Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

facebookalhaqq-3-2-1

Rechercher

28 juillet 2009 2 28 /07 /juillet /2009 03:03


Shaikh 'Abdul-Muhsin Al-'Abbad




Parmi la miséricorde d'Allah et Sa bonté envers Ses serviteurs, et parmi Ses Grâces sur eux est qu'Il leur a envoyé un messager venant d'eux-mêmes, afin de répandre le message émanant de leur Seigneur, et de les guider vers tout ce qui leur est bénéfique et de les mettre en garde contre tout ce qui leur est nuisible. Et certes le prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) a rempli sa responsabilité de transmettre le message de la manière la plus complète et parfaite - ainsi il a guidé cette Oumma vers tout ce qui est bien et les a averti contre tout mal. Allah a choisi, afin de l'accompagner et de prendre la science de lui, des gens qui sont les meilleurs de cette nation, qui est elle-même la meilleure de toutes les nations. Ainsi, Allah les a honoré en leur permettant d'accompagner Son prophète (salallahu ‘alayhi wa salam). Et Il les a spécialement gratifiés dans cette vie d'ici-bas par le fait de le voir et d'entendre sa parole directement de sa noble bouche. Ceci est la Bonté d'Allah, qu'Il répend sur qui Il veut. Et Allah possède la plus immense des générosités. Et certes, les Compagnons ont transmis du messager d'Allah (salallahu ‘alayhi wa salam) ce avec quoi il a été envoyé comme guidée, de la manière la plus complète et parfaite. Ils auront donc la plus grande des récompense, car ils ont tenu compagnie au messager d'Allah (salallahu ‘alayhi wa salam), ils ont combattus au jihad à ses côtés, et grâce à leurs oeuvres méritoires dans la propagation de l'Islam. Et ils auront de plus la même récompense que ceux venus après eux , car ils servent d'intermédiaires entre eux et le messager d'Allah (salallahu ‘alayhi wa salam). Ceci car: “Quiconque appelle à la guidée aura la même récompense que celle gagnée par celui qui a mis en pratique cette guidée. Et ce sans que cela réduise la récompense de ce dernier." (hadith sahih rapporté par Muslim (2674), Abû Dawud (4609), At-Tirmidhi (2676), Ibn Majah (206) et d'autres).




Ceci a été attribué au prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) dans un hadith rapporté par Muslim dans son Sahih. Allah les a loué dans Son Livre Majestueux, et le messager d'Allah (salallahu ‘alayhi wa salam) les a loués dans sa Sunna purifiée. Et cela leur est suffisant comme vertu et honneur. Allah dit:
“ Les tout premiers (croyants) parmi les Emigrés et les Ansars et ceux qui les ont suivis dans un beau comportement, Allah les agrée, et ils L'agréent. Il a préparé pour eux des Jardins sous lesquels coulent les ruisseaux, et ils y demeureront éternellement. Voilà l'énorme succès! " [sourate At-Tawba : 100]

" Muhammad est le messager d'Allah. Et ceux qui sont avec lui sont durs envers les mécréants, miséricordieux entre eux. Tu les vois inclinés, prosternés, recherchant d'Allah grâce et agrément. Leurs visages sont marqués par la trace laissée par la prosternation. Telle est leur image dans la Thora. Et l'image que l'on donne d'eux dans l'Evangile est celle d'une semence qui sort sa pousse, puis se raffermit, s'épaissit, et ensuite se dresse sur sa tige, à l'émerveillement des semeurs. (Allah) par eux (les croyants) remplit de dépit les mécréants. Allah promet à ceux d'entre eux qui croient et font de bonnes œuvres, un pardon et une énorme récompense." [sourate Al-Fath : 29]


Dans la Parole d'Allah concernant les compagnons (radiallahu ‘anhum) : "(Allah) par eux (les croyants) remplit de dépit les mécréants. ", l'on trouve le plus sévère jugement, et la menace la plus dure, et la pire des mises en garde contre ceux qui enragent contre les compagnons ou ceux qui ont de la haine envers eux dans leurs coeurs. Allah dit:

