Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

facebookalhaqq-3-2-1

Rechercher

3 octobre 2009 6 03 /10 /octobre /2009 02:10
Q : On constate dernièrement, à l’occasion des cérémonies de mariage, que certaines femmes portent des vêtements inhabituels dans notre société, en prétextant qu’elles ne sont qu’entre femmes. Certains de ces vêtements sont serrés au point de montrer les formes séduisantes du corps, d’autres sont tellement décolletés qu’ils laissent apparaître une partie de la poitrine ou du dos, et d’autres encore comportent une fente en bas qui arrive au genou ou près du genou. Quel l’avis de l’islam sur le port de tels vêtements, et quel est le devoir du tuteur d’une femme qui les porte ?




R : Muslim rapporte dans son recueil de hadiths authentiques selon Abû Hurayra, qu’Allah l’agrée, que le Prophète, prière et salut d’Allah sur lui, a dit : 
 

« Deux catégories des gens de l’Enfer que je n’ai pas encore vues : des hommes portant des fouets pareils aux queues des bovins et frappant les autres. Des femmes dévêtues bien que vêtues, séductrices et faciles à séduire. Elles portent une coiffure haute comme la bosse recourbée des chameaux à longs cous. Elles n’entreront jamais au paradis et n’en sentiront même pas l’odeur, bien que celle-ci soit perceptible de telle et telle distance. »
Rapporté aussi par Muslim dans son Sahîh dans le chapitre du vêtement (n°2128). 
 

 Le passage « dévêtues bien que vêtues » 
 

signifie que ces femmes portent des vêtements qui ne couvrent pas convenablement leur cAwra,
Al-‘Awra est toute partie du corps qu’il convient de couvrir. [N. du T.]  parce qu’ils sont courts, légers ou serrés. D’ailleurs, l’imam Ahmad relate également dans son Musnad, un récit à ce sujet, selon Usâma ibn Zayd, qu’Allah l’agrée, mais avec une chaîne de rapporteurs qui comporte quelque faiblesse. Celui-ci raconte : « Le Prophète, prière et salut d’Allah sur lui, m’a offert un habit égyptien blanc et fin, que j’ai offert à mon tour à ma femme. Le Prophète, prière et salut d’Allah sur lui, m’a dit alors : 
 

« Dis-lui de porter sous ce vêtement un autre vêtement opaque, car je crains qu’il fasse apparaître ses formes. »
Rapporté par Ahmad (n°5/205).  


Parmi ces vêtements qui ne couvrent pas convenablement, il y a ceux qui comportent un décolleté. Ceux-là vont clairement à l’encontre de l’ordre d’Allah lorsqu’Il dit : 
 
« Et qu’elles rabattent leurs voiles sur leurs poitrines. »
La Lumière, v. 31.
 

Al-Qurtubî dit dans l’explication de ce verset que la femme doit ramener son voile sur son cou et sa poitrine afin de les couvrir. Puis, il a cité l’histoire de cÂ’îsha avec sa nièce Hafsa, fille d’cAbdur-Rahmân ibn Abû Bakr, qui était venue lui rendre visite en portant un vêtement transparent qui laissait apparaître son cou et tout autour. cÂ’îsha le lui a déchiré et lui a dit : « Il faut le remplacer par un voile épais qui couvre convenablement. » 
 

Enfin, parmi ces vêtements qui ne couvrent pas convenablement, il y a ceux qui comportent une fente en bas, sans qu’il n’y ait de doublure. Si la femme porte sous cet habit un jupon qui la couvre, alors il n’y a pas de mal à le porter, sauf dans le cas où celui-ci serait semblable aux habits des hommes. Il devient alors interdit, car cela  implique l’imitation de la femme aux hommes. 
 

Quant au devoir du tuteur de la femme, il est de lui interdire de porter des vêtements illicites et de l’empêcher de sortir découverte ou parfumée. En effet, il est responsable d’elle, et sera interrogé à son sujet le Jour de la Résurrection, le jour où nulle âme ne bénéficiera à une autre, où l’on n’acceptera d’elle aucune compensation, et où aucune intercession ne lui sera utile, et où personne ne sera secouru.  

 

 

 

·        Fatwa de cheikh Otheimine
·        Fatâwâ Mucâsira (Fatwas contemporaines), pages 32 et 34 




source : fatawaislam.com

Partager cet article

Repost 0
Published by Al-Haqq - dans Vêtements
commenter cet article

commentaires