Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

facebookalhaqq-3-2-1

Rechercher

15 juin 2012 5 15 /06 /juin /2012 09:50

Shaykh-Ramzan-Al-Hajiri.jpg

 

Cheikh Muhammad Ramzān Al-Hājirī
 
 
 

Sa Lignée :
 
Il s'agit de Cheikh Muhammad ibn Ramzān Āl Tāmī Al-Hājirī – hafidhahullāh. Le cheikh habite à Jubayl, dans la province orientale de l'Arabie Saoudite.
 
 
Son Éducation :
 
Cheikh Muhammad ibn Ramzān Al-Hājiri a un diplôme de master en Jurisprudence Islamique (Fiqh) de l'Université de l'Imām Muhammad ibn Sa’ūd en Arabie Saoudite. Le cheikh a étudié auprès de beaucoup de grands savants de Ahl as-Sunnah wal-Jamā’ah, et ses professeurs et cheikhs comprennent :
 
○ Cheikh ‘Abdul-‘Azīz ibn ‘Abdillāh ibn Bāz (pendant 12 ans)
○ Cheikh Muhammad ibn Sālih Al-‘Uthaymīn
○ Cheikh Muhammad ibn Amān Al-Jāmi
○ Cheikh Rabī’ ibn Hādī Al-Madkhali
○ Cheikh Sālih Al-Atram
○ Cheikh Hammād Al-Ansāri
 
Et bien d'autres. J'ai (Abu Afnān) une fois demandé au cheikh quels étaient ses chuyūkh et il a répondu qu'il y en avait plus de deux cent. Cheikh Muhammad a reçu la visite de nombreux savants, comme :
 
○ Cheikh Muhammad Nāsiruddīn Al-Albāni
○ Cheikh Muhammad Amān Al-Jāmi
○ Cheikh Sālih ibn Sa’d as-Suhaymi
○ Cheikh Muhammad bin Hādī al-Madkhali
○ Cheikh 'Āyid ach-Chimmarri
○ Cheikh ‘Ubayd ibn ‘Abdillāh Al-Jābiri
○ Cheikh Wasiyullāh ‘Abbās Al-Hindi
○ Cheikh Falāh ibn Ismā’īl Al-Mandakār
 
En raison de l'humilité du cheikh, il n'est pas facile de le faire parler de lui, comme il conseille tout le temps à ses élèves de « prendre la science des Kibār (grands savants) ».
 
 
Ses Cours :
 
Pendant de nombreuses années, Cheikh Muhammad a délivré en continue des cours, dans lesquels les livres suivants ont été/sont enseignés :
 
'Umdat Al-Ahkām (Hadith/Fiqh)
○ Les Quarante Hadīths d'An-Nawawi (Hadith)
○ Al-Qawaid Al-Arba'a (‘Aqīdah)
Al-Usūl Ath-Thalatha (Aqidah)
○ Le Livre du Tawhīd (Aqidah)
Kachf Ach-Chubuhāt (Aqidah)
○ Les Six Principes (Usūl As-Sitta) (Aqīdah)
(Aqīdah) Al-Wāsitiyah
(Aqīdah) At-Tahāwiyah
Lam’at Al-I’tiqād (Aqīdah)
Charh As-Sunnah de l'Imam Al-Barbaharī (Aqīdah)
Al-Ibanah As-Sughra (Aqidah)
Masail Al-Jāhiliyah (Aqidah)
Fadhl Al-Islam (Aqidah)
Mukhtasar Zād Al-Ma’ad de l'Imam Muhammad Ibn Abdil-Wahhāb (Fiqh)
Ar-Rahabiyah (Fara'id-héritage)
Al-Waraqāt (Usūl al-Fiqh)
Al-Bayquniyah (Mustalah al-hadith)
Kitab Ibadāt min Manhaj Al-Salikīn (Fiqh)
Al-Mulakhas Al-Fiqhi de Cheikh Salih Al-Fawzan
○ Leçons Importantes Pour Toute la Ummah de Cheikh Ibn Bāz
Al-Usūl Fi ‘Ilm Al-Usūl de Cheikh Ibn ‘Uthaymīn (Usūl al-Fiqh)
○ Des parties du Livre Rawdat An-Nādhir (Usūl al-Fiqh)
 
 
Son Programme en ce Moment
 
Le programme de Cheikh Muhammad est rempli de cours profitables :
 
Le Samedi : Le Cheikh enseigne Ma'ārij Al-Qabūl d'Al-Hāfidh Al-Hakamī et Tafsīr Ibn Kathīr au Masjid ‘Utbah ibn Ghazwān de Dammām.
 
Le Dimanche : Le Cheikh enseigne Charh Rasā'il de l'Imām Muhammad ibn ‘Abdil-Wahhāb (et maintenant Kitāb At-Tawhīd) à Jāmi’ ‘Umar ibn ‘Abdil-‘Azīz à Jubayl.
 
Le Lundi : Le Cheikh enseigne en ce moment Muqaddimah ar-Risālah d'Ibn Abī Zayd Al-Qayrawānī. Il a fini les 40 An-Nawawiya, Kitab At-Tawhīd, Charh As-Sunna, et Fadl Islam. Ces cours sont traduits en anglais. Ils se déroulent chez le Cheikh à Jubayl.
 
Le Jeudi : Le Cheikh enseigne cinq livres après le Fajr jusqu'à grosso modo 10 heures, au Masjid Suraqah ibn Mālik de Jubayl. Les livres enseignés sont : Tafsir Ibn Kathīr, Bulugh Al-Maram (Fiqh et Hadith), Ach-Charī’ah de l'Imam Al-Ājūrrī (‘Aqīdah), Umdat Al-Fiqh (de l'Imam Al-Maqdisi) (Fiqh), Zād Al-Ma’ad (Fiqh et Sīrah).
 
En outre : Le Cheikh donne des cours hebdomadaires à Khafji et Nair'iyyah et des cours mensuels à Qaysūma et Al-Ahsā. Dans le passé, le Cheikh a voyagé au Maroc, en Turquie, en Europe, en Inde, au Bangladesh, au Sri Lanka, à Oman, aux Émirats, et à d'autres endroits dans le monde pour la da’wah et donner des cours aux gens. En décembre 2010, le cheikh s'est rendu au Maroc avec Cheikh Sālih as-Suhaymī pour participer au séminaire (dawra) intitulé : « Dawrah Imām Mālik ibn Anas – Rahimahullāh », où il a enseigné le Muwatta de l'Imām Mālik et la Risālah de Ibn Abī Zayd entre autres conférences bénéfiques. Lors de certains voyages, le cheikh a été accompagné des gens comme Cheikh Wasiyullāh Al-‘Abbās. J'ai (Abu Afnān) personnellement vu une lettre envoyée par Cheikh Wasiyullāh Al-‘Abbās dans laquelle il donne à Cheikh Muhammad une 'ijāza en Sahih Al-Bukhari dont Cheikh Muhammad avait lu des sections à Cheikh Wasiyullāh, dont une partie en avion, ce qui montre le dévouement du cheikh pour la recherche et la propagation de la science.
 
 
Parole de Cheikh Ahmad An-Najmi pour Cheikh Muhammad
 
Cheikh Ahmad an-Najmi, qu'Allah lui fasse miséricorde, fut questionné à propos de Cheikh Muhammad. Ci-dessous, la transcription traduite de la conversation :
 
Q : Ô notre Cheikh, on veut savoir ce que vous savez des prédicateurs suivants [c-à-d. lesquels prêchent la da’wah Salafi] : Cheikh Abdur-Rahmān Muhiyuddin. Le connaissez-vous ô Cheikh ?
R : Qui ?
Q : Cheikh ‘Abdur-Rahmān Muhiyuddin
R : Non.
Q : Muhammad Ibn ‘Abdil-Wahhāb al-‘Aqīl ?
R : Muhammad Ibn Abdil-Wahhāb al-Aqīl est bien connu, il fait partie d'Ahl as-Sunnah inchā Allāh.
Q : Cheikh ‘Abd us-Salām as-Suhaymi ?
R : ah, ah
Q : Cheikh Abd us-Salām as-Suhaymi ?
R : Abdus-Salām as-Suhaymi, il est bien connu, il est d'Ahl as-Sunnah inchā Allāh.
Q : Cheikh ‘Ali Ibn Ghazi at-Tuwayjiri ?
R : Je ne le connais pas.
Q : Cheikh Muhammad Ibn Ramzān Al-Hājiri ?
R : Il est parmi les têtes d'Ahl as-Sunnah.
Q : Jazakum Allāhu khayran.
 
 
 
Source : Extrait de www.AhlusSunnahAudio.com, le site anglais du cheikh.
Auteur : Biographie écrite à l'origine par Naif Al-Mutayri, traduite en anglais par Abu Hamza Al-Hindi, à laquelle Abu Afnān ajouta des notes, et qui fut retouchée finalement par Akram An-Najdi as-Saylāni.

albasyrah.over-blog.com


   


trait separation

ani07 [Shaykh Ramzân Al-Hajiri]  

mini puces2 Les Savants - Al-'Ûlama

Repost 0
23 avril 2012 1 23 /04 /avril /2012 00:09

Shaykh-Rabi-.jpg

7star3aSon Nom et Origine 

   
Il est Al-'Alama, le Muhadith, shaykh Rabi' Ibn Hadi Ibn Muhammad 'Umair Al-Madkhali de la tribu de Mudakhala, une tribu bien connue dans la région de Jazan dans la partie sud du Royaume d'Arabie Saoudite. C'est une des tribus de Banû Shabil. Shabil était Ibn Yashjab Ibn Qahtan.


7star3aSa Naissance    


Il est né dans le village de Jaradiya, qui est un petit village à l'ouest de la ville de Samita, distant de trois kilomètres. Maintenant, le village est relié à cette ville. Il est né en l’an 1351, dans la dernière partie de l'année. Son père est décédé un an et demi après sa naissance, donc il a été élevé et éduqué dans la maison de sa mère, qu’Allah lui fasse miséricorde. Elle l'a surveillé et a pris en charge de l’élever de la meilleure façon possible et elle lui a appris de bonnes manières, comme l'honnêteté, la fiabilité et à être motivé dans l’accomplissement des prières. Elle l’envoyait prier, sous la surveillance de son oncle paternel.


7star3aSon Education  

 
Quand le shaykh a atteint l'âge de huit ans, il a rejoint les cercles d'étude du village. Là, il a appris l'écriture appropriée et la récitation (du Qur'an). Parmi ceux qui lui ont appris l'écriture, shaykh Shaiban Al-'Arishi et Al-Qadi Ahmad Ibn Muhammad Jabir Al-Madkhali. Il a aussi appris avec une troisième personne, appelé Muhammad Ibn Hussain Makki de la ville de Sibya'. Il a étudié le Qur'an avec shaykh Muhammad Ibn Muhammad Jabir Al-Madkhali, ainsi que le Tawhid et le Tajwid.
 
Ensuite il a étudié à l'école Salafi de Samita. Parmi les enseignants avec qui il a étudié dans cette école, était le savant, shaykh Nasir Khalufa At-Tiyash Mubaraki (rahimahullah) qui était un savant célèbre parmi les étudiants principaux de shaykh Al-Qar'awi (rahimahullah). Il a étudié les livres Bulugh Al-Maram et Nuzhat-un-Nadhr d’Al-Hafidh Ibn Hajr avec lui.
 
Puis il a rejoint l'institut éducatif de Samita, et là, il a étudié avec un certain nombre de nobles Mashayikh, le plus célèbre, et celui dont on parle le plus étant shaykh Hafidh Ibn Ahmad Al-Hakami - le grand savant bien connu (rahimahullah) et son frère, shaykh Muhammad Ibn Ahmad Al-Hakami. Il a aussi étudié avec le grand savant, le Muhadith, Ahmad Ibn Yahya Najmi, qu’Allah le préserve et Al-'Alama, shaykh Muhammad Aman Ibn 'Ali Al-Jami (rahimahullah). Il a aussi étudié avec le Faqih, shaykh Muhammad Saghir Khamisi le livre Zad Al-Mustaqni' en ce qui concerne le Fiqh. Et beaucoup d'autres avec qui le shaykh a étudié la langue arabe, la Littérature, l’éloquence (Balagha), etc.
 
En l’an 1380, le shaykh a terminé ses études à l'institut éducatif de Samita. Au début de l'année 1381, il a rejoint la Faculté de Shari'a de Riyadh et y reste un ou deux mois. Alors l'Université Islamique de Médine s'est ouverte, il s'est donc déplacé à Médine et a rejoint la Faculté de Shari’a de l'Université Islamique. Il a étudié là-bas quatre ans et a obtenu un diplôme en 1384 avec la mention Mumtaz (Excellent).


7star3aLes enseignants avec lesquels le shaykh a étudié à l'Université Islamique  

 
Al-'Alama, ancien Grand Mufti du Royaume d’Arabie Saoudite, shaykh ‘Abdul-'Aziz  Ibn 'Abdillah Ibn Baz (rahimahullah) avec qui il a étudié Al-'Aqida At-Tahawiya.
 
Al-'Alama, le Muhadith, shaykh Muhammad Nasir-ud-Din Al-Albani (rahimahullah) avec qui il a étudié le Hadith et ses chaînes de transmission.
 
Al-'Alama, shaykh Abdul-Muhsin Al-'Abad, avec qui il a étudié le Fiqh pendant trois ans, avec le livre Bidayat-ul-Mujtahid.
 
Al-‘Alama, Al-Hafidh et Mufassir, shaykh Muhammad Al-Amin As-Shanqiti, auteur du livre Adwa-ul-Bayan, avec qui il a étudié le Tafsir et les principes du Fiqh pendant quatre ans.
 
Shaykh Salih Al-'Iraqi, avec qui il a étudié Al-'Aqida (le Credo).
 
Al-Muhaddith, shaykh  'Abdul-Ghaffar Hassan Al-Hindi, avec qui il a étudié la Science du Hadith et ses termes.
 
Après avoir terminé ses études à l'Université Islamique de Médine, il a travaillé un moment comme enseignant dans un des instituts de l'Université Islamique. Puis il a rejoint le Département des Hautes Etudes de l'Université Umm Al-Qurra, où il a continué ses études, obtenant son Magistère dans le sujet du Hadith en 1397, en achevant sa dissertation, bien connue "Entre les deux imams, Muslim et Ad-Daraqutni."
 
Puis en l'an 1400, il a obtenu son Doctorat d'Umm Al-Qurra, avec la mention Mumtaz (Excellent). Grâce à sa vérification du livre "Nukat 'ala Kitab Ibn As-Salah" d'Al-Hafidh Ibn Hajr (rahimahullah).
 
