hormis dans les Noms.......
 

Les Ahbachs ont dit dans cet article :

 
« il confirme que quelqu’un qui est un Moujassimah, (c’est-à-dire un anthropomorphiste),

est déclaré mécréant...... »

 
Certes, celui qui affirme qu’Allah ressemble à la créature est un mécréant mais il y a ici une règle que rappelle l’Imam Chafi’i (رحمه الله) :


« celui qui va à l'inverse de cela est certes après lui avoir présenter la preuve, mécréant,

mais avant cela, il est excusé par l'ignorance »


Bref, les Ahbachs ne distinguent point entre l’affirmation de l’Attribut accompagnée de la négation d’une ressemblance et l’anthropomorphisme et s’empressent au Takfir (jeter l’anathème)....Ce qui est sectaire.....et non Islamique...


Abou-Leyna

 

 


barretitre.jpg

Répliques aux diffamations des ahbaches (habaches APBIF-AICP secte égarée)

Repost 0
Published by Al-Haqq - dans Mise en garde
commenter cet article
29 août 2010 7 29 /08 /août /2010 03:02

Q : Un nouveau converti à l’Islam me demande : pourquoi l’Islam interdit-il la musique ? Que dois-je lui répondre ?

 

R : L’Islam prohibe la musique, car elle dévie le cœur, le pénètre et le distrait de l’invocation d’Allah. Et l’homme a été créé pour adorer Allah, donc si son cœur est épris de musique, elle le détournera du rappel d’Allah .1

C’est pour cette raison que l’on voit le passionné de musique et de chansons, lorsqu’il marche, taper avec sa main ainsi…2 comme s’il jouait de la musique, parce que son cœur et son esprit sont envahis par la musique.

Et l’Islam attend de ses adeptes qu’ils soient constamment tournés vers Allah, car c’est ainsi qu’ils s’améliorent et atteignent le bonheur.

 
  • Fatwa de cheikh Mohammed Ibn Othaymin

  • Majmû‘ fatâwâ Ibn Uthaymîn, t.43, p.60.

__________

1 Ibn Kathîr – qu’Allah lui fasse miséricorde – a rapporté à ce sujet la parole d’Ibn Mas‘ûd  commentant ce verset :

« Et, parmi les hommes, il est [quelqu'un] qui, dénué de science,achète de plaisants discours pour égarer hors du chemin d'Allah. »

(Sourate Luqmân, v.6). Puis Il a déclaré : « Par Allah, en dehors duquel il n'y a point de divinité [digne d'être adorée] (à trois reprises), c’est bien du chant musical dont il est question (« les plaisants discours »).»

2 NDT : C’est comme si le cheikh faisait le geste de taper avec sa main à ce moment-là.

 

fatawaislam.com

 

 

 

 

barretitre.jpg La musique - At-Tarab wa-l-Mûsiqa

Repost 0
Published by Al-Haqq - dans Mise en garde
commenter cet article
29 août 2010 7 29 /08 /août /2010 02:18

Nous vous invitons à imprimer ces informations et à les distribuer autour de vous en application de la parole d’Allah dit : « Entraidez-vous au bon comportement et à la piété et ne vous entraidez pas au péché et à l'inimité » et la parole du Prophète Muhammad (salallahu ‘alayhi wa salam) : « Celui qui montre le chemin vers une bonne action, a la même récompense que celui qui la fait. » (Muslim)


- 1 - Les chansons


Question : A son éminence cheikh ‘Abdul-‘Azîz Ibn Bâz. Salut d’Allah sur vous, ainsi Sa miséricorde et Sa bénédiction. Quel est le regard de la religion sur la chanson ? Est-elle un péché, même si je ne l’écoute que par distraction ? Quel est le regard de la religion sur le fait de jouer d’un instrument de musique, ar-Rabâba (sorte de violon) et de chanter des chansons traditionnelles ? Est-il illicite de taper sur un tambour pendant les mariages ? J’ai entendu que c’était licite, mais je ne sais pas. Qu’Allah vous récompense et raffermisse vos pas.

