Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

facebookalhaqq-3-2-1

Rechercher

14 mars 2010 7 14 /03 /mars /2010 04:02

0401081856bl2.jpg

Comment aborder les livres de science ?

 

Shaykh Muhammad ibn Salih Al-Uthaymin



Aborder les  livres implique plusieurs choses :
 
1. Connaître le sujet du livre - pour en profiter, parce qu'il doit être spécifié. Cela peut être un livre de sihr (sorcellerie), de tromperie ou de mensonge. Donc il faut connaître le sujet du livre pour en profiter.
 
2. Connaître sa terminologie. En effet, connaître la terminologie permet d’économiser beaucoup de temps. C'est ce que les savants font dans l'introduction de leurs livres, par exemple nous savons que lorsque l'auteur de Bulugh al Maram dit "convenu", cela signifie que le hadith a été rapporté par Al-Bukhari et Muslim, tandis que l'auteur de Al-Muntaqa utilise cette expression d’une façon différente - quand il dit "convenu", cela signifie que le hadith a été rapporté par l’imam Ahmad, Al-Bukhari et Muslim.
 

De la même façon dans les livres de fiqh, les savants emploient les mots qawlayn, wajhayn, riwayatayn et ihtimalayn différemment. Riwayatayn (deux transmissions) signifie deux transmissions de l'imam; wajhayn (deux avis) signifie deux avis parmi les compagnons, c'est-à-dire, les compagnons des imams du madhhab; ihtimalayn (deux possibilités) est employé dans les cas d'incertitude quant à savoir lequel des deux avis est correct; et qawlayn (deux avis) est plus général dans la signification que cela.
 
De la même façon nous devons aussi connaître ce qu'un auteur désigne s'il dit ijma' (consensus) ou wifaq (accord). S'il dit ijma', il désigne le consensus parmi la umma et s'il dit wifaq, il désigne l'accord des quatre imams, comme l'utilisation de l'auteur d'Al-Furu concernant le fiqh Hanbali. De la même façon les disciples de chaque madhab ont tous leur propre terminologie, donc il est essentiel de connaître la terminologie de l'auteur.
 
3. Connaître le style et les expressions employés dans le livre. Vous constaterez que lorsque vous lisez un livre pour la première fois, particulièrement les livres académiques qui sont remplis de science, vous rencontrerez une expression dont vous devrez peser le sens, parce que vous n'y êtes pas familier. Mais si vous lisez le livre de nouveau vous deviendrez familier de cela.
 
Il y a aussi quelque chose qui doit être ajouté au livre, qui est d’écrire des commentaires dans les marges et au pied des pages. C'est quelque chose dont l’étudiant en science doit profiter. S'il rencontre quelque chose qui a besoin de plus d’explication ou de preuve et qu’il a peur d'oublier, il doit faire une note dans la marge ou au pied de la page. Souvent la personne manque de  tels bénéfices parce qu'elle ne fait pas de notes qui ne prennent pas plus qu'une minute ou deux. Puis, quand il revient il peut ou ne peut pas se le rappeler.
 
L’étudiant en science doit y prêter l'attention, particulièrement dans les livres de fiqh. Dans quelques livres vous pouvez rencontrer une question et ses règles vous semblent confuses et provoquent chez vous des doutes. Si vous vous référez aux livres qui sont plus compréhensibles que le livre que vous lisez et que vous trouvez quelque chose qui explique la question, vous devez en faire une note pour que vous puissiez vous y référer de nouveau si vous en avez besoin, sans devoir vous référer au livre original dont vous l'avez cité. Cela vous fera économiser du temps.
 

La lecture de livres est de deux types

 
1. Lecture en profondeur pour peser et comprendre. Cela prend nécessairement du temps.
 
2. Une lecture rapide pour obtenir une idée du sujet du livre, les sujets traités et le contenu du livre. Ceci est fait en feuilletant le livre et l'écrémant. Cela n'implique pas le même niveau de pensée que la première méthode. La meilleure voie pour lire des livres est de peser les sens et chercher l'aide des savants qui ont la compréhension. Il n’est pas surprenant que le livre qui mérite le plus une telle lecture est le Livre d'Allah. Vous devez être patient et persister dans la lecture, car on n'a pas donné de cadeau plus grand à l'homme que la patience.
 

Collecter des livres


L’étudiant en science doit s’appliquer à collecter des livres, mais il doit donner des priorités. Si une personne n'a pas beaucoup d'argent, il n'est pas bon et n'est pas sage d’acheter beaucoup de livres et de payer pour eux, parce que c'est une mauvaise gestion. Si vous ne pouvez pas acheter de livres avec votre propre argent, vous pouvez les emprunter dans n'importe quelle bibliothèque.
 

S’appliquer à lire des livres importants

 
L’étudiant en science doit s’appliquer à lire les ouvrages de référence les plus importants, pas les travaux modernes, parce que certains des auteurs modernes n'ont pas la science profonde, et si vous lisez ce qu'ils ont écrit, vous constaterez que c'est superficiel. Ils peuvent citer des choses mot pour mot, ou peuvent les déformer pour les rendre plus longues, mais ce n'est que du blabla. Donc vous devez lire les travaux de référence les plus importants écrits par les salaf (pieux prédécesseurs), parce qu'ils sont meilleurs et plus bénis que beaucoup de livres de la génération postérieure.
 