" On ne peut comparer cependant celui d'entre vous qui a donné ses biens et combattu avant la conquête... ces derniers sont plus hauts en hiérarchie que ceux qui ont dépensé et ont combattu après. Or, à chacun, Allah a promis la plus belle récompense, et Allah est Grand Connaisseur de ce que vous faites."[sourate AL-Hadid : 10]


Concernant la distribution du butin de guerre, Allah dit:

" (Il appartient aussi) aux émigrés besogneux qui ont été expulsés de leurs demeures et de leurs biens, tandis qu'ils recherchaient une grâce et un agrément d'Allah, et qu'ils portaient secours à (la cause d') Allah et à Son Messager. Ceux-là sont les véridiques. Il (appartient également) à ceux qui, avant eux, se sont installés dans le pays et dans la foi, qui aiment ceux qui émigrent vers eux, et ne ressentent dans leurs cœurs aucune envie pour ce que (ces immigrés), ont reçu, et qui (les) préfèrent à eux-mêmes, même s'il y a pénurie chez eux. Quiconque se prémunit contre sa propre avarice, ceux-là sont ceux qui réussissent. Et (il appartient également) à ceux qui sont venus après eux en disant: "Seigneur, pardonne-nous, ainsi qu'à nos frères qui nous ont précédés dans la foi; et ne mets dans nos cœurs aucune rancœur pour ceux qui ont cru. Seigneur, Tu es Compatissant et Très Miséricordieux ". [sourate Al-Hashr : 8-10]


Le premier de ces versets de la sourate Al-Hashr fait référence aux Muhajirin (les compagnons qui ont émigrés de Makkah à Médinah). Le second verset fait référence aux Ansars ( les compagnons qui résidaient à Médinah et qui ont aidé et acceuilli les Muhajirin). Le troisième verset fait référence à ceux qui viendront après les Muhajirin et les Ansars, et qui recherchent le pardon d'Allah pour eux, et qui demandent à Allah de ne pas mettre de la rancoeur dans leurs coeurs envers eux. Et il n'y a rien en dehors de ces trois groupes, excepté pour celui qui les déserte, et tombe dans le piège de shaytan. C'est pourquoi Aisha (radiallahu ‘anha) a dit à 'Urwa Ibn Az-Zubeir , concernant la condition de ceux qui avaient déserté et ont été délaissés : " On leur a ordonné de rechercher le pardon pour les compagnons du messager d 'Allah (salallahu ‘alayhi wa salam), mais au lieu de cela ils les insultèrent.". L'imam Muslim rapporta cette version dans la dernière partie de son Sahih.


An-Nawawi (rahimahûllah) a dit dans son commentaire, après avoir mentionné le verset de la Sourate Al Hashr: " L'imam Malik utilisait ceci comme preuve dans son jugement que celui qui insulte les compagnons n'a aucun droit au butin."


Ibn Kathir (rahimahûllah) a dit dans son tafsir de ce verset: "Comme est excellent le jugement de l'imam Malik tiré de ce verset, que le Rafidi - celui qui insulte les compagnons - n'a aucune part des biens du butin de guerre, à cause du fait qu'il ne se possède pas les attributs de ceux qu'Allah a loué dans Sa Parole:


"Seigneur, pardonne-nous, ainsi qu'à nos frères qui nous ont précédés dans la foi; et ne mets dans nos cœurs aucune rancœur pour ceux qui ont cru. Seigneur, Tu es Compatissant et Très Miséricordieux ". [sourate Al-Hashr : 8-10]

Le prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) a dit: " Les meilleurs des hommes sont ma génération, puis ceux qui viennent après eux , puis ceux qui viennent après eux." (rapporté par Al-Bukhari, Muslim et d'autres, d'après la version de Imran Ibn Husayn, et Abdullah Ibn Mas'ud, (radiallahu ‘anhuma). Muslim le rapporta sous l'autorité de Abû Hureyra (radiallahu ‘anhu) dans la version suivante: " Les meilleurs de ma Oummah sont la génération vers laquelle j'ai été envoyée- puis ceux qui les suivent, puis ceux qui les suivent ". Allah sait mieux s'il a mentionné la troisième ou non. Muslim a rapporté également de Aisha (radiallahu ‘anha) qu'elle a dit: " Un homme demanda une fois au prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) : - quels gens sont les meilleurs? Alors il répondit: “ la génération dont je fais partie (maintenant) , puis la seconde génération, puis la troisième." Il est rapporté dans les deux Sahih (Al-Bukhari et Muslim), d'après Abû Sa'id Al Khudry (radiallahu ‘anhu) que le messager d'Allah (salallahu ‘alayhi wa salam ) a dit:


" Viendra un temps dans lequel un groupe de gens feront le Jihad, et il sera dit: " y a t-il quelqu'un parmi vous qui a accompagné le messager d'Allah (salallahu ‘alayhi wa salam)? (c-a-d les compagnons). Il répondront " oui " et ils seront gratifiés de la victoire. Puis viendront les gens d'une époque durant laquelle un groupe de personnes fera le Jihad et il sera dit: " y a t-il quelqu'un parmi vous qui a accompagné les compagnons du messager d'Allah ? (c-a-d les Tabi'in). Ils répondront " oui " et ils seront gratifiés de la victoire. Puis viendront les gens d'une époque durant laquelle un groupe de personnes fera le Jihad et il sera dit : y a t-il quelqu'un parmi vous qui a accompagné ceux qui ont accompagné les compagnons du messager d'Allah ? ( c-a-d les Tabi’ Tabi'in). Il répondront " oui " et ils seront gratifiés de la victoire."
 ( hadith sahih: Al-Bukhari (6/88 et 610 de Al-Fath), Muslim (3532), Ahmad (3/7), Al-Houmaidi (743), Al-Baghawi dans Sharh-Sunna (14/73-74) ).


Ibn Batta a rapporté avec une chaîne de narration authentique - selon le Minhaj As-Sunnah de Ibn Taymiya - d'après Ibn Abbas (radiallahu ‘anhu) qu'il a dit: " N'insultez pas les compagnons du messager d'Allah, car une heure passée avec le messager d'Allah (salallahu ‘alayhi wa salam) par l'un d'eux est meilleur qu'une bonne oeuvre de vous faite pendant 40 ans." Dans la version rapportée par Waqi', il dit: "..meilleur qu'une bonne oeuvre de vous faite durant toute sa vie". Et quand Sa'id Ibn Zayd (radiallahu ‘anhu) a mentionné les dix compagnons qui ont eu la bonne annonce d'entrer au Paradis, il dit: " Je jure par Allah , la rencontre d'un seul homme parmi eux avec le messager d'Allah (salallahu ‘alayhi wa salam) est meilleure qu'une bonne action faite par vous, même s'il la fait comme la longueur de la vie de Nuh ." Rapporté par Abû Dawud et At-Tirmidhi. Jabir rapporte que " Il a été dit un jour à Aisha (radiallahu ‘anha): " Il y a des gens qui cherchent à rabaisser les compagnons du messager d'Allah , même Abû Bakr et ‘Umar." . Elle dit alors: " Et tu n'es pas content de cela ? leurs oeuvres ont pris fin, mais Allah aime que leur récompense ne cesse pas." Ibn Al Athir mentionna cela dans son livre Jami' ul Ussul. Ce qui apporte la preuve de ce qu'elle dit est la parole du prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) dans le hadith authentique: " Le perdant (muflis) de ma Oumma viendra le Jour du Jugement Dernier en ayant accomplit la prière, le jeûne, et donné la zakat. Cependant, à côté de tout cela, il a abusé de telle personne, et insulté cette autre, mangé les biens de telle personne, répandu injustement le sang de cette autre, et frappé celle-là . Certaines de ses bonnes actions seront données à cette personne , et certaines autres à telle autre. Si ses bonnes actions s'épuisent avant qu'il dédommage ce qui est retennu contre lui, il prendra de leurs péchés qui lui seront attribués. Puis il sera jetté au Feu." Al-Bukhari rapporta dans son Sahih, d'après Abû Sa'id Al Khudri (radiallahu ‘anhu) que le prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) a dit: " N'insultez pas mes compagnons! Car si l'un d'entre vous devait donner en aumône l'équivalent du mont Uhud en or, cela n'égalerait pas un moud (une poignée de deux mains jointes ensembles) de l'un d'entre eux ni même la moitié ." Muslim rapporta dans son Sahih d'après Abû Hourayra (radiallahu ‘anhu) que le prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) a dit: " N'insultez pas mes compagnons. N'insultez pas mes compagnons! Car par Celui qui détient mon âme entre Ses Mains, si l'un d'entre vous devait donner en aumône l'équivalent du mont Uhud en or, cela n'égalerait pas un moud de l'un d'entre eux ni même la moitié ".