 Après cela, il est retourné travailler comme enseignant à l'Université Islamique (de Médine) à la Faculté du Hadith, où il enseignait le Hadith et ses Sciences. Il est devenu plusieurs fois chef du Département de la Sunna dans le Département des Hautes Etudes. Actuellement, il occupe une chaire permanente de professeur.


7star3aSes Attributs et Caractéristiques    


Le shaykh, qu’Allah le préserve, se distingue par son humilité devant ses frères (musulmans), étudiants, les personnes qui posent des questions et les visiteurs. Il est humble en ce qui concerne son domicile, ses vêtements et ses moyens de transport - n'aimant pas le luxe dans toutes ces choses. Il est aussi toujours joyeux et a une mine gaie. Il ne fatigue pas ses étudiants par trop de discours. Et ses assises sont toujours remplies de lectures de Hadith, de la Sunna et d’avertissements contre l'innovation et ses gens, si bien qu'une personne qui ne le connaît pas bien ou se mélange avec lui, pourrait penser que le shaykh ne se préoccupe que de cela ! Il aime les étudiants en science Salafi, il est poli avec eux et les traite gentiment. Et il s'efforce de les aider tant qu'il le peut, physiquement et financièrement. Sa maison est toujours ouverte aux étudiants en science, si bien qu’il n’y a  pas un jour où il prend son petit déjeuner ou déjeuner ou le dîner seul. Et il s’enquiert  de ses étudiants, les aide et partage avec eux.
 
Il est parmi les prêcheurs persistants et enthousiastes au Qur'an, à la Sunna et au credo des Salaf. Nombreux à cette époque sont ceux qui ne peuvent égaler sa grande ardeur et sa passion pour la Sunna et le credo des Salaf. Et à notre époque, il est de ceux qui défendent cette méthodologie des Salaf As-Salih, jour et nuit, en secret et ouvertement, sans laisser les accusations et critiques qu’on lui porte le censurer, pour l’amour d’Allah.


7star3aSes Livres    


Ses livres sont nombreux, la louange est à Allah. Le shaykh a écrit sur beaucoup de sujets importants et nécessaires, particulièrement celui de la réfutation des gens de l'innovation et des passions en ces temps où les redresseurs sont peu et les fauteurs de troubles nombreux. Parmi ses livres :
 
1."Entre les deux imams, Muslim et Ad-Daraqutni" - c'est un grand volume, qui était sa dissertation de Magistère
 
2."Nukat 'ala Kitab Ibn As-Salah" - imprimé en deux volumes et qui était sa dissertation de Doctorat.
 
3.Une vérification du livre "Al-Madkhal Ila As-Sahih" d'Al-Hakim - le premier volume de ce livre a été imprimé.
 
4.Une vérification  du livre "At-Tawassul wal-Wasila" d'Ibn Taimiya – en un volume.
 
5."La Méthodologie des Prophètes dans Appel à Allah"
 
6."Méthodologie d'Ahl-us-Sunna wal-Jama'a dans la Critique des Hommes, Livres et Groupes"
 
7."La Catégorisation du Hadith Sahih, Hassan et Da'if entre la réalité des Muhadithin et la falsification des disciples Aveugles" - une Réfutation de 'Abdul-Fattah Abu Ghuda et Muhammad 'Awama
 
8."Exposition des positions d’Al-Ghazali envers la Sunna et ses gens"
 
9."Prévention de l'Agression des Mécréants et Jugement concernant la recherche de l’Aide des Non-musulmans"
 
10."Le Statut d'Ahlul-Hadith"
 
11."La Méthodologie employée par l’imam Muslim dans la classification de son Sahih"
 
12."Ahlul-Hadith est le Groupe Victorieux et Sauvé" - une Discussion avec Salman Al-'Awda
 
13."Un Traité sur le Hadith Prophétique"
 
14."Répandre la Lumière Islamique sur le Credo et l’Idéologie de Sayid Qutub"
 
15."Les Abus de Sayid Qutub contre les Compagnons du Messager d'Allah"
 
16." Protection contre les Dangers qui sont trouvés dans les Livres de Sayid Qutub"
 
17."La Frontière Décisive entre la Vérité et le Mensonge" - Discussion avec Bakr Abu Zayd
 
18."Majazafat Al-Hidad"
 
19."La Preuve Claire concernant la Protection de la Sunna"
 
20."Un Groupe (Jama'ah) pas plusieurs Groupes (Jamaa'at) et Un Chemin pas Plusieurs "- Discussion avec 'Abdur-Rahman' Abdul-Khaliq
 
21."An-Nasr-ul-'Aziz ' ala Ar-Radd-il-Wajiz"
 
22."La Forme Condamnée de Fanatisme et ses (mauvais) Effets"
 
23."Clarification de la corruption de la norme pour mesurer" - débat avec un hizbi qui se cache
 
24."Avertissement contre les Mensonges dans Tawdih Al-Malibari"
 
25."Réfutation des Mensonges de Musa Ad-Duwaish "
 
26."Destrucyion des Mensonges de 'Abdul-Latif Bashmil"
 
27."Attaque de Météores Salafi Flambants contre les campements Khalafi de 'Adnan"
 
28."Le Conseil est une Responsabilité Collective dans la Da'wa" - imprimé dans le magazine "At-Taw'iyh Al-Islamiya"
 
29."Le Qur'an et la Sunna - leurs effets, leur statut et le besoin d'eux dans l’établissement de l'éducation de nos écoles"
 
30."Jugement de l’islam concernant celui qui insulte le Messager d'Allah ou critique quelque partie de Son Message" - article paru dans le journal koweïtien Al-Qabs (n° 8576) 9/5/1977.
 
Le shaykh a d'autres livres que nous n'avons pas mentionné ici. Nous demandons à Allah de l'aider dans l'achèvement du bien et de lui accorder la capacité de faire ce qu’Il aime et agrée. Certes, Allah est Celui qui en a la puissance et est Capable de le faire.


Source : rabee.net

8k233lbj

7star3aQuelques Points sur sa Vie …

Cheikh Rabi’ Ibn Hadi Al Madkhali Al Qahtani, est l’un des savants de Médine. 

Il était à la tête du département des hautes études concernant la Sounnah prophétique (Hadith) à l’université islamique de Médine. 

Il est né en l’an 1351 de l’Hégire. 

Parmi ses professeurs, on compte d’éminents savants tels que Cheikh ‘Abdel ‘Aziz Ibn Baz, Cheikh Hafidh Al Hakami, Cheikh Mouhammad al Amin Achinqiti, Cheikh Mouhammad Naçiroudine Al Albani, Cheikh ‘Abdel Mouhsin al ‘Abbad, Cheikh ‘Abdel Ghaffar Hassan al Hindi, et de nombreux autres…

Spécialisé dans la science des hommes (‘ilm ar-Rijal), Cheikh Rabi’ connaît les savants ainsi que les prêcheurs, passés et contemporains, dont la Da’wa a eu un impact chez les étudiants ainsi que chez la masse des musulmans. Il fait l’éloge des plus droits d’entre eux et critique ceux dont la croyance et le chemin divergent du chemin et de la croyance authentique. Sa critique ferme et efficace fait de lui un défenseur du Minhaj as Salafi. Il a déclaré la guerre, par sa parole et par sa plume, aux innovateurs ainsi qu’à tous les prêcheurs qui diffusent des idées qui ne sont basées ni sur le Coran, ni sur la Sounnah authentique, ni sur les dires des Ancêtres Pieux (Salafs) et de ceux qui les ont suivis sur ce chemin.


Malheureusement, ce travail considérable ne fait pas plaisir à tout le monde, et comme tous les savants dénonciateurs, il est l’objet de nombreuses critiques non fondées, contrairement à sa critique qui, elle, est appuyée par des faits véridiques et une science fondée sur des bases solides.


Ainsi Cheikh Mouhammad Ibn ‘Abdel Wahhab a dit :    
« Les seuls à pouvoir reconnaître les gens du mérite ne sont que les gens du mérite eux-mêmes (c’est-à-dire les gens de science) ». 

S’il est vrai que beaucoup se permettent d’émettre des jugements de valeur ou non, concernant les savants et les prêcheurs à l’Islam, il n’en reste pas moins que seuls les savants reconnus comme tels sont capables d’une telle tâche vue la responsabilité qu’elle incombe.
 

7star3aCe que disent les savants contemporains de lui …

 1. CHEIKH ‘ABDEL ‘AZIZ IBN BAZ  qualifie Cheikh Rabi’ comme : 
- Faisant partie de l’élite des gens de la Sounnah
- Possédant la science, le mérite, la bonne et pieuse croyance et qu’il n’y a aucun doute en cela.
- Tout comme il lui recommande la persévérance dans la Da’wa (prêche à l’Islam), la réplique («ar-Rad ») et  la patience que cela exige. Soulignons que ce terme «Rad » désigne la réplique, la réponse, certes, mais le terme en français dénote une connotation péjorative alors que le «Rad » a pour but d’extraire et de repousser les erreurs et les ambiguïtés, tout comme une piqûre douloureuse servirait à chasser un virus mortel. 
- Il a également recommander aux Talib al ‘ilm (ceux qui recherchent la science) de tirer profit des livres de Cheikh Rabi’.

2. CHEIKH MOUHAMMAD NACIROUDINE AL ALBANi  le qualifie comme :  
- Faisant partie des prêcheurs du Coran, de la Sounnah et de la voie des Salafs Salihs (Pieux Prédécesseurs).
- Faisant partie de ceux qui combattent (par l’écriture et la parole) ceux qui s’opposent au chemin des Salafs Salihs, le comparant ainsi à l’étendard.
- L’auteur de livres dans lesquels ne se rappelle pas avoir vu une erreur, ni une déviation de la voie.
-  Étant un homme très bien instruit.   
Cheikh al Albani a loué et a complimenté Cheikh Rabi’, et a qualifié celui qui critique ou sanctionne la voie entreprise par ce dernier comme suit : « Ceci ne peut provenir que d’un ignorant qu’il faut instruire, ou d’un homme qui suit sa passion, contre le mal duquel il faut demander protection à Allah ; et nous demandons à Allah de le guider ou de lui briser le dos ».

3. CHEIKH MOUHAMMAD IBN SALIH AL ‘OUTHEIMINE  fut interrogé au sujet de Cheikh Rabi’ comme suit : « Il est dit que la voie entreprise par Cheikh Rabi’ diverge de celle de «Ahl as-Sounnah wal Jama’a » (les gens de la Sounnah et du groupe), qu’en pensez-vous ? »  
Cheikh ‘Outheimine répondit : « Je ne lui connais pas de divergence en cela. Cheikh Rabi’ a été loué et complimenté par nos savants contemporains et moi je ne lui reconnais que du bien ».
Et il ajouta : « Cette question n’a pas besoin de ma parole comme a été questionné l’Imam Ahmad sur Ishaq ibnou Rahawiya -qu’Allah lui fasse Miséricorde- qui répondit : C’est moi que vous questionnez sur Ishaq ! Mais c’est Ishaq qu’il faut questionner sur moi…».

 4. CHEIKH SALIH IBN FAWZAN AL FAWZAN qualifie Cheikh Rabi’ comme : 
- Faisant partie des savants illustres
- Ayant beaucoup de mérite dans la Da’wa
- Ayant les moyens pour cette Da’wa ( c’est-à-dire la science)
- Ayant les moyens pour répliquer à ceux qui veulent (directement ou indirectement) s’écarter de l’objectif réel de la Da’wa
- Ayant l’expérience en la matière
- Ayant la faculté de distinguer le bon du faux 
Cheikh Al Fawzan recommande de propager les cassettes de Cheikh Rabi’ et de profiter de ses cours car ils sont bénéfiques pour tous les musulmans.

 

« Ô mes frères ! Si vraiment vous respectez la voie des Salafs,
alors propagez leurs écrits, leurs paroles […] »
Cheikh Rabi’ ibn Hadi al Madkhali.

 

Extrait du magazine «As Salafiya » n°2 (1417 de l’Hégire) Traduit par Abou Idriss As Salafi Al Maghribi
(Revu et corrigé par Oummou Yassir)

al.baida.online.fr

 



barretitre.jpg

ani07   

mini puces2 Les Savants - Al-'Ûlama

Repost 0
11 avril 2012 3 11 /04 /avril /2012 00:25

shaykh-Ar-Rajihi.jpg

Biographie de shaykh Ar-Rajihi ‎(حفظه الله)



بسم الله الرحمن الرحيم
الحمد لله رب العالمين والصلاة والسلام على أشرف الأنبياء والمرسلين وعلى آله وصحبه أجمعين
أما بعد : السلام عليكم ورحمة الله وبركاته



 

Son nom est : 'Abd Al 'Aziz Ibn 'Abd ALLah Ibn 'Abd Ar-Rahmân Ar-Rajihi.

Il est né dans la ville de Al Bakiriyah, située dans la région de Al Qassim (Arabie Saoudite), en l'an 1360 Hijri (1941 de l'ère chrétienne). Il grandit à Al Bakiriyah, où il étudia auprès des savants de la ville, apprit le Qûr'ân et assimila les préceptes de base.

Le Shaykh grandit dans une famille pieuse, puis il se rendit dans la ville de Ryadh, où il intégra l'Université Islamique Mûhammâd Ibn Sa'ûd, dans le cursus de Shari'ah. Après y avoir obtenu son diplôme, il intégra le cursus de Ûssûl Ad-Din (Fondements de la Religion), dans le Département de 'Aqidah (Dogme) et des Ecoles de Fiqh Contemporaines, où il y dispensa des cours. Le Shaykh participe encore aujourd'hui à l'enseignement dans ce département en tant que professeur.

Le Shaykh (qu'ALLAH le préserve) fut l'élève d'un grand nombre de Mashaykh de Al Bakiriyah, mais également de nombreux Grands Savants de la ville de Ryadh. Parmi eux :

- Son Excellence le Shaykh 'Abd Al 'Aziz Ibn Baz, qu'il suivit depuis son arrivée à Ryadh, puis lors de son séjour à Médine, et ce jusqu'à sa mort (رحمه الله). Il fut très marqué par son caractère, sa façon d'appréhender les textes et d'expliquer les livres des gens de science.

- Son Excellence le Shaykh 'Abd ALLAH Ibn Hûmayd, Président du Haut Conseil de la Justice (رحمه الله تعالى).

Le Shaykh a également fait état de contributions scientifiques en participant à la rédaction d'ouvrages, mais aussi en supervisant certains livres et en validant des thèses de Magistère et de Doctorat dans le Département de 'Aqidah et des Ecoles de Fiqh Contemporaines. Parmi elles, on compte la correction et la révision du livre de Shaykh Al Islam Ibn Taymiyyah ‎(رحمه الله), intitulé "Bayan Talbiss Al Jahmiyyah", qui sera prochainement publié in sha ALLAH, ainsi que la correction et la révision des vers poétiques de Ibn Al Qayyim ‎(رحمه الله), intitulés : "Al Kafiyah Ash-Shafiyah".