Réponse : Ecouter les chansons est un péché, un acte abominable et fait partie des causes des maladies des cœurs, de leur endurcissement et de leur rejet du rappel d’Allah et de la prière. La plupart des exégètes ont commenté la parole d’Allah le Très-Haut : « Et parmi les hommes, il est [quelqu’un] qui, dénué de science, achète de plaisants discours » (Luqmân, v. 6) par les chansons. En effet, ‘Abdullah ibn Mas’ud, qu’Allah l’agrée, jurait que les « plaisants discours » signifiaient la chanson. L’interdiction est encore plus sévère si la chanson est accompagnée d’instruments, comme ar-Rabâba, le violon, le luth et le tambour. Certains savants ont dit qu’il y avait un consensus sur l’interdiction de la chanson accompagnée d’instruments. Par conséquent, il faut s’en écarter. Le Messager d’Allah (salallahu ‘alayhi wa salam) a dit : « Il y aura dans ma communauté des gens qui rendront licite l’adultère, la soie, le vin et les instruments de musique.» (Bukhârî, 5590)
Je te conseille ainsi qu’à tous les musulmans donc, d’écouter la station de radio Al-Qur’ân al-Karîm et le programme Nûr 'ala ad-Darb, car ils sont d’une très grande utilité et t’éviteront d’écouter les chansons et les instruments de musique.

 

Concernant le mariage, il est permis de frapper le Duff (sorte de tambourin) et de chanter des chansons qui n’incitent pas au péché et ne font pas l’éloge du péché. Cela ne doit être fait que par les femmes au moment de la nuit pour annoncer le mariage, afin de différencier le mariage licite de la fornication, comme cela a été souligné dans la Sunna authentique. Par contre, il n’est pas permis de frapper le tambour (Tabl) pendant le mariage : on doit se restreindre seulement au Duff. Il n’est pas non plus permis d’utiliser les haut-parleurs pour annoncer le mariage, même si on chante des chansons permises à cause de ce que cela peut engendrer comme mal aux musulmans. Il n’est pas permis non plus que cela dure longtemps, mais un temps court suffit pour annoncer le mariage, car veiller tard empêche de se lever pour la prière du Fajr. Et ceci est un des grands péchés et un acte des hypocrites.


Cheikh Ibn Bâz, in Magazine ad-Da’wa, n°902, Chawâl 1403H.




- 2 - Les tambours et les chants dans les occasions



Question : Dans certaines occasions, nous utilisons les tambours accompagnés de chants islamiques, et nous passons une partie de la nuit comme ça. Mais une personne nous a réprimandés à ce sujet. Notre acte est-il répréhensible, c’est-à-dire l’utilisation des tambours et des chants, sachant que ces chants ne contiennent pas de paroles malsaines ? Informez-nous, qu’Allah vous récompense.


Réponse : Je ne connais pas de texte autorisant l’utilisation des tambours et ce qui est évident dans les hadiths authentiques est qu’il est interdit d’en jouer, au même titre que les autres instruments de musique, comme le luth ou autre. Parmi les hadiths, il y a celui dans lequel le Prophète, prière et salut d’Allah sur lui, a dit : « Il y aura dans ma communauté des gens qui rendront licite la fornication, la soie, le vin les instruments de musique et les chansons (Ma’âzif). » (Bukhârî, 5590) et le terme Ma’âzif comprend tous les instruments de musique et les chansons.


Revue des Recherches Islamiques, n° 38, p. 144, cheikh Ibn Bâz.

 


- 3 – Les chansons islamiques (Anâchîd Islâmiyya)



Question : Nous sommes conscients de l’interdiction des chansons aujourd’hui, en raison de leurs paroles vulgaires, obscènes et futiles, et l’utilisation des instruments de musique. Nous sommes des jeunes musulmans dont Allah a éclairé les cœurs, et nous avons besoin d’un substitut. Nous avons alors choisi les chansons islamiques (Anâchîd Islâmiyya) qui contiennent de l’exaltation, de l’émotion, ainsi de suite. Ces Anâchîd sont sous forme de vers poétiques [...]. Quel est le regard de la religion sur ces Anâchîd islamiques qui ne contiennent que des paroles ferventes et de l’émotion, écrites par des prêcheurs contemporains et passés, et des paroles sincères qui décrivent l’islam et y invitent ? Comme ces Anâchîd sont accompagnés du Duff (sorte de tambourin), est-il permis de les écouter ? Je sais, et ma science est limitée, que le Prophète, prière et salut d’Allah sur lui, a permis de frapper du tambour la nuit du mariage. Faites-nous profiter de votre science, qu’Allah vous guide vers ce qu’Il aime et agrée.