La plupart des livres des auteurs postérieurs portent peu de sens mais sont prolixes (c’est à dire long). Vous pouvez lire une page entière qui pourrait avoir été résumée en une ou deux lignes. Mais vous trouverez les livres des salaf faciles, simples et bien écrits, sans aucun mot qui ne porte pas de sens.
 

Parmi les meilleurs livres que l’étudiant en science doit s’appliquer à lire sont les livres de Shaykh Al-Islam Ibn Taymiya (rahimahullah) et son élève Ibn Al-Qayim (rahimahullah). Il est connu que les livres d'Ibn Al-Qayim sont plus faciles, parce que le style d'Ibn Taymiya est très éloquent à cause de sa science abondante et son esprit alerte et Ibn Al-Qayyim a vu la science d'Ibn Taymiya comme une maison bien faite, son rôle à lui étant d’organiser et d’embellir.
 

Mais Ibn Al-Qayyim était libre d’esprit; s'il pensait que l'avis de son shaykh divergeait de ce qu'il pensait être correct, il le disait. Quand il a pensé que le pèlerin devait quitter l’ihram pour le Hajj et reprendre l’ihram pour la 'Umra, car Ibn 'Abbas (radiallahu 'anhu) a pensé que si la personne qui n'a pas apporté d'animal pour le sacrifice entre en ihram pour le Hajj ou en Qiran, elle doit quitter l'ihram pour le Hajj et reprendre l’ihram pour la 'Umra, Tandis qu'Ibn Taymiya a pensé que cela concernait seulement les compagnons, il [Ibn Al-Qayim] a dit :
« Je penche plus vers l'avis d'Ibn 'Abbas que vers l'avis de mon shaykh. »
 

Il a clairement déclaré qu'il avait un avis différent, donc il était indépendant dans sa pensée. Mais il n’est pas surprenant qu'il a suivi son shaykh (rahimahullah) dans les questions qu'il pensait être vraies et correctes. Sans aucun doute, si vous considérez la plupart des avis d'Ibn Taymiya, vous constaterez qu'ils sont corrects. C'est quelque chose que quiconque pèse ses livres saura.
 

Evaluer les livres


 
Les livres peuvent être divisés en trois types :

1. Les bons livres
 
2. Les mauvais livres
 
3. Les livres qui ne sont ni bons, ni mauvais.
 
Essayez de vous assurer que votre bibliothèque ne contient pas de livres qui ont un mauvais contenu. Il y a des livres qui sont décrits comme étant de la littérature, mais ils tuent seulement le temps sans produire aucun avantage. Et il y a des livres nuisibles qui contiennent des idées spécifiques ou promeuvent une idéologie incorrecte. Ceux-ci aussi ne doivent pas figurer dans votre bibliothèque, soit parce que la méthodologie qu'ils emploient est fausse, soit à cause de leur fausse compréhension de la 'aqida ou parce que ce sont des livres révolutionnaires qui promeuvent une idéologie nuisible.
 

En général, vous ne devez laisser aucun livre nuisible dans votre bibliothèque, parce que les livres nourrissent l'âme, comme la nourriture et la boisson nourrissent le corps. Si vous la nourrissez avec des livres comme ceux-ci, ils vous causeront beaucoup de mal et vous suivrez une méthodologie qui va contre la méthodologie du chercheur de la science saine.


 
Article tiré du site clearpath.com
Source: Fatawa Shaykh Muhammad ibn Salih Al-'Uthaymin, Kitaab Al-‘Ilm, p. 87-91
Traduit par les salafis de l’Est

 

 

 

 

 

trait separation

ani07 Shaykh Mûhammâd Ibn Sâlih Al-'Ûthaymîn  

ani07 La Science - Al-'Ilm

Repost 0
14 mars 2010 7 14 /03 /mars /2010 03:52

828338573 1

Peut-on prendre la science de quelq'un dont le minhadj n'est pas correct?


Cheikh Rabi' Ibn Hadi Al Madkhali

 

Pour le Talib el ‘ilm qui recherche Allah et la demeure future, qu’il soit sincère envers Allah dans la recherche de la science. Qu’il choisisse le ou les savants les plus connaisseurs, les plus sûrs et les plus pieux, celui qui lui propose la vraie science : la science prophétique, du Coran, de la Sounnah  et ce qu’ils comportent comme croyance, pratiques et voie authentique ainsi que les bons comportements islamiques élevés et tout ce qui est semblable à cela.

Il ne faut pas se précipiter, en allant chercher la science chez n’importe qui, le Prophète (Paix et bénédiction d'Allah sur lui) a démontré l’exemple du bon et du mauvais compagnon : il est comme le vendeur de parfum et le forgeron. Le vendeur de parfum, soit il t’en donne en cadeau, soit tu lui en achètes soit tu trouves une bonne odeur. Et le forgeron, soit il te brûle soit tu n’échappes pas à sa fumée et à son mal.

Si tu restes avec les innovateurs et les gens de la passion, et que tu prends la science chez eux alors obligatoirement il y aura un mal qui en découlera dans ta croyance, dans ta religion, dans ta voie (Manhaj) et dans ta foi. Essaie de t’éloigner de celui dont la croyance et la voie sont corrompues, sauf en cas de nécessité et avec des conditions : Qu’il ne prêche pas à sa voie, à son groupe, à sa croyance. Et s’il appelle à l’une de ces trois choses, il est meilleur pour le musulman de rester sur la Fitra, même s’il reste ignorant. Cela est bien meilleur pour lui que de corrompre sa croyance par ces gens là ou par l’intermédiaire de leurs semblables.