Ainsi, si le sabre d'Allah, Khalid Ibn Al Walid et d'autres qui ont accepté l'Islam après le traité de Houdaibiya ne peut comparer l’étendue de ses bonnes actions à la petite quantité faite par Abdur Rahman Ibn 'Awf, et d'autres qui avaient accepté l'Islam avant - même si eux tous ont été honorés de la compagnie du prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) - alors qu'en est-il de ceux qui n'ont pas eu l'honneur d'être parmi les compagnons contrairement à ces nobles individus? Vraiment, la distance est grande et certes la différence est énorme! Ainsi, combien est grande la distance entre la terre et le ciel, plutôt, combien est loin la septième terre la plus basse du septième ciel le plus haut!


Cela fait partie des grâces d'Allah qu'Il donne à qui Il veut. Et Allah possède la plus immense des bonté! Ce sont des versets coraniques et des ahadith prophétiques qui donnent les preuves de la vertu de ces gens, les meilleurs, dont il n'a pas existé d’équivalent avant ni après. Qu'Allah soit satisfait d'eux tous.


Tous les compagnons du messager d'Allah (salallahu ‘alayhi wa salam) sont dignes de confiance , car Allah a témoigné de cela à leur propos, et Il les a loués et Son messager (salallahu ‘alayhi wa salam) les a loués. An-Nawawi a dit dans At-Taqrib , que AsSuyuti a expliqué dans Tadrib Ar-Rawi: " Tous les compagnons sont dignes de confiance - ceux qui ont été impliqués dans les fitan et les autres - selon le consensus des savants." Al-Hafidh Ibn Hajar a dit dans Al-Isabah: " Ahl Sunna se sont unanimement accordés sur le fait que tous (les compagnons) sont dignes de confiance, et personne ne contredit cela excepté certains déviants parmi les innovateurs". Cest pourquoi il n'y a aucun mal dans le fait de ne pas connaître un compagnon au sein d'une chaîne de narration. Ainsi, si un Tabi'i dit : " d'après un homme qui a accompagné le prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) ..." cela n'affecte pas le rapport. Ceci, car ne pas connaître les compagnons (dans la chaîne) ne cause aucun mal étant donné qu' ils sont tous dignes de confiance" .


Al Khatib Al Baghdadi a dit dans son livre Al-Kifaya: " Chaque hadith qui a une chaîne de narration connectée entre celui qui l'a rapporté et le prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) ne doit être mis en pratique qu'après avoir en premier lieu affirmé l'exactitude et la sûreté de ses hommes (de la chaîne) . Et il est obligatoire d' enquêter sur leurs conditions, excepté le compagnon qui l'élève (ou attribue le hadith) jusqu'au prophète (salallahu ‘alayhi wa salam). Ceci car la fiabilité des compagnons est établie et bien connue, en se fondant sur l’attestation d’Allah sur eux et le fait qu'Il nous ait informé de leur état de pureté et de Sa préférence pour eux dans les textes du Qur'an....". Puis il cite une liste de versets et de ahadith concernant leurs vertus et dit ensuite: " Et même si Allah ou Son messager (salallahu ‘alayhi wa salam) n'avaient rien mentionné sur eux, de ce qui vient d'être cité (de leur mérite); leur état, du fait qu'ils aient fait la Hijra, combattu au Jihad, offert leur aide, sacrifié leurs vies et leurs biens, subi l'assasinat de leurs parents et enfants, se soient conseillés mutuellement pour la Religion, aient eu une foi profonde et une certitude parfaite, tout ceci engendre leur fiabilité et que l'on ait une certitude ferme en leur honnêteté et leur intégrité. Et cela nécessite d'affirmer qu'ils sont les meilleurs de ceux qui reçoivent l'appui et l'approbation en ce qui concerne le fait qu'ils soient dignes de confiance et véridiques par rapport à tous ceux qui viendront après eux, et ce pour toujours." 