Réponse : La réponse du Comité est la suivante : vous avez dit vrai quant à l’interdiction des chansons tels qu’on les connaît aujourd’hui, à cause de leurs paroles vulgaires et malsaines, sans aucun bien, mais qui sont plutôt source de distraction futile, et d’excitation des passions, des instincts charnels et de la perversion, qui pousse celui qui les écoute vers le mal. Qu’Allah nous guide vers ce qu’Il agrée.

 

Il est donc permis de remplacer cela par des chants islamiques contenant des sagesses et des rappels qui incitent à la ferveur, à la défense de la religion, qui excitent les émotions islamiques, éloignent du mal et de ses causes, afin de pousser celui qui les écoute à obéir à Allah, à s’éloigner de Sa désobéissance, de la transgression de Ses limites, et incitent au Jihâd dans la voie d’Allah.


Cependant, on ne doit pas prendre cela comme une habitude qu’on garde, mais on peut les écouter de temps en temps, dans des occasions comme le mariage, en voyage pour le Jihâd dans la voie d’Allah et autre, ou quand il y a un découragement pour le bien, afin d’inciter les gens à faire le bien, et quand les âmes penchent vers le mal, afin de réprimer ce penchant et de les en écarter.


Mais il est préférable de lire une partie du Coran et un ensemble de rappels prophétiques authentiques, car c’est le meilleur moyen pour purifier les âmes, le plus sûr pour apaiser les cœurs. Allah, le Très-Haut a dit : « Allah a fait descendre le plus beau des récits, un livre dont [certains versets] se ressemblent et se répètent. Les peaux de ceux qui craignent leur Seigneur frissonnent [à l’entendre] ; puis leur peau et leur cœur s’apaisent au rappel d’Allah. Voilà [le Livre] guide d’Allah par lequel Il guide qui Il veut. Mais quiconque Allah égare n’a point de guide. » (Az-Zumar, v.23) et « Ceux qui ont cru, et dont les cœurs se tranquillisent à l’évocation d’Allah. N’est-ce point par l’évocation d’Allah que se tranquillisent les cœurs ? * Ceux qui croient et font de bonnes œuvres, auront le plus de bien et aussi le meilleur retour. » (Le Tonnerre, v. 28-29.)
Le quotidien des Compagnons et leur préoccupation étaient d’accorder la plus grande importance au Livre d’Allah et à la Sunna du Prophète, prière et salut d’Allah sur lui, en les étudiant, en les apprenant par cœur et en les mettant en pratique. Mais ils avaient des refrains ou des phrases courtes qu’ils déclamaient par exemple, lors du creusement de la tranchée autour de Médina, la construction de la mosquée, dans le Jihâd et d’autres circonstances, sans que cela soit leur devise et sans leur consacrer toutes leurs préoccupations et tous leurs soins, mais seulement pour réconforter leurs âmes et raviver leurs sentiments.


Par contre, le tambour et tout autre instrument de musique ne doivent pas accompagner ces chants, car le Prophète, prière et salut d’Allah sur lui, et ses Compagnons ne l’ont pas fait. C’est Allah Qui guide vers le droit chemin et prières et salut d’Allah sur notre Prophète Muhammad, sa famille et ses Compagnons.


Le Comité Permanent de l’Ifta, Fatâwâ Islamiya (4/532-534).


Remarque : Bien que cette fatwa est en apparence, moins radicalement défavorable aux Anashid, nous espérons que les lecteurs sauront relever toutes les nuances qu’apporte le Comité Permanent de l’Ifta, et la différence entre ce que le Comité autorise et ce que les gens font aujourd’hui, qui est comme la différence entre la nuit et le jour !