On peut s’inspirer du comportement des pieux prédécesseurs avec les gens de l’innovation et de la passion. Les pieux prédécesseurs ne rapportaient pas de Hadiths  du Messager d’Allah (Paix et bénédiction d'Allah sur lui) d’après eux, ni ne prenaient la science chez ceux qui prêchent l’innovation. Et ils ne s‘asseyaient pas avec eux, ils coupaient tous liens avec eux. Ils avertissaient contre ceux qui prêchaient l’innovation. Sinon, il y a ceux qui ont été éprouvés ou touchés par des innovations, mais ils étaient connus pour leur véracité, leur sincérité et leur piété. Ils ne prêchaient pas leurs innovations. De ceux-là les prédécesseurs ont pris et rapporté des Hadiths. Aujourd’hui, les gens de l’innovation ne donnent plus d’importance à la narration des Hadiths, donc on peut se passer d’eux, et ne pas leur faire confiance dans le domaine de la croyance et dans les autres domaines. On doit donc se passer d’eux sauf si cette personne ne prêche pas à son innovation, ni à sa Fitna. Tu prends de lui la langue arabe car il n’y a pas de mal mais tu ne prends pas la ‘Aquida (le dogme).


Traduction de ‘Abdoullah At-Tantany (Dhoul Qi’da 1418h) / al.baida

 

 

 

 

trait separation

ani07 [Shaykh Rabi' Ibn Hadi Al-Madkhali]  

ani07 La Science - Al-'Ilm

ani07 Les innovations religieuse - Al-Bida'a

Repost 0
14 mars 2010 7 14 /03 /mars /2010 03:08
Sahih El Boukhâri

sahih-1-1.jpg

TITRE III
 DE LA SCIENCE



CHAPITRE PREMIER.
- Des mérites de la science.
- De ces mots du Coran : "Dieu élèvera en degrés ceux d'entre vous qui ont cru ainsi que ceux qui ont reçu la science, car Dieu est instruit de ce que vous faites" (sourate LVIII, verset 12). - "Seigneur, fais-moi croître en science" (sourate XX, verset 113).


CHAPITRE X.
- Le science est antérieure à la parole et à l'action, d'après ces mots du Coran : "Sache qu'il n'y a d'autre divinité que Dieu" (sourate XLVII, verset 21). Or Dieu a commencé ici par la science (c'est-à-dire qu'il a débuté par le mot "Sache"). Les savants sont les héritiers des prophètes qui leur ont transmis la science en héritage. Celui qui a choisi la science a pris une large part, et celui qui s'engage dans une voie pour y acquérir la science, Dieu lui aplanira une voie jusqu'au Paradis.
 
Il est dit dans le Coran : "Ceux-là seuls craignent Dieu qui, parmi ses adorateurs, sont savants" (sourate XXXV, verset 25). --- "Et (nul) ne comprendra (ces choses) sinon les hommes instruits" (sourate XXIX, verset 42). --- Et ils disent : Si nous avions entendu ou si nous avions compris, nous ne serions pas voués au Brasier (éternel)" (sourate LXVII, verset 10). --- "Peut-on mettre sur le pied d'égalité ceux qui savent et ceux qui ne savent pas" (sourate XXXIX, verset 12).
Le Prophète a dit : "Celui à qui Dieu veut du bien, il lui fait acquérir la science dans la religion ; la science ne s'obtient que par l'étude."
 Abou-Dzarr a dit : "Si vous placiez un glaive tranchant sur ceci (et, ce disant, il montrait son cou) et que je puisse avoir le temps de transmettre une parole du Prophète entendue par moi, avant que ce glaive eût tranché ma tête, je la transmettrais."
Ibn-Abbâs a dit : "Soyez rebbâniyîn (sourate III, verset 73) veut dire : Soyez bienveillants, sages et instruits." Suivant El-Bokhâri, le rebbâni est celui qui enseigne les notions élémentaires aux hommes avant qu'on instruise ceux-ci dans la haute science.
 

CHAPITRE VIII.
- De celui qui prend place au dernier rang du groupe circulaire (pour écouter les leçons du maître les disciples forment une série de cercles concentriques et chaque disciple doit conserver la place qui lui a été assignée.) des assistants et de celui qui, apercevant une place libre dans ce cercle, va s'y asseoir.
1. D'après Abou-Wâqid-El-Leitsi : "Tandis que l'Envoyé de Dieu était assis, dans la mosquée, en compagnie des fidèles, trois hommes entrèrent. Deux d'entre eux s'avancèrent vers l'Envoyé de Dieu, le troisième se retira. Après être resté quelque temps à considérer le Prophète, l'un de ces deux hommes, ayant aperçu une place libre dans le cercle, alla s'y asseoir. Le second s'assit en arrière du cercle et quant au troisième il tourna le dos et se mit à s'éloigner. Quand l'Envoyé de Dieu eut terminé (son enseignement) il dit : "Voulez-vous que je vous instruise au sujet de ces trois individus ? Eh bien, l'un d'eux a cherché un refuge auprès de Dieu et Dieu le lui a accordé ; le second a eu honte de s'approcher et Dieu a usé du même procédé à son égard ; le troisième s'est détourné de Dieu et Dieu s'est détourné de lui."
 