Le Shaykh (qu'ALLAH le préserve) donne également des cours dans des domaines très variés, et ce à 7 moments différents de la semaine :

- Le dimanche, le lundi, le mercredi et le jeudi, après Salat Al Fajr, dans la mosquée "Al Amir Sultan", à Ar-Rabwah.

- Le dimanche et le lundi, après Salat Al Maghrib, dans la nouvelle mosquée "Ar-Rajihi".

- S'ajoutent à cela les cours retransmis à la radio et enregistrés dans son bureau, à Ar-Rabwah, le vendredi.

Il participe en outre aux séminaires scientifiques d'été dans la ville de Ryadh et à l'extérieur, et il dispense des cours dans Al Masjid al HaramMekkah).

Le Shaykh a commenté et continue de commenter plusieurs ouvrages et textes de science, tels que : les Sahihayn (de Al Bûkhari et de Mûslim), les Sunan de Abû Dawûd, At-Tirmidhi, An-Nassa'i et Ibn Majah, Al Mouwatta de l'Imam Malik, le Sahih de Ibn Khuzaymah, Boulough Al Maram et Ryadh As-Salihin.

On compte également : Kitab At-Tawhid et les ouvrages de l'Imam Mûhammâd Ibn 'Abd Al Wahhâb ainsi que ceux des Imam de la Da'wah (رحمهم الله تعالى).

De même, le Tafsir de Ibn Kathir, 'Umdat Al Ahkam, Kitab At-Tawhid de Ad-Darimi et de l'Imam Ahmad, les épîtres de Al Hamawiyyah, At-Tadmuriyyah et de Al 'Aqidah Al Wassitiyah, et les Fatawa de Shaykh Al Islam Ibn Taymiyyah.

Enfin, les textes de Ar-Rahbiyyah, Al Ajouroumiyyah, Noukhbat Al Fikr, Al Waraqat, Al 'Aqidah As-Safariniyyah, Al 'Aqidah At-Tahawiyyah, Loum'at Al I'tiqad et bien d'autres livres de science encore. Qu'ALLAH préserve le Shaykh en tant que provision pour la science et les gens de science.

La liste des ouvrages corrigés et supervisés par le Shaykh se trouve à cette adresse : http://www.sh-rajhi.com/bohooth.asp


وصلى الله على نبينا محمد وعلى آله وصحبه وسلم تسليماً



Source: biographie prise de son site internet

Traduction: soual.jawab@free.fr
http://www.sh-rajhi.com/cvtext.asp

Adapté pour www.islam-al-haqq.com

Par 'Abd El-Hakim Abû 'Issa 'Abd El-Haqq


   


barretitre.jpg

ani07   

mini puces2 Les Savants - Al-'Ûlama

Repost 0
31 mars 2012 6 31 /03 /mars /2012 11:37

zayd.jpg

Brève biographie du cheikh Zayd ibn Mouhammad ibn Hadi al-Madkhali




Il est le savant, le shaykh Zayd ibn Mûhammâd ibn Hadi Al-Madkhali. Il est né dans le village d'Ar-Rûkûba en l'an 1357H, où il grandit et y commença son apprentissage. Puis, il intégra l'école  salafi de Sâmita.


Et dans l'année 1368H, il rejoigna le shaykh Hafidh à Baysh auprès de qui il étudia au côté des étudiants émigrants. Et quand l'institut de science a été ouvert à Sâmita, il l’intégra et y reçu son diplôme l'année 1379-1380H. Ensuite il intégra la faculté de Shari'a de Riyad et y reçu son diplôme l'année 1383-1384H.


Il est devenu professeur dans l'institut de science de Sâmita avant même avoir pris son diplôme, et il n'a pas cessé d'y enseigner, jusqu'à ce qu'il prenne sa retraite, le 1/7/1417H.


Il a fondé la première « Maktabatûs-Salafiya Khaïriya Librairie Salafi de Bienfaisance » dans la ville de Sâmita en 1416H qui a réparti plus de quatre mille livres, qu’il a mis à disposition des étudiants en sciences religieuses qui venaient de  partout. Ainsi, ses assises ne sont jamais vides, que ce soit des étudiants en science venus apprendre auprès de lui, ou bien des personnes venus chez lui pour obtenir une fatwa.  Il participe considérablement à la Da'wa à ALLAH dans la Région de Jâzân, et aussi pendant les journées du Hajj, et ses cours ne cessent pas, et La Louange est à ALLAH, du fait que l’on étudie avec lui à travers de petits et de grands ouvrages.


Dans la région de Jâzân,  il est considéré comme la seconde personne en ce qui concerne la science, les fatawa, et la Da'wa à ALLAH, après son shaykh Ahmâd ibn Yahia An-Najmi, Qu'ALLAH leur rallonge leurs vies. Et il est l’auteur de nombreux ouvrages et parmi ses ouvrages qui sont éditées il y a : 


[1] : al-Hayat fi Dhillil-’Aqidatir-Raslamiyyah


[2]: al-Ajwibatûs-Sadida ’alal-As-ilatir-Rachida (8 volumes)


[3]: l’explication de « Qasidatil ha-iya », de son shaykh Hafidh ibn Ahmâd al-Hakami (Qu’ALLAH lui fasse miséricorde).


[4]: « al AfnânÛn-Nadiyya » l’explication de « Sûbûlis-Sawiya li Fiqhis-Sûnanil-Marwiya » (7 volumes)


[5]: al-Manhajûl-Qawim fi Ta‘assiy bir-Rassûlil-Karim.


[6]: Majmû’atûr-Rasâ-il


[7]: Qûtûf min Nû’ûtis-Salaf


[8]: al-Irhab wa Atharihi ’alal-Afrad wal-Mûjtama’.


[9]: al-Mandhûmatûl-Hisân wad-Diwanoul-Malih (2 volumes)


[10]: al-Jûhd al-Mabdhûl fi Tanwiril-’Ûqûl bi Sharh Mandhûmati Wasîlatil-Hûssûl ilâ Mûhimmatil-Ûssûl (3 volumes)


[11]: Asbab Istiqâmat ash-shabâb wa babawâ’ith inhirafihim


[12]: Wûjûb Sataril-Wajh wal-Kaffayn

Et il a beaucoup d'autres écrits et il ne cesse de donner et d'appeler au Manhaj Salafi. 
Qu'ALLAH le bénisse pour sa lutte et prolonge sa vie.

 

Copié de sounnah.free.fr

Adapté pour www.islam-al-haqq.com

Par 'Abd El-Hakim Abû 'Issa 'Abd El-Haqq

 

 


barretitre.jpg

ani07   

mini puces2 Les Savants - Al-'Ûlama

Repost 0
30 mars 2012 5 30 /03 /mars /2012 12:23

An-Najmi.jpg

Biographie de l’érudit, shaykh Ahmâd ibn Yahya ibn Mûhammâd An-Najmi ibn Shûbayr,

sous la plume de son élève Mûhammâd ibn Hadi Al-Madkhali



Louange à ALLAH. nous Le louons et nous implorons Son aide, Son pardon et Sa protection contre le mal de nos âmes et celui de nos actions. Celui qu’ALLAH guide ne peut être égaré et celui qu’Il égare ne peut être guidé. Et je témoigne qu’il n’y a d’autre divinité qu’ALLAH, Unique, sans associés et je témoigne que Mûhammâd (صلى الله عليه وسلم) est Son serviteur et Messager. Que les éloges d’ALLAH soient sur lui, sur sa famille, ses compagnons et ceux qui les suivent fidèlement jusqu’au Jour du jugement.


En vérité, les savants ont, sur nous, des droits qui font de ceux qui ne les respectent pas des transgresseurs. Et, mettre par écrit leurs hautes qualités, leur comportement exemplaire, leur noble caractère, couvrir les pages de leurs vertus pour la postérité et préserver les fruits de leurs pensées [Il s’agit ici des fruits du savoir qu’ils n’ont cueillis qu’après un long effort et un dur labeur spirituel et qu’ils ont mis à notre disposition. Qu’ALLAH les récompense donc de la meilleure manière pour ce qu’ils nous ont apporté.], qui sont parmi les biens les plus précieux, est une manière d’être attentif à ces droits. De même qu’il nous revient, pour consacrer nos droits envers eux, de les honorer par nos paroles, nos cœurs et nos actes. Tout comme il convient de ne pas leur nuire en s’attaquant à leur honneur, en rabaissant leur noble nature, en étant à l’affût du moindre de leurs défauts ou de la plus bénigne de leurs erreurs.

D’ailleurs les versets coraniques et les traditions prophétiques indiquent que tout cela est proscrit et menacent ceux qui oseraient s’attaquer à eux du sort le plus terrible.

Et, parmi ceux envers qui nous devons nous acquitter de ce droit figure notre maître, l’érudit, shaykh Ahmâd ibn Yahya An-Najmi – qu’ALLAH le garde – dont le savoir nous a été grandement profitable. Qu’ALLAH le récompense donc de la meilleure des manières pour cela.

Or, les amoureux du shaykh nous ont demandé à maintes reprises, avec beaucoup d’instance, de présenter en quelques mots – même restreints – la vie du shaykh ainsi que ses études. Connaissant mon incapacité et mes limites, j’ai tenté de me dérober, m’excusant sans cesse de ne pouvoir m’acquitter de cette tâche, mais en vain. Pas un seul d’entre eux n’a accepté mes excuses. Face à leur insistance, j’ai demandé l’assistance d’ALLAH (Ta’ala), Seul, pour la rédaction de ces quelques lignes à propos de notre shaykh – qu’ALLAH (Ta’ala) le préserve.

 



7star3aSon nom et ses origines


Notre maître, l’éminent savant, versé dans le hadith (mûhaddith), le jurisconsulte digne de confiance, l’actuel mufti de la région de Jazan où il est le porteur de la bannière de la Sûnnah et du hadith, est le shaykh Ahmâd ibn Yahya ibn Mûhammâd ibn Shûbayr, An-Najmi, de la famille Shûbayr appartenant aux Beni Hûmmâd, l’une des tribus réputées de la province de Jazan.



 

7star3a  Sa naissance


Le shaykh – qu’ALLAH le garde - est né dans le village d’An-Najamiyya, le 22 du mois de Chawwal de l’année 1346 de l’hégire. Il a grandi dans le giron de ses deux vertueux parents dont il fut le fils unique. C’est la raison pour laquelle, ils le consacrèrent à ALLAH, ne lui imposant aucune tâche qui ne soit vouée à ALLAH. Ils lui accordaient une attention si particulière qu’ils ne le laissaient même pas jouer avec les enfants. Puis, lorsqu’il eut atteint l’âge de raison, ils l’inscrivirent dans les écoles coraniques privées où il apprit à lire, à écrire et où il [apprit et] lut le Coran devant un maître à trois reprises, la dernière se situant en 1358 de l’hégire, l’année de l’arrivée de shaykh ’AbdûLLah Al-Qar’awi (rahimahûLLah).


Il récita le Coran une première fois devant shaykh ’Abdûh ibn Mûhammâd ’Aqil An-Najmi en 1355, puis devant shaykh Yahya Faqih ’Abasi, un Yéménite qui s’était installé dans le village et auprès de qui notre shaykh étudia en 1358. Puis, lorsque le shaykh ’AbdûLLah Al-Qar’awi arriva à An-Najamiyya, une controverse au sujet d’Al-Istiwa’ s’engagea entre lui et cet enseignant [yéménite], qui était "ach’ari" C’est-à-dire qu’il était, dans sa croyance, influencé par les idées d’Abû Al-Hasan Al-Ach’ari. Celui-ci fut à l’origine de l’une des principales sectes égarées de l’islam, dont l’une des particularités est qu’elle renie une partie des Attributs d’ALLAH. Parmi eux, "al-istiwa’" c’est-à-dire, le fait qu’ALLAH s’est élevé au-dessus de Son Trône [Note du traducteur]. Controverse qui se solda par la défaite de ce dernier qui prit la fuite : [Tout ce qui restait de ces injustes fut alors exterminé. Louange à ALLAH, Seigneur des mondes]. Sourate Les bestiaux (Al-an’âm), verset 45. 

   


7star3aSes études


Après la fuite de leur professeur "ach’ari", le shaykh, accompagné de ses deux oncles paternels, shaykh Hasan ibn Mûhammâd An-Najmi et shaykh Hûssayn ibn Mûhammâd An-Najmi, fréquenta quelques jours, au cours de l’année 1359 les leçons du shaykh ’AbdûLLah Al-Qar’awi dans la ville de Samita. Puis, en 1360, plus précisément au mois de Safar, notre shaykh s’inscrivit à l’Ecole salafi où il apprit le Coran avec ses règles de récitation, cette fois sur les recommandations de shaykh ’AbdûLLah Al-Qar’awi (rahimahûLLah) lui-même et sous la direction de shaykh ’Ûthman ibn ’Ûthman Hamli (rahimahûLLah) auprès de qui il apprit également par cœur les ouvrages qui suivent : Tûhfat al-atfâl, Hidâya al-mûstafîd, Talâtha al-ûssûl (Les trois fondements), Al-arba’ân annawawiyya" (Les quarante hadiths de l’imam An-Nawawi) et Al-hisâb. Il maîtrisa également l’art de la calligraphie.


Dans la matinée, il assistait aux cours réservés aux enfants, auxquels shaykh ’AbdûLLah Al-Qar’awi l’avait inscrit. Puis, lorsque se dispersaient les enfants, après la prière du "dhûhr" et jusqu’à celle de la nuit (’sha’), il rejoignait les adultes dans les cours dispensés par shaykh ’AbdûLLah Al-Qar’awi en personne. Puis, il regagnait le village d’An-Najamiyya avec ses deux oncles cités précédemment.