Puis il rapporte une version dont la chaîne est reliée à Abu Zur'ah , qui a dit: " si vous voyez un homme chercher à diminuer quiconque parmi les compagnons du messager d'Allah (salallahu ‘alayhi wa salam), alors sachez qu'il est un zindiq (hérétique). Ceci car selon nous, le messager d'Allah (salallahu ‘alayhi wa salam) est véridique et le Qur’an est véridique. Et les seuls qui nous ont transmis ce Qur’an et ces Sunnan (pluriel de Sunna) sont les compagnons du messager d'Allah (salallahu ‘alayhi wa salam). Ils ne souhaitent que dénigrer et annéantir nos témoins afin qu'ils puissent infirmer le Livre et la Sunna , tandis qu'ils sont ceux qui méritent le plus d'être dénigrés et annéantis du fait qu'ils sont des zanadiqa (hérétiques).".


Le madhab de Ahl Sunna wal Jama'a concernant les compagnons est celui de la modération entre les deux extrêmes, que sont l'extrêmisme et l'insouciance (laxisme). La modération entre les fanatiques extrêmistes qui élèvent ceux qui sont estimés parmi eux jusqu'à un niveau qui ne sied qu'à Allah ou ses messagers (‘alayhim salam) , et entre les insouciants et durs qui les diminuent et les insultent. Ainsi, ils sont dans le juste milieu entre ceux qui sont excessifs et ceux qui sont complètement laxistes- ils les aiment tous et placent chacun d'eux là où il le mérite, avec équité et justice. Ainsi ils ne les élèvent pas vers ce qu'ils ne méritent pas, ni ne les rabaissent, les privant de ce qu'ils méritent. Dès-lors, leurs langues sont humides du fait de les mentionner en bien, selon ce qui leur convient. Et leurs coeurs sont remplis d'amour pour eux. Et quoi que ce soit qui est authentique des litiges et divergences qui sont apparues entre (certains d'entre) eux, alors en ce qui concerne cela, ils étaient des Mujtahidin. Soit ils ont vu juste et recevront une récompense pour leur ijtihad et une récompense pour le fait d'être tombé juste, soit ils ont eu tort, et recevront simplement une récompense pour leur ijtihad, tandis que leur erreur sera pardonnée. Ils n'étaient pas infaillibles, car ils étaient des êtres humains, certaines fois ils avaient raison, et d'autres fois ils avaient tort. Mais combien ils étaient bien plus dans le vrai, comparé à d'autres qui sont tombés justes, et combien moindres étaient leurs erreurs comparé aux erreurs des autres? Et ils auront le Pardon d'Allah et Son Agréement. Les livres de Ahl Sunna sont remplis d'explications de cette ‘aqida pure et claire concernant ces gens de l'élite, ces choisis parmi l'Humanité afin d'accompagner le meilleur de l'Humanité (salallahu ‘alayhi wa salam). Qu'Allah soit satisfait d'eux tous.


Un exemple de cela est le témoignage de At-Tahawi, dans son livre sur la ‘aqida de Ahl Sunna : " Nous aimons les compagnons du messager d'Allah (salallahu ‘alayhi wa salam) sans excès pour l'un d'entre eux , et ne détestons aucun d'entre eux. Et nous détestons celui qui les déteste ou qui les mentionne en mal. Et nous ne les citons qu'en bien. Les aimer fait partie de la religion (Din), de la Foi ( Iman) et de l'Excellence (Ihsan), et les détester est de la mécréance (Kufr), de l'hypocrisie (nifaq), et de la transgression (Tughyan).".


Ibn Abi Zayd Al Qayrawany a dit dans l'introduction de son fameux Ar-Risala, dans lequel il explique la ‘aqida de Ahl Sunna : " Et la meilleure des générations est celle qui a vu le messager d 'Allah (salallahu ‘alayhi wa salam). Et les meilleurs des compagnons sont les quatres califes bien guidés - Abû Bakr, puis 'Umar, puis 'Uthman, puis 'Ali , qu'Allah soit sastisfait d'eux tous. Et aucun des compagnons ne doit être mentionné excepté de la meilleure des façons. Nous croyons au fait de se retenir de parler au sujet des divergences qui sont survenues parmi eux. Et ils sont les gens méritant le plus d'être excusé, et l'on doit penser d'eux le mieux possible."