CHAPITRE XXXIII. - De l'ardeur à l'enseignement (religieux).
1. Abou-Horaïra a dit : "Je dis un jour : "Ô Envoyé de Dieu, qui, parmi les hommes, sera le plus favorisé de ton intercession au jour du Jugement dernier ? --- J'avais pensé, répondit l'Envoyé de Dieu, que nul autre que toi, ô Abou-Horaïra, me poserait cette question avant toi ; car je sais ton ardeur pour l'enseignement religieux. L'homme qui sera le plus favorisé de mon intercession au jour de la Résurrection ce sera celui qui, dans la sincérité de son coeur --- ou de son âme --- aura prononcé ces paroles : "Il n'y a pas d'autre divinité que Dieu".
 

CHAPITRE XXII. - De l'excès de la science.
1. Ibn-'Omar a dit : "J'ai entendu l'Envoyé de Dieu ( salla lahou aleihi wa salam ) faire le récit suivant : "Tandis que je dormais on m'apporta (en songe) un bol de lait ; je bus jusqu'à ce qu'il me sembla sentir cette boisson s'écouler par mes ongles. Alors je remis à 'Omar-ben-El-Khattâb ce que je n'avais pu boire. --- Quelle interprétation donnes-tu de ceci, demanda-t-on à l'Envoyé de Dieu ? --- C'était la science, répondit-il".
 
 
CHAPITRE XX. - Du mérite de celui qui sait et qui enseigne.
1. Abou-Mousa rapporte que le Prophète ( salla lahou aleihi wa salam ) a dit : "L'orthodoxie et la science que Dieu m'a donné mission de répandre sont comparables à une pluie abondante qui arrose le sol. Là où il se trouve un terrain fertile l'eau est absorbée et les plantes, herbes et arbustes y poussent en grand nombre. Ailleurs, il est des endroits peu perméables qui retiennent les eaux. Dieu les fait servir aux hommes à boire, à abreuver les animaux et à cultiver. Enfin il existe une autre catégorie d'endroits où l'eau tombe, ce sont des terrains plats qui ne retiennent pas les eaux et où il ne pousse aucune herbe. De même il y a trois catégories d'hommes : 1° ceux qui sont instruits dans la religion de Dieu et à qui profitent les choses pour lesquelles Dieu m'a envoyé ; 2° ceux qui savent et qui enseignent ; 3° ceux qui ne daignent pas lever la tête et qui n'acceptent point la voie droite que Dieu m'a envoyé leur apporter."
D'après El-Bokhâri, Ishaq a donné la variante : "une autre catégorie dont le soleil de midi a bu l'eau" (au lieu de : "où l'eau est absorbée."
 

CHAPITRE XIII. - Celui à qui il veut du bien, Dieu lui fait acquérir la science dans la religion.
1. Mo'âwiya faisant le prône dit un jour : "J'ai entendu le Prophète ( salla lahou aleihi wa salam ) s'exprimer ainsi : "Celui à qui il veut du bien, Dieu lui fait acquérir la science dans la religion. Moi, je ne fais que répartir la science, c'est Dieu qui la donne. Ce peuple-ci ne cessera pas de se maintenir dans la loi de Dieu, sans que ses adversaires puissent lui nuire jusqu'au jour où viendra l'ordre de Dieu."
 

barretitre.jpg


Allah ^azza wa jall dit :
[Sourat Taha / 'ayah 114] ce qui signifie : "Et dis : Ô Seigneur, augmente ma connaissance".
Certes, l'apprentissage des choses de la religion est la plus éminente des œuvres par lesquelles l'esclave croyant de Allah se rapproche de l'agrément de Allah ^azza wa jall et c'est la meilleure des choses où soit passé le plus précieux des temps. Allah tabaraka wa ta^ala a élevé le degré des savants croyants qui œuvrent conformément à leur science. Allah ta^ala dit :
 
[Sourat Al-Moujadalah / 'ayah 11] ce qui signifie : "Allah élève en degré ceux d'entre vous qui ont cru et qui ont acquis la connaissance". Et Allah ta^ala dit :
 
[Sourat Az-Zoumar / 'ayah 9] ce qui signifie : "Dis : Sont-ils égaux ceux qui savent et ceux qui ne savent pas ?". C'est-à-dire qu'à l'évidence ils ne sont pas égaux.
 

Il et rapporté dans un Hadith de Abi Dardâ, qu’Allah soit Satisfait de lui, qui a dit : « A celui qui suit une route pour trouver une science, Allah lui aplanit une voie vers le Paradis, et les Anges étendent leurs ailes pour le chercheur de science, en satisfaction de ce qu’il fait. Tout ce qui se trouve dans les cieux et sur la terre, jusqu’aux poissons dans l’eau, demande pardon pour le savant.
 
La supériorité du savant sur l’adorateur, est comme la supériorité de la lune sur l’ensemble des astres nocturnes ; les savants sont les héritiers des Prophètes car les Prophètes ne laissent ni héritage ni dinar, ni dirham, cependant ils léguent la science, et celui qui la saisit, s’empare d’une portion abondante ».

 
dans un autre hadith, le Messager d'Allah ( salla lahou aleihi wa salam ) a dit: Celui qui prend une route a la recherche d'une science, Allah lui facilite une voie vers le Paradis. (Rapporté par moslem)
[rapporté par Al-Boukhariyy] ce qui signifie : "Est excellent parmi vous celui qui apprend le Qour'an et l'enseigne aux autres". Et il a dit ( salla lahou aleihi wa salam ) aussi :
ce qui signifie : "Le mérite du savant par rapport à celui qui s'occupe des adorations est comme mon mérite par rapport au moins valeureux d'entre vous". Puis le Messager d’Allah ( salla lahou aleihi wa salam ) a dit :
[rapporté par At-Tirmidhiyy] ce qui signifie : "Certes, Allah l'agrée, et Ses anges, les habitants des cieux et des terres, jusqu'à la fourmi dans sa tanière et aux poissons prient pour celui qui enseigne aux gens le bien". Le Prophète d’Allah ( salla lahou aleihi wa salam ) a dit en encourageant et en recommandant à apprendre la science et à l'enseigner aux gens :
[rapporté par At-Tirmidhiyy] ce qui signifie : "Que Allah accorde du bien à celui qui entend ma parole, l'a comprise puis l'a appliquée telle qu'il l'a entendue
 
[rapporté par Al-Bayhaqiyy] ce qui signifie : "Quérir la science de la religion est une obligation pour chaque musulman".
 