Puis, après quatre mois d’études, shaykh ’AbdûLLah Al-Qar’awi (rahimahûLLah) l’autorisa à assister de façon officielle aux cours des grands. Auprès du shaykh, il étudia les ouvrages suivants : Ar-Rahbiyya, dans l’étude des règles du partage de l’héritage, Al-Ajûrûmiyya, dans la grammaire arabe, Kitâb at-tawhîd, Bûlûgh al-marâm, Al-Bayqûniyya, Nûkhba al-fikr et son explication, Nûzha al-nadhar, Mûkhtasarât fi as-sîra, Tasrîf al-ghazzi, Al-’awamil fi an-nahû mia, Al-waraqât, dans les fondements de la jurisprudence (ûssûl al fiqh), Al-’aqîda at-tahâwiyya avec l’explication de shaykh ’AbdûLLah Al-Qar’awi avant de voir celle d’Ibn Abi Al-’Izzi. En outre, il étudia auprès du shaykh une partie des livres qui suivent : Al-Alfiyya d’Ibn Mâlik, Ad-Dûrûr al-bahiyya, avec son explication, Ad-Darari al-mûdhiyya, dans la jurisprudence, ces deux dernières œuvres étant d’Ash-Shawkâni (rahimahûLLah), ainsi que d’autres livres. Certains, comme ceux qui précédent étaient étudiés dans le cadre du programme scolaire, alors que d’autres, comme Nayl al-awtâr, Zâd al-ma’âd, Nûr al-yaqîn, Al-Mûwatta’ et les ouvrages de référence, étaient lus pour mieux comprendre des œuvres plus courtes ou dans le cadre de recherches.

Puis, en 1362 de l’hégire, shaykh ’AbdûLLah Al-Qar’awi (rahimahûLLah) distribua à ses élèves les différents volumes des ouvrages de référence qui se trouvaient dans sa bibliothèque personnelle : As-sahîhayn [Sahîh Al-Bûkhari et Sahîh Mûslim], les Sûnnnan d’Abû Dawûd et d’An-Nasaï, le Mûwatta’ de l’Imam Malik. Ils étudièrent donc en partie ces œuvres auprès de lui mais sans parvenir à les achever car, à cause de la sécheresse, ils durent se séparer.

En 1364, ils revinrent et reprirent leurs études auprès de shaykh ’AbdûLLah Al-Qar’awi (rahimahûLLah) qui accorda à notre shaykh l’autorisation d’enseigner les six recueils de hadiths de référence Ceux d’Al-Bûkhari, Mûslim, At-Tirmidhi, Abû Dawûd, An-Nasaï et Ibn Majah (Note du traducteur).

Puis, en 1369 de l’hégire, il étudia auprès de shaykh Ibrahim ibn Mûhammâd Al-’Amûdi (rahimahûLLah), le juge de Samita à cette époque, le livre intitulé Islâh al-mûjtama’ (La réforme de la société) et celui de shaykh ’Abd Ar-Rahman ibn Sa’di (rahimahûLLah) dans la jurisprudence (fiqh), composé sous forme de questions-réponses et intitulé Al-irshâd ilâ ma’rifa al-ahkâm.

Sur les recommandations de shaykh ’AbdûLLah Al-Qar’awi (rahimahûLLah), il étudia auprès de shaykh ’Ali, le fils de shaykh ’Ûthman Ziyad As-Soumali, des livres de conjugaison et de grammaire arabe comme Al-’awâmil fi an-nahû mia.

En 1384 de l’hégire, il assista aux leçons (dûrûs) dispensées par le shaykh, le guide, l’éminent savant, le mufti du royaume d’Arabie saoudite, shaykh Mûhammâd ibn Ibrahim de la famille du shaykh [Mûhammâd ibn ’Abd Al-Wahhab] (rahimahûLLah). Pendant deux mois environ, il étudia auprès de lui l’exégèse coranique à travers l’exégèse d’Ibn Jarir At-Tabari, selon la lecture de ’Abd Al-’Aziz Ash-Shalhûb. La même année, pendant un mois et demi environ, il écouta, entre la prière du "maghrib" et celle de la nuit, les commentaires du Sahîh Al-Bûkhari de notre shaykh, le guide, l’éminent savant, shaykh ’Abd Al-’Aziz ibn Bâz (rahimahûLLah). 

   


7star3aSes maîtres


Ce qui précède indique déjà quels furent ses maîtres. Voici la liste de leurs noms :


1- Shaykh Ibrahim ibn Mûhammâd Al-’Amûdi, le juge de Samita à son époque.

2- Shaykh Hafidh ibn Ahmad Al-Hakami (rahimahûLLah)

3- L’éminent savant, le prêcheur, le réformateur dans le sud du Royaume, ’AbdûLLah Al-Qar’awi (rahimahûLLah), auprès de qui shaykh Ahmad [An-Najmi] obtint ses diplômes et dont il profita le plus en terme de savoir.

4- Shaykh ’Abdûh ibn Mûhammâd ’Aqil An-Najmi

5- Shaykh ’Ûthman ibn ’Ûthman Shaykh Hamali

6- Shaykh ’Ali, le fils de shaykh ’Ûthman Ziyad As-Sûmali

7- Le shaykh, le guide, l’éminent savant, l’ancien mufti d’Arabie saoudite, shaykh Mûhammâd ibn Ibrahim de la famille du shaykh [Mûhammâd ibn ’Abd Al-Wahhab] (rahimahûLLah).


8- Cheikh Yahya Faqih ’Abassi Al-Yamâni

   


7star3aSes élèves
 

Notre shaykh – qu’ALLAH Le Très Haut le garde – eut une multitude d’élèves. Combien d’étudiants a pu avoir un homme qui consacra presque un demi siècle à l’enseignement ? Et si je commençais à les dénombrer, il me faudrait de volumineux registres pour tous les inscrire. Je me contente donc d’en citer certains exemples qui donnent une idée de la qualité du reste de ses élèves. Parmi eux donc :

1 - Notre shaykh, l’érudit versé dans le hadith (mûhaddith), le défenseur de la Sûnnah, shaykh Rabi’ ibn Hadi.
2 - Notre shaykh, l’érudit versé dans la jurisprudence (faqîh), Zayd ibn Mûhammâd Hadi Al-Madkhali.
3 - Notre shaykh, le savant émérite, ’Ali ibn Nasir Al-Faqihi.

Nous nous sommes seulement contenté de mentionner ces trois-là compte tenu de leur renommée dans le milieu des sciences religieuses. Que personne ne nous en veuille donc. 

   


7star3aSa vivacité d’esprit
 

Le shaykh – qu’ALLAH le garde - est doué d’un esprit très perspicace et d’une grande mémoire, et ce depuis sa tendre enfance, comme le prouve ce récit de notre oncle paternel, shaykh ’Ûmar ibn Ahmâd Jardi Al-Madkhali – qu’ALLAH l’assiste : "Lorsque, en 1359, cheikh Ahmâd [An-Najmi] assistait avec ses deux oncles Hassân et Hûssayn An-Najmi aux cours pour adultes dispensés à l’Ecole salafi de Samita par shaykh ’AbdûLLah Al-Qar’awi, il avait à peine treize ans. Et, il retenait parfaitement ces cours".

J’ajoute, quant à moi, que c’est la raison pour laquelle shaykh ’AbdûLLah Al-Qar’awi lui permit d’assister aux leçons que lui-même se chargeait de donner aux adultes. En effet, il découvrit en lui excellence, rapidité à mémoriser et vivacité d’esprit. 

   


7star3aSes activités professionnelles


Notre shaykh – qu’ALLAH le garde – fut professeur dans les différentes écoles de son maître ’AbdûLLah Al-Qar’awi (rahimahûLLah), avec l’espoir d’en être récompensé par ALLAH. Puis, lorsque les premiers postes d’enseignants furent créés, il fut nommé au poste de professeur dans son village d’Al-Najamiyya, en 1367 de l’hégire. En 1372, lui fut confiée la fonction d’imam et de professeur dans le village d’Abû Sabila dans la région d’Al-’Aridha. En 1374, le premier du mois de Mûharram, précisément, il fut nommé professeur au tout nouvel Institut des sciences religieuses de Samita qu’il quittera en 1384 dans l’espoir d’obtenir un poste d’enseignant à l’Université islamique de Médine. Il voyagea donc vers la cité du Prophète mais des difficultés l’empêchèrent d’atteindre son but et l’obligèrent à regagner sa région. Là, ALLAH lui destina d’être nommé prédicateur dans la province de Jazan par le ministère de la Justice. Il se consacra donc à la prédication et à l’orientation des gens de la meilleure manière.


Puis, en 1387 de l’hégire, précisément le premier du mois de Rajab de cette année, il retrouva son poste d’enseignant à l’Institut des sciences religieuses, mais, à sa demande, dans la ville de Jazan. Puis, en 1389, au début de l’année scolaire, il reprit sa fonction de professeur à l’Institut de Samita où il enseigna jusqu’à sa retraite qu’il prit le premier du mois de Rajab de l’an 1410 de l’hégire.

Et, depuis lors et jusqu’au jour où ces quelques lignent ont été rédigées, il se consacre à l’enseignement : chez lui, à la mosquée du voisinage, ainsi que dans d’autres mosquées de la région, à travers des leçons hebdomadaires, sans oublier les fatwas qu’il émet régulièrement.

Il a, en cela, écouter son maître qui lui recommandait de ne jamais tourner le dos à l’enseignement et de prendre soin de ses élèves, en particulier ceux qui avaient quitté leur pays et leur famille. Et notre shaykh – qu’ALLAH le garde – applique ces recommandations avec une patience étonnante. Qu’ALLAH le récompense donc pour cela.

Comme il a tenu compte des recommandations de son maître, Al-Qar’awi (rahimahûLLah) en mettant à profit son temps libre pour poursuivre l’étude des sciences religieuses et les recherches, en particulier dans la science du hadith et dans la jurisprudence et ses fondements, si bien qu’il a fini pas surpasser ses paires et par être versé dans ses domaines. Qu’ALLAH bénisse donc sa vie et son œuvre et rende ses efforts utiles aux gens. 

   


7star3aSes ouvrages religieux


Notre shaykh – qu’ALLAH le garde – a produit de nombreuses œuvres écrites, mais certaines seulement ont été publiées. Nous implorons donc ALLAH de faciliter la publication de celles qui ne l’ont pas encore été afin que les gens en profitent. Parmi ces œuvres :

1 - Awdhah al-ichâra fi ar-rad ’ala man abâha al-mamnou’ min az-ziyâra


2 - Ta’sîs al-ahkâm sharh ’ûmdat al-ahkâm (dont seulement une infime partie a été publiée).

3 - Tanzâh al-charî’a min ibâha al-aghâni al-khalî’a

4 - Risâla al-irchâd ilâ bayân al-haq fi hûkm al-jihâd

5 - Risâla fi hûkm al-jahr bil-basmala

6 - Fath al-rabb al-wadûd fi al-fatâwa wa ar-rûdûd

7 - Al-Mawrid al-’adhb az-zalâl fî ma intiqad ’alâ ba’dh al-manâhij ad-da’awiyya min al-’aqâïd wa al-a’mâl

Ainsi que d’autres ouvrages profitables qu’il a mis à la disposition des musulmans, qu’ALLAH l’en récompense de la meilleure manière et les rende utiles à l’islam et aux musulmans.


Que les éloges d’ALLAH soient sur notre Prophète Mûhammâd, sur sa famille et l’ensemble de ses compagnons. 


Rédigé par son élève : Mûhammâd ibn Hadi ibn ’Ali Al-Madkhali
Maître de conférence à la faculté de Hadith de l’Université islamique de la ville du Prophète (Médine)

Copié de sounna.com

Adapté pour www.islam-al-haqq.com

Par 'Abd El-Hakim Abû 'Issa 'Abd El-Haqq

 

 


barretitre.jpg

ani07  

mini puces2 Les Savants - Al-'Ûlama

Repost 0
29 mars 2012 4 29 /03 /mars /2012 14:39

fawzan.jpg

 

 

Les savants de la sounnah 

Aperçue de la biographie de Shaykh Salîh Al-Fawzân
Par le Shaykh Jamâl ibnû Farayhân Al-hârithî (élève de shaykh Al-Fawzân)

 

 

7star3aSon nom, ses origines et sa naissance  :

C’est : Sâlih ibnû Fawzân ibnû ‘Abd ALLAH Al-Fawzân, il est de la ville de Shamâsiyah Al-Wadâ’iyin, de la tribu Dawâser, il est né en 1354 de l’hégire.

 

7star3aSa vie et ses études  :

Son père est mort alors qu’il était petit il fut élevé par sa famille et il a apprit Le Coran ainsi que les principes de la lecture et de l’écriture avec l’imam de la mosquée de sa ville.

Après cela il intègre l’école du gouvernement de sa ville dés qu’elle s ’est ouverte à Shamâsiyah en 1369H, puis il termine ses études primaires à l’école Faysaliyah dans la ville de Bouraydah en 1371, puis il intègre l’institut scientifique à Bouraydah dès son ouverture en 1373 de l’hégire, et y obtient son diplôme en 1377 après quoi il intègre la faculté de la Sharî’ah (législation islamique) à Riyad et il obtient son diplôme en1381

 

7star3aLes études supérieures  :

Il obtient le magistère en jurisprudence il obtient le doctorat en jurisprudence, de la même faculté de Sharî’ah.

 

7star3aLes postes qu’il a occupés et certaines de ses œuvres  :

Il est nommé en 1372 comme enseignent en école primaire avant d’intégrer l’institut scientifique de Bouraydah et il est nommé comme enseignant à l’institut scientifique (science religieuse) de Riyad dès l’obtention de son diplôme de la faculté de la Charia puis nommé comme enseignant à faculté de la Charî’ah puis chargé d’études supérieures à la faculté de Ûsûlû Din (fondement de la religion) ensuite il fut nommé en tant que directeur de l’institut de la magistrature 1396, puis il revient en tant qu’enseignant après ses taches en tant que directeur.

Puis il est nommé après cela en tant que membre de la commission de grands savants en 1407, puis en tant que membre au sein de la commission durable pour les recherches scientifiques (religieuse) et de l’Iftâ (lieu ou l’on donne des avis juridiques) en 1411.

Et il est nommé aussi membre au sein de l’institut de Jurisprudence à la Mecque qui fait partie de la ligue du monde islamique, et il était membre du comité de la supervision du prêche islamique.

Il est Imâm Khatîb conférencier et enseignant dans la mosquée de l’Emir Mût’ib ibnû ‘Abd Al ‘Aziz à Milzi à Riyad, il contribue dans l’émission : Lumière sur le chemin, à la radio saoudienne et il a publié des articles dans certaines revues spécialisés dans la science (science religieuse) des cours et épîtres et des fatâwâ (avis juridique religieux).

Il écrit également des épîtres scientifique de recherches pour l’obtention du magistère et du doctorat et grâce à lui beaucoup d’étudiant ont accédé à des études brillantes et je suis fier d’être parmi un de ceux là .

 

7star3aSes professeurs :

Il a apprit la science en suivant les cours des savants éminents et des juges célèbres comme Shaykh ‘Abd Al-‘Aziz ibnû Bâz RahimahûLLah qui respectait notre shaykh (Chaykh Al-Fawzân) et le chargeait des missions très importantes, gagnant ainsi son estime et sa confiance, il lui confiait même certains livres pour les réviser et donner son avis sur ses contenus.