L'Imam Ahmad Ibn Hanbal a dit dans son livre As-Sunna : " Et fait partie de la Sunna de mentionner les qualités des compagnons du messager d'Allah (salallahu ‘alayhi wa salam) - tous sans exception - et de se retenir de parler des divergences qui sont survenues entre eux. Ainsi quiconque insulte les compagnons du messager d'Allah (salallahu ‘alayhi wa salam) ou simplement l'un d'entre eux, alors il est un innovateur, un Rafidi. Les aimer est une Sunna et faire des du'a pour eux est un moyen de se rapprocher d'Allah (taqarrub). Les suivre est une voie, et prendre leur exemple est une vertu...". Et il a dit : " Il n'est permis à personne de mentionner un quelconque de leurs défauts. Ni de les dénigrer. Quiconque fait cela, alors le gouverneur se voit dans l'obligation de le réprimander et de le punir. Et il ne doit pas le pardonner mais plutôt le punir et lui demander ensuite de se repentir. S'il se repent, le gouverneur doit accepter cela de lui. Et s'il ne se repent pas, il doit réitérer la punition et l'enfermer en prison pour de bon jusqu'à ce qu'il se repente et se rétracte."


L'imam Abû 'Ûthman As-Sabuni a dit dans son livre ‘Aqidatus Salaf wa Ashabil Hadith: " Et ils tiennent pour obligatoire de se retenir de parler des divergences survenues entre les compagnons du messager d'Allah (salallahu ‘alayhi wa salam) et de purifier les langues du fait de mentionner quoi que ce soit qui serait un blâme à leur encontre, ou un avilissement. Et ils tiennent pour obligatoire de demander la Miséricorde d'Allah sur eux tous, et de montrer de l'amitié envers eux tous." .


Shaikh Al Islam Ibn Taymiya a dit dans son livre Al-Aqidatul Wassitiya:
" Parmi les principes de Ahl Sunna wal Jama'a est le fait de préserver les coeurs et les langues purs envers les compagnons du messager d'Allah (salallahu ‘alayhi wa salam), comme Allah les a décrit dans Sa Parole:


"Seigneur, pardonne-nous, ainsi qu'à nos frères qui nous ont précédés dans la foi; et ne mets dans nos cœurs aucune rancœur pour ceux qui ont cru. Seigneur, Tu es Compatissant et Très Miséricordieux". [sourate AL-Hashr : 10]


Et ( fait partie de leurs principes) l'obéissance au prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) selon sa parole : " N'insultez pas mes compagnons! Par Celui qui détient mon âme entre Ses Mains, si vous donniez l'équivalent du Mont d'Uhud en or comme aumône, cela n'équivaudrait pas à la valeur d’un mud de l'un d'entre eux, ni même la moitié".