[rapporté par At-Tirmidhiyy] ce qui signifie : "Celui qui est sorti pour acquérir la science de la religion, celui-là est en train d'agir pour rechercher l'agrément de Allah jusqu'à ce qu'il revienne".
 
[rapporté par At-Tabaraniyy] ce qui signifie : "Ô gens, apprenez. certes, la science vient par l'apprentissage et la science de la religion par transmission orale. Celui pour qui Allah veut du bien, Il lui fait apprendre la science de la religion".
 

Le Prophète ( salla lahou aleihi wa salam ) a dit à Abou Dharr Al-Ghaffariyy, que Allah l'agrée, en lui recommandant d'apprendre la science de la religion :
[rapporté par Ibnou Majah] ce qui signifie : "Ô Abou Dharr, si tu te déplaces et apprends une 'ayah du Qour'an, tu seras plus récompensé que si tu pries cent rak^ah des prières surérogatoires ; et si tu te déplaces et apprends un chapitre de la connaissance, tu seras plus récompensé que si tu pries mille rak^ah des prières surérogatoires".




Repost 0
14 mars 2010 7 14 /03 /mars /2010 02:47
ShareIslam_Science_1024x768-copie-1.jpg

L’importance de commencer par les bases


Être ignorant n’a rien de honteux, mais ce qui devient une honte, c’est de se satisfaire de son ignorance et de ne rien faire pour y remédier, ou pire encore, de consoler son esprit en lui répétant que la science, ce n’était pas sa vocation. Pourtant, si l’individu a des capacités, il se doit de les exploiter et de les développer de la meilleure façon et par dessus tout de demander à Allah Le Très Haut de lui faciliter l’accès à cette lumière qui est la science.
 
« Et je n’ai pas vu chez les gens un défaut pareil
à celui de délaisser la perfection alors qu’ils en sont capables. »

Et comme pour toute chose, la science a des bases, et celui qui veut réellement se lancer dans cette mer qui est la science, se doit de les assimiler à la perfection. D’ailleurs, là est la différence entre celui qui avancera de manière fulgurante dans le domaine de la science et finira par savoir nager, et celui qui, pendant des années pataugera en ne faisant que du bruit et des éclaboussures : l’un aura commencé son itinéraire en assimilant les bases (al Oussoul) et l’autre non. De plus, le cheminement de la science n’est pas une question de jours ni de mois, c’est plutôt une existence entière qu’il faudra vouer à la science pour qu’enfin elle se donne en partie et que celui qui n’est pas averti sache désormais que la science ne s’obtient pas d’un seul bloc, comme ibn Chihab az-Zouhri –Qu’Allah lui fasse miséricorde- a dit :
 
« Celui qui désire la science en un bloc, la science s’en ira en un bloc ;
Mais plutôt la science se recherche jour après jour et nuit après nuit. »


source : al.baida




Repost 0
14 mars 2010 7 14 /03 /mars /2010 02:26

La science sur la voie des anciens

sunsets_45.jpg


Les paroles qui vont suivre nous permettrons d’entrevoir ce qui constituait la perle précieuse chez nos pieux prédécesseurs - qui était la science – nourriture spirituelle des cœurs et chemin qui mène au Paradis. Le Prophète (sallallahu ‘alayhi wa sallam) a dit : « Celui qui empreinte un chemin afin d’acquérir une science, Allâh lui facilitera le chemin qui mène au Paradis. » Rapporté par Muslim.


Wakî’ a dit : J’ai entendu de Soufyân ath-Thawrî : « Je ne connais pas une chose dans l’adoration qui soit meilleure que celui qui enseigne aux gens la science. »

Rabî Ibn Soulaymân a dit : J’ai entendu ach-Châfi’î dire : « La recherche de la science est meilleure que les prières surérogatoires. »

‘Abdullâh Ibn ‘Abbâs a dit : « J’ai entrepris de partir en quête de la science, ainsi je me rendais chez les Compagnons du Messager d’Allâh (sallallahu ‘alayhi wa sallam). Je me rendais parfois chez un homme pour suivre un hadîth qu’il a entendu du Messager d’Allâh (sallallahu ‘alayhi wa sallam), et je le trouvais en train de faire la sieste, je prenais mon manteau comme un coussin devant sa porte alors que le vent soufflait sur mon visage, et j’attendais jusqu’à ce qu’il sorte. Lorsqu’il sortait, il disait : « Qu’est-ce que tu fais là, Ô cousin du Messager d’Allâh ? » – Alors je lui disais : « J’ai suivi un hadîth que tu rapportes du Messager d’Allâh (sallallahu ‘alayhi wa sallam), et j’ai donc souhaité l’entendre de ta bouche. » Et l’homme de répondre : « Pourquoi n’as-tu pas envoyé quelqu’un afin que je vienne chez toi ? » - Je répondis : « C’est un devoir pour moi que de venir chez toi. »