Parmi ses professeurs aussi ‘Abd ALLAH ibnû Hamîd RahimahûLLah il assistait très souvent à ses cours lorsqu’il était étudiant à l’institut scientifique de Bouraydah.

Ainsi que shaykh Mûhammâd Âmin Shanqîtî RahimahûLLah

Et Shaykh ‘Abd Ar-Razâq ‘Afifî.

Et aussi le Shaykh Hamûd ibnû Sûlaymân At-Talâl qui était l’imam du village (de shaykh Al-Fawzân) et qui devient juge au village de Dhariyah dans la région de Qasîm, c’est lui qu’il lui a apprit la lecture et l’écriture.

Puis il suit les cours de Shaykh Ibrâhîm ibnou Dhayallah Al Yûssûf qui était enseignant à Shamâssiyah.

 

7star3aSes écrits :

Le Shaykh Qu’Allah le préserve à écrit beaucoup de livres.

Comme son commentaire concernant l’étude de l’obligation de l’héritage et c’est son thème de son magistère 1 tome.

De même que son mémoire sur les aliments au sein de l’islam (sa thèse de Doctorat) 1 tome.

La guider vers la voie authentique.

L’explication de la croyance al Wâsitiyah de Shaykh Al-Islam ibnû Taymiyyah 1 tome.

Eclaircissement concernant les erreurs de certains écrivains 2 tomes.

Le recueil des conférences à propos de la croyance et de la foi et du prêche 4 tomes.

Les discours du minbar du sermon du Jûmû’a (vendredi) approprié à ce temps ci 6 tomes.

Les réformateur de l’islam (Imâm Ahmad, Ibnû Taymiyyah, et Shaykh Mûhammâd ibnû ‘Abd Al-Wahhâb).

Des études approfondi dans le Fiqh (jurisprudence) et dans divers sujets.

Recueil de fatâwâ dans la croyance, et dans le Fiqh 5 tomes.

Erreur tiré du livre (al halâlû wa-l-harâmû fî-l-islâm) le licite et l’illicite dans l’islam, et réplique sur Yoûsouf al Qardâwî.

Un résumé du commentaire du livre Kitâb at Tawhîd (le livre de l’Unicité) de Shaykh Mûhammâd ibnû ‘Abd Al-Wahhâb

rahimahûLLah livre scolaire.

L’aide bénéfique du commentaire de Kitâb at Tawhîd 2 tomes.

Commentaire sur (le discours) l’orateur (al Ghâtîb) critiquant Shaykh Mûhammâd ibnû ‘Abd Al-Wahhâb.

Un résumé dans le Fiqh en 2 tomes.

L’émerveillement des gens de la foi par les leçons (donné) au mois de Ramadân.

La lumière éblouissante concernant les Ahâdîthû Al-Qûdsiyyah.

L’explication de ce que doit faire le pèlerin qui accompli le Hajj et de même pour le pèlerin qui accompli la ‘Ûmra.

Kitâbu ‘Aqîdatû Tawhîd (le livre de la foi et de l’unicité) et il est agrée par le ministère de l’enseignement.

Fatâwâ et articles publier dans le magazine du prêche (Mûjalat ad Da’wah).

Des enseignements tiré du Coran Honorable (Dûrûs minel Qûr ânûl Karîm).

Réponses bénéfiques à des questions concernent la voie à suivre.

ET le Shaykh à encore d’autres livres qui vont être publié.

Le Shaykh (Sâlih Al-Fawzân) a eu un grand rôle dans l’orientation des jeunes leurs montrant la voie droite et il les a mit en garde les jeunes des déviations venant des innovateurs ou des égarées.

 

Qu’ALLAH le récompense par la meilleur des récompenses et qu’il accepte ses œuvres et qu’il l’agrée par sa miséricorde.
Que le salut soit sur notre prophète Mouhammad ainsi que sa famille et l’ensemble de ses compagnons.

 

Ecrit par shaykh Jamâl ibnû Farayhân al Hârithî qui est de ses étudiants (de Shaykh al Fawzân).
Source : Tirée de son livre de la troisième édition Al ajwiba al moufîda ‘an as ilati al manâhaj al jadîdah

 

Traduit par l’équipe www.assounnah.com

Adapté pour www.islam-al-haqq.com

Par 'Abd El-Hakim Abû 'Issa 'Abd El-Haqq

 

 


barretitre.jpg

ani07 Shaykh Salîh Al-Fawzân ‎(حفظه الله)

mini puces2 Les Savants - Al-'Ûlama

 

Repost 0
22 octobre 2011 6 22 /10 /octobre /2011 10:18

Shaykh-Muqbil-Ibn-Hadi-Al-Wadi-y.jpg

8k233lbj

Quelques points de la biographie du Shaykh Moqbil

-Qu'ALLAH Lui fasse miséricorde-



7star3a Son origine, Son clan, Ses études :


Il est Muqbil bin Haadee bin Muqbil bin Qaa’idah al-Hamdaanee al-Waadi’ee al-Khallaalee, de la tribus des Aali Raashid. Il vient de Waadi'ah, qui est un endroit à l'est de la ville de Sa'adah dans la vallée de Dammaaj.

Parlant de son père, Umm ‘Abdillaah Al-Waadi’iyyah a dit : “ son père mourut alors qu'il etait jeune il ne l'a pas connu. Il grandit donc comme un orphelin sous la protection de sa mère, quand elle lui disait de travailler afin de gagner de l'argent et afin d'etre comme tout le monde il lui répondait : "Je vais partir étudier" et elle lui disait alors : "qu'Allah te guide" ainsi elle invoquait Allah pour qu'Il le guide, aussi il se peut qu'une de ses invocations ait coincidé à un moment ou les invocations sont acceptées vu qu'il fut parmi ceux qu'Allah guida.” [Nubdhah Mukhtasarah: pg. 18]

Parlant de son clan Shaykh Muqbel dit dans sa biographie : "Qu'Allah soit Glorifié, la majeure partie des personnes de Waadi'ah, region voisine de Sa'adah me défendirent moi et la Da'wah. Certains le firent pour défendre la religion et d'autres par dévotion tribale.Mais si ce n'eut été pour Allah tout d'abord , les ennemis de la Da'wah as salafiyah, et en particulier les chiites de Sa'adah, nous auraient tous anéantis". (les chiites du yemen étaient très agressifs à l'encontre de shaykh muqbel car shaykh Muqbel détournait les gens du shisme wal hamdulillah)

Shaykh Muqbel rajoute : " ... si bien qu'Allah me sauva des chiites par l'intermédiaire des hommes de Waadi'ah ainsi que certains autres, les chiites m'en voulaient énormément ."

"Dans sa biographie Shaykh Muqbel raconte qu'apres avoir a étudié en arabie saoudite des livres tel que : Saheeh Al-Bukhaary, Buloogh al-Maraam, Riyaadh as-Saaliheen (le jardin des vertueux), Fath-ul-Majeed (l'explication de Kitaab at-Tawheed) aupres des savants de son époque ainsi qu'en auto didacte, il est rentré au yemen et il a commencé a précher à la da'awah authentique et à combattre les fausses pratiques tel que l'adoration des tombes, le sacrifice pour autre qu'Allah etc...

Les chiites yemenites lui en voulaient beaucoup certains le menacèrent de mort et les autorités chiites et communistes de l'époque le menaçait de l'emprisonner, et il fut d'ailleurs emprisonné 11 jours.

 

7star3aConcernant cette anedocte shaykh Muqbel rapporte :


" Une cinquantaine parmi les jeunes de Waad'iah me visitaient en prison certaines nuits, tandis que 150 hommes de Waadi'ah allaient voir les gardiens de prisons durant ces memes nuits si bien qu'à la fin les gardiens de prison extenués  par cela me libérèrent et la louange revient à Allah toute entière.

Un autre exemple du soutient des gens de Waadi'ah est que lorsque je souhaitais voyager et que je l'annonçais ils se concurrençaient les uns les autres, qu'Allah les preserve, pour voir qui m'accompagnerait et qui assurerait ma sécurité à un tel point que parfois nous sortions et voyagions remplissant une quinzaine de voitures."


7star3a Ce que les savants disent de lui :


Concernant Shaykh Muqbel rahimahoullah Shaikh Muhammad bin Saalih Al-‘Uthaimeen a dit : “ Dites lui que je le considère comme étant un revivificateur (mujaddid).” Shaikh Rabee’ Al-Madkhalee dit à propos de Shaykh Muqbel : “ Il est le revivificateur (mujaddid) du Yemen” et il dit également “ depuis l'époque de Shaykh ‘Abdur-Razaaq as-San’aanee jusqu'a notre époque actuelle personne n'a établi la da'awah au Yemen et revivifié sa saveur comme l'a fait Al Waadi'i (c'est à dire Shaykh Muqbel).”

Shaikh Al-Albaanee rahimahoullah a dit par ailleurs : “ ...Ainsi manquer de respect et déprécier ces deux shaykhs (Rabee' et Muqbil), qui appellent au Qur'aan et au Sunnah, à la méthologie des salaf saalih (pieux prédécesseurs) qui font la guerre à ceux qui s'opposent à cette méthodologie droite et correcte vient de 2 catégories de personnes et ceci est clair a chacun.

Cela peut soi venir de quelqu'un d'ignorant ou de quelqu'un qui suit ses désirs... S'il s'agit d'une personne ignorante alors on peut lui enseigner... par contre si il s'agit d'une personne qui suit ses désirs, ses passions alors nous cherchons le refuge auprès d'Allah contre le mal de cette personne. Et nous demandons à Allah, Le Puissant, Le Sublime de le guider ou de briser son dos." [source de cette parole audio tiré de : Silsilah al-Hudaa wan-Noor: 1/851]


7star3a Perles de sagesse :


Quelques paroles de Shaykh Muqbel :

“Oh mes enfants, je jure par Allah si la science pouvait être versée dans un verre,  je la verserais pour vous, mais elle n'est que par le dur travail, l'épuisement, et l'éraflure des genoux. Et Yahyaa bin Abee Katheer disait à son fils ` Abdullaah : " la science ne s'obtient pas par la relaxation du corps".

Rapporté par Muslim dans son Saheeh chapitre de la prière

Nous croyons qu'il n'y aura ni honneur ni victoire pour les musulmans tant qu'ils ne retourneront pas au Livre d'Allah et à la Sunna du messager d'Allah (salallahu ‘alayhi wa sallam). Tarjuma Abi ’Abdur-Rahman Muqbil Ibn Hadi al-Wadi’i (p. 135-142) tiré de salafs.com

Notre da'wa et notre ‘aqida est plus chère à nos yeux que nous-mêmes, nos biens et nos progénitures. Ainsi nous ne sommes pas prêts à la laisser tomber pour de l'or ni pour de l'argent. Nous disons que cela est tel qu'aucun ne peut espérer nous désintéresser de notre da'wa , ni penser qu'il lui est possible de nous l'acheter pour des dinar ou des dirham. Car les politiques savent déjà cela de nous, et ils ont désespéré de nous l'acheter par des hautes positions sociales ou des biens matériels. Tarjuma Abi ’Abdur-Rahman Muqbil Ibn Hadi al-Wadi’i (p. 135-142) tiré de salafs.com


7star3a Sa Mort :


Shaikh Muqbil bin Haadee Al-Waadi’ee est décédé en 1422H (7/21/2001) en raison d'une affection hépatique dont il souffrait depuis longtemps, et pour laquelle il a voyagé en Amérique, en Allemagne et en Arabie Saoudite durant la dernière partie de sa vie pour chercher le traitement. Il avait près de soixante-dix ans lorsqu'il est mort à Jeddah (arabie saoudite). Sa prière funèbre fut célébrée à Makkah et il fut été enterré dans le cimetière d'Al-`Adl près des tombes de Shaikh Ibn Baaz et Shaykh Al-`Uthaimeen, qu'Allah leur fasse misericorde à tous trois.

Nous demandons à Allah de faire miséricorde à Shaykh Muqbel, tout comme nous demandons a Allah de renforcer la da'wah Salafiyah, nous implorons Allah d'améliorer l'état de nos gouverneurs musulmans ainsi que l'etat des musulmans partout dans le monde, Il est certes Celui qui Voit et qui Entend.

 

Source principale : Al ibaanah
Copié de sounnah-publication.com

par 'Abd El-Hakim Abû 'Issa 'Abd El-Haqq

 



barretitre.jpg

ani07 Shaykh Mûqbil Ibn Hadî Al Wâdi'y  

mini puces2 Les Savants - Al-'Ûlama

 

 


Repost 0
3 octobre 2011 1 03 /10 /octobre /2011 22:46

Shaykh-Muhammad-Ibn-Salih-Al--Uthaymin.jpg

8k233lbj

Biographie du cheikh Saleh ibn Uthaymin  

 

Louange à Allah, c’est Lui dont nous implorons le secours et la guidée. Nous cherchons refuge auprès de Lui contre la méchanceté de nous-même et contre nos mauvaises actions. Celui qu’Allah guide, ne s’égarera jamais et celui qu’Allah égare ne sera jamais guidé. Je témoigne que Le Seul qui mérite l'adoration est Allah l’Unique et que Mouhammad -prières et bénédiction d'Allah sur lui- est Son adorateur et Son messager. Sache que la parole la plus saine et la plus véridique est celle d’Allah (Coran) et le chemin le plus droit est celui du Prophète Mouhammad -prières et bénédiction d'Allah sur lui- Et la plus mauvaise des choses est la nouveauté et toute nouveauté est une innovation, et toute innovation est un égarement et tout égarement est en enfer ...



7star3a La Déclaration des savants jordaniens …



Les Machâ-ikh jordaniens ont parlé de la mort de l'Imam, du Cheikh, al ‘Allâmah, Mouhammad ibn Sâlih al ‘Outhaymine, qui est survenue après la prière du ‘Asr le 15 Chawal 1421H .

Ils ont aussi affirmé que le malheur dans la perte de Cheikh ibn ‘Othaymine, qu'Allah lui fasse miséricorde, est réellement plus grand que dans la perte de l'Imam ibn Bâz et celle de l'Imam al-Albani, les deux nous ont quittés en 1999. La raison est que :

Lorsque le premier est mort, nous avons encore dit : Deux d'entre eux restent !

Et quand le deuxième est mort nous avons dit : Le troisième reste !

Et quand le dernier d'entre eux est mort, nous disons, avec la tristesse qui remplit les cœurs

et les larmes qui remplissent les yeux : Qui reste t-il ?

Les Machâ-ikh ont accentué sur l'importance d'adhérer fermement au Manhaj de ces trois grands Imams et de suivre leurs pas, car bien qu'ils soient décédés leurs connaissances ne le sont pas, et leur Manhaj n'a jamais changé.