Et ils acceptent ce qui est dit dans le Qur’an, la Sunna et le Consensus (des ‘ulama) concernant la vertu des compagnons et leur noble statut. Et ils donnent préférence à ceux qui ont dépensé leurs biens et se sont battus dans le sentier d'Allah avant l'obtention de la Victoire - c-a-d le traité d'Hudaibiya - au-dessus de ceux qui ont dépensé leurs biens et ont combattu après elle. Et ils donnent préséance aux Muhajirin sur les Ansars. Et ils croient qu'Allah a dit à ceux qui ont combattu dans la bataille de Badr – qui étaient au nombre de plus de 300 personnes - " Faites ce que vous voulez car je vous ai déjà pardonné". Et ils croient qu'aucun de ceux qui ont conclu le pacte d'allégeance avec le prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) sous l'arbre n'entrera en Enfer, comme le prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) nous en a informés. En fait, Allah fut satisfait d'eux et ils furent satisfaits d'Allah. Et ils étaient plus de 1400. Ils (Ahl Sunna wal Jama'a ) attestent donc du Paradis à quiconque pour lequel le prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) a attesté qu'il sera au Paradis, comme les 10 compagnons, Thabit Ibn Qays Ibn Shammas et d'autres.Et ils confirment ce qui a été rapporté de manière mutawatir par Amir al Mu'minin 'Ali Ibn Abi Talib et d'autres que: Les meilleurs de cette Oummah après son prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) sont Abû Bakr, puis 'Umar. Puis ils placent 'Uthman en troisième place et 'Ali en quatrième, qu'Allah soit satisfait d'eux tous. Ceci, conformément aux athar (rapports des compagnons) et comme il a été unanimement agréé que 'Uthman a préséance sur 'Ali car on lui a prêté serment d'allégeance pour le califat. Malgré ceci, après avoir agréé unanimement de la préséance de Abû Bakr et de 'Umar, certains parmi Ahl Sunna wal Jama'a ont divergé en ce qui concerne 'Uthman et 'Ali, quant à savoir qui des deux est le meilleur. Un groupe d'entre eux donna donc préséance à 'Uthman, puis restèrent silencieux, et placèrent 'Ali en quatrième. Et cependant, un autre groupe resta neutre. Mais Ahl Sunna tranchèrent sur le fait de donner préséance à 'Uthman, puis 'Ali. Mais en dehors de cela, ce point sur 'Uthman et 'Ali ne fait pas partie des principes qui, si la personne ne l’agrée pas, devient égarée (et déviant), selon la majorité des savants de Ahl Sunna. Plutôt, la question si sur laquelle quelqu'un s'oppose devient égaré est celle du califat - et elle est que l'on doit croire que les califats revenaient après le messager d'Allah (salallahu ‘alayhi wa salam) à Abû Bakr, puis 'Umar, puis 'Uthman, puis 'Ali. Et quiconque attaque les califes, ou l'un d'entre eux, alors il est plus égaré que l'âne".


Puis il mentionna qu'ils (Ahl Sunna wal Jama'a ) ont de l'amour et de l'affection envers les Gens de la Maison (ahlul- bayt) du messager d'Allah (salallahu ‘alayhi wa salam), et qu'ils respectent la Volonté (recommandations finales) du messager d'Allah en ce qui les concerne. Et ils ont de l'affection pour les femmes du messager d'Allah, les Mères des Croyants, et croient qu'elles seront ses femmes dans l'au-delà. Puis il dit: " Et ils s'affranchissent de la voie des Rafidi - ceux qui détestent les compagnons et les insultent - et de la voie des Nawasib - ceux qui injurient les Gens de la Maison du Prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) - par la parole et l'acte. Et ils se retiennent de s'épencher dans les disputes qui sont survenues entre les compagnons. Et ils disent: Ces histoires, qui ont été rapportées au sujet de leurs fautes, il y a en elles des choses fausses, rajoutées, omises, et des choses modifiées de leur état original. Quant à ce qui est authentique, alors à ce sujet, ils (les compagnons) ont été excusés - soit ils avaient fait un ijtihad et sont tombés justes, soit ils ont fait un ijtihad et sont tombés dans l'erreur. Et, par dessus tout cela, ils ne croient pas que les compagnons sont infaillibles et exempts de commettre des grands et des petits péchés. Plutôt, ils sont capables de commettre des péchés en général, mais ils ont de par leur préséance et leurs vertus ce qui nécéssite qu'ils soient pardonnés pour quelque péché qu'ils ont commis - s'ils en ont commis. Cela au point qu'ils seront pardonnés des mauvaises actions dont ceux qui viennent après ne seront pas pardonnés. Ceci car ils ont à leur actif des bonnes actions qui balayent les mauvaises, que ceux qui viennent après n'auront jamais. Il est confirmé de la parole du messager d'Allah (salallahu ‘alayhi wa salam) qu'ils sont la meilleure des générations, et que si l'un d'entre eux venait à donner en aumône un mud d'or, cela serait meilleur que l'équivalent du Mont Uhud en or de ceux qui viennent après. De plus, si l'un d'entre eux a commis un péché, alors soit il s'est repenti, soit il a accompli des bonnes actions qui l'ont balayé. Ou bien il a été pardonné à cause de la noblesse de sa préséance, et grâce à l'intercession de Muhammad (salallahu ‘alyhi wa salam), intercession dont les compagnons sont plus en droit de bénéficier parmi les gens."