Hassan al-Basrî a dit : « Ce bas monde en entier n’est que ténèbres en dehors de l’assise des savants. »

Ibn Djamîl a dit : J’ai interrogé ‘Amrou Ibn Ismail – qui est une des personnes parmi les gens du hadîth [Ahl ul-Hadîth] – « Quelle est la chose qui t’est le plus aimé, les fondements [de la religion] ou les livres de hadîth ? » – Il répondit : « Un seul livre de hadîth m’est plus aimé que passer la nuit en veille. »

Abî Hurra rapporte d’après al-Hassan [al-Basrî] qui a dit : « Le savant est meilleur que l’ascète dans ce bas monde, assidu dans l’adoration. »

Abû Dja’far Muhammed ibn ‘Alî Ibn Hussayn a dit : « Le savant est de par sa science plus utile et meilleur que sept cents adorateurs. »

Soufyân Ibn ‘Ounaynah rapporte que ‘Oumar Ibn ‘Abdel-‘Azîz a dit : « Quiconque agit sans science, causera plus de mal qu’il ne fera de bien. »

‘Abdullâh Ibn Mass’oûd (radhiallâhu ‘anhu) a dit : « Sois demain un savant ou un enseignant, mais ne sois pas entre les deux. »

Ibn Wahb a dit : « La sagesse et la science sont une lumière par laquelle Allâh guide qui Il veut, et ce n’est pas le fait [de connaître] beaucoup de questions. »

Ibn Chakhîr a dit : « Le bienfait de la science est meilleur que le bienfait des actes d’adoration, et le meilleur de votre religion est la crainte scrupuleuse [al-Wara’]. »

Ibn Wahb a dit : j’ai entendu Soufyân al-Thawrî dire : « Le bien dans ce bas monde est la bonne subsistance et la science, et le bien dans l’au-delà est le Paradis. »

Al-Hassan a dit : « Si un homme étudie une des portes de la science et l’applique, cela est meilleur que ce bas monde et ce qu’il contient. »

Certains sages ont dit : « Parmi les preuves du bienfait des savants, est que les gens aiment leur obéir. »

Abû Djuhayfa a dit : « Tiens compagnie aux grands, lie-toi d’amitié avec les savants et fréquente les sages. »

Abû Dardâ a dit : « Fait partie de l’intelligence de l’homme, ses déplacements entre les savants et ses entrées et sorties avec eux. »

Luqmân a dit à son fils : « Supporte celui qui t’est supérieur en science et celui qui t’est inférieur en science. Ne rejoint le rang des savants que celui qui a été patient avec eux, s’est attaché à eux et a appris de leur science doucement. »

Al-Hassan rapporte de Abû Dardâ qui a dit : « Sois un savant ou un enseignant, un amant (d’Allâh et Son Prophète) ou un suiveur (de la Sounnah), mais ne sois pas [de ceux qui forment] la cinquième catégorie sinon tu seras perdu. » - On lui dit alors : « Qui sont les gens de la cinquième catégorie ? » – Il dit : « Les innovateurs. »

Ibn ‘Abbâs
a dit : « Tous les savants mourront et les traces de la vérité disparaîtront progressivement, jusqu’à ce que le nombre des ignorants augmente. Certes, une fois les savants partis, ils œuvreront par ignorance, pratiqueront leur religion sans vérité et s’égareront du droit chemin. » [1]

Notes
[1] Quelques paroles tirées de l’ouvrage de référence « Djâmi’ou bayân al-‘Ilm wal-Fadhlihi » de l’Imâm Ibn Abder-Barr - vol.1



manhajulhaqq.com

 

 

 

 

trait separation

LasciencelesSavants-1

Repost 0
3 octobre 2009 6 03 /10 /octobre /2009 01:15

La science est ce qui est prioritaire. Il incombe à la personne d’apprendre ce qui lui permet d’ériger sa religion. Allâh – Ta’âla – dit (Traduction relative et rapprochée) :

 

« Sache donc qu’en vérité, il n’y a point de divinité à part Allâh,

et implore le pardon pour ton péché »
Coran, 47/19

 

Ainsi, on commence par la science, avant les paroles et avant les actes. C’est donc la science en priorité, ensuite les actes, et parmi cela le Djihâd. Cela jusqu’au point que le Djihâd de la personne soit basé sur la science et clairvoyance, et non pas sur l’ignorance et l’erreur.


Source : Madjmu’at Rassâ-îl Da’awiyyah wa Manhajiyyah

du SHeikh Sâlih al-Fawzân, p.104
manhajulhaqq.com

 

 

 

 

 

trait separation

ani07   Shaykh Salîh Al-Fawzân

ani07 La Science - Al-'Ilm

Repost 0
28 juillet 2009 2 28 /07 /juillet /2009 15:11
بِسْـــــــــــــــــــــمِ اﷲِارَّحْمَنِ ارَّحِيم


- La parole d’Allah :

أَمَّنْ هُوَ قَانِتٌ آنَاء اللَّيْلِ سَاجِدًا وَقَائِمًا يَحْذَرُ الْآخِرَةَ وَيَرْجُو رَحْمَةَ رَبِّهِ قُلْ هَلْ يَسْتَوِي الَّذِينَ يَعْلَمُونَ وَالَّذِينَ لَا يَعْلَمُونَ إِنَّمَا يَتَذَكَّرُ أُوْلُوا الْأَلْبَابِ