Nous prions Allah qu'Il donne à ceux qui restent parmi les Imams d'Ahlous-Sounnah et à ses Machâ-ikh le succès dans la clarification de la voie à suivre.

D'après ‘Abdoullah ibn Mas'oud -qu'Allah l'agrée- : “Que l'un d'entre vous ne suive pas aveuglément dans sa religion une personne de telle sorte que s'il croit, alors il croit et s'il mécroit, alors il mécroit. Mais si vous voulez suivre, alors par le mort [parmi ceux qui ont suivi], car en vérité, le vivant n'est pas à l'abri des troubles”. al Athamy dans al Majmouh (1/180)

Et aussi d'après Masrouq d'après ‘Abdoullah ibn Mas'oud -qu'Allah l'agrée- : “Ne suivez pas d'hommes aveuglément quant à votre religion, mais si vous refusez, alors par le mort, pas par le vivant.” al-Lalaka-i 1/93

Et ces récits contiennent des leçons importantes pour Ahlous-Sounnah dans ce à quoi ils devraient adhérer à la façon des trois Imams dans les questions qui sont devenues source de grande controverse dans les temps récents dus à l'influence des gens qui suivent leurs passions (Ahloul Ahwa).



Biographie du cheikh Mouhammad ibn Salih al 'Outhaymine
-qu'Allah lui fasse miséricorde-



· Son nom est abou 'Abdillah Mouhammad ibn Salih ibn Mouhammad ibn 'Outhaymine al Wahaybi at-Tamimi.

· Il est né dans la ville de ‘Ounayza (Région de Qassim, Arabie Saoudite) le 27 du mois du Ramadhan béni de l’année 1347 H (1926).

· Il a apprit et étudié le Saint Coran de son grand-père maternel, le cheikh ‘Abdour-Rahmane ibn Souleyman Âl Dâmigh -qu’Allah lui fasse miséricorde-. Ensuite il est parti à la recherche de la science, a apprit l’art de l’écriture et du calcul et d’autres matières.

· Cheikh ‘Abdour-Rahmane as-Sa’di (Cheikh ‘Abdour-Rahmane ibn Nacir as-Sa’di mort en 1376 H à ‘Ounayza à l’âge de 69 ans, c’était un célèbre exégète, auteur du Tafsir connu Tayssir al Karim ar-Rahmane fi Tafsir Kalam al Mannane et il a fait beaucoup d’ouvrages dans le Fiqh, ses fondements et ses règles, dans la ‘Aquida et bien d’autres livres bénéfiques, et de chez lui sont sortis beaucoup de savants renommés dont certains sont membres du conseil des grands savants dont cheikh al ‘Outhaymine qui a étudié chez lui durant onze ans et c’est son plus grand élève et c’est pour cela qu’il a été choisi pour prendre la place de cheikh après sa mort dans la grande mosquée afin d’y enseigner et de répondre aux questions des gens) -qu’Allah lui fasse miséricorde- avait deux de ses étudiants à qui il donna la responsabilité d’enseigner aux enfants : le premier est le cheikh ‘Ali as-Sâlihi et le deuxième le cheikh Mouhammad ibn ‘Abdil’Aziz al Moutawoui’-qu’Allah leur fasse miséricorde-. Il étudia chez le second le résumé de al ‘Aqidah al Wassitiya du Cheikh ‘Abdour-Rahmane as-Sa’di, et Minahij as-Salikin dans le Fiqh toujours du cheikh as-Sa’di et al Ajroumiyah et al alfiya (Ce sont deux livres de grammaire).

· Il a étudié chez cheikh ‘Abdour-Rahmane ibn ‘Ali ibn ‘Aoudan la science de l’héritage et le Fiqh.

· Il apprit avec Cheikh ‘Abdour-Rahmane ibn Naçir as-Sa’di, celui qui est considéré comme son premier professeur, il apprit de lui le Tawhid, le Tafsir, le Hadith, le Fiqh, les bases du Fiqh, la science de l’héritage, les sciences du Hadith, la grammaire et la conjugaison.

Il avait une grande place auprès de son cheikh -qu’Allah lui fasse miséricorde- et lorsque le père de Mouhammad ibn ‘Outhtaymine -qu’Allah lui fasse miséricorde- a déménagé à Riyadh, et voulait l’emmener avec lui, le cheikh ‘Abdour-Rahmane as-Sa’di -qu’Allah lui fasse miséricorde- lui a écrit : « Ce n’est pas possible ! Nous voudrions que Mouhammad reste ici jusqu’à ce qu’il apprenne bien ».

· Et le cheikh -qu’Allah lui fasse miséricorde- a dit : « J’ai beaucoup pris dans la façon d’enseigner la science et de la présenter aux étudiants avec des exemples, et de la même façon j’ai beaucoup profité de lui en ce qui concerne le comportement (Akhlaq) car le cheikh ‘Abdour-Rahmane -qu’Allah lui fasse miséricorde- avait de très bons caractères, il avait beaucoup de science et d’adoration, il s’amusait avec le petit et il riait avec le grand, Il est l’un de ceux qui avait le meilleur comportement que j’ai vu ».

· Il a étudié chez le cheikh ‘Abdoul’Aziz ibn ‘Abdillah ibn Bâz (Cheikh ‘Abdoul’Aziz ibn ‘Abdillah ibn Baz -qu’Allah lui fasse miséricorde- était l’ancien Moufti du royaume d’Arabie saoudite et président du conseil des grand savants, le cheikh ibn ‘Outhaymine a étudié chez lui lorsqu’il étudiait à Ryadh) -qu’Allah lui fasse miséricorde-, qui est considéré comme son deuxième professeur, en commençant par Sahih al Boukhari, ainsi que quelques ouvrages de cheikh al Islam ibn Taymiya ainsi que quelques livres de Fiqh. Cheikh al ‘Outhaymine a dit : « J’ai pris beaucoup de cheikh ’Abdoul’Aziz ibn Bâz dans le domaine du Hadith, ainsi que dans le domaine des bonnes mœurs et du comportement (Akhlaq) et il était accessible aux gens ».

· En 1371h il a pris place pour enseigner à la mosquée et lorsque les instituts scientifiques de Riyad ont ouvert en l’an 1372H, il s’y est inscrit. Le cheikh a dit : « Je suis entré à l’institut scientifique en deuxième année après avoir demandé conseil à cheikh ‘Ali as-Sâlihi et après avoir reçu l’autorisation de cheikh ‘Abdour-Rahmane as-Sa’di -qu’Allah lui fasse miséricorde-. L’institut à cette époque se divisait en deux, particulier et général (Soit, on suivait les cours soit, on passait seulement les examens), et moi j’étais dans le groupe particulier.

Et il y avait aussi à cette époque la possibilité de « sauter une classe » c’est à dire qu’on étudiait les cours de l’année suivante pendant les vacances, ensuite on passait les examens à la rentrée, et si on y parvenait, on accédait à l’année suivante, et c’est comme cela que j’ai pu gagner des années ».

· Après deux années, il en est sortit et à été nommé professeur à l’institut scientifique de ’Ounayza tout en continuant d’étudier par correspondance à la faculté de Chari’a ainsi que l’apprentissage de la science auprès de cheikh ‘Abdour-Rahmane as-Sa’di.

· Lorsque son Cheikh ‘Abdour-Rahmane as-Sa’di -qu’Allah lui fasse miséricorde- est mort (Avant sa mort le cheikh ‘Abdour-Rahmane as-Sa’di avait nommé des imams pour lui succéder à la grande mosquée de ‘Ounayza, mais ils se succédèrent et ne restèrent pas longtemps, et on nomma alors Imam de la grande mosquée, le cheikh al ‘Outhaymine et c’est à partir de là qu’il a enseigné à la place de son cheikh) on lui confia l’Imamat général de ‘Ounayza, ainsi que l’enseignement dans la bibliothèque Nationale de ‘Ounayza. Ensuite, il est partit enseigner à la faculté de Chari’a et Oussoul ad-Dine, annexe de l’université islamique Mouhammad ibn Sa’oud à Qassim, Tout en étant membre du conseil des grands savants du Royaume d’Arabie Saoudite. Le cheikh a fait un grand effort dans la prêche à Allah et dans les recommandations aux prêcheurs de tout lieu.

· Et il est digne de mentionner que son excellence le cheikh Mouhammad ibn Ibrâhim (Il s’agit de cheikh Mouhammad ibn Ibrâhim Âl Cheikh ancien Moufti du royaume d’Arabie Saoudite) -qu’Allah lui fasse miséricorde- l’a sollicité et a insisté pour qu’il prenne le poste de juge. Mais le cheikh (al ‘Outhaymine -qu’Allah lui fasse miséricorde-) n’a pas accepté cette décision en ce qui concerne sa nomination comme président du tribunal religieux d’al Ahsa-a, il lui a demandé de le pardonner.

Et ce n’est qu’après plusieurs reprises et plusieurs correspondances personnelles que le cheikh (Mouhammad ibn Ibrâhim Âli cheikh -qu’Allah lui fasse miséricorde-) a accepté son refus en ce qui concerne sa nomination au poste de juge.

· Il -qu’Allah Le Très Haut lui fasse miséricorde- est l’auteur de plus de 40 ouvrages (livres et Rissala) qui seront prochainement réunis- si Allah le veut- dans Majmou’ al Fatawa war-Rassa-il.

D’après l’introduction au livre Charh Thalathatoul Oussoul


     


7star3a Parmi ses enseignants (D’après un article de Walid ibn Ahmad al Housseïn az-Zoubeïri parut en 1414h (1994)).

 

Allah a donné à notre cheikh de l’intelligence et une grande volonté, et Il donne cela à qui Il veut. Aussi cheikh al ‘Outhaymine a grandi auprès de grands savants. Il a étudié chez beaucoup de Macha-ikh de la ville de ‘Ounayza et de Ryadh parmi ses professeurs –en plus de ceux qu’on a cité précédemment- il y a le cheikh Mouhammad Amine ach-Chinquiti qui est mort en 1393 h (1972), un exégète connu et grand connaisseur de la langue arabe, auteur du grand Tafsir connu Adwa al Bayan fi Idah al Qor-an bil Qor-an.

Cheikh al ‘Outhaymine a étudié chez lui lorsqu’il était à l’institut et dit :

« Nous étions étudiant dans l’institut, nous étions assis en classe et un cheikh est entré. Si tu le voyais tu te serais dit : « Celui là c’est un bédouin parmi les nomades, et il n’a aucune science et ne fait pas attention à sa personne ! » Lorsqu’on la vu, on l’a méprisé et je me suis souvenu de cheikh ‘Abdour-Rahmane as-Sa’di en me disant : « Je l’ai laissé et me suis assis devant ce bédouin ! » Mais lorsqu’il a commencé son cours, ont a vu beaucoup de science sortir de lui et nous avons su que nous étions devant un grand savant et nous avons beaucoup profiter de sa science, de son comportement, de son délaissement de ce bas monde »


   


 

7star3a Une Méthode d’enseignement différente (Toujours d’après un article de Walid ibn Ahmad al Housseïn az-Zoubeïri parut en 1414h (1994)).



Il l’a hérité de son cheikh ‘Abdour-Rahmane as-Sa’di et depuis plus de trente cinq ans il a une manière d’enseigner différentes des autres savants du pays comme ‘Abdoul’Aziz ibn Bâz et ‘Abdoullah ad-Douweych (‘Abdoullah ad-Douweych est décédé très jeune en 1400H (1980), à l’âge de 40 ans).

Ceux qui ont participé à ses assises ont vu que la méthode de ibn ‘Outhaymine était très bénéfique d’un point de vue générale, parce que cheikh prête beaucoup attention à l’apprentissage des textes, et demande aux étudiants de réciter ce qu’ils ont appris et montre son mécontentement à l’égard de l’étudiant qui vient aux cours et n’apprend pas les textes. Parmi les livres enseignés chez le cheikh il y a le Saint Coran dont il faisait le Tafsir, Zad al Moustaqni’ dans le Fiqh Hanbali, Boulough al Maram, Kitabou at-Tawhid, al ‘Aqida al Wasitiya de cheikh al Islam ibn Taymiya, al Alfiya d’ibnou Malik dans la grammaire, al Ajroumiya en grammaire, al Bayqouniya dans la science du Hadith.

Quant aux grands ouvrages, cheikh ne demandait pas à tous les élèves de les apprendre par cœur car cela prendrait beaucoup de temps.


   


 

7star3aAl ‘Outhaymine a délivré des cours dans le Haram pendant plus de 35 ans Saudi Gazette,12/07/2001

 

Pendant plus de 35 ans, Cheikh Mouhammad ibn Salih al ‘Outhaymine avait le rôle de professeur donnant des cours à l'intérieur du Haram sacré à Makkah.

Les cours du Haram faisaient parties de programmes organisés par la gestion des deux mosquées sacrées par les membres du bureau saoudien des grands savants et les membres du comité de Fatwa.

Il avait une place permanente au deuxième étage de la mosquée sacrée à la barrière de l'Ajyad où beaucoup de gens écoutaient son exposition érudite.

Il a donné des cours sur la ‘Aqidah (Croyance), le Fiqh (jurisprudence), le Hadith et le Tafsir. Il a aussi commenté des ouvrages écrits par de grands savants tel que ibn Taymiya, ibnoul Qayim et d'autres.

De la même façon, il faisait des cours saisonniers pendant le Ramadhan et à la période du Hajj.

Des Dizaines de milliers de cassettes audio de ses conférences ont été enregistrées et sont disponibles au public. Les cassettes sont aussi disponibles à la bibliothèque de la mosquée sacrée à Makkah.

En dépit de ses conditions de santé, cheikh al ‘Outhaymine ne s’est pas déchargé de ses responsabilités et obligations, et cela avec ponctualité et répondant aux questions de ses étudiants et des musulmans.

Il a participé à la réunion annuelle organisée par la société charitable pour la mémorisation du Saint Coran et laquelle récemment a été présidé par le prince ‘AbdoulMajid, gouverneur de la région de Makkah.

Son dernier cours publique a été délivré une nuit avant la célébration de ‘Aîd al Fitr. Pendant ce cours, il a parlé des méthodes et règles relatives au paiement de Zakat al Fitr. Il a aussi répondu à des questions sur d’autres sujets.


   


 

7star3a Cheikh al ‘Outhaymine pendant ses derniers jours Saudi Gazette,12/07/2001

 

Cheikh al ‘Outhaymine a été admis dans l’hôpital spécialisé du Roi Faissal de Jeddah où il recevait un traitement depuis ces 12 derniers jours.

Il a été traité par une équipe de spécialistes … Il a été mis sous équipement respiratoire huit jours à l'unité de soins intensifs.