Ou peut-être fut-il éprouvé par quelque affliction dans ce bas-monde, par laquelle il a expié son péché. Donc, s'il en est ainsi à propos des péchés qu'ils ont commis, alors qu'en est-il des affaires dans lesquelles ils ont fait un ijtihad? S'ils sont tombés juste, ils auront deux récompenses et s'ils sont tombés dans l'erreur, ils auront une récompense, et leur erreur sera pardonnée.


De plus, le nombre de mauvaises actions commises par certains d'entre eux qui ont été pardonnés est ridicule par rapport à leurs vertus et leurs qualités, telles que leur croyance en Allah et Son messager (salallahu ‘alayhi wa salam), le Jihad dans Son sentier, la Hijra, leur soutien de la Religion, leur science bénéfique et leurs bonnes actions. Et quiconque étudie l'histoire des "gens " (les compagnons) avec science et clairvoyance, et observe ce qu'Allah leur a octroyé comme mérites, saura avec certitude qu'ils sont les meilleurs de le création après les prophètes (‘alayhim salam). Il n'y a pas eu et il n'y aura jamais de semblables à eux. Et (cette personne saura que) qu'ils sont le Safwa ( l'élite choisie) parmi toutes les générations de cette Nation (de musulmans), qui est la meilleure et la plus honorable des Nations auprès d'Allah.".



Ce sont cinq exemples parmi les paroles des Salaf Salih (pieux prédecesseurs) concernant ce qu'il nous est obligatoire de croire en ce qui concerne les meilleurs de la création après les prophètes et les messagers (‘alayhim salam). Une chose doit être bien comprise, c'est que diffamer ces gens choisis et particuliers, revient à diffamer la Religion. Ceci car la Religion n'a été transmise à ceux qui sont venus après eux que par leur biais. Et il a déjà été dit , à travers les mots de Abû Zu'ra que:


" Et les seuls qui nous ont transmis ce Qur’an et ces Sunnan sont les compagnons du messager d'Allah (salallahu ‘alayhi wa salam). ( Ainsi), Ils (ceux qui les dénigrent) ne souhaitent que dénigrer et annéantir nos témoins (les compagnons) afin qu'ils puissent infirmer le Livre et la Sunna , tandis qu'ils sont ceux qui méritent le plus d'être dénigrés et annéantis du fait qu'ils sont des zanadiqa (hérétiques).".


Ceci fait référence à ceux qui cherchent à rabaisser les compagnons. Et cela induit que celui qui les diffame ne leur cause pas le moindre mal mais plutôt leur est bénéfique, selon le hadith précédemment cité sur " le perdant (muflis) ". Et cela implique que celui qui les diffame ne cause du mal que pour lui-même. Ainsi, quiconque trouve en son coeur de l'amour et un manque de haine envers eux , et qui préserve sa langue de mentionner quoi que ce soit sur eux si ce n'est du bien , alors il doit glorifier Allah pour cette grâce. Et il doit demander à Allah de le garder ferme sur cette guidée. Et quiconque tient quelque haine envers eux dans son coeur et dont la langue se relâche en les mentionnant avec ce dont il ne va tirer aucun bénéfice, alors il doit craindre Allah et s'affranchir de ces crimes. Et il doit se repentir à Allah tant que la porte du repentir lui est ouverte, avant qu'il ne regrette, lorsque le regret ne sera en rien bénéfique.


Seigneur, fait que nos coeurs ne s'égarent pas, après nous avoir guidés et nous avoir accordé de Ta grâce , certes Tu es Celui qui répond à toutes les invocations:


"Seigneur, pardonne-nous, ainsi qu'à nos frères qui nous ont précédés dans la foi; et ne mets dans nos cœurs aucune rancœur pour ceux qui ont cru. Seigneur, Tu es Compatissant et Très Miséricordieux ".

Amin.

________________________
Article tiré du site al-manhaj.com
Source: Université Islamique de Médine
Traducteur: Isma'el al Arcon
Traduit en français par Oum Souleimen

Partager cet article

Repost 0

commentaires