- 4 – Un mot sur les Anashîd islamiques



Cheikh Nasiruddin Al-Albâni – rahimahullah – a écrit dans son livre Tahrîm آlât it-Tarb (l’interdiction des instruments de musique), p. 181 :


« Un mot sur les Anashîd islamiques


Il ne me reste, pour conclure ce livre qui sera utile – si Allah le veut - qu’à dire un mot sur ce qu’on appelle les Anashîd islamiques ou les « chants religieux », en disant :
Au chapitre 7, nous avons montré les formes de poésie qui étaient autorisées de chanter et celles qui ne l’étaient pas, comme nous avons montré que tous les instruments de musique sont interdits sauf le Duff, pour les femmes, à l’occasion des fêtes et des mariages.
Dans ce dernier chapitre, nous disons qu’il n’est autorisé de se rapprocher d’Allah (ou de L’adorer) que de la manière qu’Il a prescrite, donc, comment peut-on se rapprocher de Lui de la manière qu’Il a interdite ? C’est suivant cette règle que les savants ont interdit le chant des soufis, et qu’ils ont réprouvé avec encore plus de vigueur celui qui les considère comme licites. Si le lecteur garde à l’esprit ce principe solide, il lui apparaîtra clairement qu’il n’y a aucune différence entre les raisons de l’interdiction des chants soufis et les raisons de l’interdiction des Anashîd.

 

Mais en réalité, ils se trouvent dans ses Anashîd un autre défaut, qui est qu’ils se chantent à la manière des chants interdits : ils se jouent selon les règles musicales arabes ou occidentales qui divertissent les auditeurs, les font danser, et leur font perdre la maîtrise d’eux-mêmes. Donc, le but ici est de chanter et se divertir et non pas le chant en lui-même. Ceci constitue une nouvelle infraction (à la Sharî’a), qui est le fait de vouloir ressembler aux mécréants et aux débauchés.


Et à la suite de cela, il se produit une autre infraction, qui est de leur ressembler dans leur rejet du Coran et le fait qu’ils s’en détournent ; ils entrent ainsi dans le sens général de la plainte du Prophète, prière et salut d’Allah sur lui, à propos de son peuple (Quraysh), comme Allah le dit : « Et le Prophète a dit : «  Seigneur, mon peuple s’est détourné de ce Coran… ».


Et je me rappelle parfaitement, lorsque j’étais à Damas, deux ans avant que je ne m’exile ici (à Amman), que certains jeunes musulmans se mirent à chanter des Anashid dont les paroles étaient saines, dans l’intention de contrer les chants soufis tels que les poèmes de Bussayri (contenant des paroles de Kufr) et autres, et ils enregistrèrent cela sur cassettes, et il ne se passa que peu de temps jusqu’à ce qu’ils se mirent à accompagner leurs chants du Duff ! Et au début, on ne les écoutait que dans les mariages, selon le principe que le Duff n’est autorisé que dans les mariages. Puis, les cassettes se diffusèrent et elles furent copiées, et on se mit à les écouter dans de nombreux foyers, et les gens commencèrent à les écouter nuit et jour, dans les fêtes et en dehors des fêtes. Et ceci devint leur distraction et leur habitude, et cela ne se produisit que par la force des passions, et l’ignorance des ruse de Satan.