Quand il a été admis à l'hôpital, il a été mis sur la liste de ceux à qui il ne sera pas pratiqué de réanimation cardiaque. De plus, il était trop en retard dans le traitement lorsqu’il est venu. La maladie s'était étendue dans son rein, son colon et un de ses poumons.

Il a été dit qu’il a souffert ses derniers jours de douleurs sévères à la suite de quoi il ne pouvait plus parler. Il était aussi rapporté qu’il a refusé de prendre le traitement chimique.

Il avait été aux États-Unis pour son traitement et après son retour, il a continué à recevoir des soins médicaux.

Mais, le cheikh qui savait que sa maladie était en phase terminale, a choisi de mourir à un endroit près du Haram Sacré à Makkah.

En dépit de son état de santé, il a continué à donner ses cours habituels dans les différentes villes et places.

Cheikh al ‘Outhaymine est mort à l’âge de 74 ans, laissant un héritage de connaissance, son engagement sincère et sa lutte au service de l’Islam.

Il était un modèle de savant bien informé, de droiture, d’honnêteté, d’engagement et de service désintéressé pour la cause d'Allah. Un grand nombre de musulmans incluant Savants et étudiants ont assisté à la Salât Janaza qui a été faite à la mosquée sacrée à Makkah après la prière du ’Asr, jeudi.



 

7star3a 500 000 personnes assistent à la Janaza de Cheikh al ‘Outhaymine Arab News, 12/01/2001

 

Plus de 500 000 personnes ont participées à la Janaza du cheikh Mouhammad ibn Salih al ‘Outhaymine, à Makkah. Approximativement 1650 agents de la sécurité avaient été déployés à la grande mosquée et autour du cimetière al Adil à Makkah pour surveiller la grande foule.


Gardien des deux Mosquées sacrées, le Roi Fahd, le prince de la couronne ‘Abdoullah, le premier adjoint et commandant de la garde nationale, et le prince Sultan, deuxième adjoint et ministre de la défense et de l’aviation, ont envoyé un message de condoléances à la famille du cheikh exprimant leur peine profonde sur sa mort.

La prière funéraire à la grande mosquée était assistée par un grand nombre de princes et de ministres ainsi qu’un grand nombre de savants musulmans et d'étudiants de cheikh ‘Outhaymine qui étaient ensemble avec les hauts fonctionnaires.

Plus de 500 membres de la famille du savant de Ryadh et de Qassim aussi bien qu'un grand nombre de gens de différentes parties du royaume étaient arrivés pour participer à la Janaza. La route qui mène de la mosquée sacrée au cimetière al Adil était bondée.

Pendant ce temps, savants saoudiens et du reste du monde islamique ont décrit la mort du cheikh ibn ‘Outhaymine comme une grande perte pour le monde musulman. Cheikh ‘Abdoul’Aziz Âl Cheikh, le grand Moufti a dit qu'il a partagé la peine de la mort du cheikh ibn ‘Outhaymine avec tous ses frères musulmans.

A ‘Ounayza, la deuxième plus grande ville dans Qassim, là où le Cheikh délivrait ses conférences, tout le monde était triste après avoir entendu la nouvelle choquante ce mercredi. Cheikh al ‘Outhaymine, âgé de 74 ans, est mort à l’hôpital spécialisé du Roi fayssal à Djeddah après une maladie prolongée.

C’était un membre du conseil Islamique des grands savants et un professeur à l’université Islamique Mouhammad ibn Sa’oud de Qassim [...].

Il avait consacré sa vie à la propagation de l'Islam. Cheikh al ‘Outhaymine est l'auteur de plus de 40 livres sur diverses questions islamiques.

Ibrahim al ‘Outhaymine, fils du cheikh, a dit qu’il avait ordonné, qu’Internet soit utilisé pour propager le message de l'Islam dans le monde. : « Nous projetons de lancer un site Web du même nom très prochainement ».

Il a ajouté que le cheikh leur avait donné des directives concernant le site Web.


     


7star3a La disparition des Savants est une grande calamité pour la Oumma « al Baïda » n°5.

 

Allah a dit : Traduction relative et approchée :

"Ne voient-ils pas que Nous frappons la terre et que Nous la réduisons de tous côtés."

S13 V41.

 

Ibn ‘Abbass -qu'Allah l'agrée- a dit concernant ce verset (ainsi que d’autres Salafs) :


« C’est-à-dire par la mort de ses savants, de ses juristes et des gens de bien. »

 

Et comme il est dit :

 

« La terre reste en vie tant que les savants vivent,
Et dès qu’un de ses savants meurt, c’est une partie d’elle qui meurt.
Tout comme la terre vit tant qu’il y a la pluie,
Et si celle-ci s’abstient, à ses côtés vient la ruine »


La guidée des gens est directement liée à la présence des savants, comme le Prophète -prières et bénédiction d'Allah sur lui- a dit : « Allah ne prend pas la science en l’arrachant (aux cœurs) des gens mais Il reprend la science en reprenant l’âme des savants, jusqu’à ce qu’il ne reste plus de savants. Les gens prendront alors à leur tête des ignorants qui seront questionnés et qui répondront sans aucune science, alors ils s’égareront et égareront les autres » Sahih Boukhari & Mouslim : Chapitre « La science » d’après ‘Amr ibn al ‘Ass-qu'Allah l'agrée- .

‘Oumar ibn ‘Abdil ‘Aziz écrivit à abou Bakr ibn Hazm ceci : « Regarde (ou résume) ce qui fait partie des Hadiths du Prophète -prières et bénédiction d'Allah sur lui- et écrit les et n’accepte que les Hadiths du Prophète, car j’ai peur que les savants ne disparaissent. Répandez cette science et formez des assemblées jusqu’à ce que l’ignorant soit instruit, car la science ne sera perdue que si elle devient un secret » Fath al Bari d’ibn Hajar, volume 1, page 194



     

 

7star3a C’est un des signes de la fin du monde ! « al Baïda » n°5.

 

Le départ et la perte des savants, c’est la perte de la science et c’est la perte du bien et cela fait partie des signes de la fin du monde : Dans le Sahih de Mouslim, d’après Anas ibn Malik -qu'Allah l'agrée- d’après le Prophète -prières et bénédiction d'Allah sur lui- : « Parmi les signes de l’Heure, le fait que la science soit retirée et que l’ignorance apparaisse, et que la fornication se répande ainsi que l’alcoolisme, et les hommes diminueront et les femmes resteront (accroîtront), jusqu’à ce qu’il y est 50 femmes pour 1 seul homme»

Saïd ibn Joubaïr fut interrogé de la sorte : « Quel est le signe de l’Heure et de la perte des gens ? »
Il dit : « ...Quand leurs savants disparaîtront ! »

On rapporte que abou al Samah a dit : « Il viendra un temps où l’homme prendra sa monture pour s’apprêter à voyager, il voyagera à travers plusieurs pays à la recherche de quelqu’un qui pourrait lui donner une science de la Sounnah qu’il pourrait suivre mais il ne trouvera personne capable de lui donner une Fatwa sauf avec une incertitude, et ceci est, en effet, déjà arrivé » Résumé d’après Fath al Bari

Et d’après certains Salafs Salihs :

« La mort d’un savant est une brèche en Islam qui ne peut en rien être réparée. »

 

   

 

7star3a Les ouvrages du cheikh



Cheikh à écrit beaucoup d’ouvrages :

- Il ne commença à écrire qu’à partir de l’an 1382H (1962) avec comme premier livre le résumé de al ‘Aquida al Hammaouiyah.

- Les sciences du Hadith

- Al Oussoul fi ‘Ilm al Oussoul

- Al ghoussl wa salat

- La mécréance de celui qui délaisse la prière

- L’immolation de la bête

- La ‘Oumra et le Hajj

- Fara-id (science de l’héritage)

- Loum’at al I’tiqad

- Le commentaire de la ‘Aquida al Wasitiyah

- La croyance des gens de la Sounnah et du groupe

- Rissalatoul Hijab

- La purification du malade

- L’horaire des prières

- Soujoud as-Sahou fi Salat

- L’obligation de la zakat sur les bijoux

- Tafsir Ayat al Qoursi

- Fatawa pour les femmes

- Conseil à celui qui prêche à Allah

- Majmou’ fatawa - La divergence entre les savants, ses causes et notre position dessus

- Les fondements du Tafsir

- Des questions importantes

- Les règles concernant le mort et son lavage

- Les fondements du Fiqh

- Les règles de la diminution de la prière pour le voyageur

- Tafsir des versets concernant les règles religieuses

- Le commentaire de ‘Oumdatoul Ahkam

- Les cours et les Fatawas donnés dans la mosquée sacrée à Makkah

- Toutes les formes d’intérêt

- Aperçu sur la croyance islamique

- Réponses aux questions concernant la vente et l’achat de l’or

- La sagesse dans l’envoi des messagers

- Le commentaire des fondements de la foi

- Le mariage

- 52 questions concernant les règles des menstrues dans la prière, le jeûne, le pèlerinage et la ‘Oumra

Nous prions Allah qu'Il donne à Cheikh ibn ‘Outhaymine une abondance de Miséricorde, de pardon et qu'Il le récompense par le Paradis pour son service envers l’Islam, envers les Musulmans et la Oumma.



Abou ‘Abdir-Rahman as-Salafi & Abou ‘Abdir-Rahman ‘Abdoullah Attantany

Copié de al.baida.online.fr

Par 'Abd El-Hakim Abû 'Issa 'Abd El-Haqq

 

 


barretitre.jpg

ani07  Shaykh Mûhammâd Ibn Sâlih Al-'Ûthaymîn

mini puces2 Les Savants - Al-'Ûlama

 

 

 


Repost 0
3 octobre 2011 1 03 /10 /octobre /2011 09:50

Ibn-Qayyim-al-Jawziyyah.jpg

8k233lbj

Ibnu l-Qayyim : Une brève Biographie
 
 

Il est l’Imam, le gardien des ahadith, le Savant du tafsir (exégèse coranique), de l’ousoul (fondements de la jurisprudence et de la loi) et du Fiqh (jurisprudence), Abu ’Abdullah Shamsud-Din Muhammad Ibn Abi Bakr - plus connu sous le nom de Ibn Qayyim al-Jawziyyah (ou Ibnul-Qayyim).

 

bouton--57-SA NAISSANCE ET SON EDUCATION :

Il est né au sein d’une famille noble et savante, le septième jour de Safar en 691H dans le village de Zar’, près de Damas en Syrie. Dès son plus jeune âge il s’est mis à acquérir le savoir des sciences islamiques des savants de son époque. Décrivant sa soif de connaissance, al-Hafidh Ibn Rajab a dit dans Dhayl Tabaqatul-Hanabilah (4/449) : " Il avait un amour intense pour le savoir et les livres, les publications et les écrits." De même, Ibn Kathir a dit dans al-Bidayah wan-Nihayah (14/235) : "Il acquit de ces livres ce que d’autres n’ont pu acquérir, et il développa une grande compréhension des livres des Salafs (Pieux Prédecesseurs) et des khalafs (venus après les Salafs)."

 

bouton--57-SES PROFESSEURS ET SHÛYÛKH :

On trouve parmi eux Shihab an-Nablusi et Qadi Taqiyud-Din Ibn Sulayman, chez lesquels il a étudié la science du hadith ; Shaikh Safiyyud-Din al-Hindi et Shaikh Isma’il Ibn Muhammad al-Harani, chez qui il a étudié le fiqh et l’usul ; et aussi son père, chez lequel il appris les fara’id (lois de l’héritage). Cependant, le plus notable de ses Shaikhs était Shaikhul-Islam Ibn Taymiyyah, il l’a accompagné et a étudié avec lui pendant 16 ans. Al-Hafidh Ibn Kathir a dit dans al-Bidayah wan-Nihayah (14/234)  : "Il a atteint un haut niveau dans plusieurs domaines du savoir, particulièrement dans le savoir du tafsir, du hadith et de l’usul. Lorsque Shaikh Taqiyyud-Din Ibn Taymiyyah est retourné d’ Egypte en 712H, il est resté avec le shaikh jusqu’à sa mort ; ayant appris une grande part de savoir de lui en plus de la science qu’il s’était occupé d’acquérir. Il est donc devenu un Savant unique dans plusieurs domaines du savoir."

 

bouton--57-SON COMPORTEMENT ET SON ADORATION :

Plusieurs de ses étudiants et contemporains ont témoigné de son excellent caractère et de son comportement dans l’adoration. Al-Hafidh Ibn Rajab a dit à son sujet dans Dhayl Tabaqatul-Hanabilah (4/450) : "Il (rahimahoullah) était constant dans l’adoration et dans le tahajjud (prière de nuit), atteignant les limites en allongeant sa Prière et sa dévotion. Il était constamment en état de dhikr (rappel d’Allah) et éprouvait un amour intense envers Allah. Il aimait profondément se tourner vers Allah dans le repentir, en s’humiliant devant Lui avec un grand sens de la modestie et d’impuissance. Il se jetait aux portes de l’obéissance divine et de la servitude. En fait, je n’ai pas vu pareil que lui en ce qui concerne cela."
 

Ibn Kathir ( rahimahoullah) a dit dans al-Bidayah (14/234) :"Il était constant dans l’imploration humble et l’appel de son Seigneur. Il récitait bien et avait de bonne manières. Il avait une beaucoup d’amour et n’entretenait aucune envie ou méchanceté envers personne, ni il ne cherchait à nuire ou à trouver des défauts aux gens. J’étais un de ceux qui était le plus souvent en sa compagnie et un de ceux qu’il aimait le plus. Je ne connais personne en ce monde aujourd’hui, qui soit meilleur adorateur que lui. Sa prière était souvent très longue, prolongée de rukou’ et soujoud (prosternations). Ses collègues le critiquaient pour cela, mais il n’a jamais répondu (à leurs critiques) et n’a jamais abandonné cette pratique. Qu’Allah le couvre de Sa Miséricorde."

