Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

facebookalhaqq-3-2-1

Rechercher

28 juillet 2009 2 28 /07 /juillet /2009 15:03

 


Il est ici important de définir la vraie compréhension quant à celui que l’on dénomme ‘Alim. Ceci est de vigueur du fait que beaucoup de gens ignorent que les rangs des savants sont occupés par ceux qui n’en sont pas, et de là est issue la confusion dans les bancs de la science dont nous goûtons aujourd’hui l’amertume. 

En effet les musulmans en général ou les Talib el ‘Ilm (étudiants en science islamique), en particulier, pensent que toute personne qui a édité un livre ou fait un prône ou une conférence est par conséquent un savant ! 

Or ceux qui méritent ce titre sont peu nombreux de nos jours, et ce car pour être considéré ‘Alim il faut correspondre à certains critères qui ne peuvent s’appliquer à tous ceux qui se prétendent l’être : 

  • Le ‘Alim n’est pas obligatoirement celui qui est éloquent dans ses prônes et ses conférences ;

  • Le ‘Alim n’est pas obligatoirement celui qui a écrit un livre ou édité un manuscrit.


Malheureusement, prendre uniquement ces arguments comme baromètre, pour faire d’un individu un savant est ce qui est encré dans l’esprit des jeunes et des gens en général. al Hafid ibn Rajeb al Hanbali dit à ce sujet : 

« Nous avons été éprouvés par l’ignorance des gens, qui croient que celui qui s’exprime énormément parmi les derniers, est plus savant que les prédécesseurs ; Certains pensent même qu’un individu est plus savant que tous les prédécesseurs parmi les Sahabas et ceux qui vinrent après, de par la largesse et l’éloquence de ses discours […] et beaucoup des derniers (dernières générations) furent éprouvés ainsi, et croient que celui qui polémique énormément, épilogue et débat sur des questions religieuses est plus savant que celui qui n’en fait pas autant. » 

Et ceci décrit le temps d’ibn Rajab, que dirait-il alors s’il avait vu les professeurs de notre époque qui submergent les cassettes et les livres de leurs paroles, avec lesquelles les gens se laissent duper, d’autant plus que leurs cassettes paraissent régulièrement toutes les semaines, et leurs livres tous les mois, et que par conséquent les gens pensent que ce sont des ‘Ulémas ?! 

Et ibn Rajab a dit : 
« Il faut être convaincu que celui qui s’étale dans ses propos en matière de science n’est pas plus savant que celui qui n’en fait pas autant. » Extrait du livre d’ibn Rajab : Le mérite de la science des Salefs (prédécesseurs) face à celles des khalefs (ceux qui sont venus après) (p.38-40)


C’est à dire que le fait de beaucoup parler n’est pas un critère pour être considéré comme savant. 

Parmi les choses à prendre en considération pour faire la différence entre tous ceux qui sont appelés ‘Uléma, il y a l’âge. Prendre la science des grands (plus âgés), doit être une condition dans l’apprentissage, notamment à notre époque. En effet le plus âgé a acquit la science, parachevé sa raison, et s’est éloigné de l’impact des passions ect… 

Et ibn Mas’oud dit à ce sujet : 
« Les gens ne cesseront d’être dans le bien tant qu’ils prendront la science des plus âgés parmi eux, dignes de confiance et doués de science ; lorsqu’ils la prendront des moins âgés et des plus mauvais, ils seront perdus ».


El Khatib El Baghdadi rapporte au sujet de ibn Katiba qui fut interrogé sur ce Athar Le Athar est une information accréditée à un compagnon ou un Tabi’i, sauf s’il est précisé :
« Dans un Athar d’après le Prophète (Paix et bénédiction d'Allah sur lui ).. » alors ici il s’agira d’un hadith. et dit : 
« Ibn Mas’oud entendait par-là que les gens ne cesseraient d’être dans le bien tant que leurs savants seraient des personnes âgées, et non des nouveaux (jeunes) »


Puis il ajouta à cette explication : 
« En effet celui qui est âgé n’a plus cette jouissance du jeune, cet emportement, cette précipitation, ces excès de folie et il a acquis l’expérience et la compétence, alors aucune ambiguïté n’entre plus dans ses connaissances, et les passions ne le vaincront pas, et il ne sera pas dupé par la convoitise et chaytan ne le détournera pas comme il le ferait avec un jeune. De plus avec l’âge, il a obtenu la noblesse, le respect et il inspire la crainte. Alors que celui qui est jeune peut être touché par ces choses, dont le plus âgé est préservé ; et s’il en est touché et qu’il émet des réponses dans des cas religieux (Fatwas) il conduira les autres ainsi que lui-même à la perdition »




Références : 
Le comportement de celui qui recherche la science (D.Anas Ahmed Karzoun)
Les réponses bénéfiques aux questions concernant les nouveaux minhaj (Cheikh al Fawzan)
La satisfaction de ce qu’ont apporté les imams au sujet de l’ittiba’ (Mouhammad ben Hadi ben ‘Ali el Madkhali) 

Recherche rédigée par oummou Yassir
source : al.baida.online.fr

Partager cet article

Repost 0

commentaires