Traduction relative et approchée : ".. Dis : « Sont-ils égaux ceux qui savent et ceux qui ne savent pas ? » Seuls les doués d’intelligence se rappellent " S39 V 9 

Puis Allah a dit :

أَفَمَن يَعْلَمُ أَنَّمَا أُنزِلَ إِلَيْكَ مِن رَبِّكَ الْحَقُّ كَمَنْ هُوَ أَعْمَى إِنَّمَا يَتَذَكَّرُ أُوْلُواْ الأَلْبَابِ 

Traduction relative et approchée : "Celui qui sait que ce qui t’est révélé de la part de ton Seigneur est la vérité, est-il semblable à l’aveugle ? Seuls les gens doués d’intelligence réfléchissent bien." S13 V19. 

Ne sont pas égaux ceux-ci et ceux-là, n’est pas égal celui qui sait que ce qui a été révélé par Allah est la vérité, la guidée, le chemin du bonheur, et celui qui s’est aveuglé ce chemin et cette science. Il y a une immense distinction entre ces deux là. Une distinction, une différence entre celui qui a connu la vérité et qui s’est éclairé par Sa lumière et celui qui est aveuglé. Extrait de ‘Ilm wa Akhlaq Ahlihi du Cheikh ‘Abdel ‘Aziz ibn Baz, pages 6 et 7.

- Puis Allah a démontré que les gens de la science sont ceux qui Le craignent réellement et dans la perfection (ou dans la totalité « al Kamal »), bien que la crainte existe chez l’ensemble des croyants... D’ailleurs, Allah a dit :

وَمِنَ النَّاسِ وَالدَّوَابِّ وَالْأَنْعَامِ مُخْتَلِفٌ أَلْوَانُهُ كَذَلِكَ إِنَّمَا يَخْشَى اللَّهَ مِنْ عِبَادِهِ الْعُلَمَاء إِنَّ اللَّهَ عَزِيزٌ غَفُورٌ

Traduction relative et approchée : ".. Parmi Ses serviteurs, Seuls les savants craignent Allah.." S35 V28 
(c’est à dire qu’ils ont la crainte parfaite ). Extrait de ‘Ilm wa Akhlaq Ahlihi du Cheikh ‘Abdel ‘Aziz ibn Baz. page 8.

Ø Allah a ordonné à Son Prophète -prières et bénédiction d'Allah sur lui- de demander un surplus de science. Allah a dit :

فَتَعَالَى اللَّهُ الْمَلِكُ الْحَقُّ وَلَا تَعْجَلْ بِالْقُرْآنِ مِن قَبْلِ أَن يُقْضَى إِلَيْكَ وَحْيُهُ وَقُل رَّبِّ زِدْنِي عِلْمً

Traduction relative et approchée : "Ne te hâte pas de réciter le Coran avant que ne te soit achevée sa révélation. Et dis : « Ô mon Seigneur, accroît mes connaissances !" S20 V114 

Ø Allah-Le Très Haut- a informé qu’Il a élevé en degrés les gens de la science et de la foi. Il a dit :

إِلاَّ الَّذِينَ صَبَرُواْ وَعَمِلُواْ الصَّالِحَاتِ أُوْلَئِكَ لَهُم مَّغْفِرَةٌ وَأَجْرٌ كَبِيرٌ

Traduction relative et approchée : "..Allah élèvera en degrés ceux d’entre vous qui auront crû et ceux qui ont reçu le savoir..." S58 V11. 

C’est pour cela que l’on constate que les gens de science sont évoqués de façon élogieuse. Lorsque les gens parlent d’eux, ils les complimentent, les louent et ceci est l’élévation des savants dans la vie ici-bas, quant à la vie de l’au-delà, ils seront élevés en fonction de leur appel à Allah (Da’wa) et aussi en fonction de la pratique de leurs connaissances. Extrait de Kitab Al ‘Ilm de Cheikh Ibn Al ‘Outheymine, page 14.

- Allah a dit :

وَمَا كَانَ الْمُؤْمِنُونَ لِيَنفِرُواْ كَآفَّةً فَلَوْلاَ نَفَرَ مِن كُلِّ فِرْقَةٍ مِّنْهُمْ طَآئِفَةٌ لِّيَتَفَقَّهُواْ فِي الدِّينِ وَلِيُنذِرُواْ قَوْمَهُمْ إِذَا رَجَعُواْ إِلَيْهِمْ لَعَلَّهُمْ يَحْذَرُونَ 

Traduction relative et approchée : "Les croyants n’ont pas à quitter tous leurs foyers. Pourquoi de chaque clan quelques hommes ne viendraient-ils pas s’instruire dans la religion pour pouvoir à leur retour avertir leur peuple afin qu’ils soient sur leur garde ?" S9 V122 

Le sens de ce verset d’après les dires de la majorité des savants est le suivant : 

« Il ne convient pas aux croyants d’aller tous au combat. Plutôt, il faut qu’un groupe s’élance au combat et qu’un groupe reste pour s’instruire dans la religion. Lorsque le groupe qui s’était élancé au combat revient, alors ceux qui sont restés pour s’instruire enseignent à ce groupe ce qui a été révélé de la religion, le licite et l’illicite. » Extrait du livre El Bahr El Raiq Azzouhd wa Raqaiq d’Ahmed Farid, page 21.
Repost 0
Published by 會 Al-Haqq 會 - dans La science - al 'ilm
commenter cet article
28 juillet 2009 2 28 /07 /juillet /2009 15:11
بِسْـــــــــــــــــــــمِ اﷲِارَّحْمَنِ ارَّحِيم