 

bouton--57-SES ETUDIANTS ET SES TRAVAUX :

On trouve parmi ses étudiants les plus éminents  : Ibn Kathir (mort en 774H), adh-Dhahabi (mort en 748H), Ibn Rajab (mort en 751H) et Ibn ’Abdul-Hadi (mort en 744H), ainsi que deux de ses fils, Ibrahim et Sharafud-Din ’Abdullah. L’Imam Ibnul-Qayyim -rahimahoullah- fut l’auteur de plus de soixante travaux. Ses livres et écrits sont caractérisés par ses discours touchants destinés au cœur et à l’âme, ainsi que par leur exactitude, leur précision, la force des arguments et la profondeur de la recherche. Ses écrits incluent : l’Iamul-Muwaqi’in, Turuqul-Hukmiyyah, Ighathatul-Lahfan, Tuhfatul-Mawlud, Ahkam Ahlul-Dhimmah et al-Farousiyyah, tous dans le domaine du fiqh et de l’ousoul. En matière de hadith et de sirah (biographie) on peut trouver : Tahdhib Sunan Abi Dawoud, al-Manarul-Munif et Zadul-Ma’ad. Dans le domaine de la ’aquidah (croyances) : Ijtima’ al-Juyyoushul-lslamiyyah, as-Sawa’iqul-Mursalah, Shifa‘ul-’Aleel, Hadyal-Arwah, al-Kafiyatush-Shafiyah et Kitabur-Rooh. Dans le domaine de l’akhlaq (morale) et tazkiyah (purification)  : Madarijus-Salikin (un commentaire de Manazilus-Sa’irin), ad-Da’ wad-Dawa’ : al-Jawabul-Kafi, al-Wabilus-Sayyib, al-Fawa‘id, Risalatut-Taboukiyyah, et ’Uddatus-Sabirin. D’autres livres comprennent : at-Tibyan fi Aqsamil-Qur‘an, Bada‘i’ul-Fawa‘id, Jala‘ul-Afham et Miftah Darus-Sa’adah.

 

bouton--57-PAROLES DES SAVANTS A SON SUJET :

Des hommages sur sa compréhension du savoir et sa ferme adhérence à la voie des Salaf ont été donnés par un nombre de Savants  ; avec parmi eux :

bouton--13- [1] Al-Hafidh Ibn Rajab, qui a dit dans Dhayl Tabaqatul-Hanabilah (4/448) : "Il avait une grande connaissance du tafsir et de ousoulud-din (fondements de la Religion), ayant atteint le plus haut degré dans ces deux domaines. De même dans le domaine du hadith, en ce qui concerne la compréhension de leurs sens, leurs subtilités et en déduire des règles. Egalement, en matière de fiqh et ses ousoul (principes), ainsi que la langue arabe. Il a rendu un grand service à ses sciences. Il était aussi bien instruit au sujet du kalam (discours et rhétorique des innovateurs), qu’au sujet des subtilités et des détails que l’on trouve dans les paroles des gens du tasawwuf (soufisme).  »

bouton--13- [2] Al-Haafidh Ibn Hajar, qui a dit à son sujet dans ad-Durarul-Kaaminah (4/21) : "Il possédait aussi bien un esprit courageux qu’un savoir complet et extrêmement étendu. Il avait une profonde connaissance concernant les divergences d’opinions des Savants et concernant les voies des Salafs."
Ibn Hajar -rahimahullah- a aussi dit, dans son éloge de ar-Raddul-Waafir (p.68) : " Et si chaykh ibn taymiyya n’avait aucune vertu sauf son célèbre étudiant, Shaykh Shamsud-Deen Ibnul-Qayyim al-Jawziyyah -l’auteur de plusieurs travaux, dont autant ses opposants que ses partisans ont profité - alors cela serait une indication suffisante de sa (de Ibn Taymiyyah) grande position."

bouton--13- [3] Ibn Naasir ad-Dimishqee a dit à son sujet dans ar-Raddul-Waafir (p. 68) : "Il a la science des sciences (islamiques), particulièrement la science du tafsir et de l’ousoul. Il a aussi dit : Aboo Bakr Muhammad Ibnul-Muhib a dit, tel qu’il est écrit dans sa lettre : J’ai dis devant notre Shaykh al-Mizzee : Ibnul-Qayyim est-il au même niveau que Ibn Khuzaymah ? Il répondit : Il est à cette époque, ce que Ibn Khuzaymah était à son époque."

bouton--13- [4] As-Suyootee a dit dans Baghiyyatul-Wi’aat (1/62) : "Ses livres n’avaient pas d’égal et il a fait des efforts et a traversé la voie des grands Imams dans le [domaine du] tafsir, hadith, ousoul (fondements), furou’ (branches) et la langue Arabe."

bouton--13- [5] Mullaa ’Alee al-Qaaree, qui a dit dans al-Mirqat (8/251) : "Ce sera clair pour quiconque désire lire l’explication de Manaazilus-Saa‘ireen, qu’ils [i.e. Ibn Taymiyyah et Ibnul-Qayyim] font partie des kibar (les plus grands) de Ahlus-Sunnah wal-Jama’ah, et de al awliya’ de cette Ummah."

 

bouton--57-SA MORT :

Imaam Ibnul-Qayyim est décédé à l’âge de soixante ans, la 13ème nuit de Rajab, 751H. Qu’Allah le couvre de Sa miséricorde.


Tiré de www.troid.org
Traduit par Ummu Wassim, revu et corrigé par ummissa

Copié de sounna.com

par 'Abd El-Hakim Abû 'Issa 'Abd El-Haqq

 

 


barretitre.jpg

ani07 Shaykh Ibn l-Qayyim al-Jawziyyah ‎(رحمه الله)

mini puces2 Les Savants - Al-'Ûlama

 

 

 


Repost 0
2 octobre 2011 7 02 /10 /octobre /2011 09:49

ubayd-el-jabiri.jpg

a39lvkgz

LA DEFENSE DE CHEIKH OUBEYD EL DJABIRI حفظه الله


Aujourd’hui, à Damaj, Cheikh Oubeyd el Djabiri de Médine est considéré comme un grand hizbi (sectaire) qui a aidé à fonder une hizbiya au Yémen. Il s’est fait traité de tous les noms et à Damaj, ils ont même fait de grosses dou’a contre lui pendant les cours. Et puis il y a bien sur le rad d’un petit étudiant français contre Cheikh Oubeyd qui a répugné tout salafi. En effet, Suleyman le Malien du 19ieme, dans cette fitna, a commit un crime pour laquelle il sera connu pour le reste de sa vie incha Allah. L’idiotie et l’insolence de ce débutant a vraiment dépassé toutes limites lorsqu’il s’est mit à écrire un rad mensonger contre Cheikh Oubeyd حفظه الله pour mettre en garde les français contre ce grand savant de Médine.

Jamais auparavant on a vu un frère de France, qui n’a même pas étudié les ousoul (bases) de la religion, oser écrire un rad contre un grand savant salafi. Dans son rad, Suleyman répète comme un perroquet ce que disent les acharnés de Cheikh Yahya sans même comprendre la fitna. Il parle avec une ignorance et une arrogance rarement vu. Et quand on lui demande pourquoi il parle sur cette fitna alors que Cheikh Rabi’ n’avait même pas encore parlé, il répond : « Cheikh Rabi’ ne comprend rien à cette fitna ».

Comme apparemment Suleyman et sa bande de fattan à Damaj ne respectent toujours pas Cheikh Oubeyd, nous allons donner un petit résumé de la biographie de ce grand savant que Suleyman et ses compagnes ont insulté, en espérant que cela mettra l’amour et le respect pour les savants dans leurs cœurs.

Il s'appelle Oubeyd Bin Abdillah Bin Suleyman Al Hamdany El Djabiri. Il est né dans le Hidjaz dans un village nomme Al Faqir dans la vallée de Farou' dans un quartier de Médine et ceci en l’an 1357 (Ceci veut dire que Cheikh Oubeyd est actuellement âgé de 73 ans), année dans laquelle le Mali était encore une colonie Française (Le fait de précéder dans l’islam joue un rôle très important comme mentionné dans de nombreux hadiths). Suleyman, lui, ne naîtra qu'un demi-siècle plus tard.

Cheikh Oubeyd حفظه الله a commencé l'enseignement à l'âge de 24 ans dans l'école Ma’had Al Dhahab, environ un quart de siècle avant la naissance de Suleyman. En 1383 Cheikh Oubeyd reprend des études dans Dar El Hadith de Médine pour ensuite étudier au Ma'had El Medini El I’lmi jusqu'en 1387. Dans cette année la, Cheikh Oubeyd devient imam de la mosquée de Sabq à Médine. En 1388 il reprend de nouvelles études dans la faculté de la Djamia Islamiya de Médine et obtient un diplôme de licence en 1392 avec une mention excellente.

Entre 1392 et 1396, Cheikh Oubeyd enseigne les sciences religieuses à Djedda. En 1396 il devient prêcheur dans le Merkez Eddawa wal Irchad à Médine. En 1404, lorsque Suleyman le Malien vient à peine de naitre, Cheikh Oubeyd commence à enseigner dans le collège de la Djamia Islamiya en combinant des études supérieures dans le domaine du tafsir. En 1407, lorsque Suleyman le Malien se trimballe en couche à Paris, Cheikh Oubeyd حفظه الله est nommé professeur d’Ousoul Fiqh et obtient pendant sa période d'enseignement en 1409 un diplôme de ‘majestère’ issu de sa thèse (تفسير محمد بن كعب القرظي جمعاً ودراسة ). À ce moment, Suleyman commence à prononcer ses premiers mots. Ensuite Cheikh Oubeyd devient professeur à l'université de Médine dans la faculté de Da'wa et ceci jusqu'a sa retraite en 1417 alors que Suleyman fait ses débuts dans la secte des tabligh. Apres sa retraite Cheikh Oubeyd fait de la da'wa et tient des conférences en Arabie ainsi qu'à l'étranger et devient connu pour être un des oulémas salafi les plus distincts et savants du manhadj salafi. Pendant ces années-là, Suleyman fait aussi de la da'wa et sort en khouroudj avec les tabligh.

Aujourd'hui en 1429, après être sorti des ténèbres de la hizbiya dans laquelle il a demeuré de longues années, Suleyman écrit un écrit odieux contre Cheikh Oubeyd حفظه الله en le dénigrant et en le calomniant. Au moment de la sortie de son écrit, Suleyman n’a même pas un an dans la salafiya et moins de 7 mois dans taleb el ilm chez Ahl el Sounna. Chose qui ne l'a pas empêché d'insulter Cheikh Oubeyd qui lui, à ce moment à plus de 60 ans dans la salafiya et dans taleb el ilm et un demi-siècle dans l'enseignement du din.

Parmi les nombreux savants chez qui Cheikh Oubeyd a étudié on compte Cheikh Abderrahman Bin Abdillah El Edjlan, Cheikh Mohammed Bin Abdillah El Edjlan, Cheikh Abdel Mohsin El Abbad etc. Cheikh Oubeyd حفظه الله a aussi beaucoup profité de Cheikh Bin Baz رحمه الله de qui il était proche ainsi que de Cheikh Bin Outheymin رحمه الله qui lui a beaucoup enseigné. Suleyman, par contre n'a étudié qu’avec un seul cheikh : Cheikh Yahya.

Cheikh Oubeyd a aussi beaucoup d'écrits, comme par exemple:

تيسير الإله بشرح أدلة شروط لا إله إلا الله
فتح العزيز الأعلى بشرح القواعد المثلى
شرح منتقى ابن الجارود
تنبيه ذوي العقول السليمة إلى فوائد مستنبطة من الستة الأصول العظيمة
إمداد القاري بشرح كتاب التفسير من صحيح البخاري
'
Suleyman lui aussi a un écrit : un rad mensonger contre Cheikh Oubeyd.

Beaucoup de savants ont fait les éloges sur Cheikh Oubeyd, parmi eux Cheikh Nedjmi, Mohammed El Banna, Cheikh Zeyd El Madkhali, Cheikh Oubeykan, Cheikh Rabi’, Cheikh Saalih Essouhaymi etc. Mais à Damaj les fauteurs de trouble disent sur leurs sites que Cheikh Oubeyd Al Djabiri حفظه الله ‘n'est pas apte a faire des fatwas’. Est-ce que tous ces savants vont faire les éloges d’une personne qui n'est pas apte à faire des fatwas. Suleyman par contre, n'a pas un seul éloge, même pas de son propre cheikh, Cheikh Yahya.
 
Voici pour clôturer cette petite biographie, les paroles de Cheikh Rabi’ sur Cheikh Oubeyd:
 
وقال أيضاً: (الشيخ عبيد له جهود عظيمة في مناصرة السنة ويعتبر من كبار الرجال وعقلائهم ويمتاز بميزات لا توجد عند كثير من الرجال بارك الله فيه
 
Et il (Cheikh Rabi’) a aussi dit : « Le Cheikh Oubeyd a fait des efforts énormes dans lesquels il a contribué a la Sounnah et il est considéré parmi des grands hommes (de science) doué de grande intelligence. Il se distingue par des caractéristiques qu’on ne retrouve que chez peu d’hommes barakallahufihi »

Cheikh Oubeyd fait parti des grand savants alors que Suleyman est compté parmi les grands fattan en menteurs de cette fitna. Et voici ce que dit Cheikh Rabi’ sur les gens comme Suleyman qui critiquent Cheikh Oubeyd :
 
فقد سئل الشيخ حفظه الله بهذا السؤال: ما رأيكم في الشيخ عبيد الجابري؟ وهل هو ليس بعالم وإنما هو طالب علم فقط؟ الجواب:والله الذي يطعن فيه ويقول: إنه جاهل هذا يتبع سبيل الشياطين ويتبع الطرق الحزبية في الطعن في علماءالمنهج السلفي, الشيخ عبيد من أفاضل العلماء السلفيين المعروفين بالورع والزهدوالقول بالحق بارك الله فيكم, وما يطعن فيه رجل يريد وجه الله تبارك وتعالى وهذه الأساليب عرفناها من الحزبيين) ا.هـ [المصدر محاضرة ألقاها الشيخ على شباب (ما نشستر) 9 ذوالحجة 1425هـ]

Le Cheikh Rabi’ fut pose cette question : « Que pensez-vous de Cheikh Oubeyd El Djabiri ? Est-ce vrai qu’il ne fait pas parti des savants et qu’il est uniquement un étudiant de science ?


Réponse : Par Allah,celui qui le critique et dit que c’est un ignorant suit le chemin de chaytan et suit le sentier de la hizbiya dans leur critiques des savants du manhadj salafi. Cheikh Oubeyd fait parti des savants salafi les plus vertueux et est connu pour sa piété et son ascétisme et sa parole de vérité barakallahu fikoum. Et celui qui le critique n’est pas une personne qui désire le visage d’Allah tabarakallahou wa ta’ala et on ne connait que les hizbis qui agissent de cette façon. »

Source : Conférence de Cheikh Rabi’ donnée aux frères de Manchester le 9 du mois de Dhoul Hidja, 1425

Copié de maintenant-tu-sais.com

par 'Abd El-Hakim Abû 'Issa 'Abd El-Haqq

 

 


barretitre.jpg

ani07 Shaykh 'Ûbayd Ibn 'AbdiLLah Ibn Sûlaymân Al-Hamdany El Djabiri

mini puces2 Les Savants - Al-'Ûlama

 

 


Repost 0