Ces chants les détournèrent et ils n’accordèrent plus d’importance au Coran et ne l’écoutèrent plus, sans parler du fait de l’étudier, et ils s’en détournèrent comme c’est cité dans le verset au sujet duquel Al-Hâfidh Ibn Kathîr a dit dans son Tafsîr (3/317) : « Allah dit, à propos de Son Prophète, prière et salut d'Allah sur lui : « Et le Prophète a dit : « Seigneur, mon peuple s’est détourné de ce Coran… », car les polythéistes n’entendaient pas le Coran et ne l’écoutaient pas, comme Allah dit : « Et ceux qui ont mécru ont dit : « N’écoutez pas ce Coran et distrayez-vous en… » ; et lorsqu’un verset était récité, ils faisaient davantage de vacarme et discutaient, pour que personne n’écoute, et ceci est parmi leurs actes de rejet (du Coran), et de manque de foi en lui ; et le fait qu’ils n’y croyaient pas fait partie de leur rejet, et le fait de ne pas le méditer et de ne pas chercher à le comprendre fait partie de leur rejet, le fait de ne pas l’appliquer fait partie de leur rejet, le fait de ne pas s’abstenir de ses interdits et de ne pas appliquer ses ordres fait partie de leur rejet, et le fait d’y renoncer pour (se tourner vers) la poésie, les propos, les chansons, les divertissements ou les discussions ou d’autre formes, fait partie de leur rejet.
Je demande à Allah le Généreux, Celui Qui accorde toute chose, Celui Qui est Capable de ce qu’Il veut, de nous éloigner de tout ce qui provoque Sa colère, et qu’il m’utilise dans ce qui Le satisfait, comme le fait de préserver et retenir Son Livre et le comprendre, et de l’appliquer, jour et nuit, de la manière qu’Il aime et qui Le satisfait. Il est certes Généreux et Celui Qui accorde. »


Cheikh Muhammad Nasiruddîn Al-Albânî, rahimahullah.
Amman, 28/6/1415 (1995 environ)




A lire sur le sujet :


Un livre intitulé Al-Qawl ul-Mufîd fi Hukm il-Anashîd, avec des fatwas des savants Ibn Uthaymîn, Fawzân, Albani… éditions Mektebat ul-Furqân (EAU).



Et les fatwas sont nombreuses et d'autres seront traduites prochainement - incha'Allah…
Allah est le Plus Savant, et la prière et salut d'Allah sont sur notre Prophète, sur sa famille et sur ses Compagnons.




Article tiré du site des éditions Anas

Copié de salafs.com

 

 


barretitre.jpg La musique - At-Tarab wa-l-Mûsiqa

MISE EN GARDE

Repost 0
Published by Al-Haqq - dans Mise en garde
commenter cet article
22 mai 2010 6 22 /05 /mai /2010 01:30

يقول السائل: كتاب صيد الخاطر لابن الجوزي عليه رحمة الله، ما رأيكم في قراءته؟
أجاب الشيخ: والله فيه وفيه، فيه فوائد، وفيه شر، فيه شر كثير، فلا يَقرأ فيه إلا من هو متمكن من العلم، يعرف الحق من الباطل، وإلا فيه فوائد وفيه شر كثير، نعم.


Traduction :

Question :

 
Le questionneur dit : Le livre les pensées précieuses de Ibn Jawzî , qu'Allah lui fasse Miséricorde ,que pensez vous du fait de le lire ?

Réponse de Cheikh Sâlih el Fawzân :

 
Par Allah qu'il y a(dans ce livre ) des (bonnes) choses et des (mauvaises ) choses , il y a des intérêts et il y a aussi des mauvaises choses , il y a même beaucoup de mauvaises choses !
Il ne doit être lu que par celui qui est calé en science , celui qui reconnait le vrai du faux !
Sinon il y a des intérêts et aussi de mauvaises choses ! voilà .

 

 

8k233lbj.gif



source originale

 
كلام ابن الجوزي في أول الفصول من "صيد الخاطر" في النفس منه شيء أفتونا مأجورين؟

الجواب وبالله التوفيق، ابن الجوزي رحمه الله وغفر له إمام في الوعظ والتفسير والتاريخ، وكذلك هو أحد الأصحاب المصنفين في فقه الحنابلة، ولكنه رحمه الله خلط تخليطا عظيما في باب الصفات وتبع في ذلك الجهمية و المعتزلة ، فسلك سبيلهم في تحريف كثير منها وخالف السلف في حملها على ظاهرها، وقدح في المثبتين، ونسبهم إلى البلاهة.