Elle est bénéfique pour celui qui l’a apprise et la propage de son vivant, et après sa mort (par l’intermédiaire des livres, élèves et autres). Ce qui prouve cela est la parole du Messager d'Allah -prières et bénédiction d'Allah sur lui- qui dit : 

« Lorsque le fils d'Adam meurt, ses œuvres s'interrompent à l'exception de ces trois : 
· Une aumône continuelle 
Par exemple : Construction d'une mosquée, d'une école, ou encore le fait de creuser un puit ou même le fait de planter des arbres 
· Une science dont on tire profit C’est-à-dire : bénéfique. 
· Un enfant pieux qui invoque en sa faveur ». Rapporté par Mouslim.


La science n’a de récompense que le paradis.



Abou Houreïra (qu’Allah l’agrée) a dit : le Messager d’Allah -prières et bénédiction d'Allah sur lui- a dit :

« Celui qui emprunte un chemin pour chercher à apprendre, Allah lui en facilitera une voie au Paradis. » Rapporté par Mouslim.

Bien sûr les versets et les Hadiths concernant les mérites de la science et des savants sont nombreux, d'ailleurs plusieurs ouvrages ont été édités à ce sujet. 

Maintenant, laissons place aux Salafs Salihs (ancêtres pieux), quant à leurs mérites, leurs efforts et leur patience dans l'acquisition de la science :

Il est rapporté d'après Malek, d'après Yahya ben Sa'd, d'après Sa’id ben el Moussayeb :

« Je voyageais des jours et des nuits à la recherche d'un seul Hadith. » Voir Al Bidaya wa Nihaya de Ibn Kathir 9/10.

Ils allaient même confirmer ce qui leur parvenait en tant qu'information religieuse.
Il est rapporté que abou el ‘Aliya a dit : 

« Lorsque l'on entendait un rapportement d'après les compagnons du Messager d'Allah -prières et bénédiction d'Allah sur lui- alors que l'on se trouvait à Bassora (Irak),cela ne nous satisfaisait pas, jusqu'à ce que l'on prenne nos montures vers Médine et que l'on entende (l’information) directement de leurs bouches. » Voir El Kafiya fi ‘Ilm ar-Riwaya , page 403.
Repost 0
Published by 會 Al-Haqq 會 - dans La science - al 'ilm
commenter cet article
28 juillet 2009 2 28 /07 /juillet /2009 15:10
بِسْـــــــــــــــــــــمِ اﷲِارَّحْمَنِ ارَّحِيم

- Les dires du Prophète -prières et bénédiction d'Allah sur lui- :

« Celui à qui Allah veut du bien, il lui fait comprendre la religion (c’est-à-dire: la science) ». Rapporté par Boukhari et Mouslim.

Ce Hadith signifie que celui à qui Allah veut du bien, Il lui fait apprendre (saisir) la religion (la science).On comprend donc que celui à qui Allah ne veut pas de bien, Il ne lui fait pas saisir la religion. 


- L'imam Ahmed (Qu’Allah lui fasse miséricorde) a dit : 

« Les gens ont besoin de la science plus que la nécessité de s'alimenter, car la nourriture et la boisson, ils en ont besoin une à deux fois dans la journée, quant à la science, ils en ont besoin autant de fois qu’ils respirent (c’est-à-dire : à chaque instant) ». Voir Bahr raiq el zouhd wa raqaiq de Cheikh Ahmad Farid, page 22. 


- Le Prophète -prières et bénédiction d'Allah sur lui- a dit aussi :

« Ce bas-monde est maudit Sens de « maudit » : détestable, méprisable, sans valeur, vil. Voir l’explication de Riyad Assalihine de Salim Al Hilali, vol 1, page 542.] et ce qu'il contient est maudit 
sauf le rappel d'Allah et ce qui s'ensuit Le sens voulu est l’obéissance d’Allah. Voir Bahr raiq el zouhd wa raqaiq de Cheikh Ahmad Farid, vol 2, page 468.
de même qu'un savant ou un étudiant. » Rapporté par Tirmidhi, par Bayhaqi dans Chou’ab el Imane , par Ibn Maja, par Ibn Abi A’cim dans El Zouhd , par Baghawi dans Charh Assunah.


- Ce qui appuie l’immense mérite des savants et leurs supériorités sur les autres créatures sont les dires du Messager d'Allah -prières et bénédiction d'Allah sur lui- où il est cité :

« Le mérite (supériorité) du savant par rapport à l'adorateur est comme ma supériorité par rapport au moindre d'entre vous ». 

Ensuite le Messager d'Allah -prières et bénédiction d'Allah sur lui- a dit :

« Allah et Ses anges ainsi que les habitants des cieux et de la terre jusqu'à même la fourmi dans son trou et le poisson prient (invoquent) pour ceux qui enseignent le bien aux gens ». Rapporté par Tirmidhi. Sa chaîne est considérée comme bonne.

Ceci devrait suffire pour celui qui se comporte mal avec les savants et en fait un sujet de critiques (à moins que leur raison ne dépasse pas celle d'une fourmi ou d'un poisson...) Qu'Allah nous guide et fasse miséricorde à nos savants. Commentaire de abou Hajar
Repost 0
Published by 會 Al-Haqq 會 - dans La science - al 'ilm
commenter cet article