وهذا الموضوع من أكبر أغلاطه، ولذلك أنكر عليه أهل العلم، وتبرأ منه الحنابلة في هذا الباب، ونزهوا مذهب الإمام أحمد عن قوله وتخبيطه فيه، ومع وذلك فإن له في المذهب كتاب "المذهب" وغيره، وله تصانيف كثيرة جدا حسنة فيها علم عظيم، وخير كثير، وهو معدود من الأكابر الأفاضل، ولكن كل أحد مأخوذ من قوله ومتروك سوى النبي صلى الله عليه وسلم، فكلامه في كتاب التأويل، وكلامه في الفصول التي في أول "صيد الخاطر" كما أشرتم إليها يجب الحذر منها والتحذير، ولولا أن هذه الكتب موجودة بين الناس لكان للإنسان مندوحة عن الكلام فيه، لأنه من أكابر أهل العلم وأفاضلهم، وهو معروف بالدين والورع والنفع، ولكن لكل جواد كبوة، نرجو الله أن يعفو عنا وعنه وفي "صيد الخاط" أيضاً أشياء تنتقد عليه، ولكنها دون كلامه في الصفات، مثل كلامه عن أهل النار، وفي الخوض في بعض مسائل القدر وأشياء يعرفها المؤمن الذكي، وإننا نأسف على صدورها من قبل هذا الرجل الكبير القدر
( Réf : Livre/el fatâwâ a_Sa3diya ,page/86 )


Traduction :

Question :

Les paroles de Ibn Jawzî dans les premiers chapitres de "Les pensées précieuses " j'ai quelque chose en moi-même sur lui ( le livre ) délivrez-nous une fatwâ qu'Allah vous récompense ?

Réponse de l'Imâm Abdou Rahmâni a_Sa3dî_Rahimahou Allah :

La réponse (à cette question), le succès provient d'Allah, Ibn Jawzî qu'Allah lui fasse miséricorde et qu'Il lui pardonne est un imâm dans l'exhortation, dans le commentaire et dans l'histoire, et il est aussi un des auteurs des livres de fiqh (jurisprudence) des hanâbilahs (le madhab de l'Imâm Ahmed), mais seulement _Rahimahou Allah_ il s'est gravement embrouillé dans le chapitre des sifâts (attributs d'Allah) et il a suivi dans ceci les jahmiyas et les mou3tazilahs (des sectes qui se sont égarés dans la croyance..), et il a donc pris leur chemin en déformant beaucoup de ces sifâts, il a contredit les prédécesseurs sur le fait de les interpréter par leur apparence , il a lancer des critiques sur ceux qui ont affirmé (les sifâts) et les a accusés de folie !

Et ce point-là est une de ses plus grandes erreurs !

Et c'est pour cela que les gens de science l'ont réfuté, que les hanâbilahs (les savants du madhab el hanbalî) se sont désavoués de lui concernant ce sujet et ont purifié le madhab de l'Imâm Ahmed de ses paroles et son mélange dans ceci !

Et malgré tout ceci il a un livre sur le madhab intitulé le madhab et d'autres (livres ) et il a aussi beaucoup d'autres bons livres où on y trouve une grande science et un grand bien !

Et lui il est compté parmi les grands savants et bienfaisants , mais seulement, de chacun la parole est acceptée ou rejetée sauf le Prophète que la Prière et Paix d'Allah soient sur lui !

Ses paroles (à Ibn Jawzî) qu'on trouve dans son livre a_täwîl et dans les premiers chapitres du livre les pensées précieuses , vers lequel vous avez fait allusion , il est un devoir de s'en méfier et d'y mettre en garde !

Et si ce n'était pas la présence de ces livres entre les mains des gens, la personne aurait était dans le choix de ne pas en parler, car il faisait partie des grands savants et des gens de la bienfaisance et il était connu pour être une personne de religion, de piété et d'utilité, mais nul n'est infaillible !

Nous espérons en Allah qu'Il nous pardonne ainsi qu'à lui .

Et il y a aussi dans ce livre "les pensées précieuses " des choses à lui reprocher mais pas du même niveau que ses paroles dans les attributs (d'Allah) , comme pour ses paroles sur les gens du feu , certaines questions sur le destin et d'autres choses que le croyant intelligent connait !

Et certes que nous sommes navrés que ceci provienne de la part d'un homme de grande valeur (comme Ibn Jawzî).


( Réf : Livre/el Fatâwâ a_Sa3diya , page/86 )

Source : alathary006.free.fr





barretitre.jpg

MISE EN GARDE

Repost 0
Published by Al-Haqq - dans Mise en garde
commenter cet article